Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

V. Fonctions, rôles, carrières politiques

Les inspecteurs des Finances dans la vie politique du début du xxe siècle à 1958

Marc Olivier Baruch

Texte intégral

1Dans la République d’avant 1958, la participation de fonctionnaires à la vie politique française se devait d’obéir aux règles du jeu parlementaire. Y accéder passait par l’élection, à la rare exception du portefeuille de la Guerre, dont il était admis qu’il pouvait être confié à un officier général. Les grands corps de l’État y veillaient : on se souvient que le vice-président du Conseil d’État refusa à Léon Blum, battu aux législatives de 1920, le retour dans ses fonctions de maître des requêtes – exemple qui permet de rappeler à quel point les modalités de gestion d’un corps de hauts fonctionnaires (règles et pratiques confondues) constituent un paramètre important dans l’implication de ce corps dans la vie politique nationale.

Discrétions

2Qu’en est-il, à cet égard, de l’Inspection des Finances ? Une première constatation ­s’impose. Viennent à l’esprit des parcours certes prestigieux : ceux de Joseph Caillaux et, dans une moindre mesure, de François Piétri sous la IIIe République, et, sous la République suivante, ceux de Jacques Chaban-Delmas, de Félix Gaillard et du jeune Valéry Giscard ­d’Estaing, commençant une carrière qui allait se révéler prometteuse. Si ces exemples sont si souvent cités, c’est qu’ils sont rares. On est ainsi encore loin du modèle « technocratique » de la Ve République, qui voit quatre inspecteurs des Finances exercer les fonctions de Premier ministre entre 1968 et 1997, brillant palmarès qui mettra alors l’Inspection des Finances à égalité avec le Conseil d’État.

3Même agrémentée des rares autres cas d’inspecteurs ayant occupé des fonctions ministérielles ou parlementaires avant 1958, la liste est à peine assez étoffée pour que l’apport d’une sociographie fasse beaucoup plus que mettre en évidence ces atouts classiques que constituent l’inscription dans une continuité dynastique (Bardoux-Giscard d’Estaing) et une solide implantation locale, passant le plus souvent par la présidence du conseil général (Joseph Caillaux dans la Sarthe, François Piétri en Corse, Félix Gaillard en Charente). La compétence technique apparaît alors seconde, d’autant que la gestion des finances publiques se résume longtemps à un exercice d’économie domestique « en bon père de famille ». Il faudra l’exceptionnelle longévité politique de Caillaux, et toutes les ressources rhétoriques déployées dans ses Mémoires, pour que l’expertise financière prêtée aux inspecteurs devienne une ressource valorisée sur le marché politique, démarche tardive par rapport à celle dont bénéficient les ingénieurs, notamment polytechniciens, dès le début de la IIIe République, avec la figure d’un Eugène Freyssinet par exemple.

4Lorsque, avec les crises financières de l’après-Première Guerre mondiale, le besoin se fera sentir de nouveaux démiurges, ce n’est pas (pas encore ?) au sein de l’Inspection des Finances que se recruteront les sauveurs du franc. Faut-il rappeler que le « Verdun financier » de 1926 fut gagné par un avocat, Raymond Poincaré, et que le « miracle » de 1952 dut beaucoup au talent pédagogique d’un patron tanneur, Antoine Pinay ? Pas d’inspecteurs des Finances alors aux premières loges, comme si ces derniers n’étaient pas (pas encore ?) à l’aise dans le maniement de la psychologie simple visant à rassurer l’épargnant, facteur essentiel de succès d’une politique économique non encore mondialisée.

En coulisses

5Les inspecteurs des Finances peuplaient alors pourtant déjà les coulisses, Une longue tradition historiographique voudrait que ces dernières soient plus opératoires que la scène politique stricto sensu ; dans cette vision, les marionnettes s’agitent sur le plateau du théâtre d’ombres qui a pour nom Palais-Bourbon, mais que seraient ces marionnettes sans marionnettistes pour en tirer les ficelles ? Élargie jusqu’aux dimensions du complot, la même vulgate fait des grands corps, avatar dans la sphère publique des deux cents familles, un super-pouvoir d’autant plus efficace qu’il n’a guère de comptes à rendre, et en tout cas pas au peuple souverain.

6Moins tenue par le droit que le Conseil d’État ou la Cour des comptes, et au contraire liée aux milieux d’affaires, l’Inspection des Finances apparaît comme l’acmé de cette puissance politique occulte et négative qui, faute de pouvoir construire, sait au moins empêcher. Adossés au mur d’argent, quelques inspecteurs des Finances placés à des postes clés (la Banque de France hier, la Banque centrale européenne aujourd’hui) sont en mesure de mettre un terme aux expériences politiques – de gauche, toujours – susceptibles de nuire aux intérêts qu’ils défendent plus ou moins ouvertement. L’imaginaire de gauche est saturé d’épisodes historiques propres à nourrir un tel récit : séquence Herriot-Poincaré de 1926, chute du premier gouvernement Blum, en juin 1937, due au refus du Sénat – où Caillaux présidait la toute-puissante Commission des finances – de lui accorder les pleins pouvoirs financiers, ou encore tournant de la rigueur en 1983. Michel Rocard rappelle dans ses souvenirs que, sous la IVe République finissante, il choisit, à la sortie de l’Éna, de rejoindre l’Inspection des Finances et non le Conseil d’État, comme il l’avait initialement imaginé, sur l’injonction d’Alain Savary lui rappelant que l’échec de Blum tenait pour beaucoup au fait que la gauche d’alors, n’ayant aucun représentant au sein de l’Inspection des Finances, n’avait rien pu faire pour contrer de ­l’intérieur les manœuvres de la haute finance.

7Vision trop simple sans aucun doute. Pour autant, était-il prudent, de la part du ministre des Finances Vincent Auriol de nommer secrétaire général du ministère un syndicaliste, Georges Mer, et d’exiler le directeur du Budget Yves Bouthillier à la Ville de Paris pour le remplacer par Jean Jardel, qui n’était pas inspecteur des Finances ? Choix politique évidemment, comme le confirma, lors de l’éphémère deuxième gouvernement Blum du printemps 1938, le choix des pilotes de la nouvelle politique économique, première tentative de mise en œuvre des théories keynésiennes : Blum était, en titre, ministre du Trésor en même temps que président du Conseil, flanqué d’un secrétaire d’État, le jeune député de l’Eure Pierre Mendès France, et d’un conseiller, le fidèle Georges Boris ; guère d’Inspection des Finances dans tout cela, ce qui ne saurait surprendre compte tenu de l’attachement aux principes de l’orthodoxie financière que professait celle-ci. Les entourages de Paul Reynaud et d’Édouard Daladier feront la part plus belle aux inspecteurs des Finances, parfois dans des postes n’ayant que peu à voir avec la fonction financière.

Premiers rôles

8On sait, comme le rappelle ci-dessus Nathalie Carré de Malberg, l’importance du moment Vichy dans la montée en puissance de l’Inspection des Finances. Derrière l’ultima ratio de l’exceptionnalité des temps, les inspecteurs investirent comme jamais (citons pêle-mêle, toutes fonctions et toutes phases du régime confondues : Paul Baudouin, Henri du Moulin de Labarthète, Jacques Guérard, Jacques Barnaud, Henri Culmann, Henri Deroy, Jean Filippi, Henry Dhavernas, etc.) une sphère publique devenue fréquentable, raisonnable et efficace dans la mesure où elle avait extirpé tout germe de démocratie représentative. Pour autant, au printemps 1941, même un Bouthillier en était réduit à regretter, certes sotto voce, l’efficacité de la redoutable et redoutée Commission des finances du défunt Parlement :

« Un régime autoritaire voit rapidement son autorité ruinée si la gestion financière n’est pas stricte. […] L’opinion publique, à juste titre, ne pardonnerait pas, en matière financière, le laisser-aller et l’interprétation relâchée des règlements. Sous l’ancien régime, le frein des commissions des Finances des deux assemblées, qui présentaient cela va sans dire d’autres inconvénients, avait l’avantage de contenir les initiatives de dépenses ».

9La primauté de l’administration autoritaire prit évidemment fin avec le rétablissement de la légalité républicaine, mais on peut voir un symbole de la place non tout à fait perdue des grands corps dans le choix, comme secrétaire général provisoire du ministère des Finances, en août 1944, de l’inspecteur des Finances Emmanuel Mönick. Rappelons que, quelques semaines plus tôt, le journal résistant Le Franc-Tireur proclamait, sous le titre « C’est la Résistance qui doit fournir ses cadres à la République » :

« la France n’admet[trait] pas que le soin de refaire le pays [fût] confié aux « gens très bien », c’est-à-dire aux « notables », aux grands bourgeois, aux membres du Conseil d’État, de l’Inspection des Finances, de la Cour des comptes, de l’Académie des Sciences Morales, aux anciens élèves de Sciences Po ».

10Le Gouvernement provisoire, puis la IVe République, firent le pari de la démocratisation par l’Éna, subtile alchimie entre le maintien des grands corps et la suppression des concours particuliers et des écuries, la transmutation de l’École libre des sciences politiques en Institut d’études politiques et la rénovation pédagogique permise par l’organisation de la scolarité dans la nouvelle école. Celle-ci cependant ne monterait en puissance qu’à la fin des années cinquante, de sorte que l’Inspection ancienne garda toute sa place sous la IVe République. Un moment-charnière se situa, on le sait, en 1952 avec l’arrivée au pouvoir d’Antoine Pinay, premier président du Conseil depuis la Libération à n’avoir pas été résistant. Ministre des Finances en même temps que chef du gouvernement, Pinay prit comme directeur de cabinet un inspecteur des Finances, Henri Yrissou, dont la carrière politico-administrative n’est pas sans intérêt : membre du cabinet d’Yves Bouthillier, ministre des Finances du premier Vichy, il fut dédouané après-guerre de toute compromission grâce à sa médaille de la Résistance, et mena une carrière classique que vint clôturer, note plus originale, sa participation, au cours des années quatre-vingt-dix, au conseil scientifique du Front national de Jean-Marie Le Pen.

11En fin de période, dans l’entourage de Pierre Mendès France et d’Edgar Faure – dont un des plus constants collaborateurs, sous la IVe République, fut l’inspecteur des Finances Robert Blot, spécialiste de fiscalité –, l’Inspection était également bien représentée, avec des hommes comme Simon Nora ou Jean Saint-Geours chez l’un, et comme le jeune et prometteur Valéry Giscard d’Estaing chez l’autre. Ce fut pour lui la première étape d’une carrière bifurquant immédiatement vers la politique, lorsqu’il fut élu, en janvier 1956, député du Puy-de-Dôme, département qui ne cesserait de lui accorder ses suffrages qu’un demi-siècle plus tard.

12L’Inspection des Finances n’était en effet pas avare de jeunes talents. En témoigna notamment la cascade de louanges qui salua, en novembre 1957, l’investiture de Félix Gaillard, devenu président du Conseil le lendemain même de son trente-huitième anniversaire. La démission de ce gouvernement, le 13 mai 1958, donna aux partisans du général de Gaulle – dont le ministre de la Défense du gouvernement sortant, Jacques Chaban-Delmas, n’était pas le moins actif – l’occasion de sonner victorieusement l’hallali du régime. Dernier président du Conseil, l’homme du 18 Juin ne réussit pas à convaincre François Bloch-Lainé de devenir son ministre des Finances, mais bénéficia, au sein de son cabinet, des précieux conseils d’un parfait connaisseur de la machine étatique, l’ancien directeur du Budget Roger Goetze. Quelques mois plus tard, une fois de Gaulle installé à l’Élysée, la politique de modernisation économique dut beaucoup aux conclusions de la commission qui, sous la présidence conjointe du grand résistant et polytechnicien Louis Armand et d’un vétéran de l’Inspection des Finances, Jacques Rueff, eut à inventorier les obstacles structurels à la croissance qui persistaient en France.

Au cœur du système

13Mais le pays était alors déjà entré dans la phase active du gaullisme, résolu à faire confiance aux élites d’État, au prix d’un abaissement constant du Parlement. Parmi les membres du premier gouvernement de la Ve République figurait un jeune secrétaire d’État, Valéry Giscard d’Estaing, qu’on retrouve un demi-siècle plus tard dans l’inamovible fonction de membre du Conseil constitutionnel que lui confère son statut d’ancien président de la République. La vie politique se renouvelle lentement en France, il en va de même de la rhétorique : recevant en décembre 2009 les nouveaux élèves de l’Éna que le jury qu’il présidait avait eu pour mission de choisir, l’ancien directeur du cabinet de Lionel Jospin à Matignon, Olivier Schrameck, lui-même conseiller d’État et frère d’un inspecteur général des Finances, mettait l’accent sur « l’indépendance personnelle de jugement et la sûreté de la compétence technique, […] atouts et devoirs de chaque jour, [qui] sont la garantie et la spécificité de votre rôle auquel le pouvoir politique, quel qu’il soit, est souvent porté à se substituer ». Étrange inversion des rôles, qui propose de confier à l’élite administrative le soin de juger, donc de décider, au nom d’une compétence professionnelle. On peut relire, à l’aune de cette logique, plus d’un siècle d’implication de l’Inspection des Finances dans la vie politique française. Intervention discrète au premier abord, si on la mesure au nombre d’élus au Parlement, de titulaires de portefeuilles ministériels, tout particulièrement avant « l’ère des technocrates ».

14Il serait pour autant réducteur de déduire de cette analyse seulement arithmétique l’image d’un corps largement en retrait de la vie publique. C’est au contraire une vision cohérente du politique qui, au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, sous-tendait les interventions que fit l’Inspection des Finances à quelques moments décisifs de l’histoire nationale. Primauté de l’élite sur le nombre, pour reprendre une phraséologie d’époque, dont Yves Bouthillier se fit l’apôtre lorsqu’il eut à exercer, selon ses propres termes, les fonctions de « contrôleur général des Finances de l’État ». Et si l’on peut sourire du caractère résolument désuet des conditions dans lesquelles les candidats devaient passer les épreuves du concours d’accès à l’Inspection, un côté autrement plus glaçant est donné par les souvenirs de François Bloch-Lainé rappelant, avec toute l’amertume compatible avec l’affabilité ironique et souriante dont il était coutumier, que si l’Inspection des Finances n’avait guère eu à exclure, en 1940, de ses rangs ceux que le régime du maréchal Pétain avait choisi d’appeler « juifs », c’est tout simplement parce qu’elle avait pris grand soin, à quelques exceptions près, de ne pas les recruter lorsque les règles démocratiques régnaient en France.

Auteur

Directeur d’études, histoire contemporaine, de l’École des hautes études en sciences sociales au Centre de recherches historiques (Paris)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par