Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Jean Forgeot (1915-2000)

Hervé Joly

Texte intégral

1Jean Forgeot exerce des fonctions de premier plan dans la politique, puis dans l’industrie sans qu’il soit aisé de lui attribuer un rôle ­personnel.

2Ses origines sont relativement modestes. Ses grands-parents paternels étaient cultivateurs ; son père, vétérinaire militaire, est devenu chef de service à l’Institut Pasteur, ce qui l’a notamment amené pendant six ans, comme coopérant en Turquie, à diriger la rénovation de l’antenne locale. Son fils fait ses études secondaires à Istanbul avant de revenir à Paris en 1931 pour passer son bac l’année suivante. Après quelques semaines en classe préparatoire scientifique, il s’oriente vers le droit, obtient sa licence et réussit, en 1937, le concours de rédacteur au ministère des Finances. Un an plus tard, il effectue son service militaire, qui se prolonge avec la mobilisation. Après avoir combattu dans les Alpes face aux Italiens, il est libéré en août 1940 et revient aux Finances, où on lui laisse du temps pour préparer le concours de ­l’Inspection. Après un premier échec en 1941, il ne peut le présenter, pour raisons de santé, en 1942 et le réussit en avril 1943, derrière Félix Gaillard et avant Jacques Chaban-Delmas. Entre-temps, il a obtenu le diplôme de l’École libre des sciences politiques et un doctorat en droit avec une thèse sur le marché des céréales sous l’Occupation.

3Ses tournées en province sous l’Occupation lui donnent l’occasion de renseigner l’Intelligence service sur les mouvements des troupes allemandes. Sans avoir entretenu de liens ­préalables avec son mouvement de Résistance, il intègre en novembre 1944, comme chargé de mission, le cabinet de Henri Frenay, ministre des Prisonniers, Déportés et Réfugiés. Un an plus tard, il rejoint le socialiste Vincent Auriol, dont il devient pendant neuf ans l’un des plus proches collaborateurs, d’abord comme chef de cabinet du ministre d’État, puis comme directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale (1946) et, enfin, comme secrétaire général de la présidence de la République (1947-1954), où il est particulièrement chargé du suivi des dossiers économiques et financiers. À la fin du septennat, en février 1954, l’administration des Finances ne lui propose pas de poste qui lui convienne. Il est tenté par une carrière politique, mais son cœur balance entre les radicaux et la SFIO, à une époque où le scrutin de liste oblige à une affiliation partisane stricte.

4Il demande finalement sa mise en disponibilité pour entrer dans les affaires, un milieu dont il s’était rapproché par son mariage avec la fille d’un armateur marseillais d’origine suédoise, Sylviane Busck, également apparentée aux Fraissinet par sa mère. Il devient d’abord administrateur de la Société française des automobiles Ford, puis, après les accords avec Simca, administrateur de cette entreprise, dont il devient ensuite vice-président. En 1956, il prend des responsabilités plus actives en intégrant le groupe Schneider. Le gérant Charles Schneider, avec lequel il avait été en relation à l’Élysée pour lui faciliter son implantation brésilienne, le recrute avant même de savoir quelle fonction lui confier. Il devient directeur général administratif et financier de la principale filiale, la Société des forges et aciéries du Creusot (SFAC), en charge des rapports sociaux et de la recherche de capitaux, largement tournée vers l’État à l’époque. En 1960, à la mort de Charles ­Schneider, il intègre le comité de direction du holding, présidé par son aîné de l’Inspection, Charles-Albert de Boissieu (IF 1922) ; il est plus particulièrement chargé des relations extérieures. Il se voit également confier la direction générale de différentes filiales comme ­Batignolles-Châtillon (construction mécanique), les Chantiers de France-Dunkerque (construction navale) – où il obtient des subventions de l’État pour réduire les capacités et fermer des sites – et la Société de constructions électro-mécaniques Jeumont-Schneider. En 1969, il fait partie, aux côtés de la veuve Schneider, des administrateurs qui lâchent le gérant imposé par l’État gaulliste, Roger Gaspard (X 1920 Ponts), pour se rallier à la famille Empain, actionnaire belge. Il est récompensé d’un poste de P.-D.G. du holding. L’année suivante, il mène les négociations qui aboutissent à la constitution de Creusot-Loire par fusion entre la SFAC et la Compagnie des forges et aciéries de la Loire, avec un résultat peu favorable à Schneider. En 1972, Édouard-Jean Empain lui reprend le poste de P.-D.G. du groupe ; il ne lui laisse que la présidence de Creusot-Loire, où les responsabilités opérationnelles sont plutôt exercées par les directeurs généraux Michel Collas (X 1943 Mines) et Philippe Boulin (X 1944 Mines). Forgeot n’a jamais été, dans cet univers dominé par le corps des Mines, guère plus qu’un ambassadeur chargé des relations avec un État omniprésent dans les branches concernées. Mais ses réseaux issus de la IVe ne sont probablement plus très efficaces. Impuissant à mener les restructurations nécessaires, il a juste la chance de quitter la présidence de Creusot-Loire à l’échéance normale de son mandat en 1982, et d’échapper ainsi à l’opprobre de la faillite deux ans plus tard.

Bibliographie

La Broise Tristan (de), Schneider : l’histoire en force, Paris, Jean-Pierre de Monza, 1998, 492 p.

Mioche Philippe et Roux Jacques, Henri Malcor. Un héritier des maîtres de forges, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1988, 349 p.

Sources

Entretiens de Jean Forgeot avec Hélène Coulonju, 1989, 6 heures, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540