Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Guillaume Guindey (1909-1989)La diplomatie financière de la France

Gérard Bossuat

Texte intégral

1Guillaume Guindey, normalien (lettres) en 1927, diplômé de l’École libre des sciences politiques, considère que l’heure n’est plus à la méditation ou à l’enseignement, mais à l’action et choisit de se présenter au concours de l’Inspection, où il est reçu premier dès sa première tentative, en 1932. En mission en Allemagne en 1939, il peut observer l’évolution du nazisme ; il abandonne alors ses idées pacifistes. En poste au Mouvement général des fonds, puis chargé de mission à la direction générale des Finances extérieures en 1941, il décide de rejoindre Alger après le débarquement allié en Afrique du Nord, où il arrive en mai 1943 via la Tunisie, où les événements le retiennent malgré lui. Il est chargé des Finances extérieures du commissariat aux Finances par Maurice Couve de Murville, auquel succède Pierre Mendès France, puis assure, à partir d’avril 1945, le poste de directeur adjoint des Finances extérieures (Finex), puis de directeur, de 1946 à 1953. Dans ces fonctions, il contribue à la réorganisation des finances publiques dans les territoires libérés. Confronté au débat sur la valeur du franc, il souhaite maintenir le taux de change ancien (1 dollar pour 50 francs), ce qui a été fait, et figure parmi les partisans d’un échange massif de billets, mais le gouvernement en décide autrement. Avec Couve de Murville (Finances) ou Hervé Alphand (Affaires étrangères), Guindey aspire à libéraliser les paiements et les échanges tout en ­renforçant l’équilibre budgétaire.

2Ce spécialiste des questions monétaires internationales est au cœur de l’action gouvernementale quand la France se tourne vers l’extérieur. Guindey espère que la Grande-Bretagne pourra offrir les crédits du relèvement de la France, mais ni lui ni Alphand, Pierre Calvet ou Jean de Sailly ne parviennent à convaincre. Il accompagne en 1946 Léon Blum aux États-Unis pour régler les comptes de guerre franco-américains et obtenir une aide financière pour la modernisation. Le résultat est décevant. Plus substantiel mais lourd de contraintes, le plan Marshall recueille son approbation parce que la seule solution, « c’était l’aide américaine ». Il demande et soutient les mesures d’équilibre budgétaire que Robert Schuman, René Mayer ou Maurice Petsche imposent au pays. Il affronte même durement Jean Monnet, attaché aux importations massives et au financement des investissements du plan Monnet par la contre-valeur de l’aide. Guindey croit à l’effort de la France pour s’en sortir. Il propose, au printemps 1947, à Schuman, avec l’accord d’Emmanuel Mönick, gouverneur de la Banque de France, une dévaluation pour faciliter les exportations, la libération des importations pour peser sur les prix, l’équilibre budgétaire et le resserrement du crédit pour lutter contre l’inflation, Schuman « leva les bras au ciel », mais leur proposition se retrouve dans le plan Mayer de janvier 1948, un plan d’assainissement qui dévalue le franc de 80 %. L’équilibre des comptes extérieurs n’est pas rétabli pour autant. Soucieux de la réputation de l’État, Guindey fait prélever 22 tonnes d’or, en mai 1949, pour rembourser les échéances. La non-convertibilité des monnaies européennes entrave le commerce européen, qui fonctionne avec des accords bilatéraux de compensation (clearing). Guindey et François Le Norcy, son directeur adjoint (non-inspecteur), organisent alors un système de compensations multilatérales entre la France, l’Italie et le Benélux en 1947. Les gains réalisés sur un partenaire peuvent être utilisés pour solder le déficit avec un autre. En octobre 1948, le Comité des paiements de l’OECE, présidé par Guindey, formule des propositions qui évitent aux pays déficitaires des sorties de dollars ou d’or. La multilatéralisation des paiements fonctionne grâce au plan Marshall, qui fournit une aide conditionnelle. Les pays débiteurs vis-à-vis des pays de l’OECE reçoivent des crédits (ou droits de tirage) de leurs créanciers, qui sont remboursés en dollars (aide conditionnelle). En échange, les pays débiteurs s’engagent à assainir leur balance des paiements. L’OECE accepte ce « petit plan ­Marshall », œuvre de Guindey. La « transférabilité » des monnaies des pays de l’OECE, une forme de convertibilité limitée aux pays de l’OECE et contractuelle, est ainsi réalisée. Le système fonctionne jusqu’à la mise en place de l’Union européenne des paiements (UEP) en 1950, une idée américaine qui améliore le système précédent. Le système de paiements intereuropéens de l’UEP, qui favorise les pays créanciers et pénalise les pays en déficit, disparaît avec le retour à la convertibilité générale des monnaies européennes en décembre 1958. Entre-temps, Guindey ­imagine, à l’automne 1949, la ­création d’une petite organisation monétaire européenne, le Finebel (France, Italie, Benelux), où s’échangeraient librement les devises des pays membres. Une zone de convertibilité limitée aurait existé au sein de l’OECE. Le projet échoue sous les coups de la Grande-Bretagne, des réticences de Monnet, de l’absence de l’Allemagne et du succès de l’UEP.

3Guindey ne voit pas d’un bon œil la déclaration de Schuman du 9 mai 1950 en faveur d’une haute autorité supranationale du charbon et de l’acier, fondée sur la réconciliation franco-allemande. Il est confronté à de nouvelles défaillances de la balance des paiements de la France, qui revient sur des libérations des échanges. Il négocie durement avec les États-Unis les procédures des paiements des achats offshore, ces matériels militaires fabriqués en Europe pour l’armée américaine ou l’Otan, mais payés directement par les États-Unis ou par les taxes sur les travaux de l’Otan en France. ­Guindey accepte mal les contrôles drastiques sur les industries françaises fournisseurs de produits offshore. Il participe aux conversations alliées de Lisbonne en février 1952, sur l’aide à la France pour l’Indochine, et il recommande une méthode de libération des échanges par une liste commune de libération. Guindey souhaite un effort de libération, mais accompagné d’une politique commune européenne d’investissements, et même une autorité politique ­européenne pour réaliser une intégration ­économique progressive.

4Guindey quitte les Finex en 1953, en désaccord avec le président du Conseil, Antoine Pinay, qui s’oppose, par principe, à une nouvelle dévaluation du franc. Il préside ensuite une société semi-publique de recherche minière en Mauritanie jusqu’en 1958, devient directeur général de la Banque des règlements internationaux (BRI) jusqu’en 1963, puis président de la Caisse centrale de coopération économique. Il est élu, en 1979, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, au siège de Jacques Rueff.

5Qui était Guillaume Guindey ? Un homme de rigueur, un homme de parole, un haut fonctionnaire habité par le service de l’État, mais aussi de l’Europe. Catholique, Guindey publie deux ouvrages sur le christianisme, dont Théologie d’un laïc en 1968. Guindey était exigeant pour lui-même. Il pouvait donc l’être pour les autres. C’est pourquoi les réunions du samedi 11 heures ou du lundi 9 heures sont restées dans les mémoires. Il était proche d’Henri Queuille, de Maurice Petsche et de René Mayer, et respectueux de Mendès France. Guindey voulait moins d’État et plus de discipline budgétaire. L’homme a compté, ayant rétabli, avec d’autres, la fluidité des paiements intereuropéens, sans laquelle les efforts de modernisation auraient été inefficaces. Il appartenait à un milieu libéral qui a tout fait pour replacer la France dans le circuit des échanges et des règlements ­internationaux.

Bibliographie

Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 2 vol. 

Margairaz Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, préface de François Bloch-Lainé, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. 

Bouvier Jean et Bloch-Lainé François, La France restaurée : 1944-1954 : dialogue sur les choix d’une modernisation, Paris, Fayard, 1986, 338 p.

Sources

Guindey Guillaume, « Débat François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, Guillaume Guindey », Travaux et recherches, n° 2, automne 1988, Institut Pierre-Renouvin, p. 101-104.

Guindey Guillaume, « Guillaume Guindey, entretien avec Gérard Bossuat et Antoine Marès » (mai 1985), Travaux et recherches, n° 1, été 1986, Institut Pierre-Renouvin, p. 20-38.

Guindey Guillaume, « Interview de Guillaume Guindey », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, n° 3, 1982, université Paris X-­Nanterre, p. 49-76.

Entretiens enregistrés avec Nathalie Carré de ­Malberg en 1982.

Guindey Guillaume, Mythes et réalités de la crise monétaire internationale, Paris, J. Delmas, 1973, 119 p. (trad. en anglais : The International Monetary Tangle : Myths and Realities, New York, M.E. Sharpe, White Plains, traduit par M.-L. Hoffman, 1977, 122 p.).

Auteur

Professeur émérite des universités en histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par