Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Les inspecteurs des Finances dans le secteur des médias et de la culture depuis 1945

Patrick Eveno

Texte intégral

1Les inspecteurs des Finances actifs dans le secteur des médias et de la culture sont peu nombreux, une vingtaine, soit 1,6 % des 1 217 inspecteurs recensés dans les notices de ce dictionnaire. Non que les inspecteurs des Finances ne soient pas intéressés par la culture et les médias, mais plutôt du fait que c’est un secteur qui a longtemps échappé au contrôle financier de l’État et donc aux serviteurs du ministère des Finances.

Une conquête récente

2L’intervention des inspecteurs des Finances dans le secteur culturel est récente. Certes, on relève quelques anciens dans les années 1940-1960 (Jack Francès, Jacques Chaban-Delmas ou Maxence Faivre d’Arcier), mais pour l’essentiel, l’investissement du secteur par les inspecteurs des Finances commence dans les années soixante-dix (Simon Nora, Yves Sabouret) et s’épanouit dans les années 1980-2000. Cette temporalité résulte d’un double mouvement, de l’État et des entreprises du secteur. Le ministère de l’Information, créé pour les besoins de la propagande de guerre en 1940, disparaît dans les années soixante-dix, tandis que le ministère de la Culture, créé en 1959 pour André Malraux (sous le titre de ministère des Affaires culturelles), devient ministère de la Culture et de la Communication en 1978 avec Jean-Philippe Lecat. Depuis lors, il joue un rôle important dans le secteur économique, constitué d’entreprises étatiques, de grands groupes privés, de petites et moyennes entreprises et d’artisans ou de membres des professions libérales. Ce rôle prend de l’ampleur avec l’accroissement des subsides et aides accordés par l’État. Le budget du ministère demeure inférieur à 1 % des dépenses du budget général, mais le ministère gère également des recettes parafiscales (redevance audiovisuelle, taxes diverses sur la publicité et les télécommunications) et des exonérations nombreuses en faveur des médias, du spectacle et des arts. Parallèlement, le secteur voit naître des acteurs économiques de taille respectable, voire internationale (le groupe Lagardère) et connaît une démultiplication de ses entreprises avec l’explosion ­médiatique entamée au milieu des années quatre-vingt.

3Dans ce cadre, la culture et les médias, qui sont souvent créés par des « saltimbanques », ont fait appel à des « géomètres » pour organiser le secteur, ses entreprises et les interventions de l’État. Parmi ces derniers, les inspecteurs des Finances occupent une place de choix. La formation de ces multidiplômés passe majoritairement par l’Éna (19 sur 22, les trois autres ayant passé le concours avant la création de l’Éna), dont le concours est précédé par des études cumulées en droit et à Sciences Po Paris (14 sur 22). Mais on relève également quatre polytechniciens, deux ENS, deux HEC, un agrégé d’allemand, un ingénieur de l’École des mines. Le passage par le cabinet de la Culture en qualité de conseiller (Frédérique Bredin et Dominique Wallon chez Jack Lang) ou de directeur de cabinet (Bertrand Eveno chez ­Jean-Philippe Lecat, Guillaume Cerutti chez Jean-Jacques Aillagon) reste très minoritaire.

4Globalement, on peut repérer trois catégories d’inspecteurs des Finances qui interviennent dans le secteur : les « gestionnaires » (6 sur 22), qui mettent leurs compétences au service du secteur, souvent pour le compte de l’État ; les « pantoufleurs », la catégorie la plus voyante et la plus répandue (10 sur 22) ; enfin, les « politiques » (3 sur 22) et les « sages » (2 sur 22), qui ne font que passer dans le secteur ou s’y investissent accessoirement, en sus de leur activité principale ou comme tremplin vers d’autres activités. Au cours d’une même carrière, il est possible de passer d’une catégorie à une autre.

5Il reste deux cas particuliers. Catherine Sueur, née en 1975, (IF 2003), administratrice générale adjointe du musée du Louvre de 2007 à 2011 et, depuis cette date, secrétaire générale du groupe Le Monde. Mais on ne peut savoir si son attachement au secteur sera durable ou non. Et Alain Cordier, né en 1954, qui fait toute sa carrière dans la gestion du secteur hospitalier, mais qui, de 1997 à 2005, préside aux destinées du groupe d’édition et de médias Bayard presse. Toutefois ce dernier n’intègre l’Inspection qu’en 2005, après avoir quitté ses fonctions dans le secteur culturel.

Les « sages »

6Au nombre de deux, ils sont présents dans les médias et la culture à titre accessoire. Dotés d’un profil de gestionnaires et d’humanistes, ils ont dirigé de grandes entreprises et mettent leurs compétences au service de réseaux culturels. Roger Fauroux, né en 1926, normalien, agrégé d’allemand, inspecteur en 1956, fait l’essentiel de sa carrière à Saint-Gobain de 1961 à 1986 (cf., supra, l’article d’Hervé Joly). Proche d’Hubert Beuve-Méry, le fondateur du Monde, il détient 25 des 1 000 parts sociales de la SARL Le Monde de 1982 à 1986, date à partir de laquelle il siège au conseil de surveillance du Monde en qualité de président de la société Le Monde Investisseurs. Il quitte cette fonction lorsqu’il devient ministre du gouvernement Rocard en 1988. C’est lui qui introduit Alain Minc dans le cercle dirigeant du quotidien. Roger Fauroux préside également les Éditions du Cerf et la Fondation Saint-Simon. Louis Schweitzer, né en 1942, entré à l’Inspection en 1970, conduit d’abord une carrière de conseiller ministériel, puis il gravit les échelons de Renault entre 1986 et 2005 (cf., supra, la figure dans l’article d’Hervé Joly). À partir de cette date, il prend sa retraite et s’investit sur le tard dans la culture et les médias. Administrateur du musée du quai Branly, président du Festival d’Avignon et du Cercle de l’orchestre de Paris, il remplace Alain Minc en 2008 comme président du conseil de surveillance du Monde.

Les « politiques »

7Au nombre de trois, ils ne font qu’une apparition plus ou moins brève dans les médias, avant de se consacrer à leur carrière politique. Jacques Chaban-Delmas, né en 1915, débute sa carrière comme journaliste à L’Information économique et financière de 1933 à 1938. Reçu au concours de 1943, il consacre l’essentiel de son activité à la Résistance. Secrétaire général du ministère de l’Information d’août 1945 à avril 1946, sous la tutelle de Jacques Soustelle, puis d’André Malraux, il n’a pas de rôle majeur dans la restructuration du système ­médiatique français organisée par les ordonnances de 1944, déjà accomplie, tandis que la crise de la presse nouvelle ne se manifeste qu’en 1947, après son départ. En revanche, comme Premier ministre de 1969 à 1972, conseillé par un autre inspecteur, Simon Nora, il impose à Georges Pompidou une relative libéralisation de l’ORTF et des médias. Le ministère de l’Information est supprimé (mais restauré ensuite), la direction unique de la télévision est éclatée entre les directions des chaînes (Pierre Sabbagh à la Une et Maurice Cazeneuve à la Deux) et des unités d’information autonomes (Pierre Desgraupes à la Une et Jacqueline Baudrier à la Deux) sont instituées.

8Jean-François Deniau (né en 1928, inspecteur en 1953) consacre sa carrière à l’administration et à la politique. Toutefois, en 1967, il s’occupe de la télévision en couleur (le procédé Secam) et de sa vente à l’étranger. Sur le tard, il tente quelques explorations dans les médias : chroniqueur au Figaro en 1983, éditorialiste à L’Express en 1994-1995 et animateur d’émissions sur RMC et France Inter entre 1999 et 2003.

9Frédérique Bredin (née en 1956, inspectrice en 1980) mène une carrière double, de politique, puis de femme d’entreprise. D’abord au cabinet de Jack Lang en 1984-86, avec une mission sur les industries culturelles, puis comme conseiller cinéma et audiovisuel, elle est chargée de mission sur les questions culturelles à l’Élysée durant la première cohabitation en 1986-1988. Élue député et maire de Fécamp, elle abandonne un temps la culture pour devenir ministre de la Jeunesse et des Sports, mais elle la retrouve comme secrétaire nationale du PS chargée de la Culture et des Médias (1994-2000). Abandonnant la politique, elle entre alors dans la catégorie des « pantoufleurs » en intégrant le groupe Lagardère en septembre 2000 comme directrice de la stratégie et du développement de Lagardère Média. Enfin, de 2004 à 2009, elle est directrice des études marketing de Hachette Filipacchi Médias et éditeur du Journal du Dimanche et de Version Femina.

10Simon Nora (1921-2006), IF en 1947, est un cas particulier qui peut être apparenté aux politiques. Sa carrière est centrée sur le service de l’État, comme inspecteur des Finances en charge de rapports majeurs (les entreprises publiques, la politique du logement, l’informatisation de la société) et comme conseiller de Pierre Mendès France, puis de Jacques ­Chaban-Delmas. Ses incursions dans les industries culturelles sont brèves : il participe au lancement de L’Express, destiné à soutenir Mendès ; il est directeur général du groupe Hachette durant trois ans ­(1971-1974) et contribue à ce titre à la naissance du Point en 1972, mais il ne réussit pas à redresser le plus gros éditeur français de livres et de presse.

Les inspecteurs dans les médias du secteur privé

11Le passage du service public aux entreprises privées est finalement le modèle dominant des IF du secteur. Il a tendance à devenir de plus en plus précoce : Simon Nora attend vingt-quatre ans, après sa sortie de l’Éna, pour rejoindre Hachette ; Frédérique Bredin, vingt ans pour rallier Lagardère ; mais Jean-Marie Messier (douze ans), Yves Sabouret et Guillaume Hannezo (onze ans) ou Bertrand Eveno (dix ans) se montrent plus rapides. Tandis que Philippe Villin (cinq ans), Alain Minc, Jean-Jacques Augier, Dominique d’Hinnin et Alexandre ­Joubert-Bompard (quatre ans) ne font qu’un passage éclair au service de l’État.

12Ce sont les grandes entreprises du secteur qui attirent : le groupe Hachette-Lagardère (Nora, Sabouret, Bredin, d’Hinnin, Joubert-Bompard) et le groupe Havas-Vivendi (Eveno, Messier, Hannezo) ou encore la Socpresse de Robert Hersant (Villin). Deux d’entre eux n’ont qu’un rôle marginal dans les médias et la culture. Augier (né en 1953, inspecteur en 1980) gère des sociétés d’André Rousselet (la compagnie des taxis G7), tout en investissant durant une dizaine d’années dans les éditions Balland et POL. Depuis quelques années, il investit en Chine, d’abord dans un réseau de librairies, puis dans un club de lecteurs lié au Centre culturel français de Pékin. Il investit également dans la revue Books, mais cela n’en fait pas un acteur important du secteur. Villin (né en 1954, inspecteur en 1979) est recruté par Robert Hersant pour devenir son successeur. Il passe dix ans (1984-1994) au Figaro et à la Socpresse. Après des débuts prometteurs au Figaro, il élargit son champ d’action aux imprimeries parisiennes et à France-Soir. Mais il n’arrive pas à redresser ce titre et entreprend des investissements industriels forts coûteux. Il quitte alors le groupe Hersant pour se reconvertir dans le conseil, puis la banque.

13Messier (né en 1956, IF en 1982) fait aussi une carrière rapide et controversée dans les médias. De 1995 à 2002, il entreprend de reconvertir la vénérable Compagnie générale des eaux en un groupe multimédia regroupant télécommunication (Neuf-Cégétel et SFR), télévision (Canal +), cinéma (Universal), musique (Universal Music), édition (Groupe de la Cité, puis Havas Éditions) et presse (Compagnie européenne de publications). Les fusions et les acquisitions à marche forcée et à coup d’endettement se terminent en catastrophe économique et financière. Les acquis de la CGE, de Havas et d’Universal sont bradés et dispersés, engendrant un séisme dans le secteur dont l’édition et la presse, dix ans après, n’ont pas encore absorbé les conséquences. Le sort d’Hannezo (né en 1961, inspecteur en 1985), directeur financier de Vivendi entre 1996 et 2002, est lié à celui de son mentor. Après l’échec de Vivendi-Universal, le premier se reconvertit dans le conseil, le second entre chez Rothschild.

14Yves Sabouret (né en 1936, inspecteur en 1964) entre en 1975 dans le groupe Matra, dirigé par Jean-Luc Lagardère. Il y exerce diverses fonctions pendant plus de trente ans : à Europe n° 1, chez Hachette, à la chaîne de télévision La Cinq d’abord. Il est directeur général des Nouvelles messageries de la presse parisienne de 1994 à 2003, puis conseiller d’Arnaud Lagardère ensuite. Avec Gérald de Roquemaurel, énarque, et quelques autres, il est l’artisan de la conversion du groupe de l’aéronautique et de l’armement vers les médias. Le groupe Lagardère est le plus important employeur d’inspecteurs des Finances dans le secteur : outre Sabouret et Bredin, Dominique d’Hinnin, né en 1959, IF en 1986, est recruté en 1990 à la direction financière de Lagardère ; depuis 1998, il est directeur financier du groupe et associé gérant de la société en commandite. Joubert-Bompard, né en 1972, inspecteur en 1999, rejoint Canal + en 2004, puis devient P.-D.G. d’Europe n° 1 en 2008. En 2010, Alain Minc souhaite le faire nommer président de France Télévisions, mais le Président Sarkozy en décide autrement.

15Minc (né en 1949, inspecteur en 1975) fait figure de cas particulier dans cet aréopage. Après un passage chez Saint-Gobain et dans le groupe de Benedetti, il abandonne les fonctions opérationnelles pour se consacrer au conseil aux investisseurs, aux réseaux et à l’écriture. Il a publié une trentaine d’ouvrages en trente ans, parcourt les émissions de télévision et prodigue ses conseils aux grands patrons et aux hommes politiques. Membre du conseil de surveillance du journal Le Monde depuis 1986 en tant que président de la Société des lecteurs, il en devient président de 1994 à 2008. Sa position au sein du Monde est essentiellement une carte de visite, ou son œuvre de charité. Il accompagne de sa connaissance des montages financiers les différentes recapitalisations du journal et contribue à la constitution d’un groupe de presse voulu par Jean-Marie Colombani. Mais il est évincé après la démission forcée de son partenaire. Cette position privilégiée lui permet de tisser des réseaux et de renforcer son influence sur les décideurs politiques et économiques. Il pousse ses « poulains » auprès du président de la République et le convainc de supprimer la publicité dans ­l’audiovisuel public.

16Eveno (né en 1944, inspecteur en 1973) est directeur de cabinet du ministre de la Culture et de la Communication de 1979 à 1981. Il s’oriente ensuite vers le secteur privé. En 1987, il devient P.-D.G. des Éditions Fernand Nathan, filiale du Groupe de la Cité, dont il est directeur général à partir de 1988. Il occupe diverses présidences dans l’édition (Nathan, Larousse, Dictionnaires Le Robert, Masson, Armand Colin, Bordas, etc.). De 1998 à 2000, dans le cadre de la création de Vivendi, il est président de Havas Éducation et Référence, mais il doit quitter ses fonctions à la suite d’un désaccord avec Jean-Marie Messier sur la stratégie à mener. Élu président de l’Agence France Presse en 2000, il est réélu en 2003, mais démissionne en décembre 2005 pour prendre la direction de Hachette Filipacchi Photos, qui regroupe les agences photographiques du groupe Lagardère. En effet, passionné de photo, il préside ­l’association Gens d’images et le conseil d’administration de l’École nationale supérieure de la photographie. Il quitte le groupe Lagardère lorsque ce dernier cède ses agences à un repreneur qui mène l’ensemble à la faillite.

Les gestionnaires du service public

17Les inspecteurs des Finances de la catégorie des « gestionnaires » sont ceux qui accomplissent pour le compte de l’État des missions plus ou moins longues dans les médias et la culture. Deux d’entre eux s’illustrent au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Maxence Faivre d’Arcier, né en 1905, inspecteur en 1932, est de 1944 à 1947 secrétaire général, puis directeur général adjoint de la branche publicité de l’Agence Havas, alors sous tutelle de l’État, Jean Schoesing étant président et Émilien Amaury directeur général, tous deux placés par le pouvoir politique. Faivre d’Arcier est le fonctionnaire délégué du ministère des Finances pour faire respecter une certaine discipline budgétaire dans un monde qui en manque cruellement. Il quitte ensuite le secteur et n’y revient que pour un bref passage en 1965-1967, comme membre du comité des programmes de l’ORTF, où il contrôle les coûts. Jack Francès, né en 1914, inspecteur en 1941, occupe de 1945 à 1950 le poste de directeur des services généraux de la Radiodiffusion française (RDF), administration à budget annexe, sans indépendance, morale, juridique ou politique, sous la direction générale de Jean Guignebert, Claude Bourdet, puis Wladimir Porché qui se succèdent durant cette période assez troublée. En effet, l’information radiophonique dépend directement du ministre de l’Information, tandis que les Finances combattent tout projet d’autonomie : la RDF est soumise au contrôle a priori de ses dépenses, dont Jack Francès est le grand ordonnateur. Il devient ensuite banquier (cf., supra, sa figure dans l’article d’Hubert Bonin).

18Dominique Wallon, né en 1939, inspecteur en 1966, est président de la maison de la Culture de Grenoble de 1977 à 1981. Conseiller du ministre de la Culture Jack Lang en 1981, il poursuit sa carrière dans les postes de responsabilité du ministère, comme directeur du Développement culturel et secrétaire général du Fonds d’intervention culturelle (1982-1986). De 1986 à 1989, la cohabitation le contraint à quitter le ministère pour devenir chargé de mission pour la politique culturelle de la ville de Marseille. Le retour de la gauche aux affaires le remet en selle : de 1989 à 1995, il est directeur général du CNC, puis revient à l’administration centrale du ministère de la Culture comme directeur du Théâtre et des Spectacles (1997-1998) et directeur de la Musique et de la Danse par intérim. De 1998 à 2000, il fusionne les deux directions. Enfin, de 2000 à 2002, il préside l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC), tout en étant membre de la Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits. La carrière de Dominique Wallon, vingt-cinq années passées dans les services de la Culture, est une exception dans le groupe des inspecteurs des Finances.

19Marc Tessier, né en 1946, entré à l’Inspection en 1971, exerce d’abord des responsabilités à la direction des Relations économiques extérieures et à l’Industrie, puis entre dans le groupe Havas, alors dirigé par André Rousselet. Directeur financier en 1982, il est ensuite directeur général en 1983. En 1984, il rejoint la nouvelle chaîne privée Canal +, dans laquelle il exerce différentes fonctions de direction jusqu’en 1999. Contraint de quitter Canal + après l’éviction d’André Rousselet, il est, de 1995 à 1999, directeur général du Centre national de la cinématographie (CNC) et président de l’Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe (Idate) en 1998-1999. Il est alors nommé président de France Télévisions par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), mais en 2005, le CSA lui préfère le candidat de l’Élysée. De 2005 à 2008, il est président de la Commission du soutien financier sélectif à la distribution d’œuvres cinématographiques du CNC. Depuis, il a notamment été chargé de rapports sur la presse au défi du numérique et sur la radio numérique terrestre.

20Jean-Paul Cluzel, né en 1947, inspecteur en 1972, après diverses missions, notamment dans les Affaires étrangères et la Coopération, et après une mission sur le cinéma, est nommé de 1992 à 1995 directeur général de l’Opéra de Paris, puis, de 1995 à 2004, par le CSA, président de Radio France internationale (RFI), et de 2004 à 2009, président-directeur général de Radio France. Le changement de statut de l’audiovisuel public le contraint à quitter la radio car son mandat n’est pas renouvelé par le président de la République. Il est alors nommé président de la Réunion des musées nationaux et de l’Établissement public du Grand Palais.

21François de Mazières, né en 1960, inspecteur en 1995, est depuis 1995 adjoint au maire de Versailles chargé de la culture. Président de la Fédération des collectivités territoriales pour la culture (1999-2002), directeur général de la Fondation du patrimoine (2001-2002), il est conseiller pour la culture du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (2002-2004). Depuis 2004, tout en restant chargé de la culture à la mairie de Versailles, il est président de la Cité de l’architecture et du patrimoine et, depuis 2005, membre du Haut-Conseil de l’éducation artistique et culturelle. Il est élu maire de Versailles en 2008.

22Guillaume Cerutti, né en 1966, inspecteur en 1991, s’investit rapidement dans le secteur culturel : de 1996 à 2001, il est directeur général du Centre Pompidou ; en 2001, il est chargé de mission pour deux rapports sur la protection des trésors du patrimoine, sur l’évolution des musées nationaux et sur les moyens d’acquisition des œuvres d’art ; de mai 2002 à mars 2004, il est directeur de cabinet du ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon. Après un détour par la direction générale de la Concurrence, il opte pour le secteur privé, mais dans son domaine, en devenant, le 1er septembre 2007, président de Sotheby’s France.

23Le secteur de la culture et des médias n’est finalement pas un domaine de prédilection pour les inspecteurs des Finances. À l’exception de quatre ou cinq d’entre eux, ils n’y font qu’un passage assez bref. Soit ils viennent et partent vers d’autres secteurs, soit leurs capacités gestionnaires sont mises à rude épreuve. Ils se reconvertissent alors vers des activités plus en rapport avec leur formation, notamment la banque, la finance et le conseil. Si la culture et les médias forment un secteur économique comme un autre, celui-ci a besoin de « géomètres » pour fonctionner. Toutefois, il semble qu’il ne puisse se résoudre à leur laisser prendre le pas sur les « saltimbanques ». Ce constat peut refléter, au choix des analystes, l’incapacité du secteur culturel à se plier aux normes économiques ou l’inadéquation de la formation et des projets des inspecteurs des Finances. Il peut aussi s’expliquer par le poids du politique, dans un secteur qui attire les feux de la rampe et qui est réputé influencer l’opinion, mais où les gestionnaires sont souvent peu considérés.

Bibliographie

Eveno Patrick, La presse quotidienne nationale, fin de partie ou renouveau ?, Paris, Vuibert, 2008, 219 p.

Eveno Patrick, L’argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, Éditions du CHTS, 2003, 236 p.

Eveno Patrick et Marseille Jacques (dir.), Histoire des industries culturelles en France ­xixe-xxe siècles, Paris, ADHE, 2002, 477 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search