Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

VI. Vie sociale, scientifique, culturelle

Les inspecteurs des Finances et la science sociale de Le Play

Une rencontre limitée et ambivalente

Antoine Savoye

Texte intégral

1L’appel à constituer une science sociale, lancé par Frédéric Le Play (1806-1882) au milieu du xixe siècle, rencontre un écho favorable chez des inspecteurs des Finances. Esprits positifs, ces derniers sont séduits par la méthode d’étude des sociétés prônée par l’ingénieur des Mines, qui fonde sa science sociale sur des enquêtes minutieuses, multipliant les observations de familles ouvrières dans l’Europe entière, décrivant leurs pratiques sociales (production, consommation, investissement, épargne) et les condensant en un budget annuel des dépenses et des recettes. De plus, de son étude comparée des sociétés européennes, Le Play tire des enseignements généraux et, au-delà, un vaste programme de réforme de la société française. Cette double stratégie, savante et réformatrice, amène plusieurs inspecteurs à rejoindre les rangs de la Société d’économie sociale (SES), fondée en 1856, ou des Unions de la paix sociale (UPS), lancées en 1872. Au sein de ces groupements créés et animés par Le Play, ils participent à l’étude objective des questions sociales et à leur résolution.

2De fait, on relève, dans les cercles leplaysiens, de 1856 à la Première Guerre mondiale, une présence, réduite mais significative, d’inspecteurs des Finances, en exercice ou non. Parmi eux, on peut distinguer trois « générations » correspondant à une douzaine de noms. Denis Benoist d’Azy, Léon Blondel, Adrien-Antoine Chappuis, Charles de Ravinel et Adrien Certes composent la première génération, celle qui a collaboré directement avec Le Play. Puis viennent ceux que l’on qualifiera de continuateurs : d’abord, René Stourm et Alphonse Machart, suivis, dans l’ordre d’ancienneté dans le corps, de Paul Chayet, Charles Picot, Michel Machart (fils d’Alphonse), Jules Mathorez, Pierre Claudio-Jannet. À ces adhérents déclarés, s’ajoutent des sympathisants qui reconnaissent l’intérêt de la science sociale de Le Play sans pour autant rejoindre les cercles leplaysiens. Henri Deroy ou Henri Ardant en sont des exemples pour l’entre-deux-guerres. Tous témoignent d’un intérêt diffus du corps pour les questions sociales. Ont-ils pour autant forgé, à l’instar d’autres agents des grands corps de l’État (Mines, Ponts ou Eaux et Forêts) ralliés à la science sociale, une conception sociale de leur fonction ? L’hypothèse n’est pas à exclure, mais, en l’état de nos recherches, ne semble pas vérifiée, la science sociale n’ayant pas eu suffisamment de prise sur le corps.

Des pionniers non-conformistes

3Les premiers ralliements à l’entreprise de Le Play interviennent sous le Second Empire. L’auteur des Ouvriers européens recherche alors des compétences dans tous les milieux pour asseoir son projet de science sociale. Les inspecteurs, jeunes ou moins jeunes, qu’il convainc lui apportent, en sus de leur savoir en matière de finances publiques, des connaissances variées. Car ces inspecteurs des Finances de la première génération ont souvent un parcours éclectique : Benoist d’Azy, ancien directeur de la Dette sous Charles X, est devenu un puissant entrepreneur impliqué dans le développement de l’industrie métallurgique et du réseau ferroviaire. Il est aussi un député influent, que le coup d’État du 2 décembre écarte – provisoirement – de la vie politique. Blondel, inspecteur général des Finances passé au Conseil d’État, a une double compétence. C’est un expert de la colonisation, à travers son expérience de l’Algérie où il a longtemps exercé, mais aussi de la gestion des Forêts, dont il devient directeur général. Certes a des compétences reconnues en sciences naturelles et il participe activement aux travaux de la Société zoologique de France, qu’il préside. Ravinel a de fortes attaches dans les Vosges, où il est un propriétaire rural éclairé. Révoqué de l’Inspection en 1867 pour s’être présenté au Corps législatif contre un candidat officiel, il poursuit une carrière politique et devient chef de cabinet du ministre des Finances Louis Buffet, vosgien lui aussi. Seul Chappuis présente une carrière entièrement vouée à son administration d’origine.

4Leur contribution à la science sociale voulue par Le Play est effective. Benoist d’Azy et Certes rapportent devant la SES plusieurs enquêtes sur des familles ouvrières et, avec Chappuis, prennent part aux discussions savantes qui en découlent. En 1866, Benoist d’Azy concourt au débat sur le régime successoral en dressant le bilan financier d’une succession d’un journalier de la Nièvre, grevée de frais divers qui ruinent les héritiers. Il met l’accent sur les méfaits du partage forcé auquel Le Play oppose la liberté testamentaire. Par ailleurs, entré au conseil d’administration de la SES, il mobilise son réseau relationnel pour en élargir l’audience.

Une influence marginale

5Mais ces pionniers ne font guère d’émules. Tout au long de la deuxième moitié du siècle, à la différence d’autres corps d’État, l’affinité reste limitée entre inspecteurs et science sociale. Celle-ci n’inspire pas un renouvellement de la science des finances publiques ni de ses pratiques, à l’exception notable de René Stourm – dont est évoquée la figure plus loin. Pourtant, on aurait pu attendre du magister que Stourm et Alphonse Machart exercent à l’École libre des sciences politiques – où l’un occupe la chaire des finances publiques et l’autre est chargé de conférences pratiques et membre du conseil de perfectionnement – une influence leplaysienne sur les futurs inspecteurs en formation, 8 avant 1900, 31 de 1900 à 1914 reçus à l’Inspection étant passés par la rue Saint-Guillaume. Il n’en est rien ou presque, du moins si on prend comme indice l’appartenance aux groupements leplaysiens ou la collaboration à leur périodique La Réforme sociale. Au tournant du siècle, au sein de la SES, les inspecteurs ne sont toujours qu’une poignée et leur contribution reste discrète.

6Ce manque d’écho de la science sociale leplaysienne s’explique par différentes raisons. Tout d’abord, Le Play est très critique à l’égard de l’administration des Finances, qu’il associe au développement néfaste de la sphère étatique. « Le service actuel des finances est celui qui donne lieu aux critiques les plus graves ; et il suffit de le comparer au service analogue des Anglais pour apercevoir l’urgence d’une réforme radicale », déclare-t-il sans ambages dans De la Réforme sociale en France (1864), son ouvrage de référence. Il relève une série de défauts (éparpillement des attributions, dilution des responsabilités, opacité comptable des dépenses) qui vont de pair avec un État envahissant qui se mêle de tout (travaux publics, incitation industrielle et agricole, propagation de l’enseignement, encouragement des arts) et s’endette toujours plus. Et de conclure :

« J’ai souvent cherché, avec le concours d’hommes éminents appartenant à nos administrations financières, le plan de réforme à adopter ; et je n’ai jamais aperçu de solutions meilleures que celles des Anglais ».

7Cette critique de l’État et de sa gestion financière, amplifiée par ses disciples, comme l’économiste Claudio-Jannet, a pu être mal perçue par l’Inspection et, en dehors de quelques exceptions, éloigner ses membres de la science sociale. Ceux-ci, par ailleurs, ont pu reculer devant un ralliement déclaré à une école qui ne brille pas par son républicanisme, à rebours de l’idéologie dominante à partir des années 1880. Enfin, joue également dans cette désaffection le fait que les inspecteurs, dans leur ensemble, sont moins sensibles que d’autres agents de la haute administration – ceux des Eaux et Forêts, par exemple – à la dimension sociale de leur fonction. Alors que bien des professions, à la fin du xixe siècle, s’interrogent sur leur « rôle social », qu’en est-il de l’Inspection ?

Une science pour l’action privée

8De fait, les quelques inspecteurs partisans des conceptions leplaysiennes ont moins appliqué celles-ci au service de l’État que dans leurs activités parallèles ou après leur sortie de la fonction publique. C’est notamment le cas de Michel Machart qui, à la tête de la Société des grands magasins du Louvre, en fait une entreprise réputée pour sa politique sociale, ou bien de Pierre Claudio-Jannet, directeur de la Société des ardoisières d’Angers. De même, Charles Georges-Picot, fils de Georges Picot, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques et dirigeant de la SES, s’engage dans le mouvement nataliste et familialiste aux côtés de nombreux leplaysiens. Citons également, plus proche de nous, Henri Deroy, qui soutient en 1926 une thèse pour le doctorat en droit consacrée aux Œuvres du Moulin-Vert de l’abbé Viollet, préparée sous la direction d’Auguste Souchon, juriste et leplaysien éminent. Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations de 1935 à 1945, il participe, dès 1943, à la nouvelle section d’études sociales du Musée social, à la tête duquel il succède à André Siegfried. On peut également évoquer la figure de Jacques Georges-Picot, homme de « devoir social » à l’image de son grand-père et de son père, qui met ses compétences au service de diverses œuvres sociales, ou encore celles d’Henri Ardant et de son frère Gabriel, qui tiennent au moins pour partie leur orientation intellectuelle de leur père, Gabriel-Martial, et de leur grand-père maternel, Jules Michel, ingénieur des Ponts et Chaussées, tous deux auteurs de travaux dans la ligne de la science sociale leplaysienne et longtemps dirigeants de la SES.

9Au total, les relations entre inspecteurs et science sociale de Le Play présentent un bilan en demi-teinte. D’un côté, la plupart d’entre eux semblent avoir ignoré une praxis scientifique qui, pourtant, était conforme en bien des points à leur ethos professionnel (foi en une connaissance positive reposant sur l’enquête et l’analyse budgétaire, rôle conféré aux autorités sociales). De l’autre, certains, sensibles au credo réformateur de l’école de Le Play, lui ont apporté leur soutien en s’engageant dans des actions sociales concrètes. Cette rencontre ambivalente et limitée aura, cependant, produit une figure exceptionnelle, René Stourm, lequel, bien qu’« exclu de la horde », a ouvert la voie à une synthèse de la science financière et de la science sociale.

Bibliographie

Savoye Antoine et Audren Frédéric (anthologie établie et présentée par), Frédéric Le Play et ses élèves. Naissance de l’ingénieur social, Paris, Presses de l’École nationale supérieure des mines, 2008, 334 p.

Savoye Antoine et Cardoni Fabien (dir.), Frédéric Le Play. Parcours, audience, héritage, Paris, Presses de l’École nationale supérieure des mines, 2007, 327 p.

Kalaora Bernard et Savoye Antoine, La forêt pacifiée, Paris, L’Harmattan, 1986, 132 p.

Sources

Bonin Hubert et Carré de Malberg Nathalie (introduction et notes de), Georges-Picot Jean, Souvenirs d’une longue carrière 1925-1975, Paris, Comité pour l’histoire économique et ­financière, 1993, 428 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540