Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Robert Lion (1934-)

Thibault Tellier

Texte intégral

1Inspecteur des Finances au parcours atypique, Robert Lion réalise une partie de sa carrière professionnelle dans le domaine de l’urbanisme, et plus spécialement dans celui du logement social. Ses différentes fonctions, ainsi qu’un goût personnel le sensibilisent ­également aux questions d’architecture.

2Issu d’une famille de polytechniciens, Lion suit des études de droit qui le mènent à Sciences Po et à l’Éna (promotion Lazare-Carnot, 1961). À la sortie de cette dernière, il opte pour l’Inspection des Finances. Il n’y fera toutefois pas carrière. Dès 1966, il est chargé de mission au cabinet d’Edgard Pisani, au tout nouveau ministère de l’Équipement. Après la démission de ce dernier, il rejoint Paul Delouvrier au district de la région de Paris, où il a en charge la gestion du fichier des mal logés (près d’un tiers des mal logés français). Il s’agit là de sa première réelle expérience de terrain. En 1968, il est appelé par Albin Chalandon, nouveau ministre de l’Équipement. Adjoint au directeur de la Construction, il en prend la direction en juin 1969. À ce titre, il est, dès son entrée en fonctions, nommé vice-président de la Commission de l’habitation (préparation du VIe Plan). Au long d’un mandat d’un peu plus de cinq ans, il engage un certain nombre de chantiers essentiels pour le devenir des problématiques urbaines, à commencer par la mise en œuvre, en 1970, de la loi sur la résorption de l’habitat insalubre. Il préside le Groupe interministériel permanent pour la résorption de l’habitat insalubre. Trois ans plus tard, avec un autre inspecteur des Finances, René Lenoir, directeur de l’Action sociale, et Jean Maheu, directeur à la Jeunesse, énarque, il met en place le programme Habitat et vie sociale, qui planifie les premiers programmes de réhabilitation des grands ensembles. Il est également, en 1972, à l’initiative de la création du plan Construction, dont le but est de renouer avec les exigences de la qualité architecturale, en particulier pour le logement social. Présidé par Delouvrier, l’organisme confie à une nouvelle génération d’architectes, que Lion surnommera la « génération Portzamparc », un grand nombre de réalisations nouvelles. Les villes nouvelles accueillent une partie des concours issus du programme Architecture nouvelle (PAN). En 1974, à la veille des élections présidentielles, Robert Lion, à la surprise générale, quitte l’administration pour devenir délégué général de l’Union nationale des HLM, présidée alors par Albert Denvers. Il y reste jusqu’en 1981, transformant en profondeur la principale institution chargée du logement social en France. Confronté à la crise généralisée de ce dernier et à sa dénégation croissante dans l’opinion publique, il coordonne, en 1975, la publication du Livre blanc des HLM, qui aborde un certain nombre de problématiques nouvelles, comme la montée des tensions sociales, la bascule de certains quartiers vers la ghettoïsation, la dérive de la construction vers la prolifération urbaine et la nécessité de réviser la loi foncière. Ce texte ne laisse indifférent ni les milieux professionnels ni les pouvoirs publics. L’année suivante, il présente devant le Conseil économique et social un rapport sur La qualité de l’habitat, dans lequel il préconise la destruction nécessaire, avant la fin du xxe siècle, de deux millions de logements parmi ceux construits après 1945. Il contribue également à orienter le mouvement HLM vers de nouvelles approches, notamment la maîtrise de l’énergie et la ­promotion de l’énergie solaire.

3Après la victoire de François Mitterrand en mai 1981, ses nouvelles fonctions de directeur de cabinet du Premier ministre l’éloignent quelque peu des problématiques urbaines. C’est pourtant lui qui suggère le nom d’Hubert Dubedout pour rédiger le rapport qui donne naissance à la politique de la ville (Vivre ensemble, 1982). En 1982, il devient directeur général de la Caisse des dépôts et consignations. Si ses nouvelles fonctions ne l’appellent pas directement à intervenir sur les questions urbaines, c’est néanmoins sous son impulsion que la Caisse des dépôts s’engage officiellement dans la politique de la ville avec la mise en œuvre du programme Développement Solidarité (PDS) à partir de 1989. L’établissement financier devient alors un opérateur important des opérations de réhabilitation menées dans les quartiers défavorisés. Son intérêt pour l’architecture lui fait aussi ­présider, en 1983, à la demande du président de la République, le concours de la Tête Défense, réunissant pour le jury plusieurs architectes prestigieux comme Richard Rogers, Richard Meier, Kisho Kurokawa. Il assure ensuite également la maîtrise d’ouvrage de la construction du monument. C’est sous son impulsion que la Caisse des dépôts engage, à partir de 1989, le premier programme d’intervention globale auprès des quartiers relevant de la ­politique de la ville.

4À la suite de sa carrière de haut fonctionnaire, qui s’achève en 1992, Robert Lion continue à s’intéresser aux questions urbaines. Il est ainsi le conseiller « développement durable » du président de l’Ordre des architectes, ainsi que le ­président de l’AFAA (Association française ­d’action artistique). Tout au long de sa carrière, il a d’ailleurs été proche d’architectes de renom, qu’il s’agisse de Jean Prouvé, Émile Aillaud ou, plus près de nous, Jean Nouvel et Richard Rogers. Il est aujourd’hui élu Europe écologie/Les Verts au Conseil régional d’Ile-de-France, après avoir été président de ­Greenpeace France.

Bibliographie

Sources

Interview de Robert Lion, Urbanisme, n° 365, mars-avril 2009.

Lion Robert, L’État passion, Paris, Plon, 1992, 212 p.

Auteur

Maître de conférences à l’université Lille III-Charles-de-Gaulle

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par