Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

V. Fonctions, rôles, carrières politiques

Les inspecteurs des Finances en politique au xixe siècle

Jacques-Olivier Boudon

Texte intégral

1L’accession à la présidence du Conseil de Joseph Caillaux, en 1911, vient couronner un cursus honorum exemplaire d’un homme qui, entré dans l’Inspection des Finances à 25 ans, se lança ensuite en politique, devenant tour à tour député, ministre et enfin président du Conseil. (cf., supra, sa figure par Michel Margairaz dans l’article de Frédric Tristram). Sa carrière politique se poursuit naturellement après 1914 avec les soubresauts que l’on sait, mais son exemple illustre-t-il bien la manière dont peuvent se succéder carrière dans l’Inspection et carrière politique en un siècle où l’on a, à plusieurs reprises, dénoncé les députés fonctionnaires ? Qu’en est-il précisément et comment peut-on caractériser ces inspecteurs des Finances élus à l’échelle nationale ou locale ?

À l’épreuve de la Révolution

2Les inspecteurs des Finances en fonctions entre 1802 et 1914 ne sont finalement que vingt à avoir occupé une fonction politique locale ou nationale. Quinze ont été parlementaires : treize députés, un sénateur et un dernier, Armand Béhic, qui a été d’abord député, puis membre du Sénat de l’Empire et à nouveau sénateur sous la IIIe République (cf., supra, sa figure dans l’article de Matthieu de Oliveira). Cinq inspecteurs ont occupé des fonctions de maire ou d’adjoint sans être parlementaires ; cinq députés ont cumulé des fonctions locales et nationales.

3On peut distinguer dans ce groupe cinq générations. Sept sont entrés dans la carrière sous l’Empire, quatre sous la Restauration, six sous la monarchie de Juillet, un seul sous le Second Empire et deux sous la IIIe République. Au total donc, les carrières politiques concernent des hommes nés majoritairement avant 1820. Douze sont nés avant 1801, quatorze avant 1820. Pour trois d’entre eux, ils ont même commencé leur carrière sous l’Ancien Régime et ont traversé la Révolution. L’héritage politique n’est pas prédominant. Trois seulement avaient un père parlementaire : Denis Benoist d’Azy, Henri de Bonnemains et Caillaux, ce qui a pu toutefois contribuer à les orienter, autant sinon plus que le passage par l’Inspection des Finances, vers la politique.

4Si l’on met à part les cas de Jean d’Espert et de Jean-François Isoard, députés à l’époque de la Révolution, l’arrivée en politique est toujours postérieure à l’entrée dans la carrière d’inspecteur des Finances. Les deux cas signalés sont toutefois intéressants car ils confirment que les assemblées révolutionnaires, en l’occurrence la Convention, ont servi de vivier pour les nouvelles administrations qui se mettent en place sous le Consulat. Espert était avocat en Parlement avant 1789, puis procureur-syndic dans l’Ariège, département qui l’élit comme suppléant à l’Assemblée législative avant de l’envoyer à la Convention. Régicide, il devient commissaire aux armées, puis entre à la Trésorerie nationale, ce qui le conduit presque naturellement aux fonctions d’inspecteur du Trésor, fonctions qu’il abandonne pourtant très rapidement. Isoard a un parcours très similaire. Avocat, procureur syndic dans les ­Hautes-Alpes, également suppléant à la Législative, puis député à la Convention, il est plus modéré ­qu’Espert, votant notamment pour l’appel au peuple lors du procès de Louis XVI, puis il continue sa carrière parlementaire aux Cinq-Cents, avant d’entrer au Trésor, après un bref passage par la diplomatie. La première promotion d’inspecteurs généraux du Trésor de septembre 1801 comprend aussi Nicolas Roger, premier commis des Finances en 1789, passé par la trésorerie de la commune de Paris. Il n’a pas été parlementaire, mais devient adjoint au maire du 2e arrondissement de Paris.

5Aucun des inspecteurs du Trésor nommés à partir de 1801 n’a fourni de députés au Corps législatif, alors que celui-ci puise de plus en plus, au fil des années, dans le vivier des administrateurs, préfets notamment. Il faut attendre la Restauration pour que les premiers futurs inspecteurs se lancent en politique. Le premier à franchir le pas est Charles Ernest Pernot (inspecteur en 1832), élu député de la Meuse en août 1815. Il fait partie de la majorité ultra envoyée à la Chambre au lendemain de la chute de Napoléon, majorité « plus royaliste que le roi », comme on dit alors. Il n’est en revanche pas réélu l’année suivante. Charles Foucauld de Jarzé offre un autre profil de député ultra, ancien émigré rallié à Bonaparte et qui doit sans doute son entrée au Trésor à ses liens de famille avec Alphonse Roullet de La Bouillerie. Il n’en est pas moins un fervent partisan du retour des Bourbons, allant même jusqu’à suivre Louis XVIII à Gand, ce qui lui vaut d’être désigné comme sous-préfet. Mais jugé trop peu favorable au gouvernement, il est destitué par Élie Decazes, chef du gouvernement, avant d’être élu député en 1821, après le virage ultra consécutif à l’assassinat du duc de Berry. Il n’est toutefois plus membre de l’Inspection des Finances à cette date et l’on peut penser que sa fonction de sous-préfet dans le département où il est élu l’a davantage servi que son passage relativement rapide par l’Inspection (de 1810 à 1815). À la Chambre des députés, Foucauld siège pendant plusieurs années aux côtés de Charles de Bully, un des premiers inspecteurs des Finances élu député villéliste du Nord en 1822. Mais lui non plus n’est plus en fonctions lorsqu’il est élu.

Les députés fonctionnaires

6La monarchie de Juillet offre un autre exemple, avec l’essor des députés fonctionnaires. Certes, Léon Legrand, élu député de l’Oise en 1831, a quitté l’Inspection des Finances à cette date, mais il occupe par la suite des fonctions dans diverses administrations centrales. Maximilien Magnier de Maisonneuve cumule aussi des postes élevés dans la haute fonction publique avant et après son mandat politique, puisqu’il est député du Bas-Rhin de 1840 à 1844. Béhic offre un bel exemple de ces hauts fonctionnaires venant apporter leur concours au gouvernement. Après avoir gravi tous les échelons de la carrière au long de la monarchie de Juillet, il devient inspecteur des Finances en 1845 et, l’année suivante, se présente aux ­élections législatives comme candidat ministériel. Il fait ainsi partie de ces députés ­fonctionnaires visés par les critiques de l’opposition.

7À leur côté, Benoist d’Azy fait figure d’exception. Membre d’une famille attachée à la branche aînée des Bourbons comme à la défense des intérêts de l’Église, il démissionne de l’Inspection des Finances aux lendemains de la révolution de 1830, quitte la fonction publique pour devenir directeur des mines d’Alès, puis est élu député légitimiste de la Nièvre en 1841. Il fait aussi partie de ces députés de la monarchie de Juillet qui retrouvent un siège sous la IIe République, comme député du Gard à l’Assemblée législative en 1849. Il en est même désigné vice-président et est très représentatif de la majorité conservatrice qui soutient le rétablissement de la papauté à Rome, le vote de la loi Falloux ou de la réduction du suffrage universel et qui, enfin, s’oppose au coup d’État du 2 décembre. Benoist d’Azy, grande figure du légitimisme du xixe siècle, revient en politique au début de la IIIe République, dans la ­majorité monarchiste élue lors des élections du 8 février 1871.

8Pas plus que le Premier Empire, le Second ne puise dans le corps des inspecteurs des Finances pour remplir les rangs du Corps législatif. Mais deux d’entre eux accèdent cependant au Sénat, assemblée conçue pour abriter les représentants des élites de la société. C’est donc comme titulaires de hautes fonctions dans l’administration qu’ils sont promus au Sénat à la fin de l’Empire. Blondel venait d’être admis à la retraite, après avoir achevé sa carrière au Conseil d’État, quand il entre au Sénat en 1866. Béhic, président du conseil d’administration des Messageries impériales, intègre le Sénat l’année suivante, alors qu’il vient de quitter ses fonctions de ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, qu’il occupait depuis quatre ans.

9Mais le Second Empire sait aussi faire appel à d’anciens inspecteurs des Finances pour occuper les fonctions de maire, à une époque où les premiers magistrats des communes de France sont désignés par les pouvoirs publics et donc considérés comme des fonctionnaires. Il s’agit de grands notables qui ont abandonné l’action publique, à l’image d’Édouard Lambert de Chamerolles, démissionnaire en 1836, choisi comme maire du bourg du même nom, dont il est le principal propriétaire foncier. Il n’occupe cette fonction qu’une année sous la monarchie, mais la retrouve sous l’Empire. Joachim Buret de Sainte-Anne est encore en activité lorsqu’il prend la charge de maire du village de Champvallon dans l’Yonne, où il possède d’importantes propriétés. Il est aussi membre de la Société centrale de l’Yonne pour l’encouragement de l’agriculture. Il conserve la mairie jusqu’à la fin de l’Empire. Mais la plus forte personnalité des maires de l’Empire est sans conteste le baron Henri de Bonnemains, qui se voit confier par Napoléon III, entre 1860 et 1870, le soin de présider aux destinées du 16e arrondissement de Paris, qui vient d’être créé à la suite de l’annexion des communes suburbaines à la capitale. Il est le fils du général Pierre de Bonnemains, qui a effectué toutes les campagnes de la Révolution et de l’Empire avant de devenir député, puis pair de France à la fin de la monarchie de Juillet. Sa nièce par alliance, Marguerite de Bonnemains, entre dans l’histoire comme la maîtresse et l’égérie du général Boulanger. C’est sur sa tombe que ce dernier se suicide en 1891.

Les inspecteurs au défi du suffrage universel

10À l’exception de Benoist d’Azy en 1849, les premiers inspecteurs des Finances à braver le suffrage universel le font après la proclamation de la IIIe République. Au total, ils sont six députés et un sénateur. Mais deux groupes, pour ne pas dire deux générations, se distinguent.

11Trois inspecteurs ou anciens inspecteurs des Finances sont élus en février 1871. Ils appartiennent tous les trois à la majorité monarchiste, qui remporte les élections sur un programme globalement favorable à la paix avec l’Allemagne et qui siège jusqu’en 1876. Benoist d’Azy est élu par le Gard, où il est bien implanté puisqu’il dirige les mines d’Alès ; Alexandre de Ploëuc dans la Seine et Léon Riant dans l’Allier. Aucun n’est réélu en 1876, les élections étant marquées par la poussée des républicains, qui emportent la majorité. Néanmoins, au cours de ces élections, un autre inspecteur, que l’on peut classer à droite, Ernest Collart-Dutilleul, est élu député de l’Oise. Il ne siège toutefois qu’un an, c’est-à-dire jusqu’à la dissolution de la Chambre, au lendemain du 16 mai 1877. Après avoir siégé au centre et s’être prononcé dans certains votes avec les républicains, il se rallie à la minorité qui soutient l’action du président de la République Mac-Mahon et se présente comme candidat monarchiste en novembre. Il est battu par un républicain, mais continue la résistance en acceptant d’entrer comme ministre des Finances, du 23 novembre 1877 au 13 décembre 1877, dans le gouvernement du général Rochebouët, que Mac-Mahon forme en dépit de la victoire républicaine, avant de céder en décembre, ce qui met un terme à sa vie politique nationale. Mais il conserve en revanche ses mandats locaux. À ce groupe de députés conservateurs peut être associé Béhic, ancien sénateur sous l’Empire, qui se fait élire en 1876 au Sénat de la République comme candidat de l’Appel au peuple, c’est-à-dire qu’il appartient lui aussi à la majorité des droites favorables à Mac-Mahon. Il n’est du reste pas renouvelé en 1879, quand le Sénat bascule à gauche, entraînant la démission de Mac-Mahon et son remplacement par Jules Grévy. En cette première décennie de la IIIe République, qui s’achève par l’avènement des « républicains de gouvernement », les inspecteurs des Finances parlementaires se sont tous placés dans le camp conservateur.

12Puis les inspecteurs paraissent délaisser la politique pour y revenir seulement à la fin du xixe siècle, à l’issue d’un processus de lente acclimatation à la République. Après un intervalle de près d’un quart de siècle, deux inspecteurs des Finances retrouvent en effet les bancs de la Chambre des députés. Le premier est Joseph Caillaux, élu député de la Sarthe en 1898. Le second est Émile Paturet, député de l’Allier en 1910 sous l’étiquette de « républicain socialiste », adoptée par les socialistes indépendants qui ont refusé de se fondre dans la SFIO. Il siège incontestablement à gauche, tout comme Caillaux, qui rallie alors le parti radical, dont il devient même le président. Or l’un comme l’autre se préoccupent de questions financières et fiscales, mettant leurs compétences au service de projets de réformes dont le plus connu est celui présenté par Caillaux en faveur de l’impôt sur le revenu. Caillaux est à plusieurs reprises ministre des Finances. C’est le premier inspecteur des Finances à occuper ce poste depuis 1801, si on excepte la très brève expérience (trois semaines !) de Collart-Dutilleul en 1877. Parallèlement, on voit s’affirmer sous la République l’ancrage local de ces notables, perceptible davantage dans les conseils généraux que dans les mairies. Béhic est ainsi président du conseil général des Bouches-du-Rhône ; Caillaux préside le conseil général de la Sarthe ; Paturet est conseiller général de l’Allier. Seul Riant est maire de Vieure dans l’Allier de 1878 à 1901. Cela confirme une tendance plus générale à un non-cumul des fonctions de maire et de député, tandis qu’au contraire, le conseil général devient un moyen de s’affirmer localement et de se forger des clientèles solides.

13Il est naturellement difficile, à partir des 20 cas d’inspecteurs des Finances entrés en politique, de tirer des conclusions générales, et ce d’autant plus que les cas de figure sont multiples. On peut toutefois souligner que l’inspecteur, qu’il exerce toujours ou ait quitté ses fonctions, apparaît en premier lieu comme un notable, ce qui explique la bonne représentation du corps en régime censitaire. On peut penser aussi que ses compétences financières ont été un élément explicatif de son choix, surtout quand on songe que la première mission des parlementaires est de voter le budget.

Bibliographie

Voillot Christophe, La candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, 298 p.

Chaline Jean-Pierre, Corbin Alain et Mayeur Jean-Marie (dir.), Les parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 459 p.

Anceau Éric, Les députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du xixe siècle, Paris, Champion, 2000, 1 018 p. et Dictionnaire des députés du Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, 421 p.

Agulhon Maurice et alii, Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, 462 p.

Allain Jean-Claude, Joseph Caillaux, un destin dans le siècle, t. I : Le défi victorieux, 1863-1914, Paris, Imprimerie nationale, 1978, 531 p.

Tudescq André-Jean, Les grands notables en France (1840-1849). Étude historique d’une ­psychologie sociale, Bordeaux, Imprimerie Delmas, 1964, 2 vol. 

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’université de Paris IV-Sorbonne

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par