Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Alain Gomez (1938-)

Hervé Joly

Texte intégral

1Alain Gomez a réalisé une carrière exceptionnelle dans la grande industrie, même s’il n’a pas réussi à passer le cap de la privatisation pour s’affranchir de la tutelle du pouvoir politique ; elle s’est achevée par une mise en cause ­judiciaire dont il a été tardivement blanchi.

2Alain Gomez est le petit-fils d’un ouvrier anarchiste espagnol qui a fui son pays pendant la Première Guerre mondiale. Il est né à Paris alors que son père terminait ses études de médecine. En 1949, la famille s’installe à Oran. Après son bac à 16 ans, il passe une année au lycée français de Londres, en hypokhâgne, avant de poursuivre ses études à Paris à la faculté de droit et à Sciences Po. Il est alors Algérie française et proche de l’extrême droite. Sa mobilisation en Algérie, en 1961-1962, dans les parachutistes lui vaut un goût réputé pour le style « commando ». En 1963, il intègre l’Éna au sein de la promotion Stendhal, qui rassemble notamment Lionel Jospin, Ernest-Antoine Seillière et Jean-Pierre Chevènement. Avec ce dernier, il est membre d’un groupe, Patrie et progrès, qui tente, non sans ambiguïté, d’associer le nationalisme et la gauche. En 1964, ils adhèrent à la SFIO et ils fondent deux ans plus tard, avec Pierre Guidoni et Didier Motchane (Éna 1956), le Centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste (CERES), qui devient ensuite l’aile gauche du parti socialiste. Les mêmes publient ensuite, sous le pseudonyme de Jacques Mandrin, un pamphlet sur l’Éna qui fait date, L’Énarchie ou les mandarins de la société bourgeoise (1967), suivi d’une attaque en règle contre les dirigeants de la SFIO, Socialisme ou social-médiocratie (1969). Mais Gomez cultive le paradoxe.

3Il intègre l’Inspection des Finances à la sortie de l’Éna. En 1967, il a épousé Francine Le Foyer, alors antiquaire et décoratrice, avant qu’elle ne devienne, à la suite de sa mère, héritière de l’entreprise familiale, P.-D.G. de Waterman en 1972. Après ses années de tournée, il s’éloigne du militantisme et demande, dès octobre 1969, sa mise en disponibilité, avant de démissionner, dès 1971, pour entrer à la Compagnie de Saint-Gobain, où il est envoyé suivre un programme de management à Harvard pendant quatre mois. Il est ensuite nommé directeur financier adjoint de la branche verrière. Même si son goût pour les manteaux de fourrure (dixit Roger Martin) et les voitures de sport choque au siège de l’austère vieille maison, la nouvelle équipe dirigeante, venue de l’entreprise fusionnée Pont-à-Mousson, autour de Roger Martin (X-Mines) et de Roger Fauroux (IF 1956), ne tarde pas à confier des responsabilités importantes à celui dont ils reconnaissent les qualités exceptionnelles de gestionnaire. Il est chargé de redresser des filiales en difficulté dans l’emballage. En 1977, il prend la responsabilité de l’ensemble de la branche, élargie en 1980 aux fibres de renforcement. Il fait partie, avec les ingénieurs des mines Jean-Louis Beffa et Francis Mer, des possibles dauphins de Fauroux, qui a remplacé Martin comme P.-D.G. en 1980.

4Mais l’arrivée de la gauche au pouvoir et les nationalisations de février 1982 lui offrent une promotion plus rapide. Il ne se trouve pas tant de prétendants qui associent appartenance à un grand corps, expérience de l’industrie et amitiés socialistes. Avec l’appui de Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Recherche et de la Technologie, il est nommé P.-D.G. de Thomson-Brandt. À 43 ans, il se retrouve à la tête d’un groupe industriel qui emploie 130 000 salariés et vient de connaître, en 1981, les premières pertes de son histoire, dans un secteur, l’électronique et l’armement, qu’il ne connaît pas. Il s’attaque sans merci aux baronnies en place et, faute d’obtenir les capitaux nécessaires de son actionnaire public, il n’hésite pas à se séparer de nombreuses activités, comme les lampes en 1982, le téléphone en 1983, la radiologie, échangée contre les téléviseurs de RCA avec le groupe américain General Electric, ou les composants, dans le cadre d’abord d’un partenariat avec ­l’entreprise italienne SGS en 1987, etc. Il recentre le groupe sur l’électronique grand public (Thomson Consumer Electronics, rebaptisé ensuite Thomson Multimédias) et l’électronique de défense (Thomson-CSF) qu’il conduit respectivement aux deuxième et troisième rangs mondiaux. S’il se concilie habilement les syndicats, il a prouvé son indépendance par rapport au gouvernement socialiste, ce qui lui a valu d’être l’un des rares P.-D.G. de 1982 à résister au retour de la droite au pouvoir en 1986. Mais si le groupe a renoué avec les bénéfices en 1985, il n’a pas été placé, activité d’armement oblige, parmi les premiers sur la liste des entreprises à privatiser. Il résiste cependant aux nouvelles alternances de 1988 et 1993, faisant preuve d’une longévité exceptionnelle dans le secteur public, grâce à sa capacité à arroser les différents partis politiques sur les commissions des contrats d’armement, disent, sans preuve, les mauvaises langues. Mais le groupe est affecté par le krach du Crédit Lyonnais, dans lequel il avait pris une participation de plus de 20 % en 1989, après lui avoir cédé la branche Thomson Finance développée par de hasardeuses opérations menées par son dirigeant Jean-François Hénin (non-inspecteur).

5Lorsque le gouvernement Juppé se décide à privatiser Thomson en 1996, Gomez paie son opposition ouverte aux ambitions de Jean-Luc Lagardère (Matra) et il est brutalement débarqué au mois de février. À 57 ans, sa carrière dans les affaires n’est pas terminée. En novembre, il est recruté comme directeur général chargé de l’immobilier au sein du holding Fimalac, fondé par l’énarque Marc Ladreit de Lacharrière. En 1999, il est nommé à la présidence d’une nouvelle composante du groupe, le leader européen de l’outillage Strafor Facom. Il quitte cette fonction à la fin 2002, officiellement parce qu’il a atteint la limite d’âge. Mais, entre-temps, il est rattrapé au plan judiciaire par son passé chez Thomson. Dans le cadre de l’instruction de l’affaire Elf, il est entendu comme témoin dans l’affaire des frégates vendues par le groupe à Taïwan. En 2001, il est mis en examen, à la suite d’une plainte déposée en 1996 par Lagardère, pour « complicité de tentative d’extorsion de fonds, abus de biens sociaux et recel », pour avoir commandité, en 1992, à un avocat américain une opération de déstabilisation du groupe Matra-Hachette. L’affaire se termine finalement par une relaxe générale devant le tribunal correctionnel en 2006, l’extorsion de fonds n’étant pas établie et l’abus de biens sociaux prescrit.

6L’opposition avec le groupe Lagardère rebondit toutefois dans le cadre de l’affaire Clearstream, dans laquelle Gomez est cette fois-ci partie civile contre l’ancien dirigeant de Matra-EADS, Jean-Louis Gergorin, qu’il accuse d’avoir frauduleusement introduit son nom dans les listings de comptes occultes. L’affaire se termine en septembre 2011 par la condamnation en appel de Gergorin, sous réserve toutefois d’un ­pourvoi en cassation.

Bibliographie

Martin Roger, Patron de droit divin…, Paris, ­Gallimard, 1984, 586 p.

Fridenson Patrick, Lévy-Leboyer Maurice et Rostas Véronique, Une entreprise dans le siècle. Thomson, histoire du groupe, Jouy-en-Josas, Université ­Thomson, 1995, 142 p.

Auteur

Directeur de recherche (habilité) du CNRS au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Lyon)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par