Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Pierre Schweisguth (1885-1940)

Hervé Joly

Texte intégral

1Pierre Schweisguth, issu d’une famille alsacienne de confession protestante, entretient de multiples liens avec à la fois le monde des affaires et de la haute administration. Son père, ancien manufacturier, s’était installé comme rentier sur la rive helvétique du lac Léman après l’annexion allemande. Devenu veuf après la naissance de trois enfants avec une descendante Baumgartner-Koechlin, celui-ci s’était remarié à 51 ans avec la fille d’un médecin de Vevey dont il a eu quatre autres enfants. Pierre est l’avant-dernier. Un frère aîné a fini général de corps d’armée et sous-chef de l’état-major général ; un autre, après avoir épousé une fille du banquier Mirabaud, quitte la carrière militaire pour faire carrière dans le groupe financier de sa belle-famille (directeur de la Compagnie algérienne). Pierre intègre l’Inspection des Finances dès l’âge de 23 ans, en 1908, après un parcours classique à la faculté de droit et à l’École libre des sciences politiques. À son inscription au concours, il se réclame de trois lointains cousins hauts fonctionnaires, dont un inspecteur des Finances (Aubert de Trégomain). En 1910, il épouse une descendante de banquiers lyonnais, Henriette Cambefort, dont le frère intègre à son tour l’Inspection l’année suivante avant de mourir au front.

2Après ses années de tournée, Pierre commence, à partir de 1912, une carrière dans plusieurs cabinets ministériels successifs aux Finances. En juin 1913, il est envoyé en mission à Berlin pour étudier la couverture financière des armements allemands. En mai 1914, il y retourne pour s’intéresser au monopole du pétrole dans l’Empire allemand. Exempté, il reste aux Finances pendant le conflit, comme collaborateur notamment d’Alexandre Ribot et de Charles Sergent. Après la victoire, il devient, comme directeur des Finances de l’Alsace-Lorraine reconquise, le collaborateur direct du commissaire général Alexandre Millerand. En 1920, faute d’obtenir la direction ministérielle promise, il devient, sur l’autorité de son aîné de l’Inspection Louis ­Martin (IF 1890), à la présidence, le deuxième directeur du Crédit national, créé l’année précédente pour faciliter la réparation des dommages causés par la guerre. En mai 1926, il démissionne, à 41 ans, du corps pour entrer dans le secteur privé comme administrateur de trois ­sociétés importantes (Compagnie des chemins de fer du PLM, Compagnie d’assurances générales et Société alsacienne de constructions mécaniques). Dans la seconde, dont il devient ensuite le vice-président, il prolonge le mandat de son père, décédé deux ans auparavant. Dans la troisième, il s’appuie aussi sur une tradition familiale : il était apparenté à la fois à Camille de Lacroix, président jusqu’à sa mort en 1924, et à Émile Dollfus, directeur général à Mulhouse et futur président. C’est à cette entreprise qu’il se consacre à titre principal dès 1927 : le président Léon Dardel lui cède alors, ainsi qu’à l’ingénieur du Génie maritime Arthur Bommelaer, sa délégation de gestion. Les deux administrateurs délégués se partagent, jusqu’en 1940, la direction parisienne de l’entreprise. Schweisguth est le premier inspecteur des Finances à la tête d’une grande firme industrielle. Son périmètre direct à l’Alsacienne est certes fortement réduit (de 15 600 à 9 000 salariés) en 1928 par ­l’apport de la branche de construction électrique, associée à celle de Thomson, à Alsthom, mais la nouvelle entreprise reste, dans les années trente, sous la tutelle étroite de ses maisons mères. Schweisguth en est, comme membre du comité directeur, l’un de ses ­principaux ­administrateurs.

3Avec le président Ernest Mercier (beau-père d’un autre inspecteur d’origine alsacienne, Wilfrid Baumgartner) et le directeur général Auguste Detœuf, il participe d’un rapprochement avec l’Union soviétique en se rendant, en octobre 1935, à Moscou et à Leningrad pour négocier la fourniture d’équipements électriques français. La situation de l’Alsacienne n’est pas florissante. L’entreprise peine à renouveler sa construction mécanique traditionnelle, orientée vers l’industrie textile. Plusieurs usines sont définitivement fermées avec la crise des années trente. Les deux exercices 1937 et 1938 sont déficitaires. Le conseil reste dominé par des vieilles familles alsaciennes qui ne reflètent plus la diversité du capital. Schweisguth ne se consacre pas à plein-temps à sa gestion. Il accumule d’autres mandats (outre le Crédit national dont il est resté administrateur, la Banque de l’Union parisienne, la Société générale alsacienne de banque, l’Omnium lyonnais, etc.), au point que l’écrivain socialiste Augustin Hamon en fasse, en 1936, l’un de ses « maîtres de la France » ; même si l’association faite par cet auteur avec la Banque Mirabaud doit reposer sur une confusion avec son frère, car il est resté un financier dans l’industrie. Il meurt prématurément en février 1940, quelques mois avant que l’Alsacienne ne perde, avec l’annexion allemande, le contrôle de ses principaux actifs. L’un de ses fils fait une carrière dans la diplomatie commerciale, alors que ses filles illustrent par leur mariage les deux facettes de la carrière paternelle : l’aînée épouse l’inspecteur des Finances Maurice Couve de Murville et la cadette l’armateur Tristan Vieljeux.

Bibliographie

Bonin Hubert, La Banque de l’union parisienne (1874/1904-1974). De l’Europe aux outre-mers, Paris, Publications de la Société française d’histoire des outre-mer, 2011, 583 p.

Hau Michel et Stoskopf Nicolas, Les dynasties ­alsaciennes, Paris, Perrin, 2005, 607 p.

Bernard François, L’Alsacienne de constructions mécaniques. Des origines à 1965, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, 480 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540