Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

François-Xavier Ortoli (1925-2007)

Éric Bussière

Texte intégral

1François Xavier Ortoli est l’un des principaux acteurs français de la mise en œuvre du projet européen. Né à Ajaccio, il passe toute sa jeunesse en Indochine, où son père est directeur de l’Enregistrement, et fréquente le lycée de Hanoï, puis la faculté de droit, où il obtient sa licence. Après avoir combattu l’armée japonaise en 1944-1945 comme engagé volontaire, ce qui lui vaut la croix de guerre avec palme, la médaille militaire et la médaille de la Résistance, il quitte l’Indochine pour la France dans des conditions difficiles. À peine arrivé dans une métropole qu’il connaît à peine, il passe le concours spécial réservé aux combattants de la toute nouvelle Éna et y entre en janvier 1947. Il en sort à la 10e place en mai 1948, choisit le corps de l’Inspection des Finances et est affecté à la nouvelle direction des Relations économiques extérieures (DREE), porteuse de dynamique modernisatrice et du souci d’insertion internationale de la France. Son adhésion à ces orientations explique qu’il adhère au projet européen impulsé par Robert Schuman et son directeur de cabinet Bernard Clappier. Devenu chef du service de la Politique commerciale en 1957, Ortoli suit l’élaboration du traité de Rome. C’est dans ces conditions qu’il accepte de suivre Robert Lemaignen, membre du CNPF, quand celui-ci est nommé commissaire à Bruxelles. Quelques mois plus tard, Robert Marjolin, vice-président de la Commission, le fait désigner comme directeur général du marché intérieur : il est alors le plus jeune et l’un des plus influents des directeurs généraux de la Commission, où il reste jusqu’en 1961.

2Cette expérience explique qu’à son retour à Paris, le premier ministre Michel Debré le place à la tête du SGCI, service rattaché au Premier ministre et chargé de coordonner la politique européenne de la France, position qu’il occupera jusqu’en 1966. Entre-temps, il se met au service de Georges Pompidou, dont il devient directeur de cabinet, avant de rejoindre le Plan comme commissaire général en 1966-1967. Ses nouvelles fonctions ne remettent pas en cause les options qui avaient été jusqu’alors les siennes : ouverture internationale de l’économie française, modernisation des structures, Europe. Même si la carrière politique l’attire peu, il accepte des fonctions ministérielles à l’Équipement, aux Finances et à l’Industrie, ce dernier mandat ministériel dans le cabinet de Jacques Chaban-Delmas entre 1969 et 1972.

3Son retour à Bruxelles, comme premier président français de la Commission, en 1973, couronne une évolution qui avait fait de celui qui était devenu l’un des collaborateurs et des proches amis de Georges Pompidou le meilleur connaisseur français des réalités européennes.

4Ortoli retourne à Bruxelles à un moment charnière de l’histoire communautaire : les États de la CEE s’étant fixés à Paris, en octobre 1972, l’objectif ambitieux de transformer, avant 1980, l’ensemble de leurs relations en une Union européenne. Pour la nouvelle Commission, la tâche est immense : il faut assurer le succès du premier élargissement, faire avancer l’Union économique et monétaire, jeter les bases d’une politique régionale et d’une politique sociale communautaires, renégocier les relations de la CEE avec les pays du tiers-monde (convention de Lomé). Ces objectifs ne sont que partiellement atteints, notamment du fait de la tendance à la renationalisation des politiques que provoque la crise économique des années soixante-dix, tandis que la position institutionnelle de la Commission est affaiblie par la création du Conseil européen en 1975. Ces années difficiles sont en même temps le départ d’un travail européen de longue haleine, qui explique le choix d’Ortoli de rester à Bruxelles, en accord avec le Président Giscard d’Estaing. Il est donc vice-président de la Commission en charge des questions économiques et financières sous les mandats de Roy Jenkins et de Gaston Thorn jusqu’en 1984. Durant ces années, il renforce le potentiel de la Commission en matière ­d’expertise en recrutant des économistes tels que Tomaso Padoa Schioppa et travaille à la consolidation de l’Europe monétaire. Si la Commission n’est pas à l’origine de la création de l’ECU, Ortoli agit pour la consolidation du SME, aide Jacques Delors à y maintenir la France en 1982-1983 et travaille en étroite relation avec les autres commissaires en charge des questions économiques, comme Étienne Davignon, à la préparation de ce que sera la relance européenne du milieu des années quatre-vingt.

5Lorsqu’il accède à la présidence de Total en 1984, il s’agit alors d’un groupe atteint à la fois par la crise du raffinage et la perte de ses ressources propres en brut. Sa présidence s’inscrit donc dans une phase de restructuration en profondeur, et lorsqu’il quitte Total en 1990, à l’âge de 65 ans, il laisse une entreprise qui a su préserver son indépendance, aux bases financières saines et qui prouvera par la suite sa capacité à de nouveaux ­développements.

6Durant ces années, Ortoli oriente sa réflexion sur la conciliation des logiques d’intégration régionale et de mondialisation. À la fin de 1989, il prend la présidence de CNPF-International, qui vient d’être créé, puis participe à la mise en place de l’ASEM (Asia-Europe Meeting). Mais il aborde ces vastes perspectives dans leur articulation avec le contexte européen. C’est ainsi qu’il participe à la fondation de l’ERT, European roundtable of industrialists, puis fonde, avec Davignon, Giovanni Agnelli et quelques autres, à la fin des années quatre-vingt, l’Association pour l’Union monétaire de l’Europe (AUME).

Bibliographie

Badel Laurence, Bussière Éric, François-Xavier Ortoli, L’Europe, quel numéro de téléphone ?, Paris, ­Descartes et Compagnie, 2011, 254 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540