Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

IV. Branches d’activités, firmes

Emile (1835-1915) et Maxime (1867-1945) Renaudin

Georges Ribeill

Texte intégral

1Administrateurs se succédant de père en fils au conseil d’administration de la Compagnie de l’Est, Émile, puis son fils Maxime Renaudin illustrent le cas de compétences administratives auxquelles les compagnies de chemins de fer, après l’entrée définitive en République, vont recourir de plus en plus dans un contexte politique qui menace leur stabilité : garanties à préserver et conventions financières à rediscuter, projets de rachat à réfuter. Ainsi, lors de l’assemblée générale de la Compagnie des chemins de fer de l’Est tenue le 29 avril 1882, lorsque la candidature d’Émile Renaudin, retenue dès 1881, est présentée, c’est en vertu de telles compétences qu’elle est présentée au suffrage : « La compétence financière et les connaissances administratives de cet ancien inspecteur général des Finances et ancien directeur du service de la Comptabilité au ministère de la Guerre, nous assurent une collaboration à laquelle nous attachons le plus grand prix ».

2À l’issue d’un cursus classique (lycée Louis-le-Grand, licence en droit de la faculté de Paris), Émile Renaudin est entré dans l’administration des Finances : surnuméraire en 1855, commis en 1857, il est adjoint à l’Inspection en 1858, nommé inspecteur en 1860. Au sortir du conflit franco-prussien, de 1871 à 1874, il fait partie de la Commission mixte franco-allemande de Strasbourg, chargée de régler les comptes de la guerre de 1870-1871. Avec le ministre plénipotentiaire au ministère des Affaires étrangères Alexandre de Clercq et l’ingénieur des Mines Ernest Orsel, il va à Strasbourg discuter avec les délégués allemands pour fixer le volet financier du traité de Francfort. En 1874, après un très bref passage au ministère des Finances en charge du bureau des Travaux législatifs, c’est en raison de son expérience franco-allemande qu’il poursuit sa carrière au ministère de la Guerre, directeur adjoint du secrétariat général, puis directeur général de la Comptabilité et du Contrôle ­financier de 1876 à 1881.

3Les compétences ainsi acquises par ce haut fonctionnaire du ministère de la Défense et son réseau relationnel intéressent la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Le rachat de ses 770 km de lignes en 1871 par l’État, qui les cédera à ­l’Allemagne, est réglé en rentes annuelles jusqu’à la fin de la concession. À l’automne 1881, en prenant l’exploitation de lignes rachetées ou construites par l’État, en exploitant provisoirement d’autres lignes, la Compagnie aura à appliquer des conventions financières aux clauses complexes. On comprend ainsi l’intérêt de s’attacher Renaudin qui, de surcroît, Ardennais d’origine, possesseur du château de Belair près de Charleville, circule régulièrement sur le réseau. Recruté en 1881 comme administrateur de la Compagnie de l’Est, il avait été un mois plus tôt, le 25 mars 1882, choisi comme administrateur de la Société générale pour « sa grande habitude du travail et sa spécialité financière ». Il est alors leur seul administrateur commun.

4Son fils Maxime Renaudin, qui, vingt-cinq ans plus tard, a connu un parcours identique (licencié en droit, commis aux Finances (1888), adjoint à l’IGF (1890) et inspecteur des Finances en 1892), marié à Emma Leroy-Beaulieu, est choisi à son tour comme administrateur de la Compagnie de l’Est, sans doute pour succéder à son père, âgé de 78 ans. Démissionnaire de l’Inspection le 15 décembre 1913, le fils côtoie son père au conseil, peu de temps, Émile décédant le 9 juin 1915. Maxime a aussitôt accédé au comité de direction de la Compagnie, puis à sa présidence en 1922, alors que le sort politique du réseau d’Alsace-Lorraine recouvré, longuement débattu, n’est toujours pas tranché : la Compagnie de l’Est est favorable à la reprise d’un riche réseau industriel, mais en vain, et l’A-L sera un réseau d’État. En 1934, l’ingénieur des Ponts et Chaussées Louis Marlio lui succède à la présidence. Voué aux affaires, succédant à son beau-père Paul Leroy-Beaulieu à la direction de L’Économiste français, Maxime Renaudin participe aussi, en 1928, au conseil d’administration de onze sociétés cotées. Outre la Compagnie de l’Est, il préside alors aussi la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, en liquidation depuis son rachat en 1908, et est vice-président de la Société alsacienne de crédit industriel et commercial ; il est aussi administrateur du Crédit industriel et commercial, du Crédit national, des Phosphates et Chemins de fer de Gafsa, de la Compagnie universelle d’acétylène et électro-métallurgie, de la compagnie d’assurances La Nationale (réassurances, incendie, risques divers, vie). À ce titre, il est épinglé parmi les thuriféraires des « 200 familles » et croqué par Raoul Cabrol dans la brochure illustrée publiée par L’Humanité en 1937, Les trusts contre la France. Lors de la création de la SNCF à l’automne 1937, il se situe du côté des défenseurs de la compagnie dépossédée de l’exploitation et participe à la Commission mixte de liquidation des réseaux privés jusqu’à sa mort. Vice-président du CIC depuis janvier 1936, il prend en 1943 la présidence de sa filiale, l’Union des banques ­régionales pour le crédit industriel.

Bibliographie

Hamon Augustin, Les maîtres de la France, Paris, ­Éditions sociales internationales, 1936-1938, 3 vol. 

Aymé-Martin Albert, Nos grands financiers contre la Nation, Alexis Redier, 1931, 279 p.

Sources

Annuaire analytique des sociétés cotées à Paris, ­Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, ­Toulouse, publié par la SEF en 1928.

Deschamp André, Éloge funéraire par le président du CIC, 3 juin 1947 (document communiqué par Nicolas Stoskopf).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search