Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Les inspecteurs des Finances et l’outre-mer de 1870 à 1945

Samir Saul

Texte intégral

1On dénombre 120 inspecteurs des Finances qui ont une activité professionnelle outre-mer durant cette période. Ne sont pas retenus dans ce corpus les inspecteurs qui, travaillant en métropole dans des services chargés de l’outre-mer, n’y séjournent pas. « Outre-mer » est entendu comme l’empire colonial et les possessions et dépendances françaises hors d’Europe. Les promotions 1878-1939 ayant totalisé 355 reçus, c’est près d’un tiers des inspecteurs qui ont été appelés outre-mer. Il convient cependant de relativiser : l’empire colonial n’a à aucun moment, durant la première moitié du xxe siècle, attiré plus de 10 % des inspecteurs, exclusion faite de ceux en mission de vérification. Sans surprise, ce grand corps est ­essentiellement métropolitain.

2Après les tournées d’inspection et de contrôle du début de carrière, la première affectation est, en règle générale, en métropole. Pour la plupart des 120 inspecteurs, l’outre-mer ne représente qu’une partie mineure du cursus. Ils n’y réalisent qu’un séjour de courte durée pour accomplir une tâche ponctuelle. Les missions peuvent survenir au début, au milieu ou vers la fin de la carrière. Un petit nombre d’entre eux consacrent à l’outre-mer la majeure partie de leur carrière et y exercent une influence sensible. Plus longues que celles des fonctionnaires sont les carrières ultramarines des hommes d’affaires, notamment des ­quelques-uns qui accèdent à la présidence de leur entreprise.

3Pourquoi partir outre-mer ? Sèchement administratifs, les dossiers personnels ne comprennent pas ce type de renseignement, mais les souvenirs de quelques inspecteurs communiquent les circonstances. Pour Jacques Georges-Picot, l’outre-mer constitue un moyen de surmonter des déceptions de carrière dans l’administration centrale. En 1934, il échoue dans sa tentative de devenir directeur des Finances au Maroc. Prospectant le secteur privé en 1937, il entre à la Compagnie du canal de Suez. Âgé de 28 ans, Robert Julienne se retrouve en Afrique du Nord en octobre 1940 parce que le général Weygand avait demandé un inspecteur des Finances. C’est Roger Goetze qui, à 30 ans, pose sa candidature à la mission de l’Inspection générale des Finances en Algérie, fin 1940, parce qu’il veut quitter la France. Plutôt qu’une vocation ou une spécialité, l’outre-mer est une possibilité ou une occasion de sortir des cadres comme il s’en présente en métropole.

La césure de 1945

4L’étude de la rencontre entre l’IGF et l’outre-mer s’inscrit dans la relation entre la France métropolitaine et ses dépendances (empire et possessions aux statuts juridiques divers), ainsi que certains pays étrangers. L’action des inspecteurs hors de la France incarne et prolonge celle de l’État et des intérêts métropolitains qui se déploient à l’étranger. S’agissant de l’outre-mer, et en particulier du domaine colonial, un contraste est sensible entre l’avant et l’après-1945. Autant, après 1945, l’intervention des inspecteurs fait partie de projets volontaristes et articulés par les responsables politiques, autant l’absence de tels projets caractérise la période qui précède 1945. Si la mise en valeur et le développement appellent une pensée élaborée et un train de mesures délibérées, le « Pacte » colonial, régime de l’avant-1945, semble aller de soi. Les premières sont des nouveautés, tandis que le second a pour lui des décennies, voire des siècles, de consolidation dans les esprits et dans les pratiques, lesquels lui confèrent l’apparence d’une immuable évidence.

5Avant 1945, l’action outre-mer des inspecteurs procède moins de l’impératif de mise en place de politiques originales que de la gestion d’un patrimoine selon des règles et des usages connus, sous-tendus par un projet impérial explicite et séculaire. Ils n’ont pas à penser ou à repenser la relation métropole-empire. Dès lors, on ne saurait s’attendre à trouver des vues d’ensemble ou une action commune portant sur l’outre-mer de la part des inspecteurs. Leur intervention outre-mer avant 1945 ne participe pas d’un projet général mais d’une logique professionnelle et individuelle. Les carrières priment les politiques. Les inspecteurs qui ont laissé une marque outre-mer l’ont fait en tant que personnalités, membres de ­l’administration impériale ou hommes d’affaires, peu différents des autres hommes d’affaires, plutôt qu’en qualité de membres d’un corps au sein duquel ils ne sont plus actifs au moment où ils se distinguent dans leur carrière ultramarine. Leur œuvre se confond avec l’histoire de leur entreprise.

De la fonction publique…

6Vivier de compétences, l’Inspection est un lieu de recrutement de serviteurs de l’État et de dirigeants d’entreprises. Outre-mer, les inspecteurs peuvent avoir des fonctions dans l’Administration ou travailler dans des entreprises privées. On dénombre 74 inspecteurs dont la carrière ultramarine s’est déroulée entièrement dans la fonction publique, 34 qui ont mené toute la leur dans des sociétés privées et douze qui ont réalisé les deux types d’activités. Parmi ces derniers, huit sont passés du secteur public au secteur privé et quatre ont fait le chemin inverse. L’outre-mer est un champ où les inspecteurs sont dans leur rôle de fonctionnaires, mais les affaires attirent nombre d’entre eux. Dans l’un ou l’autre des cas, la carrière outre-mer est le plus souvent imbriquée dans celle que mène ou mènera l’inspecteur en métropole, tellement les deux domaines font partie d’un même ensemble. En soi, une fonction ­outre-mer ne constitue ni un tremplin vers une promotion accélérée ni une voie d’attente.

7Une minorité d’inspecteurs sort du lot et joue un rôle marquant dans l’outre-mer. Elle y est préparée par sa formation, souvent technique, et par l’expérience acquise dans au moins un cabinet ministériel. Dans cette catégorie figurent d’abord les hauts fonctionnaires dans les administrations d’outre-mer, en particulier les directeurs ou directeurs généraux des Finances : Charles Laurent, dit « Charles-Laurent », au Tonkin (1886-1888) ; André Homberg à Madagascar (1896-1898) ; Camille Vignal au gouvernement général de l’Afrique occidentale française (1910-1919 et 1925-1935) ; Jean Parmentier au Maroc (1913-1917) ; Louis Escallier en Algérie (1921-1927) ; Jean Le Bec au Liban et en Syrie (1927-1929) ; Maurice Diethelm en Indochine (1929-1934) ; Jean Robert au Maroc (1943-1947).

… aux affaires

8L’autre catégorie d’inspecteurs de premier plan est constituée d’hommes d’affaires issus de la fonction publique. Devenu directeur général de la Banque de l’Algérie (1934-1946), président du Crédit Lyonnais (1946-1949), président d’Électricité de France (1949-1953) et gouverneur honoraire de la Banque de l’Algérie et de la Tunisie (1950), Louis Escallier fournit un cas emblématique de transition entre l’administration ultramarine et le grand patronat de l’outre-mer et de la métropole. Dirigeants d’importantes entreprises de l’outre-mer, certains inspecteurs exercent une grande influence sur la vie économique des territoires sur lesquels sont implantées leurs sociétés. Normalement, ces inspecteurs commencent leur carrière dans les affaires au niveau de la direction, avant d’être promus au conseil d’administration.

9L’entrée d’un inspecteur des Finances dans sa direction constitue un événement important pour une entreprise d’outre-mer. Sa signification et ses conséquences varient selon le contexte. Apport de connaissances formelles et de savoir-faire, elle représente souvent pour l’entreprise un passage vers une organisation mieux structurée et des pratiques administratives et financières plus rigoureuses. Vis-à-vis des autorités, elle peut aussi représenter une garantie de nature à les rassurer ou un canal pour se rapprocher de l’administration et du personnel politique, les nouveaux venus mettant à profit les relations qu’ils ont nouées lors de leur passage dans un cabinet ministériel.

Tour d’horizon et bilan

10En 1908, le Crédit foncier égyptien, pilier de l’influence française, sollicite des autorités ­l’admission d’un gros emprunt à la cote de la Bourse de Paris. Le ministère des Affaires étrangères ayant exigé le renforcement du contrôle français au sein de la banque hypothécaire, Émile Miriel, inspecteur et haut fonctionnaire en France, est nommé directeur général, puis administrateur délégué en 1909. Président du CFE de 1913 à 1931, il occupe une place éminente en Égypte au profit des intérêts français. Une autre banque hypothécaire française, la Land Bank of Egypt, nomme à la présidence de son conseil, en 1912, l’inspecteur Charles de Lasteyrie et obtient l’admission à la cote d’un emprunt.

11Le successeur de Miriel, l’inspecteur Marcel Vincenot, préside le CFE jusqu’à sa nationalisation en 1956, après avoir été secrétaire général, puis directeur général, de 1912 à 1931. Il est secondé par l’inspecteur Émile Minost, qui lui succède comme secrétaire général et directeur général entre 1923 et 1945. Miriel, Vincenot et Minost pilotent le CFE à travers des années plus troublées que celles d’avant 1914. La présidence à laquelle Minost, rallié à de Gaulle dès 1940, accède en 1945 est celle de la Banque de l’Indochine, qu’il fallait dégager des influences vichyssoises. Minost prend la relève de Paul Baudouin, président de 1941 jusqu’à sa révocation en 1944. Inspecteur, Baudouin est membre de la direction de la banque de 1926 à 1940, puis ministre des Affaires étrangères de Vichy en 1940 et 1941 et partisan de la collaboration et de la Révolution nationale.

12La complexité et la technicité croissantes de l’activité des entreprises favorisent la montée de la fonction managériale. Munis de compétences, les inspecteurs voient s’ouvrir à eux ­directions et administrations des sociétés d’outre-mer. La Banque de l’Indochine (dont le premier directeur fut, en 1875, l’inspecteur Claude Léger) est un recruteur d’inspecteurs depuis la désignation de René Thion de la Chaume comme secrétaire général en 1909. L’ancien chef adjoint du cabinet de Joseph Caillaux, ministre des Finances, établit son ascendant dans la maison, devient directeur adjoint en 1913, directeur en 1920 et président en 1932. L’éminence de la banque dans les affaires en Asie grandit et ses structures internes sont rationalisées sous sa gouvernance. Né dans la haute société, introduit dans la sphère politique, il est lié au monde de la finance par son mariage. Son neveu, François de Flers, suit un parcours similaire du secrétariat à la présidence de 1931 à 1974. Chargé de mission dans les cabinets de quatre ministres des Finances, l’inspecteur Jean Laurent est membre de la direction de la banque de 1928 à 1952.

13En 1929, Octave Homberg (qui n’est pas inspecteur) attire à la direction de sa Société financière française et coloniale l’inspecteur Edmond Giscard d’Estaing, lequel démissionne de l’Inspection la même année et préside cette filiale (devenue SOFFO après la guerre) de la Banque de l’Indochine de 1933 à la fin des années soixante.

14À la Compagnie du canal de Suez, l’engagement en 1896, comme chef de la comptabilité générale et des services financiers, d’Edgar Bonnet, inspecteur et chef de cabinet du ministre des PTT, entraîne la réorganisation des finances et des méthodes comptables de l’entreprise. Secrétaire général en 1900, directeur général en 1909, Bonnet incarne le renforcement de la fonction managériale et gestionnaire d’une direction qui, au sein de Suez, seconde un conseil d’administration composé d’aristocrates de naissance et de notabilités du monde politique ou économique. L’admission de Bonnet, en 1920, à cet aréopage et son accession à la vice-présidence en 1926 rapprochent le conseil de la direction, tout en reconnaissant les services rendus. À la direction depuis 1937, Jacques Georges-Picot illustre la continuité du lien lorsque, après la nationalisation, il en devient administrateur et président en 1957.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances ­1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Saul Samir, La France et l’Égypte de 1882 à 1914. Intérêts économiques et implications ­politiques, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 787 p.

Meuleau Marc, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, ­1875-1975, Paris, Fayard, 1990, 647 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540