Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

VI. Vie sociale, scientifique, culturelle

René Stourm (1837-1917)

Un mentor sans disciple

Antoine Savoye

Texte intégral

1René Stourm offre un cas de figure particulier parmi les inspecteurs leplaysiens. Issu d’une famille de magistrats messins, son père, ­Augustin African (1797-1865), a une longue carrière politique à son actif. Député, puis représentant de l’Aube de 1837 à 1849, il entre au Conseil d’État de la IIe République (section des finances). Rallié à l’Empire, il est nommé directeur général des Postes (1853), puis sénateur en 1861, année où René, après avoir été élève au collège de Juilly et fait des études de droit, intègre l’Inspection des Finances. Attaché au secrétariat général du ministère, il se voit confier, en 1867, la fonction de sous-chef de cabinet du ministre Pierre Magne. Sous la IIIe République, chef de bureau, en charge des travaux statistiques et des études de législation comparée, il est nommé administrateur des Contributions indirectes, sous l’autorité de Paul Audibert, entré à l’Inspection en 1852, et responsable de la 3e division à 37 ans. Six années plus tard, cette carrière bien engagée est brisée : il est mis en disponibilité, peut-être victime d’une vengeance politique, comme le laissent entendre certains commentateurs.

2Ainsi écarté du service public, il se consacre alors à la recherche, au croisement de la science financière et de la science sociale à laquelle, dit-il, Le Play lui-même l’a initié en l’invitant à lire La Réforme sociale en France. À l’occasion de son élection à l’Institut, il soulignera : « Depuis seize à dix-sept ans que j’ai quitté l’administration – ou plutôt que l’administration m’a quitté – ma vie s’est passée très solitaire dans les bibliothèques ». Il précise sa conception d’une science sociale des finances publiques dans la préface à ses Systèmes généraux d’impôts (1893), où il souligne que la « constitution de chaque système fiscal résulte de diverses influences », faites certes de facteurs économiques et politiques (richesse publique, situation budgétaire, état politique), mais aussi de facteurs sociaux (tempéraments, mœurs, habitudes locales, antécédents, traditions). Une analyse multifactorielle qui intègre ces différents facteurs est donc nécessaire pour comprendre un régime fiscal et, en conséquence, déterminer le plus approprié à une société donnée.

3Dans ses recherches, il associe analyse des faits contemporains et étude documentée du passé, car il considère l’histoire sociale – selon la méthode de l’École des chartes, celle d’un ­Léopold Delisle – comme une voie de recherche complémentaire des enquêtes sur les réalités contemporaines. Ainsi, dans son ouvrage Les Finances de l’ancien régime et de la Révolution (1885), Stourm, dans la ligne de Taine, explore les origines des finances publiques en se focalisant sur la période charnière qui va de la fin de l’Ancien Régime au Consulat. Mais sa cible ultime reste la réalité contemporaine dans ses travaux sur le budget de l’État (1889) et l’impôt (1893). Comparatiste dans le droit fil de Le Play, il rapproche les systèmes d’impôts à l’échelle européenne, replaçant la fiscalité dans son contexte sociétal, comme à propos de l’impôt sur l’alcool (1886). Les leplaysiens, qui l’ont vite reconnu comme un des leurs, en font leur auteur de référence en matière de finances publiques. Ses publications lui valent un statut de savant reconnu et lui ouvrent les colonnes des périodiques économiques. Cette notoriété est parachevée par sa nomination à la chaire des finances publiques de l’École libre des sciences politiques (1885), qu’il occupe jusqu’en 1913, et, onze ans plus tard, par son élection – contre Émile Cheysson, son confrère en science sociale – à la section d’Économie politique, statistique et finances de l’Académie des sciences morales et politiques.

4À l’École des sciences politiques, Stourm retrouve Alphonse Machart, qui est membre de son Comité de perfectionnement aux côtés de Léon Say, Antoine Ribot, Georges Picot, etc. La place occupée par Stourm – qui a simultanément accédé aux fonctions dirigeantes de la SES (1886), dont il en est un très actif administrateur durant trente ans – dans ce haut lieu de la formation des élites administratives aurait dû faciliter la diffusion de la science sociale auprès des futurs membres de l’Inspection des Finances, à laquelle l’École prépare. D’autant plus qu’on y compte d’autres leplaysiens parmi le corps enseignant ou à sa direction. Citons Georges Picot, magistrat et historien, pionnier des habitations à bon marché, Émile Cheysson, ingénieur des Ponts et Chaussées, en charge de l’économie sociale, Anatole Leroy-Beaulieu, frère de l’économiste, auteur d’une étude magistrale sur l’Empire des tsars, qui succède à Émile Boutmy à la tête de l’École. Pourtant, quatre seulement parmi les élèves admis à l’Inspection sous le magister de Stourm rejoignent les cercles leplaysiens : Charles Picot, Michel Machart, Jules Mathorez et Pierre Claudio-Jannet. Il est vrai que l’influence de Stourm est contrebalancée par celle des inspecteurs chargés des conférences (Étienne Dubois de L’Estang, Théodore Plaffain, Charles Lesage, Joseph Caillaux, Georges Privat-Deschanel), étrangers à la science sociale. Par ailleurs à cette époque, l’École n’a pas encore la place qu’elle aura à partir du milieu des années vingt dans la formation des futurs inspecteurs, exception faite des grandes écuries organisées par le Service dans les locaux de la rue Saint-Guillaume. Cette réticence des jeunes inspecteurs, à l’aube du xxe siècle, à adopter les conceptions leplaysiennes peut s’expliquer aussi parce qu’en matière de finances publiques, elles apparaissent à rebours de l’« air du temps ». Ainsi, la critique de l’impôt progressif sur le revenu que développe Stourm face à Joseph Caillaux, dont l’étoile est montante, fait de lui un « homme du passé ». Ses prises de position sur la réforme des finances publiques occultent, aux yeux des jeunes générations, l’originalité de ses travaux sociohistoriques et la cohérence de sa pensée. Certes, Gabriel Ardant, avec sa thèse ­monumentale, Théorie sociologique de l’impôt (1965), reprend le flambeau, mais dans une perspective théorique différente (cf., supra, sa figure dans l’article de Florence Descamps).

5Aussi, plutôt que dans les rangs de l’Inspection, est-ce en Marcel Marion (1857-1940), professeur d’histoire économique et financière au Collège de France et leplaysien de la troisième génération, qu’on peut voir un continuateur immédiat de Stourm.

Bibliographie

Ardant Gabriel, Théorie sociologique de l’impôt, Paris, Sevpen, 1965, 2 vol. 

Marion Marcel, Histoire financière de la France depuis 1715, Paris, A. Rousseau, 1914-1931, 6 vol. 

Sources

Stourm René, Les finances de l’Ancien Régime et de la Révolution, Paris, Guillaumin, 1885, deux volumes, 490 p. et 511 p. ; L’impôt sur l’alcool dans les principaux pays, Paris, Guillaumin, 1886, 211 p. ; Le budget, son histoire et son mécanisme, Paris, Guillaumin, 1889, 655 p. ; Systèmes généraux d’impôts, Paris, Guillaumin, 1893, 415 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site