Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

VI. Vie sociale, scientifique, culturelle

Jacques Rueff (1896-1978)

Bertrand Blancheton

Texte intégral

1Jacques Rueff est né le 23 août 1896 à Paris, d’une mère musicienne et d’un père médecin, féru de philosophie. Son père l’entraîne très tôt à « apprendre à apprendre », à développer des capacités d’abstraction et à structurer sa pensée. Bon élève, il doit quitter le lycée en avril 1915, où il était en mathématiques spéciales, pour devenir canonnier-conducteur au 3e régiment d’artillerie à Joigny. Il est envoyé au front en janvier 1916 et participe à la plupart des grandes batailles en tant qu’officier artilleur. Au sortir de la guerre, il est reçu dans la promotion 1919 spéciale à l’École polytechnique. Il y suit le cours d’économie de Clément Colson. Cet enseignement exerce une grande influence sur son orientation et sa pensée. Colson enseigne alors les travaux des économistes mathématiciens Stanley Jevons, Alfred Marshall et des Autrichiens, dont Carl Menger… Rueff lit Adam Smith et fait la découverte fascinante de Léon Walras… Ces lectures lui font apparaître les vertus de la régulation économique et sociale par les mécanismes de prix. Pendant son dernier semestre à l’X, il rédige un ouvrage de philosophie des sciences Des sciences physiques aux sciences morales, publié en 1922 « avec l’onction » de Bergson. « La science économique n’est qu’une modeste excroissance de la structure juridique qui impose la paix sociale », écrit-il dans L’ordre social en 1945. Son goût pour l’économie le pousse à préparer le concours de l’Inspection où il est reçu en juin 1923. Dans son autobiographie De l’aube au crépuscule, il relate les souvenirs de ses trois tournées d’inspections.

2Rueff apparaît comme une figure de l’Inspection à double titre : d’abord sa carrière, jalonnée de hautes fonctions administratives et marquée par une capacité à influencer les choix de politique économique de son temps, et ensuite sa stature internationale d’économiste.

3Chargé de mission au sein du cabinet Poincaré entre septembre 1926 et février 1927, il produit une étude remarquée sur la recherche d’un cours d’équilibre réaliste en vue de stabiliser le franc. Entre mars 1927 et mai 1930, il assure le secrétariat du comité financier de la SDN, il participe aux stabilisations grecque, bulgare et portugaise, il prône l’équilibre budgétaire. Sous-directeur en 1934, puis directeur adjoint du Mouvement général des fonds (MGF) jusqu’en septembre 1936, il participe à la mise en œuvre d’une politique de déflation à laquelle il n’adhère vraisemblablement pas totalement. Devenu directeur du MGF en novembre 1936, au départ de Wilfrid Baumgartner, il travaille notamment aux rétablissements d’accords de paiements avec l’étranger. En septembre 1939, Paul Reynaud le nomme sous-gouverneur de la Banque de France avec mission d’y organiser le contrôle des changes. Il tente par la suite de réorganiser la Banque à Vichy, lorsqu’il est démis de ses fonctions en application de la « loi » sur le statut des juifs du 3 octobre 1940. Réintégré dans les cadres de l’Inspection en janvier 1941, il effectue des missions de routine administrative dans le sud de la France et noue ­progressivement des contacts avec la ­Résistance.

4En 1945, il est nommé chef de la délégation française à la conférence de Paris sur les réparations. Il est l’un des fondateurs la Société du Mont-Pèlerin en avril 1947, aux côtés de ­Friedrich Hayek, Ludwig von Mises et Maurice Allais. Dans les années cinquante, il occupe des postes dans les instances européennes naissantes, à la Cour de justice de la CECA et à la Cour de justice des Communautés européennes. En 1958, le général de Gaulle le charge d’une mission globale de réflexion sur l’orientation de la politique économique de la France. Le comité Rueff, réuni à trente reprises entre septembre et décembre 1958, propose des mesures de nature à rompre durablement avec l’instabilité financière et monétaire de la IVe République en même temps qu’il prépare une plus large ouverture de l’économie française à la concurrence internationale. Le comité propose d’endiguer l’inflation en contractant la demande (réduction du déficit budgétaire) et en soulageant l’offre (désindexation salariale). Avec l’appui de son conseiller, Roger Goetze (IF 1937), et des grandes directions des Finances, de Gaulle parvient à appliquer le plan dans un délai très court. Le comité Rueff propose également de dévaluer le franc pour retrouver rapidement une marge de compétitivité. La dévaluation de 15 % intervient le 27 décembre 1958 ; elle est suffisamment forte pour que l’économie nationale conserve une marge de compétitivité à la suite de la mise en œuvre d’une politique de vérité des prix, qui prévoit notamment la suppression des subventions à l’exportation. Le premier janvier 1959, un nouveau franc voit le jour (1 nouveau franc = 100 anciens francs). L’application rapide de ces mesures a pour effet de réduire l’inflation (en 1959, 1960 et 1961, elle atteint respectivement 5,7 %, 3,5 % et 3,4 %). Une compétitivité-prix retrouvée provoque dès 1959 un renversement durable – jusqu’en 1964 – du solde commercial et du solde courant. La dévaluation et ses mesures d’accompagnement n’entravent pas pour autant l’élan de la croissance française. Au contraire, semble-t-il, puisque le rythme de la croissance s’accélère entre 1959 et 1962. Une situation de quasi plein-emploi continue de prévaloir.

5Rueff est l’un des plus grands économistes français du xxe siècle. Figure de proue des libéraux français, il obtient une reconnaissance mondiale, prend part aux grandes controverses théoriques, mais ne structure pas d’école autour de lui. Il croit aux vertus de l’ajustement par les prix, dont rien ne doit perturber la qualité du signal, ni rigidités ni inflation. Dans l’entre-deux-guerres, il dénonce l’indemnisation du chômage en Angleterre en 1925 et les dispositifs de salaire minimum comme responsable du chômage : ses éléments empêchent le salaire réel de jouer son rôle de variable d’ajustement sur le marché du travail et de parvenir au plein-emploi. La controverse qu’il entretient avec Keynes concerne au fond la capacité à faire ­évoluer les structures économiques. Rueff pense qu’elles doivent et peuvent être ­rapprochées de l’idéal de concurrence pure. Keynes pense qu’elles sont un invariant et constituent ­l’opportunité d’intervention ­efficace de ­politique ­conjoncturelle.

6Dans l’ouvrage Le lancinant problème des balances de paiement (1965), il dénonce le fait qu’au sein du système de Bretton Woods, les États-Unis se trouvent exonérés, par leur privilège d’émetteur de la monnaie de réserve, de solder leurs déséquilibres externes par des sorties d’or. Rueff prolonge les analyses de Robert Triffin en montrant que le système entraîne un accroissement dangereux des bases monétaires. Un déficit américain se traduit par une hausse du poste or et devises en Europe et au Japon, ce qui conduit à une progression de la création monétaire, alors que le placement des dollars accumulés par les banques centrales en Amérique y empêche une contraction monétaire, qui aurait théoriquement des effets rééquilibrants. Dans une perspective quantitativiste, l’inflation mondiale se trouve de la sorte accélérée. Il convient, selon Rueff, pour combattre l’inflation, de revenir à un vrai système d’étalon-or : « la règle d’or », c’est-à-dire « l’obligation d’équilibrer, d’une zone monétaire à l’autre, par rentrées et sorties effectives de métal précieux, la balance résultant de leurs échanges » (conférence de presse du général de Gaulle du 4 février 1965).

Bibliographie

Sources

Rueff Jacques, Œuvres complètes, Paris, Plon, 1977-1981, 4 vol. 

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540