Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Henri Ardant (1892-1959)

Hubert Bonin

Texte intégral

1Directeur adjoint des services financiers de la délégation française à la Commission des réparations, Henri Ardant (IF 1918) rejoint la Société générale en 1921. Il en devient l’un des huit sous-directeurs (auprès de douze directeurs et directeurs adjoints) en 1922, secrétaire général en 1926, directeur général adjoint en 1932, directeur général en juin 1935 (à 43 ans) et enfin président-directeur général en application de la loi de Vichy sur la présidence en 1941-1944 : soit une carrière bancaire de vingt-trois ans et demi. Il y laisse l’empreinte d’un homme d’ordre gestionnaire, qui accélère le processus d’organisation moderne des services bancaires et financiers (22 000 salariés en 1930), alors la première banque du pays devant le Crédit Lyonnais en 1921-1928, avec un puissant réseau et trois grands pôles de gestion sur Paris. Ardant et son équipe (trois directeurs et un secrétaire général en 1935) lui font franchir l’étape de « l’industrie bancaire ». Secrétaire général, fonction qui est créée pour lui et dont il a dessiné les contours dans l’action, puis dirigeant, il structure la fonction de supervision administrative par l’émission de codes, de circulaires et d’instructions (« la bible »), par le renforcement de l’Inspection générale, posée en modèle sur la place, par le renforcement du recrutement, de la supervision et de la promotion d’un vaste corps de directeurs d’agences et de services (« le vivier »), et par la création pionnière d’un service de formation professionnelle dans le cadre d’une véritable école technique ponctuée de cycles d’enseignement et d’examens. Un peu après le CNEP mais au cœur du processus innovateur, il enclenche un puissant mouvement d’introduction du traitement électro-comptable des données de gestion (portefeuille, valeurs mobilières) par des investissements massifs au siège et dans les grandes succursales.

2En sus de son talent de gestionnaire de firme bancaire, Ardant a été aussi un « banquier ». Il poursuit en effet d’abord la politique de croissance organique de la Société générale en soutenant ses équipes de banque d’entreprise, au plus près des grandes firmes et des grosses PME régionales qui s’étoffent pendant le démarrage de la deuxième révolution industrielle. Il accompagne la consolidation d’un gros département étranger, depuis Paris ou par le biais de la ­succursale de Londres, en la laissant devenir un fort intervenant sur le marché des changes. Il pousse la filiale alsacienne Sogenal à reprendre pied en Allemagne. Il parraine l’installation de succursales à New York (novembre 1939) et Buenos Aires, puis en Afrique subsaharienne, quand se préparent ou se dénouent les événements de guerre transatlantique. Pendant la crise, le « modèle » de la Société générale s’est avéré efficace, avec un équilibre pertinent entre prise de risques en banque commerciale, gestion des fonds permanents en contrepartie et préservation de règles de liquidité fermes.

3Sa culture personnelle sociale-chrétienne, orientée vers une autorité forte et paternaliste, le conduit à adhérer à la culture spécifique de sa banque, favorable à une évolution, organisée par en haut, des relations sociales. Ainsi, après les grosses grèves en 1923-1925, la maison court-circuite l’intermédiation syndicale, mais mène une politique intense de promotion professionnelle (création d’une école de banque interne), de soutien des organisations sociétales (club sportif) et de la caisse de retraite maison. Toutefois, Ardant a dû comprimer les effectifs à 15 400 en 1939 pour accompagner le repli du chiffre d’affaires pendant les années de crise.

4Pendant le régime de Vichy, Ardant, parce qu’il a été vice-président de l’Union syndicale des banquiers à plusieurs reprises et est réputé comme un efficace « rationalisateur », devient, dès septembre 1940, président du comité d’organisation des banques. Sous sa direction, la profession évolue d’un libéralisme quasi intégral à l’institutionnalisation d’un contrôle par la banque centrale des règles de liquidité et de solvabilité (loi bancaire de 1941, reprise en 1946). Il se montre favorable à une application de la Charte du travail. Par ailleurs, Ardant, P.-D.G. de la Société générale, doit ouvrir les comptes et coffres à l’aryanisation, insérer la banque d’entreprise dans les circuits d’échanges au sein de l’Europe allemande, sous la houlette du ministère des Finances, et financer les groupements d’achats de matières premières ou les firmes intégrant des intérêts allemands. De façon précise, on lui reproche à la Libération une fréquentation excessive des cercles de convivialité allemands et vichystes et des idées politiques plutôt antiparlementaristes. Aussi est-il arrêté en 1944, inculpé par la Cour de justice de la Seine et reste longtemps détenu, après avoir ­démissionné de ses mandats. Pourtant, défendu notamment par le syndicat CGT des employés, il bénéficie d’un classement sans suite en 1948, avant que la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration, qui ne retient que sa présidence du comité d’organisation, le mette hors de cause en 1949.

5Il ne retrouve pas la présidence de la Société générale nationalisée, reprise par Pierre de Moüy, qui vient de la Cour des comptes, et qu’il a remplacé à la direction générale en 1935. Il ressort en 1951 de sa traversée du désert à la tête d’une banque de « niche », la Banque française de l’agriculture, qui refinance les caisses régionales du « Crédit rural libre », plutôt engagé au centre-droit social-chrétien – mais sans parvenir à empêcher l’hégémonie du ­Crédit agricole mutuel ou des institutions du Crédit mutuel.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search