Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

VI. Vie sociale, scientifique, culturelle

Marc Lafon (1857-1919)

Patrice Cahart

Texte intégral

1Le père de Marc Lafon, percepteur dans le Puy-de-Dôme et époux de la fille d’un autre percepteur du même département, est nommé en 1884 TPG de la Haute-Saône. Il décède l’année suivante, à 59 ans. À l’époque, ces fonctionnaires restaient couramment à leur poste jusqu’à 70 ans. Lafon père aurait donc pu terminer sa carrière dans une ville importante. Entre-temps, sa femme et lui avaient avait fait bâtir à Soulac-sur-Mer (Gironde) un « château » – sans doute une villa prétentieuse – dont le nom, ­Gergovia, trahit leur ascendance arverne.

2Polytechnicien en 1876, Marc Lafon entre dans l’administration des Finances en qualité de surnuméraire, puis est reçu au concours de l’Inspection en 1881, à 24 ans. Après les années de tournée, il est détaché auprès d’une société de chemins de fer (1885), puis devient sous-directeur unique (1896) et directeur unique (1898) de la Banque de l’Algérie, institut d’émission privé qui finance l’économie algérienne. Il en rétablit la situation, compromise par une chute des cours du blé et du vin, et obtient, grâce à Joseph Caillaux, le renouvellement du privilège d’émission. Cette décision n’allait pas de soi ; l’appartenance des deux hommes à un même corps a dû y aider. Mais le gouvernement exige, pour mieux contrôler la banque, le transfert du siège social à Paris.

3En 1906, âgé seulement de 49 ans, Lafon se retire sous une pluie d’éloges et devient TPG de la Gironde. Il quitte ainsi une fonction où il réussissait et qui aurait pu le mener plus loin. Le nouveau poste est-il, compte tenu des remises sur souscriptions d’emprunts, mieux rémunéré que le précédent ? Lafon veut-il simplement se rapprocher de sa mère, retirée dans son « château » à Soulac ? En complément de sa trésorerie générale, il devient l’un des quinze régents de la Banque de France. Mais il y renonce bientôt, peut-être par lassitude des allers-retours ­Bordeaux-Paris. Marié à la fille d’un conseiller à la Cour des comptes, qui lui a apporté le château de Vémars (Val d’Oise), il est le père de deux filles dont l’une épouse, non sans difficultés, François Mauriac. Les noces des deux intéressées sont célébrées au « château des Arts » à Talence, près de Bordeaux (le troisième château de cette vie), que le TPG a acquis afin d’y résider et qui est devenu aujourd’hui un lycée ­professionnel. Dans son beau roman Le Désert de l’amour, ­Mauriac en fait la demeure d’une femme entretenue. Chevalier de la Légion d’honneur en 1897, Marc Lafon a reçu son ruban des mains de Jules Cambon, alors gouverneur général de l’Algérie. Il est étonnant qu’avec un parcours comme le sien, il n’ait pas été promu officier. Son caractère lui aurait-il valu des ­ennemis en haut lieu ?

4En septembre 1914, Bordeaux étant la capitale provisoire d’une France en désordre, le TPG doit payer des mandats bâclés. Plus tard, sa succession se trouve donc mise en débet. Le cabinet du ministre des Finances rassure la famille et fait accorder une remise totale.

Bibliographie

Lazhar Gharbi Mohamed, Crédit et discrédit de la Banque de l’Algérie, Paris, L’Harmattan 2005, 310 p.

Sources

Mauriac François, Destins, Paris, Grasset, 1928 et Mémoires intérieurs, Paris, Flammarion, 1959.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search