Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Jean-Eudes Roullier (1931-2010)

Loïc Vadelorge

Texte intégral

1Au même titre que Paul Delouvrier, le nom de Jean-Eudes Roullier reste associé aux grandes politiques d’aménagement urbain de la fin du xxe siècle. Entré à l’Inspection en 1958, il réalise l’essentiel de sa carrière au sein du ministère de l’Équipement après un passage au district de la région parisienne. Issu de la promotion du Dix-huit Juin de l’Éna (1956-1958), au même titre que Jean-René Bernard, André Blanc, Jacques de Larosière, Jean-Marie Roche et Michel Rocard, Roullier fait partie de cette génération de hauts fonctionnaires profondément marqués par le drame algérien. C’est d’ailleurs à Alger qu’il rencontre Paul Delouvrier, alors délégué général du gouvernement. Sans être ouvertement gaulliste, Roullier n’en est pas moins convaincu de la nécessité et de la possibilité d’une restauration de l’autorité de l’État. C’est sans doute ce qui explique son arrivée au sein de l’équipe du district de la région parisienne en 1962, comme chargé de mission, après quelques rapports d’inspection (1958-1962) sur des sujets divers allant des marchés d’intérêt nationaux aux facultés des sciences, en passant par les caisses d’allocations familiales et les rapatriés d’Algérie. Chargé par Delouvrier d’une étude sur la fiscalité de la région parisienne, qui reste longtemps inédite et ne sera pas reprise dans le schéma directeur de 1965, Roullier suit aussi bien les dossiers administratifs (régime des futures villes nouvelles) que les dossiers techniques (axes préférentiels d’urbanisation, réseaux de transports).

2Entré en 1967 au cabinet de François-Xavier Ortoli, inspecteur lui aussi et alors ministre de l’Équipement et du Logement, à la fois par nécessité de clarifier sa situation administrative et par souci de matérialiser un terrain d’entente entre la délégation au district et le jeune ministère de l’Équipement, Roullier est alors explicitement chargé de rendre irréversible le processus de création des villes nouvelles, voulu par Delouvrier mais auquel ni l’Équipement ni la Caisse des dépôts ne croient. Il faut attendre la circulaire du 24 octobre 1968 pour que les villes nouvelles, » prises en considération » dès 1964, s’engagent officiellement dans une phase de réalisation de longue durée. Une fois Delouvrier remplacé à la tête du district, Roullier devient la principale cheville ouvrière du projet, qu’il a l’habileté de faire évoluer, en dépit de l’hostilité croissante des pouvoirs publics aux grands projets urbains.

3La création en 1970 d’une administration de mission ad hoc, le secrétariat du Groupe central des villes nouvelles, présidé jusqu’en 1988 par Roger Goetze et dont la compétence s’étend aux neuf villes nouvelles françaises, constitue le grand œuvre de Roullier. Structure légère comme le district, le SGVN remplit deux fonctions essentielles. Il prépare en premier lieu les dossiers financiers des villes nouvelles, qui sont traités au-dessus des ministères, à l’image de ceux de l’Aménagement du territoire. La mise en place en 1966 d’une ligne budgétaire individualisée facilite les arbitrages rendus par le Groupe central. En second lieu, le SGVN forme une sorte de plate-forme intellectuelle des établissements publics d’aménagement, dirigeant vers eux les très nombreux crédits d’innovation des années soixante-dix et contribuant à la médiatisation des recherches urbanistiques réalisées sur chaque site.

4L’intérêt de Roullier pour l’expérimentation architecturale et urbaine, son souci de lier l’art et la ville influencent à la fois le fonctionnement du SGVN et justifient pour partie la suite de sa carrière au sein du ministère de l’Équipement. Il est un de ces hauts fonctionnaires persuadés du bien-fondé des ponts entre la Culture et l’Équipement, matérialisés une première fois en 1978 avec la création du ministère de l’Environnement et du Cadre de vie, au sein duquel il devient directeur de l’Urbanisme et des Paysages, poste qu’il occupe jusqu’en 1982. De même, sa longue présidence de la Fondation Royaumont (1982-1991) témoigne d’une capacité à franchir les limites institutionnelles de l’Équipement ou des Finances. Sa stature intellectuelle, comme l’arrivée des socialistes au pouvoir en 1981, qui contribue à le mettre à l’écart des directions centrales, lui valent d’être nommé délégué à la recherche et à l’innovation au ministère de l’Urbanisme et du Logement de 1984 à 1992. Il transpose pour partie dans ce poste les réflexions lancées au sein des villes nouvelles, même si le cœur de cible de la ­Délégation reste l’innovation technique.

5Au début des années quatre-vingt-dix, la stature acquise par Roullier et l’amitié de son condisciple Michel Rocard le font nommer chargé de mission pour la requalification du site de l’usine Renault à Boulogne-Billancourt. Le rapport rendu à cette occasion fera référence dans les milieux de l’urbanisme. Dès lors, Roullier fait figure d’expert et de père fondateur de l’urbanisme de projet, tel qu’il se dessine dans les années quatre-vingt-dix. Il est l’un de ceux qui assure la transition entre le GCVN, qu’il préside de 1993 à 1999, et le Groupe central des grandes opérations urbaines, fondé en 1999. Parallèlement, il est administrateur de l’Établissement public Autoroutes de France (1987-1996) et de l’Établissement public de la Défense, ou EPAD (1992-1997), tout en participant au conseil scientifique de l’École nationale des ponts et chaussées (1991-1994).

6Son intérêt pour la recherche, manifeste dès les années du SGVN, explique la création en 1999 du Programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles, qu’il conçoit moins comme une justification de sa propre action que comme la nécessité de jeter les fondements de la mémoire d’une génération de bâtisseurs. L’importance donnée aux archives orales comme le souci de dialoguer avec les historiens permettent au Programme de contribuer au renouvellement de l’histoire urbaine du contemporain.

Bibliographie

Vadelorge Loïc (éd.), Jean-Eudes Roullier, un pionnier des politiques de l’espace urbain, Paris, La ­Documentation française, 2011, 220 p.

Sources

Roullier Jean-Eudes et Effosse Sabine, « Entretiens avec Jean-Eudes Roullier » , pour le compte du Programme interministériel d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles, 10‑12 juillet 2002, première campagne d’archives orales menée auprès des acteurs de la genèse des villes nouvelles française (transcription consultable sur le site : http://www.cdu.urbanisme.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/­roullier.pdf).

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’université de Paris Nord-Villetaneuse

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par