Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

V. Fonctions, rôles, carrières politiques

Simon Nora (1921-2006)

Un penseur de la Cité moderne

Claire Andrieu

Texte intégral

1La carrière de Simon Nora illustre de manière emblématique la présence, au sein de la haute fonction publique, de penseurs de la Cité moderne. On peut réunir sous cette étiquette un type de réformateurs dont la philosophie sociale est la suivante : le conflit est au fondement de la société et le devoir de l’État est de le rendre supportable par les parties en présence. La Cité moderne est celle qui, associant l’État et la société, procède de la réforme par ajustements constants, en vue d’approcher le meilleur compromis économique et social possible. Ce regard en surplomb porté sur la Cité n’est pas original pour un haut fonctionnaire formé à l’idéologie de l’intérêt général. Ce qui distingue Nora, c’est la forme qu’il donne à son engagement, par l’étude et l’écriture collectives plutôt que par l’exercice de fonctions exécutives. Ses nombreuses publications de fonctionnaire-auteur permettent en outre de retracer l’évolution du mouvement des idées depuis la mise en place de l’État-providence en 1945 jusqu’au libéralisme de la fin du siècle.

2Original, Nora l’est d’abord par sa participation active à la Résistance. Étudiant à Grenoble où sa famille, d’origine juive, s’est réfugiée en 1940, il rejoint en 1943 des anciens de l’École nationale des cadres d’Uriage. Fermée par le gouvernement de Vichy, l’École s’est pour partie repliée dans la « Thébaïde » du château de Murinais, au pied du Vercors. Nora fait partie des « équipes volantes » de deux ou trois hommes qui circulent parmi les camps de réfractaires pour leur dispenser une formation physique, mais surtout civique, à base, notamment, de références historiques mobilisant Valmy et ­Victor Hugo. Le jeune homme sera décoré de la médaille de la Résistance. Au total, quinze inspecteurs des Finances ont reçu cette décoration. Cinq d’entre eux, dont Nora, n’étaient pas encore inspecteurs au moment de sa réception.

3On retrouve le goût des idées et des groupes de discussion dans le parcours de l’inspecteur des Finances. Sur l’étendue de la carrière qu’il commence en 1947, au sortir de l’Éna, les fonctions de responsabilités exécutives ne constituent pas l’élément marquant. Si l’on met à part la direction de la division Économie et Énergie de la CECA en 1960-1962, la direction générale de la société Hachette en 1971-1974 et la direction de l’Éna en 1982-1986, les postes occupés comportent une part importante d’étude et de conseil. Commissions et rapports jalonnent sa carrière. De 1952 à 1960, il est secrétaire général du service des Études économiques et financières (SEEF) et de la Commission des comptes et budgets économiques de la nation. Conseiller technique au cabinet d’Edgar Faure, ministre des Finances en 1953-1954, puis dans celui de Pierre Mendès France, président du Conseil (1954-1955), il est aussi chargé de mission auprès de Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre, en 1969-1971.

4Citoyen actif mais en dehors des partis politiques, il adhère au club Jean-Moulin au début de 1960. Il en est membre du comité directeur en 1963-1966, le temps de la campagne de Gaston Defferre pour la présidentielle de 1965. Cette candidature repose sur la tentative d’un rapprochement entre la SFIO, les radicaux et le MRP, en vue de créer « un parti pour la gauche » qui, en fait, transcenderait le clivage gauche-droite. Lorsque cette opération échoue faute d’accord entre les partis, Nora refuse de suivre l’assemblée générale du club, qui décide d’adhérer collectivement à la FGDS, le parti de gauche créé par François Mitterrand à l’occasion de sa candidature à la présidentielle de 1965. Il quitte le comité directeur, mais reste au club. Européen convaincu, il est l’auteur principal d’un livre publié en 1966 sous le nom du club Jean-Moulin, Pour une politique étrangère de l’Europe.

5En 1963, il est rapporteur général de la ­Commission d’étude sur La politique de coopération avec les pays en voie de développement, mais le premier « rapport Nora » qui le fait connaître du public est le Rapport sur les entreprises publiques, achevé en 1967. Il en reprend certaines idées dans Pour nationaliser l’État, ouvrage collectif écrit avec des membres du club Jean-Moulin et publié en 1968. D’autres rapports suivent, sur l’amélioration de l’habitat ancien (1975), sur les textes régissant l’octroi de fonds publics aux entreprises privées (1977), mais c’est le Rapport sur l’informatisation de la société, dit aussi « rapport Nora-Minc », du nom de son coauteur Alain Minc, ancien inspecteur des Finances, qui consacre sa notoriété en 1978. Il est traduit et publié dans huit pays, dont les États-Unis et le Japon. Créant le mot « ­télématique », le rapport montre la révolution technologique à attendre du rapprochement du téléphone et de l’informatique.

6Le parcours de Nora illustre la circulation des hommes et des idées entre l’État et la société. S’effectuant dans les deux sens, la transmission passe par les comités d’experts constitués par le gouvernement et par la diffusion de leurs rapports. Elle passe aussi par les clubs publiant (Jean-Moulin, puis la Fondation Saint-Simon en 1982, dont Nora est membre fondateur) et le lectorat des éditions du Seuil et de La ­Documentation française, qui contribue à la formation d’un « grand public cultivé ».

7L’itinéraire intellectuel de Nora présente une constante, mais aussi une évolution liée à l’inversion progressive de la balance des idées depuis 1945. L’inspiration de la Thébaïde, celle de l’Uriage résistant qui recherche une troisième voie entre le marxisme et le libéralisme, demeure la sienne. Mais jusque dans les années soixante, la séduction exercée par la planification soviétique est forte. Alors que la ­comptabilité nationale se met en place et que Nora est secrétaire général de la Commission des comptes de la nation, une mission d’étude le conduit en URSS en mai 1958. Le compte-rendu qu’il rédige avec Claude Gruson, inspecteur des Finances et directeur du SEEF, et Jean Bénard, non inspecteur chargé de mission au SEEF, ne tarit pas d’éloges sur « la parfaite aisance de propos », « l’exceptionnelle qualité et la remarquable compétence de nos interlocuteurs soviétiques ». Suivant en cela la théorie de François Perroux, les auteurs considèrent que le capitalisme et le communisme ne sont que des variantes d’une même « économie ­généralisée ».

8Une inflexion se produit dans les années soixante. En 1967, le Rapport sur les entreprises publiques encourt la critique des syndicats du personnel concerné. Tout en recherchant un meilleur équilibre entre la légitimité de l’État, garant de l’intérêt général et porteur de la rationalité à long terme, et celle du marché comme ressort du développement, le rapport propose en fait une libéralisation. Il s’inscrit dans le début de libéralisation économique qui précède Mai 68. Dans Pour nationaliser l’État, Nora en appelle au dialogue entre les fonctionnaires et les dirigeants d’entreprise. Lorsqu’il est nommé au cabinet de Chaban-Delmas, il inspire le discours sur la « nouvelle société » (16 septembre 1969), qui préconise notamment de « restituer » aux entreprises publiques la maîtrise de leurs décisions, tout en les incitant à rénover les procédures de détermination des salaires. En 1986, il n’a pas varié : « La nationalisation, c’est un marteau pour tuer les mouches. La ­dénationalisation aussi, d’ailleurs. »

9En 1993, le « nouveau rapport Nora » – pour reprendre le titre donné par Le Nouvel Observateur à une interview approfondie – porte le même jugement balancé sur les années ­Mitterrand : « Il y a de bonnes et de mauvaises politiques, de gauche comme de droite ». Alors même que depuis sa retraite en 1986, il est passé dans la finance internationale comme président du conseil de surveillance puis d’administration de Lehman Brothers (France), il maintient son regard pragmatique sur la Cité.

Bibliographie

Andrieu Claire, Pour l’amour de la République. Le club Jean-Moulin, 1958-1970, Paris, Fayard, 2002, 608 p.

Bitoun Pierre, Les hommes d’Uriage, Paris, Éditions La Découverte, 1988, 293 p.

Sources

Club Jean-Moulin [Nora Simon], Pour une politique étrangère de l’Europe, Seuil, coll. Jean-Moulin, 1966, 68 p.

« Servir l’État. Simon Nora : entretien avec Marcel Gauchet », Le Débat, mai-septembre 1986, p. 6-33.

« Le vrai bilan des années Mitterrand. Le nouveau rapport Nora », entretien avec Simon Nora, propos recueillis par Josette Alia et Christine Mital, Le ­Nouvel Observateur, 18-24 mars 1993, p. 74-81.

Auteur

Professeure des universités en histoire contemporaine à l’institut d’études politiques de Paris

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par