Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

V. Fonctions, rôles, carrières politiques

Robert Blot (1914-2001)

Frédéric Tristram

Texte intégral

1Robert Blot est à la fois un des meilleurs représentants de la haute administration traditionnelle et aussi une exception par sa longue ­carrière en cabinet.

2Il est né en 1914 à Limoges, où son père dirige la succursale de la Banque de France. Par atavisme plus que par vocation, il suit des études de droit et d’économie, intègre l’École libre des sciences politiques et est reçu en 1939 au concours de l’Inspection. Il opte en 1942 pour l’administration fiscale et entame en son sein une carrière extrêmement régulière qui lui fera gravir un à un tous les échelons de direction. Il est d’abord chargé de mission au service de la Coordination des administrations financières où, sous l’autorité de Jacques Certeux, il se spécialise dans les questions de législation. La création de la direction générale des Impôts (DGI), en 1948, fait de lui le responsable du service, d’abord de fait, puis officiellement à partir de 1952. En 1953, il succède à Paul Delouvrier, directeur général adjoint, et c’est presque naturellement qu’il devient, en 1955, directeur général des Impôts. Blot fait d’ailleurs de son propre parcours un nouveau modèle de cursus administratif : Max Laxan, Dominique de La Martinière, Guy Delorme et Philippe Rouvillois suivent une carrière similaire, consacrant ainsi, jusqu’en 1982, le monopole de l’Inspection dans les postes de direction de la DGI.

3Formé à la vieille école, Blot se distingue des équipes modernisatrices qui, à partir de 1948, donnent le ton à la nouvelle direction. Il ne participe d’ailleurs pas à la création de la DGI, n’étant ni dans la tournée de 1947 dans le Maine-et-Loire, comme Maurice Lauré ou Pierre de Calan, ni dans l’entourage de René Mayer et de Jean Monnet, comme Delouvrier. De même, il se montre très réticent à utiliser l’impôt comme instrument de politique économique. Pour lui, la fiscalité doit rester un outil purement financier, destiné à alimenter dans les meilleures conditions techniques le budget de l’État. La thèse de droit qu’il soutient en 1946 sur « L’évolution de la législation fiscale de la France de la conclusion de l’armistice (juin 1940) au rétablissement des institutions républicaines (décembre 1946) » n’est pas une réflexion de fond sur le système d’imposition et ses possibles évolutions, mais une description très précise certes, mais un peu statique de la législation en vigueur. Aussi, le nom de Robert Blot n’est attaché à aucune des grandes réformes des années de l’après-guerre. Il se contente de jouer un rôle de coordination lors de la préparation du décret du 9 décembre 1948, qui crée notamment l’impôt sur les sociétés. Il n’est pas favorable à la modernisation de la fiscalité des entreprises, réclamée par le patronat au tournant des années cinquante. Il accueille avec réserve le modèle de taxe sur la valeur ajoutée élaboré par Lauré, cette position n’étant d’ailleurs pas sans conséquence sur l’extrême prudence que manifeste Edgar Faure, ministre des Finances, puis président du Conseil de 1953 à 1955, dans ce dossier. Il affiche une franche hostilité au projet d’un impôt sur le capital, un instant envisagé par le gouvernement de Front républicain en 1956. Cette modération va toutefois se révéler un atout maître lors la crise poujadiste. Dès l’été 1954, il est l’un des inspirateurs de la politique de modération fiscale, conduisant à l’arrêt des réformes les plus audacieuses et à l’octroi, pour les petits travailleurs indépendants, de nouveaux avantages. Cette position a sans doute contribué à sa nomination, en juillet 1955, à la tête de la DGI, tandis que Lauré, avec lequel les relations étaient notoirement tendues, doit alors quitter la direction.

4Il serait cependant faux de faire seulement de Blot un pur représentant du conformisme administratif ou du conservatisme fiscal. Son itinéraire présente en effet deux caractéristiques qui font de lui un des acteurs les plus influents et les plus respectés du ministère des Finances. Blot est d’abord un homme de pouvoir. Il est le principal collaborateur de Faure, qu’il suit dans tous les entrelacs de sa longue carrière ministérielle. Quand Faure est nommé rue de Rivoli, comme secrétaire d’État au Budget, puis aux Finances (entre février 1949 et juillet 1950), comme ministre du Budget de plein exercice (de juillet 1950 au début de l’année 1952), puis comme ministre des Finances et des Affaires économiques (de juin 1953 à février 1955) dans les gouvernements de Joseph Laniel et de Pierre Mendès France, Blot dirige systématiquement le cabinet. Il devient de la même manière directeur de cabinet lorsque Faure est brièvement nommé président du Conseil au début de l’année 1952 et l’accompagne de nouveau à Matignon en 1955, cette fois comme conseiller, juste avant de prendre la tête de la DGI. Cette proximité et cette fidélité exclusive à l’un des hommes politiques les plus en vue de la IVe République, familier de surcroît des postes économiques, font de Blot un des personnages les plus puissants de l’administration financière, et au moins l’égal des grands directeurs de son temps. Blot poursuit d’ailleurs sa collaboration avec Faure sous la Ve République, après le ralliement de l’ancien président du Conseil au pouvoir gaullien : aux ministères de l’Agriculture (de 1966 à 1968), de l’Éducation nationale (entre 1968 et 1969) et enfin aux Affaires sociales, en 1972.

5Pour autant, ce lien, de nature personnelle, ne se fonde pas sur une adhésion politique, encore moins partisane : Blot n’est pas de sensibilité radicale, ne serait-ce qu’en raison d’une foi catholique profonde qu’il professe d’ailleurs sans ostentation. Il n’est pas non plus synonyme d’allégeance. Le haut fonctionnaire est au contraire un défenseur sourcilleux des prérogatives de l’administration et du respect de ses règles coutumières, face à un pouvoir politique jugé trop intrusif. Dans un témoignage oral, certes rétrospectif, Blot avoue d’ailleurs sa réticence première vis-à-vis des cabinets ministériels. De la même manière, il estime que le fonctionnaire n’a pas à intervenir dans les débats de son temps ou à jouer un rôle particulier d’encadrement ou de formation. À la différence de ses contemporains, tels François Bloch-Lainé, Simon Nora ou Maurice Lauré, il se méfie de toute forme d’engagement, qu’il soit politique ou social. De façon significative, il ne laisse que très peu d’écrits, refuse toutes les charges d’enseignement et reste très peu connu de l’opinion publique.

6Après son départ de la DGI, Robert Blot est nommé au Crédit foncier, qui apparaît alors comme le débouché naturel des dirigeants de l’administration fiscale. Il est d’abord sous-gouverneur, sous l’autorité de Roger Goetze, puis brièvement gouverneur de 1978 à 1979. Il est ainsi associé aux transformations importantes que connaît alors l’institution : déclin relatif des prêts aidés, diversification vers d’autres produits financiers, développement de ses services commerciaux et de ses directions départementales. Blot termine sa carrière dans une des filiales immobilières du Foncier puis, de 1983 à 1990, à la tête du PMU. Indépendamment de ces fonctions, il continue toutefois d’être sollicité sur les sujets fiscaux, qui demeurent sa spécialité. Il dirige ainsi, en 1965, le groupe de travail Fiscalité du Ve Plan et est membre, en 1969, de la Commission du financement du VIe Plan. Enfin, il fait partie, en 1979, avec Jacques Méraud et Gabriel Ventejol (non-inspecteurs), de la commission constituée par Valéry Giscard d’Estaing pour étudier l’opportunité d’un impôt sur le capital. Sur cette question, très discutée après la création, en 1976, d’un impôt sur les plus-values et à la veille de l’adoption de l’ISF en 1981, la commission conclut d’ailleurs sans surprise par la négative.

Bibliographie

Tristram Frédéric, Une fiscalité pour la croissance, la direction générale des Impôts et la politique fiscale de 1948 à la fin des années 1960, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, 740 p.

Sources

Entretiens de Robert Blot avec Florence Descamps, 1989, 30 heures, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE.

Faure Edgar, Mémoires, t. I : Avoir toujours raison c’est un grand tort, t. II : Si tel doit être mon destin ce soir, Paris, Plon, 1982, 1984, 2 vol. 

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search