Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Bernard Clappier (1913-1999)

Éric Bussière

Texte intégral

1Né à Limoges, Bernard Clappier est un brillant sujet. Ancien élève de l’École polytechnique (1933) et diplômé de l’École libre des sciences politiques, il entre à l’Inspection des Finances en mai 1939. De retour à l’Inspection en août 1940, après une année de mobilisation, il devient l’adjoint du secrétaire général à la Production industrielle de septembre 1942 à septembre 1943. En mai 1947, il devient directeur de cabinet du ministre des Finances Robert Schuman. Il conserve ces fonctions dans les mandats ultérieurs de Schuman jusqu’en février 1951, notamment au Quai d’Orsay à ­partir du 26 juillet 1948.

2En 1951, Clappier est placé à la tête de la DREE. Il y reste jusqu’en 1964. Son action peut donc être assimilée à celle de cette nouvelle direction du ministère des Finances, notamment en charge de la politique d’expansion économique de la France à l’étranger. Il agit donc tout à la fois dans le cadre de l’OECE, au Comité de direction des échanges, et dans la préparation du Marché commun, puisqu’il fait partie du comité Spaak, constitué après la conférence de Messine, puis de la délégation française en charge de la ­négociation du Marché commun, à partir de l’automne 1956.

3Sa carrière s’infléchit en 1964 lorsqu’il est nommé à la Banque de France. Premier sous-gouverneur entre 1966 et 1973, il suit de près les évolutions du SMI et participe, comme président du Comité monétaire et membre du comité Werner, à l’élaboration et à la tentative de mise en œuvre du premier projet d’Union économique et monétaire, entre 1970 et 1973. À la suite d’un court épisode au Crédit national, il retrouve la Banque de France, où le nouveau président de la République, Valéry Giscard ­d’Estaing, le nomme comme gouverneur en juillet 1974, en remplacement d’Olivier Wormser, ancien ambassadeur. Il occupe cette fonction jusqu’en novembre 1979. À ce titre, il participe, comme représentant personnel du Président Giscard d’Estaing, à l’élaboration du SME entre les conseils de Copenhague en avril et de Brême en juillet 1978. En qualité de vice-président de la BRI entre 1983 et 1985, puis entre 1989 et 1991, il assiste aux évolutions qui débouchèrent sur le traité de Maastricht et l’Union économique et monétaire.

4La nature même des missions qui furent les siennes comme les convictions qu’on lui prêta en font l’un des grands Européens de l’Inspection des Finances. Le 13 juin 1974, à l’occasion de sa nomination comme gouverneur de la Banque de France, Le Monde ne titrait-il pas : « Bernard Clappier, nouveau gouverneur de la Banque de France, un Européen convaincu » ? Peu de chose rattachait pourtant Clappier au projet européen avant la prise de conscience que revêtit pour lui sa rencontre avec Jean Monnet et la déclaration Schuman du 9 mai 1950. Clappier servit de lien entre les deux hommes durant les quelques semaines que dura la préparation de la « déclaration Schuman », dont il perçut très vite le caractère politique novateur. Aux côtés de Monnet et d’Alphand, il participa ainsi à la négociation du traité de la CECA avec la détermination nécessaire pour aboutir.

5Par leur nature même, ses fonctions à la DREE le firent agir avec une relative prudence. Bien au fait des fragilités de l’économie française et de celle de ses équilibres extérieurs, il manifesta à plusieurs reprises ses inquiétudes face à une ouverture rapide des frontières aux importations, comme à la fin de 1958. Mais le Marché commun représentait pour lui le compromis idéal entre ouverture économique nécessaire, défense et promotion des intérêts de la France. Un Marché commun affirmant ses intérêts au plan mondial représentait pour lui l’équilibre idéal.

6La relance de la construction européenne par la voie de la monnaie représente son dernier apport, majeur, au projet européen. Lors de la première tentative d’Union économique et monétaire, entre 1970 et 1973, il fut l’homme du compromis, cherchant les voies d’un accord entre les thèses allemandes et françaises, mettant cependant l’accent sur la nécessaire solidarité qui devait accompagner la marche vers l’unification monétaire. La mise en place du SME en 1979 apparaît comme une sorte de consécration de son engagement européen. Aux côtés du Président Giscard d’Estaing, il eut le souci de construire la marche vers l’union monétaire sur des bases moins asymétriques que ne l’étaient celles du « serpent », afin de répartir plus équitablement la part de convergence des politiques économiques souhaitée par l’Allemagne et de solidarité monétaire souhaitée par la France. Il n’y parvint que dans une certaine mesure, mais son souci de voir peu à peu promu le rôle de l’ECU comme un véritable instrument monétaire sur les marchés fut peu à peu satisfait alors qu’il siégeait à la BRI.

Bibliographie

Sources

Entretiens de Bernard Clappier avec Fabrice de Marigny, 1990, 12 heures, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search