Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Jacques de Fouchier (1911-1997) et Jack Francès (1914-2005)

Des percées conceptuelles dans le crédit spécialisé

Hubert Bonin

Texte intégral

1L’histoire des deux pionniers Jacques de Fouchier (IF 1934) et Jack Francès (IF 1941) est devenue légendaire. Ces deux « marginaux » quittent précocement le service public pour contourner le système bancaire en prospectant des marchés quasiment vierges qui leur semblent potentiellement prometteurs et qui, surtout, leur permettent de monter leurs propres sociétés. Leur véritable esprit d’entreprise les rend plutôt impatients par rapport aux pesanteurs des grandes institutions :

2« Les dirigeants – restés en place pour la plupart […] [à la Libération] – étaient occupés à circonscrire les dégâts, à tenter de raccommoder le tissu déchiré, plutôt qu’à promouvoir des initiatives novatrices […]. Je ne devais comprendre que plus tard, au fur et à mesure que j’explorerais les vastes créneaux laissés en quasi-déshérence par les banques françaises, les origines lointaines et les péripéties plus récentes par lesquelles pouvaient s’expliquer leurs tendances à l’archaïsme, à l’autosatisfaction et à l’ankylose », rappelle Fouchier dans ses mémoires.

3La prospection d’une clientèle encore vierge de bancarisation et de crédit constitue l’une des innovations des deux pionniers : « Francès est arrivé dans la banque avec une mentalité de vendeur et non de financier », précise Fouchier. Cependant, l’aspect de francs-tireurs n’empêche pas ce duo de tisser des relations étroites avec l’appareil économique d’État, afin d’en obtenir la législation nécessaire pour asseoir la stabilité juridique et la légitimité de leurs produits, et avec la place bancaire, afin d’y lever les fonds nécessaires.

4Chacun de son côté, ils montent une confédération de banques orientées vers ce qu’on appelle dès lors les « crédits spécialisés », où chaque montant est précisément affecté à une opération non classique, comme l’escompte de traites. Dans un premier temps, il leur faut recourir à des « chaînes de traites » pour plusieurs produits, afin de s’insérer avec pragmatisme dans les mécanismes d’une place qui aime l’escompte et le réescompte. Puis des contrats de reconnaissance de dette l’emportent. Ce noyau d’inspecteurs des Finances – avec aussi Pierre Besse (IF 1942), comme compagnon de route essentiel de Fouchier, et nombre de diplômés de droit et de Sciences Po – imagine toute une gamme de prestations bancaires. Fouchier lance des crédits sur acceptation, puis des prêts à l’équipement des entreprises (crédit-bail mobilier) avec l’UFEFE (Union financière d’entreprises françaises et étrangères) en 1946 – transformée en UFB-Union française de banques en 1950 (après l’absorption de la Banque française d’acceptations) –, puis du crédit aux ménages pour leur équipement (Cetelem, Compagnie pour le financement des équipements électroménagers, en 1953) et pour leur logement (UCB, Union bancaire pour le bâtiment, en 1951) et la CFEC (Compagnie française d’épargne et de crédit, en 1954), grâce à des accords avec des « prescripteurs », distributeurs de biens ménagers et promoteurs pour prospecter la clientèle. Francès monte Sofinco (Société de financement industriel et commercial, 1951) pour le crédit à la consommation, Immobilia en 1957, ­Cogefimo en 1960 et la Banque La Hénin en 1960 pour le crédit immobilier. Tous deux créent des syndicats (pools) de banques d’affaires et de banques de dépôts qui refinancent en commun chaque société. Francès puise aussi habilement dans les fonds de « sociétés coquilles » qu’il rachète, d’anciennes firmes charbonnières ou énergétiques qui ont perdu l’essentiel de leur activité lors des nationalisations de 1945-1946, mais qui ont conservé des actifs dormants qu’il ­s’empresse de transformer en liquidités.

5Dans un deuxième temps, chacun englobe ses entités dans une compagnie holding, dont la mission est d’émettre des obligations et des emprunts bancaires en direct, à meilleur coût, et de mutualiser des outils techniques : la ­Compagnie bancaire pour Fouchier (1959) ; la Sogenin (1961), puis la Compagnie La Hénin pour Francès (1972). Enfin, chacune est rapprochée d’un parrain financier, Paribas en 1966 pour la première, la Compagnie financière de Suez en 1966/1972 pour la seconde.

6Ces inspecteurs des Finances contribuent au réveil de la place de Paris en bâtissant un faisceau de banques innovantes et mobiles. Ils ont ensuite élargi leurs initiatives au financement de la filière de l’économie immobilière, en distribution des crédits aux promoteurs immobiliers et en assumant par eux-mêmes une politique de promotion immobilière par des sociétés dynamiques. Mais dans ces domaines, la place a connu également bien d’autres acteurs, pas nécessairement inspecteurs des Finances.

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Bordeaux

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par