Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Pierre Douffiagues (1912-1985)

Le premier plan comptable général français de 1942

Béatrice Touchelay

Texte intégral

1Né à Paris le 26 janvier 1912, polytechnicien (1932), diplômé de l’École libre des sciences politiques, entré comme rédacteur au ministère des Finances, puis inspecteur des Finances en 1935, Pierre Douffiagues est l’un des instigateurs du premier plan comptable général (PCG), établi en 1942 alors qu’il est rattaché au cabinet de Pierre Cathala, ministre de l’Économie et des Finances de Vichy. Il défend un projet de réforme des comptabilités privées qui l’oppose à Auguste Detœuf, représentant des organisations professionnelles désireux de renforcer les prérogatives des professions.

2Les appréciations sur les vérifications de comptabilité du jeune inspecteur des Finances soulignent son sérieux dès 1937. Douffiagues est promis à une brillante carrière. Mobilisé en septembre 1939, il est détaché à l’Amirauté où il participe aux opérations de la guerre économique et se fait alors remarquer par l’amiral Darlan et par son directeur de cabinet, le vice-amiral Maurice Le Luc. Démobilisé dès le 5 septembre 1940, il est nommé adjoint au chef de service financier de la Marine marchande à Paris, puis chargé de mission à la direction de l’Économie générale en dépit de l’opposition du chef du Service, Jean-Marcel Drouineau, à cette modalité de sortie des cadres. Outre le contrôle financier des comités d’organisation (CO) des groupements d’importation, il est chargé de la mise au point des institutions prévues par la loi du 16 août 1940 sur l’organisation provisoire de la production industrielle et du suivi des travaux des commissions instituées par les décrets du 22 avril 1941 pour organiser la profession ­d’experts-comptables et définir un projet de plan comptable général. Il est nommé au cabinet d’Yves Bouthillier en novembre 1941, puis dans celui de Pierre Cathala en avril 1942. Après avoir été détaché dans le corps des contrôleurs financiers en septembre 1942, il dirige le cabinet de Cathala en novembre, alors que son prédécesseur Jacques de Fouchier, et l’essentiel du cabinet démissionnent collectivement après l’invasion de la zone sud. Il connaît alors une promotion anormalement rapide (sous-directeur, puis directeur de l’administration centrale du ministère, successivement en mars 1943, puis en janvier 1944), preuve de son soutien à la politique menée alors.

3Douffiagues négocie les modalités de la normalisation des comptabilités privées avec les autres départements ministériels, avec les CO et avec un certain nombre de professionnels de la comptabilité. Dans le projet présenté à la ­Commission interministérielle du plan comptable, il suggère d’introduire des mesures transitoires, afin de ne pas bouleverser les habitudes des entreprises, et limite les ardeurs interventionnistes de Jacques Chezleprêtre, directeur aux Contributions directes et auteur d’un rapport qui constitue la base du premier plan comptable français. Douffiagues suggère d’accompagner la généralisation du plan comptable d’un ambitieux travail pédagogique pour préciser les définitions, les règles et les pratiques des entreprises. Il retrouve Chezleprêtre lorsqu’il s’engage à limiter la marge de manœuvre des organisations professionnelles réclamée par Detœuf, afin de ne pas freiner les opérations, et lorsqu’il suggère de créer une commission permanente pour normaliser les comptabilités privées. L’annexe de son projet contient un plan type et un modèle obligatoire de numérotage et de libellé des comptes, ainsi que des ­prescriptions générales sur leur tenue et des dispositions particulières à chaque profession. Ce texte est rejeté. Les positions défendues par Detœuf l’emportent. En janvier 1942, puis en mars 1942, Douffiagues et Chezleprêtre présentent deux nouveaux projets défendant une conception administrative du plan comptable. Ils ne sont pas suivis. Le rapport définitif de la Commission interministérielle du plan comptable publié en 1943 correspond au premier plan comptable français. Son application associe étroitement les professions, mais elle n’avance pas.

4Les nominations dont il a bénéficié après 1942 sont annulées à la Libération. Il est suspendu de ses fonctions le 29 août 1944 et réintégré dans le corps des contrôleurs financiers/contrôleurs d’État par l’arrêté du 6 juin 1945. Son épuration invisible est pourtant radicale. Il démissionne le 1er janvier 1947 pour la Société lyonnaise des eaux et de l’éclairage en Amérique du Sud. Ses interventions en faveur de l’élaboration et de la publication du plan comptable pendant l’Occupation servent des objectifs d’encadrement et de collaboration économique qui, rebutant la plupart des entreprises et des organisations professionnelles, ont sans doute contribué à ralentir la normalisation des comptabilités ­privées en France.

Bibliographie

Sources

SAEF, B 51 173 : ministère des Finances, direction générale des Contributions directes, direction des Enquêtes régionales et de la documentation ­économique ; 1C 34828 : dossier du personnel de l’Inspection des Finances.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540