Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Edmond Giscard D’estaing (1894-1982)

Son rôle dans l’empire colonial français

Catherine Hodeir

Texte intégral

1« Pour moi, le concours de l’Inspection était avant tout le concours le plus difficile de France. Je l’ai considéré comme un passeport, un label de haute qualité ». Reçu 1er sur 41 candidats au concours d’adjoint à l’IGF en 1919, après quatre ans de guerre et une licence en droit et en lettres, le jeune Edmond Giscard, qui ne s’appelle pas encore d’Estaing (en 1922), n’envisage guère, à 25 ans, devenir un grand patron colonial, même « a-typique ». De 1922 à 1925, il est directeur des services financiers du Haut Commissariat dans les territoires rhénans, puis délégué de la Fédération des porteurs de bons. En 1926, par l’intermédiaire de Parmentier, inspecteur et ancien directeur du Mouvement des fonds, il entre pourtant à la Société financière française et coloniale, la SFFC, fondée par Octave Homberg, en 1920, qui, dans le contexte de la crise internationale, rencontre de graves difficultés. Démissionnaire de l’Inspection en 1929, il est nommé président de la SFFC en 1933. Il propose un plan de redressement assez convaincant pour obtenir le soutien de la Banque de l’Indochine, qui avait investi dans le capital du groupe Homberg. Il fait alors toute sa carrière à la tête de cette société, devenue, après la guerre, la SOFFO, Société financière pour la France et les pays d’outre-mer. Dans l’orbite de la Banque de l’Indochine, la SOFFO est le deuxième groupe financier ­français en Extrême-Orient. Elle a ­également des activités au Maroc.

2E. Giscard d’Estaing dirige la SOFFO en étroite collaboration avec son vice-président, Paul Bernard. Tous deux unissent leurs efforts pour développer ce groupe et lui permettre de se maintenir en Indochine jusqu’aux indépendances. Après 1954, la stratégie de la SOFFO, dans laquelle E. Giscard d’Estaing se montre alors très actif, consiste à créer de nouvelles activités au Sud-Vietnam, soit en solo (une filature de jute en 1955), soit en « joint venture » avec d’autres sociétés françaises (une verrerie en 1961 pour l’embouteillage de la bière), soit en participant à la création de la première société à capitaux mixtes, vietnamiens et étrangers (la Cong Ty Duong Vietnam). Le pragmatisme préside à la gouvernance de E. Giscard d’Estaing. Celui-ci souhaite rester le plus longtemps possible au Sud-Vietnam, comme au Maroc, mais, là, avec moins de succès face à la toute-puissance de Paribas. Il affiche son optimisme (de façade ?) : alors que plusieurs sociétés du groupe SOFFO, qui prospéraient au Tonkin, n’existent plus que pour demander des compensations financières, il semble croire à l’avenir des nouvelles activités créées sous le gouvernement Diem.

3Patron ? Pas seulement ! En politique, comme en économie, E. Giscard d’Estaing se montre très engagé sur des positions qu’il défend avec constance. Dès décembre 1931, il est sollicité par Paul Reynaud, ministre des Colonies, pour accomplir une mission destinée à résoudre les graves problèmes qui se posent aux banques de l’Afrique subsaharienne française. Le rapport que remet E. Giscard d’Estaing en avril 1932, préconise une réforme du crédit : « substituer à [une] économie de traite rudimentaire, une économie axée sur la production rentable de matières agricoles. [Allant plus loin, il] lance […], avant la lettre, la théorie des « pôles de développement » et son corollaire, le « dualisme », la stratégie qu’il propose étant de limiter étroitement les zones à « exploiter » et de laisser le reste du pays continuer sur sa « vie autonome ». Au moment des indépendances, cette réforme se retrouvera, adaptée, dans le concept des « zones franches » : Haïphong et Casablanca. Sans succès !

4Signature que l’on lit régulièrement dans la presse coloniale, voix radiophonique qui traite, parmi d’autres sujets, de la politique de la France dans les régions de son empire colonial, E. ­Giscard d’Estaing, de 1947 à 1958, s’exprime à contre-courant du sentiment dominant de l’opinion publique, qui est passée de l’indifférence au rejet de la « sale guerre ». Ainsi, champion du maintien de la présence française en Indochine, il ne ménage ni ses critiques ni ses conseils au gouvernement français. Il se situe toujours du point de vue des cercles officiels franco-indochinois, sans faire preuve d’une analyse pointue ni de la réalité ni des stratégies des milieux français et vietnamiens proches d’Hô Chi Minh et de ses partisans. Il ne paraît pas mieux informé qu’un lecteur ordinaire de la presse métropolitaine ! Pour autant, que ce soit en Indochine ou au Maroc, E. Giscard ­d’Estaing, membre éminent de l’Union coloniale (devenue, après la Libération, Comité central de la France d’outre-mer), n’a aucune influence sur le cours des événements majeurs de la décolonisation. Dans un contexte français et international qui a ­complètement changé, le lobby économique colonial a perdu toute ­résonance sur la sphère politique.

5L’engagement d’E. Giscard d’Estaing se situe avant tout à l’international et dans la perspective de la naissance et de la construction de l’Union européenne. Dès avant la guerre, et dans le sillage d’Ernest Mercier, il adhère à la Chambre de commerce internationale, dont il préside le Comité indochinois. En 1957, il est élu président de cette organisation, membre du Conseil économique et social des Nations unies. Il initie alors le Congrès de Washington, autour du thème : « L’Homme d’Affaires face aux problèmes d’aujourd’hui et ses responsabilités devant son pays et devant le monde ». La question émergente du tiers-monde y est sous-jacente. En 1947, la guerre l’a convaincu de la nécessité de construire une Europe unie : aussi participe-t-il à la fondation de la section française de la Ligue européenne de coopération économique. Jusqu’en 1957, il demeure très actif au sein du Mouvement européen. En 1953, dans son livre La France et l’Unification de l’Europe, il soutient la position française : « une association politique de l’Europe avec l’Union française, analogue à celle que l’on prévoit pour le Commonwealth ».

Bibliographie

Hodeir Catherine, Stratégies d’Empire, le grand patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, 2003, 320 p.

Marseille Jacques, Empire colonial et capitalisme français : histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, 462 p. (rééd. coll. Points, Le Seuil, 1989).

Sources

Entretien enregistré d’Edmond Giscard d’Estaing avec Nathalie Carré de Malberg en 1980.

Auteur

Enseignante à l’université d’Amiens, maître de conférences à l’institut d’études politiques de Paris

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search