Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Paul Delouvrier (1914-1995)

Loïc Vadelorge

Texte intégral

1Licencié en droit et diplômé de l’École libre des sciences politiques, Paul Delouvrier est reçu en 1941 au concours de l’Inspection générale des Finances. Son passage à Uriage en 1941 et 1942, puis son entrée dans la Résistance, où il dirige, au printemps 1944, un maquis gaulliste dans la région de Nemours, l’apparentent à son aîné François Bloch-Lainé, mais, à la différence de ce dernier, Delouvrier manifeste très tôt des ambitions politiques. Entré dans les cabinets d’Aimé Lepercq (en 1944), puis de René Pleven (en 1944 et 1945) et de René Mayer (en 1947), Delouvrier apparaît dès cette époque comme un meneur d’hommes, dont l’autorité repose à la fois sur le charisme et sur la capacité à ­s’abstraire de ­certaines règles.

2Sa rencontre avec Jean Monnet le détourne d’une carrière amorcée au sein de la direction générale des Impôts (1948-1953), même s’il participe, aux côtés de Maurice Lauré, à la création de la TVA en avril 1954. Chef de la division financière du Commissariat général au Plan (1946-1947), puis directeur de la Haute Autorité de la CECA (1955-1958), il est au cœur de ces innovations institutionnelles de la IVe République que sont la planification et la construction européenne. De Monnet il apprend le contournement des institutions et, plus encore, des pesanteurs politiques. Ses choix stratégiques, son goût du secret et de l’administration de mission, la rapidité avec laquelle il s’engage sur des ­projets parfois audacieux le font remarquer.

3En 1958, le général de Gaulle l’envoie en Algérie comme délégué général du gouvernement, afin de restaurer l’autorité de l’État. C’est en Algérie que Delouvrier rencontre certains de ses futurs collaborateurs, comme Michel Piquard, Jean Vaujour ou Jean-Eudes Roullier. L’ expérience algérienne se solde néanmoins par un échec cuisant. Ne parvenant pas à s’imposer aux militaires, Delouvrier remet sa démission au général de Gaulle en 1960. Il faudra toute la conviction de Michel Debré pour que ce même de Gaulle accepte de désigner Delouvrier à la tête d’une nouvelle institution, créée par la loi du 2 août 1961. Delouvrier a 47 ans quand il arrive à la tête du district de la région de Paris.

4À de nombreuses reprises, Delouvrier prétendra qu’il ne connaissait rien à l’urbanisme au moment où il prit ses fonctions, se ­résolvant même à consulter la définition du terme dans un dictionnaire. De fait, son approche du fait urbain relève davantage d’une conception générale et philosophique de l’homme dans la ville que d’une science de l’aménagement urbain. Proche des recherches de Joffre Dumazedier, du personnalisme d’Emmanuel Mousnier, mais aussi de la sociologie d’un Paul-Henry Chombart de Lauwe, Delouvrier tente de cerner les besoins de l’homme moderne et de les traduire dans une réflexion globale sur l’espace, la nature et le loisir. L’argumentaire du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne, publié en 1965, bréviaire de toute une génération d’aménageurs, relève de cette démarche. Au demeurant, le rôle historique de Delouvrier a moins été de proposer une rupture dans les théories de l’urbanisme que d’incarner les conditions politiques et administratives de cette rupture. Composées avec soin, les équipes du district et de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (IAURP) deviennent des lieux incontournables de la réflexion urbaine, s’imposant aussi bien aux élus départementaux de la Seine et de la Seine-et-Oise qu’à la puissante Caisse des dépôts. La participation d’inspecteurs des Finances, comme Pierre Carle et ­Roullier, à l’aventure permet de nouer des relations précieuses au sein de l’appareil d’État et de contourner maints obstacles de ­l’administration de gestion.

5Sous le gouvernement de Michel Debré, la tâche attribuée à Delouvrier est de trouver la manière d’appliquer le PADOG, plan d’aménagement de la région parisienne approuvé en 1960, tout en travaillant à sa révision. C’est dans le cadre des études prospectives menées au sein de l’IAURP, et en particulier des prévisions de croissance démographique, que les équipes sont amenées à renoncer aux postulats malthusiens qui gouvernent l’aménagement de la région parisienne depuis les années trente, et qui ont encore été accentués après la publication en 1947 du Paris et le désert français de Jean-François Gravier. Graviériste à l’origine, Delouvrier change radicalement d’optique à partir des années 1962-1963. Considérant dès lors que rien ne pourrait empêcher la croissance urbaine de la région parisienne, il entreprend d’en accepter les perspectives (estimées entre 14 et 16 millions d’habitants en l’an 2000) et les conséquences : le triplement de l’espace urbanisé. La responsabilité des pouvoirs publics consiste, selon lui, à organiser cette croissance urbaine selon des axes et des pôles. Le schéma directeur de 1965 résume ces idées.

6C’est sur ces bases fragiles que sont lancées les études des villes nouvelles, que Delouvrier confie en priorité à ses collaborateurs. Soucieux de garder la mainmise sur le projet, Delouvrier fait créer, le 4 avril 1966, le Groupe interministériel des villes nouvelles de la région parisienne, réunissant les directeurs des missions d’aménagement, les préfets et les ministères concernés. Il obtient également la création d’une ligne budgétaire spécifique qui permet la réalisation des principaux équipements en ville nouvelle. Si les villes nouvelles sont le grand œuvre de la délégation générale du district de la région parisienne, elles ne sont pas les seules à bénéficier de son volontarisme. Les transports franciliens, tant individuels que collectifs, connaissent, dans les années soixante, une mutation d’envergure, marquée par le lancement du RER en 1961. C’est également à Delouvrier qu’on doit la réforme départementale de 1964. Conçue dès 1962-1963, cette réforme vise à rapprocher les banlieusards des services de l’État. La loi de juillet 1964, qui n’entre en application qu’en 1968, crée en lieu et place des trois départements historiques de la région parisienne, huit « nouveaux » départements de la future région ­Île-de-France.

7On comprend dès lors le surnom d’« Haussmann des faubourgs » dont est parfois affublé Paul Delouvrier. Quelles que soient aujourd’hui les nuances avec lesquelles les historiens appréhendent cette période décisive de l’histoire urbaine de la région parisienne, sa place reste considérable. Elle marque également l’apogée d’une conception volontariste et étatique de l’urbanisme régional, qui entre en crise au moment même de son départ, en 1969.

Bibliographie

Giacone Alessandro, Les grands Paris de Paul ­Delouvrier, Paris, Descartes et Cie, 2010, 142 p.

Laurent Sébastien et Roullier Jean-Eudes (dir.), Paul Delouvrier. Un grand commis de l’État, actes de la journée d’études du 1er décembre 2003, Paris, Presses de Sciences Po, 2005, 139 p.

Giacone Alessandro (dir.), Paul Delouvrier. Un demi-siècle au service de la France et de l’Europe, préface de François-Xavier Ortoli, Paris, Descartes et Cie, 2004, 221 p.

Sources

Delouvrier Paul, L’aménagement de la région parisienne, 1961-1969. Le témoignage de Paul Delouvrier, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 2003, 220 p.

Delouvrier Paul, entretien avec Roselyne Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, Paris, Seuil, 1995, 413 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search