Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Les inspecteurs des Finances, dirigeants des grands groupes industriels au xxe siècle

Hervé Joly

Texte intégral

1Des inspecteurs des Finances sont partis faire carrière dans les banques avec le développement des grands établissements de dépôts dans le dernier tiers du xixe siècle ; on en trouve aussi dès les années 1880 dans des compagnies de chemins de fer. En revanche, il faut attendre les premières années du xxe siècle pour voir les premiers pantoufler dans des entreprises industrielles. Ils sont cinq à le faire avant 1914. Dans l’entre-deux-guerres, le phénomène ne se développe que modérément, avec douze nouveaux cas. C’est dans l’après-1945 qu’il devient plus important, avec plus d’une dizaine de cas par décennie, et un maximum de dix-huit dans les années quatre-vingt. Il reflue toutefois dans les années quatre-vingt-dix (8) et 2000 (8). En tout, ce sont 100 inspecteurs (en juin 2010) – 98 hommes et 2 femmes dans la période récente – des promotions 1886 à 2001, soit 14 % des effectifs totaux, qui ont donc, au moins à un moment donné, été employés à titre principal – hors simples mandats d’administrateurs ou présidences sans responsabilité exécutive – dans une entreprise industrielle (activités d’extraction minière ou pétrolière, et du BTP inclues) publique ou privée. La part des polytechniciens parmi eux est à peine plus élevée (15 %) que dans l’ensemble des inspecteurs des mêmes promotions (13 %) ; ceux-ci n’étaient donc pas particulièrement prédisposés à l’industrie (cf. supra notre article sur les inspecteurs polytechniciens).

Les trajectoires antérieures

2Les passages dans l’industrie s’effectuent souvent assez jeunes, à un âge médian de 38 ans, rarement après 50 ans (12 cas seulement) et, pour près d’un quart (22), avant 35 ans, et encore certains (22) ont travaillé au préalable dans des entreprises d’autres secteurs. Beaucoup ne sont guère restés au service de l’État au-delà des années obligatoires de tournée. Ils ne sont que dix à avoir eu le temps d’accéder au sommet de la hiérarchie administrative, avec un poste de directeur, même si cette promotion peut s’effectuer rapidement, avant l’âge de 40 ans parfois, pour les inspecteurs. Seul le passage dans un cabinet ministériel, plus souvent d’ailleurs comme conseiller technique que comme directeur, apparaît comme une pratique dominante pour ces inspecteurs pantoufleurs (56 cas), dès la IIIe République. Sous la Ve, les cabinets de droite (28) l’emportent nettement sur les cabinets de gauche (6) – un seul ayant travaillé pour les deux camps –, au-delà du décalage entre le nombre d’années passées par chaque camp au pouvoir depuis 1958 (respectivement 37 contre 15). La droite conserve une proximité plus forte avec les milieux d’affaires.

3Les alternances politiques rythment d’ailleurs souvent les départs. Même s’ils ne sont pas formellement révoqués, des inspecteurs passés dans les cabinets de Vichy, comme Philippe Guillemin de Monplanet (IF 1939), chef du cabinet de Jean Bichelonne, ou Pierre Douffiagues (IF 1937), chef de cabinet de Pierre Cathala, voient leur carrière administrative compromise et pantouflent ainsi dans l’immédiat après-guerre. Des inspecteurs passés par les cabinets sous Giscard quittent aussi l’administration après 1981 ; d’autres, plus jeunes, sont peut-être incités à le faire à ce moment-là parce qu’ils ne souhaitent pas travailler pour un gouvernement de gauche. Dans la période récente, on assiste en revanche à des retours provisoires dans des cabinets ministériels d’inspecteurs passés dans le secteur privé. Bernard Delpit (IF 1990), parti chez Peugeot SA depuis 2000, est ainsi revenu en 2007 comme conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Élysée pour les questions de finances publiques et de fiscalité, avant de rejoindre La Poste en 2009.

4De manière générale, il n’existe pas, pour les inspecteurs, de passages obligés pour rejoindre une entreprise industrielle. Les emplois en cabinets ne relèvent pas nécessairement du ministère de l’Industrie, ou de celui de l’Économie et des Finances. On en trouve aussi à la Défense, à la Santé, ou même à l’Éducation nationale ou à la Culture, sans que le lien avec la carrière ultérieure en entreprise soit nécessairement évident. On remarque seulement l’importance du passage, à la fin des années soixante-dix, par le Comité interministériel pour l’aménagement des structures industrielles (CIASI), devenu après 1981 le Comité interministériel pour la restructuration industrielle (CIRI), pour quelques inspecteurs faisant ensuite des carrières industrielles, comme Alain Minc (IF 1975) à Saint-Gobain ou Loïc Armand (IF 1980) chez L’Oréal.

5Les pourcentages d’inspecteurs concernés par une carrière industrielle ne correspondent pas à ceux des inspecteurs effectivement en poste dans une entreprise industrielle à un moment donné ; beaucoup n’y font qu’un passage plus ou moins bref, avant de retourner, lorsqu’ils en ont encore la possibilité – le régime des congés très stricts dans le secteur privé a longtemps obligé à des démissions rapides du corps –, dans l’administration (17 cas) ou de poursuivre leur carrière dans des entreprises non industrielles (26 cas). Ils sont ainsi une ­vingtaine à avoir quitté leurs activités industrielles après moins de cinq ans.

Un accès limité aux directions générales

6Les inspecteurs passés dans l’industrie ne sont qu’un peu plus d’un quart (28) à avoir accédé à des fonctions de P.-D.G. ou de directeurs généraux de firmes importantes. Cette possibilité est restée marginale jusqu’aux années quarante, avec le seul Pierre Schweisguth (IF 1908), administrateur délégué de la Société alsacienne de constructions mécaniques de 1926 à sa mort en 1940 ; cette exception reposait d’ailleurs sur des liens familiaux avec des administrateurs de l’entreprise. Le phénomène se développe ensuite dans l’après-guerre, avec Marcel Macaux (IF 1933), directeur général en 1944, puis P.-D.G. des Aciéries de Firminy (cf. infra) ; Jacques Fourmon (IF 1931), directeur général du groupe textile Boussac en 1955 ; Jean Forgeot (IF 1943), directeur général des Forges et ateliers du Creusot en 1956, puis P.-D.G. de Creusot-Loire (1971-1982) ; Charles-Albert de Boissieu (IF 1922), gérant du groupe Schneider de 1960 à 1966 ; ou Wilfrid Baumgartner (IF 1925), P.-D.G. de Rhône-Poulenc de 1963 à 1973. Cet accès au sommet s’étend, dans les années soixante-dix, dans le secteur privé, avec Pierre Célier (IF 1942), président du directoire de Sacilor de 1973 à 1978 – promotion qu’il doit aussi à son alliance matrimoniale avec la famille de Wendel, propriétaire –, Philippe Thomas (IF 1946), P.-D.G. de Pechiney de 1975 à 1982 (cf. supra, sa figure), ou Roger Fauroux (IF 1956), P.-D.G. de Saint-Gobain de 1980 à 1986. Mais il s’étend aussi dans le secteur public, où les inspecteurs s’implantent dans des branches qui revenaient traditionnellement à des corps techniques de polytechniciens. En 1977, Albin Chalandon (IF 1945), longtemps banquier, puis ministre, est ainsi promu P.-D.G. d’Elf-Aquitaine par son camarade Valéry Giscard d’Estaing. François Mitterrand en fait de même, en 1984, avec François-Xavier Ortoli (IF 1948), ancien ministre et commissaire européen à Bruxelles, à la Compagnie française des pétroles (bientôt Total-CFP). Ces deux entreprises étaient jusqu’alors des chasses gardées du corps des Mines. Lorsque, en 1978, le gouvernement Barre a pris le contrôle d’une sidérurgie en faillite, Pierre Célier est écarté de Sacilor, mais il est remplacé par son camarade Jacques Mayoux (IF 1952). Les nationalisations de cinq grands groupes industriels, en 1982, n’affectent pas la position des inspecteurs : si Philippe Thomas est évincé de Pechiney, Roger Fauroux est confirmé à Saint-Gobain et le jeune Alain Gomez (IF 1965) est promu à la tête de Thomson. Plus tard, avant les privatisations, ce sont encore Louis Schweitzer (IF 1970) et Philippe Jaffré (IF 1973) qui sont nommés, respectivement en 1992 et 1993, P.-D.G. de Renault et d’Elf-Aquitaine. Dans le secteur privé ou privatisé, pareilles réussites sont devenues plus rares dans la période récente : la nomination de Pierre-André de Chalendar (IF 1983) comme directeur général en 2007, puis P.-D.G. en 2010 de Saint-Gobain fait exception.

7Les inspecteurs des Finances ne se constituent jamais, dans les grands groupes industriels, des fiefs équivalents à ceux qu’ils acquièrent dans les grands établissements bancaires comme le CIC, le CNEP, devenu BNP, ou la Société générale. Leur réussite reste isolée. Ils n’ont pas établi de dynasties, en raison notamment de la forte concurrence des grands corps techniques dans ces branches industrielles. Roger Fauroux a ainsi choisi, en janvier 1986, à la veille du retour de la droite au pouvoir et des privatisations annoncées, de s’effacer au profit de Jean-Louis Beffa (X Mines) ; chez le cimentier Lafarge, Bertrand Collomb (X Mines) a été choisi en 1989 pour succéder à Olivier Lecerf comme P.-D.G., et l’inspecteur Jacques Lefevre (IF 1964), directeur général, de quatre ans son aîné, a dû se contenter durablement d’un poste de numéro deux.

8Les expériences d’inspecteurs à la tête de grands groupes se sont souvent mal terminées, ce qui a pu affecter l’image du corps comme gestionnaire industriel. Jacques Mayoux n’a pas mieux réussi que son prédécesseur Célier à affronter la crise de la sidérurgie ; Forgeot a tristement achevé sa carrière avec le naufrage de Creusot-Loire ; le long parcours de Gomez à la tête de Thomson, jusqu’à son éviction en 1996 par le gouvernement Juppé avant la privatisation, a débouché sur de nombreuses mises en cause judiciaires, dont il n’est sorti que tardivement indemne ; Philippe Jaffré a été victime de l’OPA de Total sur Elf-Aquitaine ; Guy de Panafieu (1968) n’a pas pu redresser le constructeur informatique Bull, de 1997 à 2001, et Pierre Bilger (1967) s’est trouvé, juste après son départ à la retraite en 2003, rattrapé par la crise financière qui a frappé Alstom. Seul L. Schweitzer peut, à la tête de Renault pendant plus de dix ans, s’enorgueillir d’une réussite sans tache.

Des directeurs financiers parmi d’autres

9Les autres inspecteurs partis dans l’industrie en restent à peu près exclusivement à des fonctions de directions administratives ou financières. Ils y accèdent rapidement si ce n’est immédiatement, en fonction de leur âge et de leur expérience administrative préalable, mais ils peuvent faire ensuite toute leur carrière au même poste, à l’image de Georges Bexon (IF 1939), directeur à l’Air liquide de 1924 à 1953, ou de Frédéric Berbigier (IF 1937), directeur financier de la Compagnie française des pétroles de 1953 à 1976. D’autres en repartent rapidement, à l’image de Louis Formery (IF 1912) ou d’André Diethelm (IF 1920), éphémères directeurs financiers de Kuhlmann (1928-1930) et de Renault (1934-1937), qui profitent de leur disponibilité, alors limitée à trois ans, pour réintégrer le corps alors que leur expérience en entreprise tourne mal à la suite de difficultés internes. S’ils bénéficient d’un accès privilégié à la direction financière, les inspecteurs sont toutefois loin de s’y montrer incontournables. De nombreuses grandes entreprises (Ugine, Usinor, Marine, CGE, Peugeot, Citröen, etc.) n’ont jamais fait appel à leurs services, avant les années soixante-dix du moins, et d’autres n’ont pas été au-delà d’expériences uniques, voire éphémères. Elles ne sont que huit entreprises industrielles à avoir recruté successivement au moins deux inspecteurs au cours de cette période, sans nécessairement plus de succès, à l’image de Simca, qui n’a gardé les deux siens qu’un an chacun dans les années cinquante. Les seuls cas où apparaît une volonté durable d’avoir un inspecteur à la direction financière sont Saint-Gobain (quatre de 1902 à 1974), L’Air liquide (deux de 1924 à 1970), Alsthom (trois de 1928 à 1976, avec une interruption entre 1943 et 1954), Schneider/Creusot (deux de 1938 à 1982), la filiale française de BP (trois de 1956 à 1977). La diversité de ces firmes, aussi bien en termes de branche, d’ancienneté ou de mode de contrôle (managérial, familial ou étranger), montre qu’il n’existe pas d’entreprise type pour les inspecteurs des Finances dans l’industrie. Ailleurs, les titulaires des mêmes directions financières ont d’autres profils, juristes, anciens élèves d’HEC ou comptables montés par le rang.

L’exception des dynasties d’inspecteurs chez Saint-Gobain

10Le premier recrutement d’un inspecteur chez Saint-Gobain, en 1902, qui était aussi le premier dans l’industrie en général, correspond à une réorganisation intervenue à la suite de la retraite du secrétaire général, un ingénieur centralien. Louis de Beaucé (IF 1886) prend le titre de directeur des services financiers et du secrétariat, avec la responsabilité des services de la comptabilité, du contentieux et de la correspondance. En 1904, un deuxième inspecteur, Louis-Jules Caillet (IF 1895), contrôleur des dépenses engagées au ministère du Commerce, est recruté comme inspecteur des comptabilités. En 1907, il est nommé sous-directeur des services financiers après le départ à la retraite du chef de la comptabilité centrale. En 1908, Beaucé reprend le titre de secrétaire général, tout en restant directeur des services financiers. En 1911, après le décès de Caillet dans un accident de montagne, Georges Thorel (IF 1905) lui succède à 31 ans comme sous-directeur des services financiers, avant de remplacer Beaucé à son départ à la retraite en 1920. C’est alors un polytechnicien, Jean Pierret (X 1907), attaché au secrétariat général, qui devient son adjoint avant de le remplacer à sa mort en 1938. La filière de l’Inspection n’est reprise que l’année suivante avec le recrutement de Paul Francin (1929), auparavant chef adjoint du cabinet du ministre des Finances Paul Marchandeau, comme sous-directeur des services administratifs et financiers. Il succède à son tour à Pierret à sa retraite en 1954. Après la fusion avec Pont-à-Mousson en 1970, il reste formellement en place, mais le relais est pris de fait par son jeune camarade Roger Fauroux, qui occupait la même fonction dans l’entreprise fusionnée. Si Roger Martin juge, dans ses mémoires, que Francin a exercé cette direction financière « avec talent », il reste difficile de déterminer en quoi cette exception Saint-Gobain de dynasties d’inspecteurs a marqué la fonction de manière spécifique. La pratique est encore accentuée par la nouvelle direction venue de Pont-à-Mousson : le P.-D.G. Roger Martin (X-Mines) et son dauphin Roger Fauroux multiplient les recrutements de camarades de corps : Jean-Louis Beffa et Francis Mer pour le premier, Gomez, Minc et Pierre Blayau (IF 1978) pour le second, à qui est confiée très jeunes la direction du plan ou des services financiers, avant qu’ils ne fassent une belle carrière dirigeante à l’intérieur ou à l’extérieur du groupe.

Les inspecteurs vecteurs de la financiarisation de l’industrie ?

11Mais Saint-Gobain n’est plus une exception. Depuis les années soixante-dix, d’autres entreprises pratiquent un recrutement plus fréquent d’inspecteurs. C’est le cas de Thomson (6 recrutements), de Rhône-Poulenc (4), de la CGE (4), de Peugeot (4), de Lafarge (3), etc. Les inspecteurs recrutés ne deviennent plus nécessairement des directeurs financiers ; ils peuvent être chargés de fonctions moins attendues, comme, chez PSA, le contrôle des activités de fabrication et de la gestion industrielle pour Paul-Marie Chavanne (IF 1978) en 1992 ou la responsabilité du montage pour Marc Lechantre (IF 1995) en 2006. Ils n’échappent plus non plus à l’exigence d’une expérience à l’étranger, comme Christophe Nicoli (IF 1992), qui s’est vu confier successivement la direction générale des filiales vénézuélienne (1999), puis brésilienne (2006) de Lafarge. Même s’ils sont loin, avec un accès immédiat à des fonctions de cadres dirigeants, d’être des débutants comme les autres, les inspecteurs ont des carrières moins tracées qu’auparavant. Un éventuel échec apparaîtrait toutefois moins grave ; d’une part, les disponibilités pour convenances personnelles, renouvelables jusqu’à dix ans, facilitent le retour au service de l’État et, d’autre part, la fluidité accrue du marché de l’emploi des cadres dirigeants permet de multiplier les expériences successives.

12Diplômés avant l’Éna d’une grande école de commerce (HEC, ESSEC ou ESCP) pour un bon tiers d’entre eux dans les promotions récentes (depuis 1970), les inspecteurs ont souvent une attirance pour le monde des affaires en général, qui peut les amener ou non, selon les opportunités, à travailler dans l’industrie. Mais ils illustrent plus la financiarisation de ­l’industrie qu’une véritable orientation nouvelle de l’Inspection.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Joly Hervé, « Diriger une grande entreprise française au xxe siècle : modes de gouvernance, trajectoires et recrutement », manuscrit original pour l’habilitation à diriger des recherches (sous la dir. de Patrick Fridenson), École des hautes études en sciences sociales, 2009, à paraître (le mémoire inédit peut être téléchargé à http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/34/35/25/PDF/hdr.pdf).

Rouban Luc, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000. Quarante ans de pantouflage », n° 31 des Cahiers du Cevipof, juin 2002, 155 p. consultable en ligne :

http://www.cevipof.com/fr/les-publications/les-cahiers-du-cevipof.

Chadeau Emmanuel, « Les inspecteurs des Finances et les entreprises 1869-1968 », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le patronat de la seconde industrialisation, cahier n° 4 du Mouvement social, Paris, Édition ouvrières, 1979, p. 247-259.

Auteur

Directeur de recherche (habilité) du CNRS au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Lyon)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par