Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

V. Fonctions, rôles, carrières politiques

Les inspecteurs des Finances dans la vie politique sous la Ve République

Luc Rouban

Texte intégral

1Les inspecteurs des Finances jouent un rôle important dans la vie politique de la Ve République, même si cette dernière s’est progressivement éloignée des mythes fondateurs gaulliens et technocratiques de ses origines pour adopter un style plus conforme aux ­démocraties d’opinion européennes à la fin du xxe siècle.

L’évolution des rapports entre administration et politique

2Les rapports entre les inspecteurs des Finances et la politique évoluent au même rythme que les institutions de la Ve République. À la période gaullienne, où la centralité de l’appareil d’État commande aux partis politiques, succède un cycle de modernisation, commençant avec Valéry Giscard d’Estaing, puis d’alternances à partir de 1981. Un tournant est donc pris dès les années soixante-dix, qui inscrit les rapports que les inspecteurs peuvent avoir avec la politique dans des structures nouvelles : la séparation classique entre administration et politique, laissant à la première la mission d’effectuer ce que commandait le second avec une certaine autonomie, s’évanouit au profit d’un processus long et complexe de politisation de la haute fonction publique, qui ne touche pas seulement l’Inspection des Finances, mais également tous les grands corps. Cette politisation se décline sur plusieurs modes. Celui des influences précises du monde politique sur la vie des services par l’entremise de cabinets de plus en plus partisans et interventionnistes, celui d’une concentration des décisions au profit de l’Élysée, celui de nominations d’amis et de fidèles aux commandes des grandes directions du ministère des Finances, mais aussi celui des nominations au tour extérieur d’inspecteurs des Finances afin d’aider d’anciens collaborateurs membres des entourages, voire d’anciens ministres, à droite (François Léotard), à gauche (Christian Sautter, l’une des très rares personnalités de gauche ayant profité de cette possibilité) et au centre (Bruno Durieux). Au total, on compte une trentaine d’anciens des entourages et des cabinets ministériels à se voir recrutés au tour extérieur entre 1973 et 2008, ce qui est relativement peu comparé à d’autres corps de la fonction publique.

3Mais la politisation conduit également à s’engager dans le débat partisan. La Ve République semble caractérisée par une « fonctionnarisation » de la vie politique qui aurait fait, selon les clichés habituels, la part belle aux membres des grands corps de l’État, alors que les représentants de ces derniers ne comptent au maximum que pour 7 % des députés entre les élections de 1967 et celles de 1973, période de leur apex. Les inspecteurs ayant véritablement choisi l’engagement politique au détriment d’une carrière administrative ou dans les affaires ne sont en effet pas très nombreux. En tout, on peut dénombrer 80 inspecteurs qui, de 1958 à 2008, ont eu peu ou prou une activité politique. Sur ce total, 17 ont eu des activités militantes dans des partis politiques ou des syndicats, sans être élus, 37 sont des élus locaux et 27 ont accédé à la vie politique nationale. Parmi ces derniers, figurent cependant un président de la République (Valéry Giscard d’Estaing), quatre Premiers ministres (Jacques Chaban-Delmas, Maurice Couve de Murville, Alain Juppé, Michel Rocard), six ministres des Finances (Wilfrid Baumgartner, Maurice Couve de Murville, Jean-Pierre Fourcade, Valéry Giscard d’Estaing, Alain Juppé, François-Xavier Ortoli). Les élus nationaux qui ne participent pas au pouvoir exécutif sont rares : en tout, quatre députés et quatre sénateurs en l’espace de cinquante ans. Au total, les inspecteurs des Finances semblent donner corps à la dérive technocratique de la Ve République. Cependant, ce cliché recouvre des évolutions différentes car la technocratie est plurielle.

Les « ministres-techniciens »

4Au début de la Ve République, l’investissement des inspecteurs des Finances dans la vie politique est très tardif, venant souvent couronner une longue carrière administrative. Les inspecteurs des Finances des années soixante viennent parfaitement illustrer le rôle désormais second de l’engagement politique au regard de l’accomplissement professionnel représenté par la détention de postes de pouvoir importants à la tête des cabinets ministériels ou d’entreprises publiques ou privées. C’est évidemment le cas de Wilfrid Baumgartner, qui devient ministre des Finances du gouvernement de Michel Debré en 1960, sans avoir jamais été élu auparavant, alors qu’il a été P.-D.G. du Crédit national et gouverneur de la Banque de France après guerre. C’est également le cas de Maurice Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères de 1958 à 1968 avant d’être nommé ministre de l’Économie et des Finances, puis élu député en juin 1968 et nommé Premier ministre en juillet. On retrouve ce modèle de « ministre-technicien » une décennie plus tard en la personne de Jean-François Deniau, qui passe de longues années dans les services de la Communauté européenne, comme directeur général, puis comme commissaire européen, avant de participer au gouvernement de Pierre Messmer de 1973 comme secrétaire d’État à la Coopération, puis d’être nommé ministre du Commerce extérieur dans le gouvernement de Raymond Barre de 1978. C’est seulement à cette date qu’il est élu député et, un an plus tard, conseiller général. Roger Fauroux est sans doute l’un des derniers exemples historiques de cette catégorie d’hommes politiques. Entré à l’Inspection en 1956, il fait ses premières armes dans le cabinet de Louis Joxe à l’Éducation nationale en 1960, puis mène une longue carrière de 1961 à 1986 chez Saint-Gobain, jusqu’à en devenir président en 1980. En 1986, il dirige l’Éna avant d’être invité par Michel Rocard en 1988, au titre de l’ouverture politique, à prendre le portefeuille de l’Industrie.

Les « technocrates d’appareil »

5Une seconde vague se forme dans les années 1970-1980, celle des technocrates d’appareil, à mesure que l’administration se politise et requiert des compétences associées à un engagement qui ne prend pas la forme d’un militantisme claironnant, mais généralement celle de la proximité et de la fidélité à un leader politique. L’appareil d’État gaullien disparaît peu à peu à mesure que des clans se dessinent derrière les clivages partisans, et souvent au sein du même camp, et que les partis politiques reprennent leur place. Les destins nationaux sont alors associés aux paris gagnants que l’on a faits sur une personnalité d’envergure ou à la participation active aux appareils des partis ou à leur périphérie que constituent les multiples clubs.

6Albin Chalandon apparaît comme l’un des précurseurs de cette nouvelle vague. Dès 1958, il est secrétaire général de l’UNR, tout en poursuivant sa carrière dans le secteur privé à la tête de la BNCI de 1950 à 1952, puis de la Banque commerciale de Paris jusqu’en 1968. Il est ministre de l’Industrie dans le gouvernement de Georges Pompidou de 1968, mais cette fois après avoir été élu député en 1967. Après deux autres postes ministériels à la tête de l’Équipement, il devient P.-D.G. d’Elf-Aquitaine en 1977 et revient à la politique en 1986 comme garde des Sceaux du premier gouvernement de cohabitation. De la même façon, Jean-Pierre Fourcade associe dans sa trajectoire affaires privées, mandats électifs et proximité avec un homme d’État, en l’occurrence un camarade de l’Inspection, Valéry Giscard d’Estaing. Après avoir été son conseiller, puis son directeur adjoint de cabinet aux Finances en 1964, il devient directeur général du Commerce intérieur et des Prix en 1968, puis entame une carrière dans le privé qui le conduit à la tête du CIC en 1971. À la même date, il devient maire de Saint-Cloud et en 1973, il est élu conseiller général. Il ne devient ministre de l’Économie et des Finances qu’en 1974, sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing. Alain Juppé se caractérise quant à lui par sa grande proximité avec Jacques Chirac, puisqu’il est directeur de son cabinet de Premier ministre en 1976, avant de le rejoindre à la mairie de Paris en 1978, et par son implication forte dans les rouages internes du RPR, dont il est membre du conseil national dès 1979. Mais, là encore, il est élu bien avant d’être nommé ministre puisque son premier mandat, de conseiller de Paris, est acquis en 1983, suivi d’un mandat de député européen en 1984 et de député de Paris en 1986, date à laquelle il devient également ministre du Budget. Alain Juppé n’est pas épargné par les scandales touchant le personnel politique ayant gravité autour de Jacques Chirac. De nombreux commentateurs ont jugé que cette proximité était fatale à un destin national alors même qu’il avait rejoint Matignon en 1995.

7Certes, la plupart de ces trajectoires caractérisent des hommes politiques de droite, car si la gauche au pouvoir a pu parfois s’appuyer sur les compétences d’inspecteurs des Finances sympathisants, ces derniers n’ont pas été en mesure de transformer leur investissement ­d’appareil en carrière politique dès lors que le Parti socialiste perdait l’Élysée. Frédérique Bredin est ainsi la seule femme membre de l’Inspection ayant mené une carrière politique. Elle entre à l’Inspection en 1980, devient conseillère technique auprès de Jack Lang en 1984, puis chargée de mission au secrétariat général de la présidence de la République en janvier 1986. Elle est élue député de Seine maritime en 1988, maire de Fécamp en 1989 et devient membre titulaire du comité directeur du Parti socialiste en 1990. Elle est nommée ministre de la Jeunesse et des Sports en 1991 dans le gouvernement d’Édith Cresson. Élue député européen en 1994, elle poursuit encore un peu sa carrière politique avant de ­l’abandonner dans les années 2000 et d’aller travailler chez Lagardère Médias.

8Même de manière plus ponctuelle, la technocratie d’appareil ou de club se retrouve également à gauche, une gauche très modérée du reste, qui n’interdit pas d’aller pantoufler dans le privé. Jean Saint-Geours, après une longue carrière au ministère des Finances et à la tête du Crédit Lyonnais, devient le conseiller de Pierre Mauroy entre 1981 et 1982, chargé de la mission nationale de lutte pour l’emploi. Il rejoint alors la direction du Crédit national jusqu’en 1987 avant d’aller présider la Compagnie financière du CIC. Il est l’un des fondateurs de l’association Futuribles.

9Un autre cas du même type est celui de Jean-Pierre Jouyet qui, après avoir été directeur de cabinet de Fauroux en 1988, alors ministre de l’Industrie du gouvernement de Michel Rocard, devient le conseiller de Jacques Delors, président de la Commission européenne, entre 1991 et 1995, puis directeur adjoint du cabinet de Lionel Jospin en 1997. Il passe dans le privé à la banque Barclays en 2005 avant d’être nommé secrétaire d’État aux Affaires européennes en 2007, un poste plus technique que réellement politique.

10La très grande majorité des inspecteurs ayant une activité politique au niveau national sont donc des hommes d’appareils et d’entourages. Ils n’abandonnent pas l’Inspection et ne démissionnent pas (seuls Chalandon et Fauroux le font).

La rareté des carrières politiques

11Les trajectoires purement politiques à l’échelon national, quant à elles, se comptent sur les doigts d’une main. On remarque surtout celle de Jacques Chaban-Delmas, son rôle dans la Résistance ayant sans doute bien plus joué que son appartenance à l’Inspection. Il est propulsé député dès 1946 et devient maire de Bordeaux en 1947 avant d’entamer une carrière politique de franc-tireur qui le conduit à Matignon. Avec Giscard d’Estaing, ­l’Inspection voit un de ses membres entrer à l’Élysée. Contrairement aux apparences, qui ont fait dire que le septennat commencé en 1974 était celui d’un technocrate, Giscard d’Estaing commence très tôt sa carrière politique puisqu’il est élu député en 1956, alors qu’il était entré à l’Inspection en 1952. On aurait pu ajouter François Léotard, maire de Fréjus dès 1977, à 35 ans, puis délégué général du Parti républicain en 1982. Mais il n’intègre l’Inspection qu’en 2001, au tour extérieur, et il serait difficile de considérer qu’il représente le corps. À gauche, Rocard est secrétaire général des Étudiants socialistes en 1953, trois ans avant son entrée à ­l’Inspection, devient secrétaire national du PSU en 1967, puis député en 1969, alors qu’il ne sera ministre pour la première fois qu’en 1981. Mais peut-on tirer de trois ou quatre cas sans cesse évoqués une loi historique qui ferait de l’Inspection des Finances une pépinière d’hommes politiques ? Certainement pas.

12Si l’on examine maintenant les carrières politiques menées du côté du seul pouvoir législatif, force est de reconnaître qu’elles constituent souvent une récompense de fin de parcours. Le passage au politique se fait alors sur le mode notabiliaire, comme une récompense après des années de bons et loyaux services ou comme une position sociale de prestige, mais certainement pas comme le résultat d’un engagement militant de longue date. On devient élu local, puis député ou sénateur à titre accessoire, comme on devient président d’honneur d’une fédération patronale ou d’un réseau bancaire. L’accès aux mandats est souvent très tardif, là encore : Henri Yrissou est élu conseiller général, puis député du Tarn en 1958, à 49 ans, après avoir été cinq fois directeur de cabinet d’Antoine Pinay ; Jacques Toutain est élu maire, puis sénateur des Yvelines en 1985, à 56 ans, après avoir fréquenté de nombreux cabinets ministériels. L’inscription de la Ve République dans une vie politique partisane intense à partir des années soixante-dix conduit un peu à modifier cette logique car la recherche de mandats locaux se fait plus précoce. Par exemple, Yann Gaillard est élu conseiller général en 1976, à 40 ans, alors qu’il occupe encore la fonction de directeur de cabinet d’Edgar Faure, président de l’Assemblée nationale. Mais il n’est sénateur qu’en 1994. L’un des très rares cas de carrière politique législative précoce est celle de Philippe Marini, qui entre à l’Inspection en 1974, se retrouve maire-adjoint de Compiègne en 1977, puis maire en 1987, avant d’être élu sénateur de l’Oise en 1992.

13Dans l’ensemble, l’occupation de mandats locaux est une activité secondaire, arrivant à l’heure de la maturité (la moyenne d’âge du premier mandat local est de 42 ans), et qui offre la possibilité de se reconvertir en fin de carrière. L’investissement dans la vie politique locale est parfois lié aux racines aristocratiques de certains. Pierre Pénin de la Raudière, né d’un père « propriétaire rentier », reste ainsi maire de Villebon de 1922 à 1974. François de La Motte Ango de Flers, dont le père était membre de l’Académie, est conseiller général de la Lozère de 1934 à 1967.

14Chez le plus grand nombre, la détention d’un mandat municipal ou cantonal s’inscrit dans une stratégie élitaire « multicartes », qui associe la politique à la conduite des affaires publiques et privées. Plus de la moitié des détenteurs de mandats locaux sont également des pantoufleurs.

Des réseaux personnalisés

15La faible implication numérique de l’Inspection dans le monde politique stricto sensu ne doit cependant pas cacher sa force, qui se mesure à la concentration des réseaux tissés autour du ministère des Finances comme au pouvoir des « financiers » à une époque d’intervention massive de l’État sur la société. Même peu nombreux, les hommes politiques issus de l’Inspection servent de relais parfois à des générations entières de jeunes inspecteurs. En ce sens, du moins jusque dans les années quatre-vingt, les interactions créées entre le corps, les cabinets du ministère des Finances et l’accès aux centres de décision du monde économique, qu’ils soient privés ou publics, reposent sur des relations fortement personnalisées. Ce modèle est directement hérité des pratiques de la IIIe et de la IVe République : derrière la « technocratie » de l’avant et de l’après-guerre (sans compter celle de Vichy), s’établissent des liens individuels avec des personnalités qui contribuent à la fois à orienter les carrières, mais également à façonner le milieu dans lequel les inspecteurs seront appelés à évoluer.

16On observe, avec l’Inspection des Finances, le cumul de deux phénomènes analysés par ailleurs par la sociologie politique : d’une part, une forte socialisation corporative qui va s’alimenter aux modèles fournis par la figure de quelques personnalités, ministres, directeurs de cabinet, directeurs du Trésor ou du Budget ; d’autre part, un rétrécissement des voies d’accès au pouvoir, contrôlées par les mêmes, agissant en gate keepers et sélectionnant ceux qui constitueront les équipes dirigeantes de la sphère financière publique ou privée. On est donc dans la situation paradoxale où des structures de pouvoir et des étapes de carrière bien balisées peuvent également produire de l’aléa. En fait, on est, avec les réseaux de l’Inspection, dans l’au-delà de la technocratie, un champ de pouvoir à la fois trop personnel pour être assimilé à quelque bureaucratie anonyme, malgré l’imposante structure ministérielle des Finances (dont les trajectoires professionnelles réussies cherchent précisément à se détacher), et en même temps suffisamment objectivé pour résister aux épreuves du temps, comme le changement de régime ou les alternances politiques.

17Le rôle des personnalités peut être saisi par la fréquence des rencontres professionnelles, qui s’effectuent le plus souvent au moment du passage par les cabinets ministériels, par Matignon ou le secrétariat général de l’Élysée. L’analyse montre que la concentration des réseaux d’inspecteurs s’atténue fortement à partir de la fin des années quatre-vingt, même si les alternances ou les changements de portefeuilles n’empêchent pas de recourir au même vivier de collaborateurs. Pour l’ensemble des inspecteurs actifs entre 1958 et 2008, Valéry Giscard d’Estaing reste ainsi la personnalité politique la plus « fréquentée » puisqu’on dénombre 24 inspecteurs ayant collaboré avec lui de manière régulière. Viennent ensuite Michel Debré (treize inspecteurs), Pierre Bérégovoy (douze inspecteurs) et Jacques Delors (dix inspecteurs). Michel Rocard se fait remarquer par sa faible propension à recourir aux membres de l’Inspection, car si Roger Fauroux entre dans ses gouvernements (Bruno Durieux n’entre à l’Inspection qu’en 2001, au tour extérieur), deux inspecteurs seulement fréquentent son cabinet à Matignon. En moyenne, les inspecteurs se font ensuite plus rares : neuf autour d’Édouard Balladur et, plus récemment, six autour de François Fillon. Si Nicolas Sarkozy en a compté trois dans son cabinet de ministre du Budget en 1993, puis quatre lorsqu’il devient ministre de l’Économie et des Finances en 2004, et encore deux comme ministre de l’Intérieur en 2005, il ne fait appel qu’à trois d’entre eux entre 2007 et 2008 (François Pérol comme secrétaire général adjoint de l’Élysée – remplacé par Xavier Musca en 2009 – Mathieu Louvot et Boris Ravignon comme conseillers techniques).

Un grand corps libéral ?

18Cette « rencontre » avec une personnalité n’est pas sans conséquence sur la suite de la carrière. Alors que la moyenne des départs en pantouflage est de 57 %, on voit que plus de 87 % de ceux qui ont collaboré avec Valéry Giscard d’Estaing pantouflent, contre 69 % de ceux qui ont travaillé avec Michel Debré. Ce constat amène ainsi à s’interroger sur le rôle proprement politique de la présence des inspecteurs des Finances dans les entourages présidentiels ou ministériels. Pourrait-on soutenir la thèse selon laquelle l’Inspection des Finances a poussé la France et sa haute fonction publique sur la voie du libéralisme ? Ne pourrait-on déceler une fonction politique de « passeurs » à tous ces hauts fonctionnaires très présents dans les entreprises privées et dont le corps d’origine reste historiquement associé au monde de la finance ? Ils vont ainsi servir de fer de lance, à partir de 2007, à la Révision générale des politiques publiques, la première réforme de l’État réellement libérale menée depuis 1958. Sans qu’il soit possible d’analyser ici l’itinéraire de la pensée libérale sous la Ve République, du moins peut-on s’arrêter au « moment Chaban » et au « moment Giscard » comme deux points de repères historiques de tentatives de transformation de la vie politique française en phase avec l’esprit de corps caractérisant l’Inspection.

19Le projet de « nouvelle société » proposé par Jacques Chaban-Delmas, dans son discours du 16 septembre 1969 devant l’Assemblée nationale, développe un argumentaire à la fois centriste et interventionniste, qui rompt avec l’orthodoxie gaulliste développée par l’UDR. Il s’agit de répondre aux questions posées par Mai 1968 par des mesures progressistes, d’écouter l’évolution sociale sans pour autant abandonner le cadre de la Ve République. Jacques Chaban-Delmas, même s’il n’a pas longtemps travaillé au sein de l’Inspection, développe des thèses qui expriment un souci largement partagé en son sein de s’ouvrir au monde de l’entreprise, en développant notamment le dialogue social. Il critique de ce fait le poids trop important accordé à l’État, une rupture avec la doxa de l’époque, vite battue en brèche par le Président Pompidou, qui le pousse à la démission.

20Le « giscardisme » qui s’ensuit constitue un tournant dans la vie politique française car il s’énonce clairement pour la première fois comme un projet libéral, qui s’éloigne en conséquence du centrisme chrétien incarné notamment par Jacques Delors. Il s’appuie de plus sur l’autorité du président de la République. La thématique de la « société libérale démocratique avancée » entend rompre également avec le gaullisme, double rupture qui s’inscrit à la fois dans un volontarisme de la réforme sociale cherchant à s’éloigner des sources de légitimité puisées dans la Seconde Guerre mondiale et dans un libéralisme culturel ouvrant des espaces de liberté à la société civile (abaissement de l’âge de la majorité, loi Veil sur l’avortement), en partie dégagée de l’emprise de l’État. Les écrits de Valéry Giscard d’Estaing révèlent du reste cette culture propre aux inspecteurs des Finances polytechniciens, reposant à la fois sur le style de la démonstration scientifique et sur l’autorité du pédagogue. Le président de la République parle pour la première fois, sous la Ve République, comme un professeur, à l’image des rapports que les inspecteurs envoient à leur ministre pour lui expliquer les finesses du monde financier. Pour le Président, il faut analyser les ressorts historiques de la transformation des sociétés humaines pour comprendre les réformes. Valéry Giscard d’Estaing, lui-même originaire d’une famille où l’on compte trois autres inspecteurs des Finances, subsume en grande partie cette idéologie réformiste du haut fonctionnaire refusant de s’engager dans des luttes partisanes et cherchant à ouvrir le débat à de nouveaux interlocuteurs. C’est à partir de 1974 que l’opposition se voit en effet réintégrée dans le jeu politique alors que son rejet du général de Gaulle l’avait ostracisée depuis 1958. Et c’est également à compter de cette date que l’on voit les institutions de la Ve République évoluer vers davantage de pluralisme. Par ailleurs, le giscardisme, tout comme le projet de Jacques Chaban-Delmas, cherche à placer la vie des entreprises et donc des salariés du secteur privé, qui constituent son électorat, au centre des débats politiques. Ces deux projets ont également en commun de favoriser la construction européenne pour qu’elle aille au-delà d’un simple système d’accords commerciaux. Il ne s’agit plus de sacraliser l’État ni d’en faire le centre de toute vie politique. Cette préoccupation témoigne sans doute d’une connaissance acquise dans le milieu familial et professionnel, à savoir que le monde ne s’arrête pas à la porte des ministères.

21L’alternance de 1981 est évidemment venue bouleverser ce projet, qui avait d’ailleurs été mis sous le boisseau dans les dernières années du septennat. Paradoxalement, c’est la gauche au pouvoir qui va légitimer le rôle des entrepreneurs et voir fleurir des pantoufleurs de haut vol. Que reste-t-il, dans les années 2010, de ces tentatives de réformisme ? Pas grand-chose, et avec elles disparaît également le gaullisme social qui a pu séduire un François Bloch-Lainé, car le libéralisme semble être devenu le seul horizon de pensée, un libéralisme mondialisé et financiarisé qui ne s’embarrasse plus trop de dialogue social.

22La place que l’Inspection des Finances prend dans la vie politique de la Ve République ne se limite donc pas à celle que l’on peut conférer à un groupe de pression quelconque. Les inspecteurs restent de grands producteurs de concepts et d’instruments de l’action publique. Ils ne constituent certes pas une force politique au sens classique du terme, car ils sont éparpillés dans des administrations ou des entreprises en concurrence, mais la constitution réticulaire du corps leur donne une capacité collective importante d’innovation et de transferts de savoir-faire. On touche ici à l’une des zones les moins connues du monde politique, celle où s’élabore un travail politique discret, mais touchant directement les centres de pouvoir. Ce travail politique a sans doute plus de poids que celui que l’on accorde généralement au travail des élus dans les sociétés démocratiques, car c’est lui qui élabore les grilles de lecture que les professionnels de la politique reprennent à leur compte. Mais on peut aller sans doute plus loin dans l’analyse, car ce travail n’est pas seulement de type conceptuel. Il repose sur les pratiques professionnelles et notamment sur le pantouflage, sans lequel l’Inspection ne serait qu’un organe de contrôle comme il en existe tant. En établissant un lien organique, élitaire, entre les administrations et les états-majors des grandes entreprises privées, le pantouflage intègre le capitalisme au monde politique, quel que soit le régime, mais crée en retour un pluralisme interne à l’État qui contribue fortement à la spécificité politique de la France au regard des démocraties occidentales. Car, dans ces conditions, le ­libéralisme ne peut toujours être qu’un libéralisme d’État.

Bibliographie

Rouban Luc, « Les élites de la réforme », Revue française d’administration publique, n° 136 : La révision générale des politiques publiques, 2010/4, p. 865-880.

Le giscardisme, n° 9 de Pouvoirs, 1979, 218 p.

Sources

Chaban-Delmas Jacques, L’ardeur, Paris, Stock, 1975, 451 p.

Giscard d’Estaing Valéry, Démocratie française, Paris, Fayard, 1976, 175 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search