Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Émile Minost (1893-1975)

Samir Saul

Texte intégral

1Parmi les inspecteurs des Finances qui quittent l’Inspection pour entrer dans le monde des affaires, Émile Charles Auguste Minost est de ceux qui font partie du patronat d’outre-mer. Il consacre 37 des 45 années de sa carrière à administrer des investissements français en Égypte et en Indochine. Ses principales fonctions sont celles de dirigeant du Crédit foncier égyptien (1923-1945) et de président de la Banque de l’Indochine (1945-1960). Pour l’essentiel, ses réalisations se confondent avec l’histoire de ces deux établissements financiers.

2Des souvenirs manuscrits à usage familial, confiés à Nathalie Carré de Malberg par Madame Minost, livrent des éléments biographiques. Né le 3 octobre 1893, il passe sa jeunesse dans un milieu provincial modeste. Son père étant clerc d’avoué, le jeune Émile étudie le droit jusqu’au doctorat, qu’il obtient en 1917. Il réussit aussi un DES de langue et littérature allemandes. Son premier contact avec l’Égypte survient à 20 ans. Le directeur de la Comptabilité du ministère de l’Instruction publique et inspecteur des Finances, Charles Lesage, auquel Minost a été présenté, le met en rapport avec un autre inspecteur des Finances, le président du Crédit foncier égyptien, Émile Miriel, à la recherche d’un précepteur pour préparer au baccalauréat le fils d’une famille fortunée en Égypte. Minost, qui a besoin de financer ses études, accepte et se rend en Égypte en novembre 1913 ; il y reste jusqu’en juin 1914. Il est mobilisé et part pour le front en février 1915, où il est blessé quelques mois plus tard.

3Il est admis à l’Inspection au concours de 1917, réservé aux officiers blessés. En 1918-1919, il est mis à la disposition de la Commission d’études qui doit préparer les clauses financières du traité de paix et, en 1920-1921, il est chargé de mission dans le cabinet de Frédéric François-Marsal, ministre des Finances. Une fonction importante lui est confiée en avril 1920, celle de chef des services financiers de la délégation française à la Commission des réparations. Il ne la quitte qu’en janvier 1923, lorsque Miriel l’engage comme secrétaire général du Crédit foncier égyptien. Minost, mis alors en disponibilité, puis démissionnaire de l’Inspection en 1926, prend la relève de Marcel Vincenot, inspecteur des Finances, promu directeur général. À la suite du décès de Miriel en 1931, Vincenot lui succède à la présidence et Minost est nommé directeur général et administrateur, postes qui seront les siens jusqu’en avril 1945. La vie de Minost est liée à celle du Crédit foncier égyptien et de l’Égypte pendant vingt-deux ans.

4Le Crédit foncier égyptien est le socle de l’influence française en Égypte. Il est de loin la plus grande banque hypothécaire du pays, son activité consistant à emprunter sur le marché financier français en émettant des obligations à long terme et à prêter à long terme en Égypte aux acheteurs de biens fonciers, ces derniers lui accordant des hypothèques sur les propriétés acquises jusqu’à remboursement des prêts. Son activité porte surtout sur la moyenne et grande propriété. À son conseil, Minost côtoie les présidents des plus grandes banques parisiennes, qui ont de longue date parrainé l’établissement : Crédit Lyonnais, Société générale, Comptoir national d’escompte, Paribas, ainsi que d’autres administrateurs représentant l’élite des affaires d’Alexandrie et du Caire. L’hégémonie du Crédit foncier en Égypte est consacrée depuis le tournant du siècle. La guerre et les années vingt ont pour lui des effets paradoxaux. La présence de troupes britanniques et la hausse des prix de toutes les denrées, notamment du coton, se traduisent par une abondance monétaire qui permet un allégement généralisé de l’endettement privé, des remboursements anticipés des emprunts hypothécaires et un moindre recours au crédit. Le pays regorge de disponibilités et les banques et sociétés hypothécaires voient leur activité régresser. De 27 millions de livres égyptiennes en 1914, le portefeuille de prêts hypothécaires du Crédit foncier se comprime année après année et n’atteint pas 18 millions de LE en 1929. Disposant de fonds prématurément remboursés, le Crédit foncier rachète à bon compte ses obligations et se désendette à son tour. Quoique diminué, il continue à représenter le tiers de l’ensemble des investissements directs français en Égypte, hormis Suez.

5La dévaluation de la livre sterling, le 21 septembre 1931, provoque une onde de choc qui se répercute sur la monnaie égyptienne, rattachée à la devise britannique. Cherchant à éviter le paiement de leurs coupons et titres en monnaie dépréciée, les porteurs d’obligations se prévalent d’une option de change ou invoquent la « clause or » pour réclamer des versements en métal précieux. Nombre d’entreprises craignent pour leur stabilité, voire leur existence, tandis que se multiplient procès et appels. Le Crédit foncier égyptien court de sérieux risques, y compris la faillite, et Minost doit consacrer toute son énergie à son sauvetage. Après de multiples rebondissements, les procédures judiciaires tournent à l’avantage de l’établissement.

6Dès 1940, Minost se range du côté de la France libre et participe au Comité national français d’Égypte. Fin 1944, il est pressenti par René Pleven pour prendre la présidence de la Banque de l’Indochine, compromise par son P.-D.G., Paul Baudouin, également inspecteur démissionnaire, ministre des Affaires étrangères du 16 juin au 13 décembre 1940, arrêté et renvoyé devant la Haute Cour. Entré en fonctions en avril 1945, Minost quitte l’Égypte, non sans avoir été nommé administrateur du Crédit foncier égyptien et de la Compagnie du canal de Suez, positions qu’il conserve jusqu’aux nationalisations de 1956. Son activité principale porte désormais sur l’Indochine. Minost n’est pas un banquier, mais ses connaissances en matière monétaire sont un atout pour présider un institut d’émission. Il a acquis en Égypte des aptitudes en matière de diplomatie qu’il met à contribution dans le milieu indochinois, complexe et subtil. Plutôt représentant que dirigeant au quotidien, il laisse la gestion à Jean Laurent, son camarade de l’Inspection, promu directeur général, et à ses collaborateurs.

7Minost préside une institution puissante et étroitement liée aux grandes banques parisiennes, mais dont les assises vacillent en raison de la montée du mouvement d’indépendance. Menacée de perdre sa zone d’activité, elle doit s’en dégager progressivement et mettre en œuvre une stratégie de diversification géographique. La Banque de l’Indochine s’implante au Moyen-Orient, où l’essor de la production pétrolière crée un courant d’affaires. Minost annonce aux actionnaires en 1950 que les investissements de la Banque de l’Indochine en Chine, en Indochine et dans le Sud-Est asiatique ne représentent plus que le huitième du portefeuille-titres. Entre-temps, la Banque est mise en accusation lors de l’affaire du trafic des piastres (1948-1953). En octobre 1955, elle cède ses actifs. Redéployée en métropole, elle entame une seconde vie comme banque ­d’affaires. En 1971-1972, elle entre dans le giron de la ­Compagnie financière de Suez, réincarnation d’une autre entreprise ultramarine refoulée en métropole. Devenu le président d’honneur de la Banque de l’Indochine en 1960, après sa retraite, Minost décède en 1975. Il a été un acteur et un témoin de premier plan du reflux des intérêts économiques français de ­l’outre-mer.

Bibliographie

Sources

Archives familiales, Minost Émile, « Sous le signe de la balance », exemplaire dactylographié, s. d., 139 p.

Auteur

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par