Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Pierre-Eugène Fournier (1892-1972)

Georges Ribeill

Texte intégral

1Né en 1892 à Lyon, fils d’un général, licencié en droit et diplômé de l’École des sciences politiques, Pierre-Eugène Fournier est reçu 9e sur 9 au concours et sur 41 candidats de 1919, après quatre ans de guerre au front, où il a été blessé et décoré de la croix de guerre. Après les cabinets de Charles de Lasteyrie et Frédéric François-Marsal, il est affecté à la direction du Budget de 1924 à 1929, et succède, à 33 ans, au directeur Jean Susane (non-inspecteur), brutalement décédé. Nommé second sous-gouverneur de la Banque de France en février 1929, il lui est confié un bilan de la convention de 1921 qui lie l’État à cinq compagnies privées et deux réseaux d’État. En effet, le déficit, amplifié en 1929, du « fonds commun » impose à l’État de faire jouer la garantie d’intérêt dont bénéficient les compagnies.

2Fournier signe seul un très approfondi Rapport sur l’évolution financière des réseaux depuis l’après-guerre et la mise en œuvre de la convention de 1921. Ainsi pointe-t-il des dépenses croissant plus rapidement que les recettes d’exploitation, une généreuse mais aberrante prime de gestion propre à chaque réseau, sans corrélation avec cette dégradation des comptes… Il considère qu’un contrôle efficace doit conjuguer a priori un certain interventionnisme de la tutelle et a posteriori la possibilité de rejeter des comptes ou de réduire une dépense injustifiée ou excessive, alors que « l’État ne possède actuellement ni l’une ni l’autre de ces deux catégories de contrôle ». Fournier critique aussi des investissements de modernisation non justifiés par les perspectives d’un marché largement érodé par la redoutable concurrence de la route. Il dénonce surtout l’absence comptable d’amortissement industriel : « Aucune corrélation n’existe entre le matériel réformé et le matériel de remplacement […]. Par un appel continu à l’emprunt, par l’absence d’une politique sévère d’amortissement, l’exploitation des voies ferrées aura été soulagée temporairement », mais au prix d’une lourde hypothèque sur l’avenir, c’est-à-dire à l’expiration statutaire des concessions dans les années cinquante. En désintéressant les réseaux, la convention de 1921 a créé un régime mi-chèvre mi-chou, auquel il oppose deux options extrêmes : ou des compagnies capables, par leur gestion rigoureuse, de résister aux pressions de l’État tutélaire, réticent par exemple à relever les tarifs, ou un État fort leur imposant les mesures de redressement nécessaire : « La Convention de 1921 a essayé de concilier ces deux régimes. Elle n’a pu tirer le bénéfice d’aucun d’eux. Elle en a par contre souvent additionné les inconvénients ».

3Puissance de travail, autorité et droiture, indépendance de jugement, telles sont les qualités reconnues à Fournier, promu gouverneur de la Banque de France le 20 juillet 1937. À ce titre, il siège au conseil d’administration de la SNCF, fondée en septembre suivant. Dès l’invasion de la France, replié à Bordeaux, il s’emploie à faire incinérer les billets (200 milliards) et à cacher l’or (100 milliards) détenus par la Banque. Fin juillet 1940, le gouverneur de la Banque de France est brutalement démis par Bouthillier, qui lui préfère le sous-gouverneur Boisanger, autre inspecteur des Finances, jugé plus souple. Ainsi, le 5 septembre, dans son discours d’adieu au conseil général, rappelant que « pas un gramme d’or, pas un billet n’est tombé aux mains de ­l’adversaire », peut-il rappeler :

4« Dans l’accomplissement de cette tâche, notre Maison n’a reçu ni encouragement ni remerciement : elle apprend aujourd’hui la destitution de son chef. Qu’un homme de plus tombe dans la mêlée, qu’importe, si l’Institution qu’il avait la charge de conduire a rempli son devoir et lui survit ».

5Il est offert à Fournier la présidence de la SNCF, pour succéder à son premier titulaire, Pierre ­Guinand, ancien premier président de la Cour des comptes, démis pour cause de vieillesse et de santé affaiblie. Le 11 septembre, ­Fournier prend donc les rênes d’une entreprise qu’il connaît bien, pris toutefois en étau entre ­l’ex-directeur général adjoint de la SNCF, Jean Berthelot, nommé secrétaire d’État aux Communications, et son directeur général Robert Le Besnerais, deux ingénieurs des Mines. Cette fonction non exécutive ne l’empêche pas d’exercer, à partir de décembre 1940, celle de directeur du Service de contrôle des administrateurs provisoires (Scap) du ministère de la Production industrielle, fonction dont il démissionne à la mi-mars, dès sa mise sous surveillance allemande.

6À la SNCF, d’un côté le président doit préserver un minimum d’exploitation continue au service du ravitaillement économique des Français, de l’autre s’opposer ou limiter les prélèvements de cheminots, locomotives, wagons et rails que l’occupant voudrait transférer en Allemagne, au service des immenses besoins logistiques qu’appelle le lointain front de l’Est. Politique d’atermoiement efficace : Fournier est arrêté le 9 juin 1944 avec d’autres dirigeants de la SNCF, puis relâché. À l’heure de l’épuration, Fournier propose sa démission au ministre des Travaux publics René Mayer, qui la refuse. Mais peu de jours avant l’expiration de son mandat, en septembre 1946, il se voit inculpé par le ministre socialiste des Travaux publics, Jules Moch, victime à retardement des accusations d’origine communiste, lui reprochant, comme à Berthelot et à Le Besnerais, un rôle actif dans la répression anti-communiste menée au sein de la SNCF à partir de l’été 1941. Discrètement étouffée, ­l’affaire a des conséquences sur la carrière de Fournier, qui doit se contenter de présider la Société nationale d’investissement de 1949 à 1972, tout en siégeant à divers conseils d’administration, dont celui de la prestigieuse Compagnie universelle du canal maritime de Suez, de 1946 jusqu’à son décès, survenu en 1972. À sa mort, ses camarades de l’Inspection, Emmanuel Mönick, Wilfrid Baumgartner et Henri Deroy ont rendu hommage « à la volonté passionnée de servir, alliée à une clarté d’esprit peu commune », de celui qui fut « plus encore qu’un exemple, souvent un modèle ».

Bibliographie

Bachelier Christian, « La SNCF sous l’occupation allemande, 1940-1944 », rapport de recherche, Institut d’histoire du temps présent, 1995, 4 vol. 

Sources

Pierre Fournier (1892-1972), plaquette nécrologique.

Auteur

Directeur de recherche de l’Équipement à l’École nationale des ponts et chaussées, laboratoire Techniques, territoires, sociétés

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par