Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Roger Goetze (1912-2004)

Sabine Effosse

Texte intégral

1« Quoi de plus passionnant […] que de chercher une réponse aux problèmes des banlieues, à l’étouffement des villes, non seulement dans les livres mais aussi sur le terrain, essayer de faire là où il n’y a rien ou presque, une urbanisation cohérente ».

2Au crépuscule de sa très longue carrière administrative – plus de cinquante ans –, Roger Goetze se plaît à en rappeler les moments les plus exaltants : les six mois passés auprès du général de Gaulle (mai-décembre 1958), mais également des périodes moins connues, en particulier la présidence de la SNREPAL (Société nationale de recherche et d’exploitation des pétroles en Algérie, 1946-1966) et celle du Groupe central des villes nouvelles (1970-1988).

3Si Goetze demeure avant tout, dans la mémoire collective, comme le grand directeur du Budget (1949-1956) de l’après-guerre et l’inspirateur, avec Jacques Rueff, du plan Pinay-Rueff de décembre 1958, il fut également, pendant plus de vingt ans, un « financier bâtisseur ». Bâtisseur de logements en premier lieu. Sous-gouverneur de 1957 à 1967, puis gouverneur de 1967 à 1977 du Crédit foncier de France, il fut, durant vingt et un ans (du 1er janv. 1957 au 31 déc. 1977), un acteur majeur de la politique de construction de logements inaugurée au début des années cinquante grâce aux prêts spéciaux du Crédit foncier. Expérimentés en Algérie quelques années plus tôt, alors que Goetze y est directeur général des Finances (1942-1949), ces prêts constituent le moteur de l’effort constructeur et le principal vecteur de l’accession à la propriété pour les Français jusqu’à l’entrée des banques sur le marché immobilier, à la fin des années soixante, et la mise en œuvre de la réforme du financement du logement, ­préconisée par Raymond Barre en 1977.

4Bâtisseur de logements, Goetze fut également un bâtisseur de villes. C’est en acceptant, en 1965, de prendre la présidence du Groupe central de planification urbaine, chargé d’examiner, dans le cadre du Ve Plan d’équipement et de productivité, les possibilités de développement et d’aménagement des « métropoles d’équilibre », que Goetze découvre un nouveau domaine encore méconnu à l’époque, l’urbanisme. Cinq ans plus tard, en 1970, alors que Paul Delouvrier a quitté la préfecture de la Région parisienne et le district à l’origine du projet des villes nouvelles, Goetze prend la présidence du Groupe central des villes nouvelles chargé d’en coordonner le financement. En liaison directe avec Matignon et en étroite collaboration avec la direction du Budget, où son aura perdure, il œuvre à la réalisation à la fois des cinq villes nouvelles de la région parisienne (Cergy, Évry, Marne-la-Vallée, Sénart, Saint-Quentin-en-Yvelines), mais aussi des quatre villes nouvelles de province (L’Isle-d’Abeau, Les Rives de l’Étang de Berre, Le Vaudreuil et Villeneuve-d’Ascq) souhaitées par la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar), alors dirigée par Jérôme Monod, issu de la Cour des comptes. Comme aimait à le rappeler R. Goetze, « il [Paul Delouvrier] a inventé les villes nouvelles et je les ai financées ». S’appuyant sur une équipe resserrée animée d’un esprit de « mission », en particulier le secrétariat général du Groupe central alors piloté par Jean-Eudes Roullier, Goetze orchestre la nécessaire concertation, non seulement entre les onze ministères concernés par cette expérience urbaine, mais également avec les élus locaux. Dans ses entretiens, Goetze aime ainsi à rappeler cette « aventure humaine » qu’ont représentée les villes nouvelles, décidées en 1964 par les plus hautes instances de l’État afin d’organiser la croissance de la région parisienne, et dans lesquelles vit désormais plus d’un million de personnes.

Bibliographie

Effosse Sabine (texte établi, présenté et annoté par), Entretiens avec Roger Goetze, un financier bâtisseur, 1957-1988, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, 105 p.

Carré de Malberg Nathalie (texte établi, présenté et annoté par), Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 420 p.

Sources

Entretiens de Roger Goetze avec Florence Descamps, puis Agathe Georges-Picot, 1989, 23 heures, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540