Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Les inspecteurs des Finances et la construction européenne

Éric Bussière

Texte intégral

1Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt porté au projet européen au sein du monde des inspecteurs des Finances est surtout marqué par le positionnement d’individualités, ceci alors que la question de la reconstruction économique et financière de l’Europe est au cœur des préoccupations du ministère des Finances durant tout l’entre-deux-guerres. L’essentiel des débats auxquels les inspecteurs sont alors confrontés au plan international s’inscrit dans un cadre atlantique marqué par la question des dettes de guerre et des réparations, ainsi que par les enjeux monétaires impliquant avant tout l’Europe et les États-Unis.

2Les premiers linéaments d’un régionalisme européen à base continentale sont à l’époque le fait d’économistes, de politiques ou de fonctionnaires représentants du ministère du Commerce et de l’Industrie ou du Quai d’Orsay, à l’image de Jacques Seydoux ou de Daniel Serruys. À ce régionalisme s’opposent, durant les années vingt, les conceptions défendues par les milieux libre-échangistes encore dominants sur le Continent et en Angleterre.

3Les débats relatifs au projet européen d’Aristide Briand, présenté à la SDN en septembre 1929, puis aux premières années de crise provoquent cependant un intérêt nouveau pour une solution régionaliste à l’échelle de tout ou partie de l’Europe. Cette solution est alors souvent conçue comme un sous-ensemble de l’espace économique international et souvent comme une solution transitoire en vue de la reconstitution de cet espace. Jacques Rueff illustre cette dernière vision dans une note du 17 décembre 1929 adressée à Alexis Léger, secrétaire général du Quai d’Orsay, lorsqu’il défend « l’exception européenne à la clause de la nation la plus favorisée » (Combats pour l’ordre financier, Plon, 1972, p. 2). Cette prise de position s’inscrit dans une démarche d’ensemble plus politique, dont témoignent ses contacts avec Léger, directeur de cabinet de Briand en 1925. Rueff représente sans aucun doute un cas original au sein de l’administration des Finances, à travers les relations qu’il entretient avec les milieux universitaires ou des groupes de réflexion comme X-Crise. Il n’en reste pas moins que son cas n’est pas isolé, à l’image d’un Olivier Moreau-Néret au Crédit Lyonnais ou d’Edmond Giscard d’Estaing. Il faut également mentionner l’influence que put exercer Rueff au sein du Mouvement général des fonds, dont il assuma la direction à partir de 1936. Les convictions qui semblent être celles de Guillaume Guindey dès avant la guerre s’inscrivent dans cette ligne.

4Paradoxalement, la pénétration du modèle régionaliste européen se trouve démontrée, durant l’Occupation, par l’adhésion, ou du moins la résignation, parfois pour un temps seulement, d’inspecteurs des Finances au projet d’Europe économique allemande. Henri Ardant représente ce profil au sein du monde des banques lorsqu’il évoque, dans une note de septembre 1940, la reprise des échanges extérieurs de la France et « l’intégration de notre économie nationale dans un cadre plus large », plus particulièrement avec les pays « du continent européen ». Un tel projet aurait signifié la mise en place d’un bloc économique continental replié sur lui-même et construit dans une logique de confrontation avec les ­puissances atlantiques.

5Les réflexions du temps de guerre au sein de la Résistance ou du CFLN sont également en continuité avec les projets régionalistes d’avant-guerre, mais conçus dans le cadre d’une économie européenne ouverte. Les convictions libérales qu’Hervé Alphand exprime dès 1941 auprès du général de Gaulle à Londres débouchent sur sa célèbre note, d’inspiration fortement régionaliste, du 17 septembre 1943. Il s’agit alors de répondre aux propositions du ministre des Affaires étrangères belge, Paul-Henri Spaak, qui presse le CFLN de s’associer aux négociations engagées entre les pays du futur Benélux. Mais l’insertion de la France ­qu’Alphand préconise dans un ensemble économique ouest-européen s’inscrit elle-même dans la perspective d’une réouverture de la France à la concurrence internationale : « ­l’Europe, pour revivre, doit se tourner vers les autres continents ».

6Deux lignes de force se dégagent de ces premières observations : le monde de l’Inspection des Finances est en contact avec l’idée européenne dès l’entre-deux-guerres, à travers des personnalités qui contribuent à inscrire le régionalisme économique dans une perspective d’ouverture internationale. C’est cette culture qui porte à nouveau l’essentiel des convictions européennes des inspecteurs des Finances au lendemain de la guerre.

Une culture libérale à l’appui d’un projet pour l’Europe

7Dans la continuité des linéaments posés avant 1945, le projet européen tel qu’il est conçu par les inspecteurs des Finances s’inscrit dans la perspective de la réinsertion de l’économie française dans les circuits internationaux. Cette culture est portée par des individualités comme Alphand, directeur des Affaires économiques du Quai d’Orsay, pour qui l’un des principaux mérites du plan Marshall est de « faire sauter » les contraintes imposées par la gestion administrée des échanges. Cette culture est plus structurellement installée encore à la direction des Finances extérieures (Finex), qui prend en charge les intérêts de la France au sein de l’OECE. Placé à la tête de cette direction en 1946, Guindey est porteur de la culture d’ouverture qu’il partage avec Alphand. Pour lui, le plan Marshall représente l’occasion de faire participer la France à l’ouverture des échanges, condition de sa modernisation économique. L’engagement de Guindey est celui de toute une équipe et contribue, par sa durée, à ancrer une orientation décisive au sein de l’administration des Finances. Cette consolidation passe par l’influence intellectuelle de Guindey sur François Bizard, Guy de Carmoy, ou d’autres hauts fonctionnaires comme Roger Nathan, et se prolongera à travers la coordination durable des affaires européennes par le ministère des Finances à travers le secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne (SGCI), piloté par des inspecteurs des Finances issus de Finex. La dynamique d’ouverture souhaitée par Guindey débouche sur Finebel, première tentative de régionalisme dans laquelle soit entrée la France aux côtés du Benélux et de l’Italie. La mise en œuvre de l’Union européenne des paiements prolonge cette logique dans un cadre élargi aux finalités ambiguës : régionalisme monétaire européen, comme l’imagine Thierry de Clermont-Tonnerre en 1952, ou simple transition vers l’universalisme monétaire programmé à Bretton Wood ?

8Il ne fait aucun doute, comme Guindey le reconnaît lui-même, que le projet européen qui devait l’emporter dans un premier temps, celui de Monnet, doit peu aux initiatives des inspecteurs des Finances : « Une fois de plus le Plan nous plaçait devant le fait accompli ». De fait, au Commissariat général au plan à partir de 1946, Monnet recherche la collaboration des inspecteurs des Finances sans toutefois parvenir à les retenir. Félix Gaillard, son directeur de cabinet, s’éloigne vers la politique en 1946 ; Paul Delouvrier quitte le Plan pour le cabinet de René Mayer en 1947 ; Michel-Georges Denis rejoint le cabinet de Maurice Petsche dès 1950. L’initiative de l’équipe Monnet, qui devait déboucher sur la déclaration Schuman et la CECA, doit donc très peu, sur le fond, à des inspecteurs des Finances, dont l’équipe du Plan ne partage pas la culture. C’est pourtant l’un d’entre eux, Bernard Clappier, chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères Robert Schuman, qui assura les contacts avec Monnet et permit ainsi au plan Monnet-Schuman d’aboutir. Le fait que l’initiative soit venue du Plan et du Quai d’Orsay à partir de 1950 ne signifie pas l’éloignement des inspecteurs des Finances des choix européens de la France.

9Certes, comme au Plan, Monnet, devenu de 1952 à 1955 le premier président de la Haute Autorité de la CECA, a des difficultés à stabiliser son équipe de financiers. À Luxembourg, il essuie une série de refus lorsqu’il propose la direction des services financiers de la nouvelle CECA à Bernard Clappier, puis à Michel-Georges Denis. Jean Guyot finit par accepter, avant de quitter l’administration de la CECA deux ans après sa nomination pour laisser la place à Delouvrier, qui occupe la fonction jusqu’en 1958. Ces difficultés témoignent pour partie de la méfiance des inspecteurs des Finances de Finex, comme Thierry de Clermont-Tonnerre et Bernard de Margerie, à l’égard des projets Monnet. Mais à partir de septembre 1952, le SGCI (piloté par des hommes de Finex) se voit chargé d’assurer les contacts entre la Haute Autorité de la CECA naissante et le gouvernement français. Ce rattachement s’accompagne du ralliement des responsables de Finex (Guindey, Clermont-Tonnerre, Margerie, Carmoy) au projet de la Communauté européenne de défense (CED), dont ils assurent la négociation pour la partie financière. Guindey et Clermont-Tonnerre assument cette nouvelle orientation, devenue pleinement politique, par leur ralliement au projet de Communauté politique européenne en 1953. Ce ralliement à l’Europe de Monnet est aussi le fait d’un nouveau groupe de jeunes inspecteurs, comme Pierre Moussa, Jean Wahl ou Robert Toulemon.

10Les options qui animent les inspecteurs de Finex sont aussi celles qui dominent à la direction des Relations économiques extérieures (DREE), créée en 1945, même s’il faut attendre 1951 pour qu’un inspecteur des Finances, avec l’arrivée de Clappier, la prenne en charge. La culture de la DREE n’est de fait pas différente de celle de Finex et repose avant tout sur la nécessaire ouverture internationale de l’économie française. La référence est donc l’OECE, bien que la DREE ait été peu impliquée dans la gestation du plan Marshall. C’est toutefois avec pragmatisme que Clappier assume ses fonctions de membre du comité directeur des échanges de l’OECE, tenant compte des contraintes pesant sur l’économie française et des pressions des ministères techniques comme du CNPF. En 1956, au sein du comité Verret, chargé du suivi de la négociation en cours à Bruxelles, il se déclare favorable à la prise en compte du rapport Spaak et au projet d’union douanière qu’il comporte, mais considère que l’ouverture des frontières décidée au 1er janvier 1959 dans un contexte encore peu assuré représente « un saut à pieds joints dans la piscine ». Mais la DREE représente aussi un cadre de formation de jeunes inspecteurs qui, à l’image de François-Xavier Ortoli (arrivé à la DREE en 1953) ou de Robert Toulemon, représenteront la première génération de la présence ­française à la Commission européenne dans les années soixante.

11Le marché commun, à travers ceux qui en ont assuré la négociation, puis le groupe de hauts fonctionnaires qui a occupé les premières fonctions dans la nouvelle administration communautaire, est assez largement pris en charge par de nouvelles équipes. Les hommes sur lesquels Guy Mollet s’appuie en 1956 ne sont pas issus de la haute fonction publique et encore moins de l’Inspection des Finances. D’une manière générale, plusieurs des inspecteurs des Finances ayant à connaître des négociations du Marché commun hésitent. Parfois moins au fond que du fait de la situation des grands équilibres économiques en 1956-1958. C’est le cas de Claude Pierre-Brossolette, membre du cabinet de Ramadier en 1956-1957, de Wilfrid Baumgartner, gouverneur de la Banque de France, et, nous l’avons dit, de Clappier. Certains des jeunes inspecteurs associés à la négociation du traité font donc figure d’exception dans leur adhésion au projet de Marché commun. C’est le cas de Jean-François Deniau. Pour d’autres, comme Alain Prate, Jean-Maxime Levêque (Finex), membres de la délégation à Bruxelles, les options ne démontrent aucune rupture avec celles de leurs aînés de l’immédiat après-guerre. De fait, cependant, les doutes temporairement exprimés par certains de leurs aînés leur laissèrent une marge assez large dans les négociations dont ils eurent la charge et expliquent le départ de plusieurs d’entre eux pour occuper les premiers postes disponibles à Bruxelles.

La pratique des réalités communautaires

12À partir de 1958, le rapport des inspecteurs des Finances à l’Europe se construit sur la base de structures renouvelées. D’un côté, le SGCI, pris en mains par les inspecteurs des Finances depuis 1948, qui, de Paris, coordonne l’ensemble des positions de la France à Bruxelles ; de l’autre, les quelques inspecteurs qui occupent des postes de responsabilité dans l’administration communautaire. Si les années soixante apparaissent, à bien des égards, comme celles des expérimentations et des pionniers, les décennies suivantes sont celles de l’intégration progressive de la dimension européenne au sein des carrières et des politiques.

13Le SGCI, créé pour coordonner l’action des administrations vis-à-vis de l’OECE, se voit, à partir de 1952, confier la mission du suivi des relations entre la CECA et le gouvernement français. Dans ce cadre, le SGCI assure la coordination des positions de la France et représente « en direct » ses intérêts au sein du Comité de coordination représentant des gouvernements auprès de la CECA à Luxembourg. Son emprise sur les affaires européennes est très large. Ce rôle de coordination et de représentation est contesté par le Quai d’Orsay en 1958, au nom des implications politiques de la participation de la France à la CEE. Le partage des responsabilités est établi avec les Affaires étrangères en 1958 : à celui-ci la responsabilité de la représentation à Bruxelles, au SGCI, où domine l’Inspection des Finances, la conduite du travail des administrations et l’élaboration des positions de la France. Lorsque Ortoli, qui assure la direction du SGCI à partir de 1961, est nommé au cabinet de Georges Pompidou, Premier ministre, puis lorsque Jean-René Bernard suit ce dernier à l’Élysée dans les mêmes fonctions en 1969, le SGCI devient l’instrument dont dispose le chef de l’exécutif dans la mise en œuvre de la politique européenne de la France.

14Les hauts fonctionnaires français ne montrent initialement guère d’empressement à occuper les postes de responsabilité qui s’ouvrent à Bruxelles à la Commission à partir de 1958, tant en raison de l’ignorance du sujet et des incertitudes pesant encore sur l’avenir de la nouvelle institution que par crainte d’un éloignement de Paris et des opportunités de carrière qui s’y offrent. Si bien qu’un nombre restreint d’inspecteurs acceptent de partir à Bruxelles dont plusieurs, issus de la DREE, ont été associés, de près ou de loin, à la négociation des traités. Encore s’agit-il de profils souvent considérés comme atypiques, à l’instar de Deniau, directeur à la direction générale des Relations extérieures en 1958, de Ortoli, premier directeur général du marché intérieur, de Prate, nommé secrétaire du Comité monétaire en 1958, de Toulemon, chef de cabinet de Robert Marjolin à partir de 1962, puis directeur à la direction générale des Relations extérieures de la Commission de 1963 à 1968. Quant à Michel Albert, il passe de la Banque européenne d’investissement, où il arrive en 1963, à la Commission en 1966. Pour ces hommes, le départ pour l’administration communautaire marquait la volonté de construire une France modernisée dans une Europe établie sur des bases nouvelles, souvent appuyée sur des convictions pacifistes ou chrétiennes et à un engagement dans la Résistance durant la guerre.

15Cette première génération, qui participe à la dynamique des premières années, s’est pour un temps éloignée des cercles de décision parisiens. L’objectif de ces hommes n’était pas l’installation définitive dans une haute fonction publique communautaire en voie de constitution. D’où les retours d’Ortoli en 1961, Deniau en 1963, Prate en 1967, Albert en 1969. S’il est d’usage d’affirmer que les réinsertions au sein de l’administration se firent parfois dans des conditions assez difficiles, l’on doit aussi constater que ces pionniers de l’Europe communautaire rapportèrent à Paris une expertise qu’ils diffusèrent au sein de l’administration, du monde politique et jusqu’au sommet de l’État. Prate devint ainsi conseiller du général de Gaulle à l’Élysée pour les affaires européennes, Ortoli joua le même rôle auprès de Georges Pompidou à Matignon en prenant en charge le SGCI, avant de revenir à Bruxelles comme président de la Commission en 1973. Deniau occupa un siège de Commissaire entre 1967 et 1973. Quant à Albert, il contribua à alimenter la réflexion d’une partie de la classe politique et de l’opinion par sa contribution au Défi américain, signé par Jean-Jacques Servan-Schreiber, et largement nourri des études qu’il avait réalisées dans le cadre de ses fonctions à Bruxelles. C’est ce même Albert qui, aux côtés de Toulemon, anima la section bruxelloise du club Jean-Moulin, section qui contribua à diffuser la culture communautaire parmi les hauts fonctionnaires parisiens membres du Club. L’Afeur (Association française d’étude pour l’Union européenne), créée par Toulemon à son retour à Paris au début des années soixante-dix, joua par la suite un rôle similaire.

16L’arrivée d’Ortoli à la tête de la Commission en 1973 représente une sorte de zénith quant à l’ampleur des responsabilités européennes exercées par des membres de l’Inspection. Mais elle amorce également un redéploiement des responsabilités dont bénéficient notamment les diplomates. Sous la présidence d’Ortoli, les deux membres français du collège des commissaires sont des inspecteurs des Finances : Ortoli lui-même aux côtés de Deniau, puis de Claude Cheysson, non inspecteur, (à partir d’avril 1973). Ortoli (vice-président) et Cheysson (commissaire) restent en poste sous Roy Jenkins jusqu’en 1981. Jusqu’en 1989, l’un des deux commissaires français est issu du corps. Mais la série s’interrompt pour ne reprendre que dix ans après, sous Prodi, avec Pascal Lamy. Les inspecteurs sont également très présents parmi les collaborateurs des commissaires. Auprès d’Ortoli à Bruxelles, en 1973, on trouve Denis ­Gautier-Sauvagnac, également inspecteur, qui dirige son cabinet, alors que l’une des autres grandes institutions des Communautés, la Banque européenne d’investissements (BEI), est présidée par l’inspecteur des Finances Yves Le Portz jusqu’en 1984. De la même manière, les cabinets successifs du président Delors font appel à des inspecteurs : Lamy comme chef de cabinet durant dix années, ou Jean-Pierre Jouyet à partir de 1991. Thierry Bert, ancien du SGCI, sera pour sa part directeur adjoint du cabinet de Jacques Santer, successeur de Delors à Bruxelles.

17À Paris, les inspecteurs des Finances perdent cependant leur ascendant quant à la coordination des affaires européennes. Entre 1977 et 1979, le SGCI passe entre les mains de Jean-Claude Paye, diplomate, responsabilité qu’assumera par la suite un autre diplomate, Yves Thibault de Silguy, entre 1993 et 1995. Mais les hauts fonctionnaires du ministère des Finances sont toujours très présents au SGCI. L’inspecteur des Finances Pierre Achard est à sa tête entre 1979 et 1982, avant de céder la place à Élisabeth Guigou, administrateur civil au sein de ce même ministère, qui dirige ce service jusqu’en 1992. À Bruxelles, des diplomates occupent les fonctions de commissaire dans des champs pourtant jadis réservés à d’anciens fonctionnaires des Finances. C’est le cas de Silguy, qui est commissaire en charge des questions monétaires entre 1999 et 2004. Cette évolution témoigne d’un double phénomène. D’un côté, l’ampleur croissante du champ de compétence des Communautés, qui réduit la place longtemps dominante des questions économiques dans la politique communautaire et explique la remise en cause de la position des inspecteurs à la tête du SGCI. De l’autre, la spécialisation des responsabilités européennes des inspecteurs des Finances, et plus généralement des fonctionnaires du Trésor, dans le champ économique et monétaire, qu’ils ­exercent leurs fonctions au Trésor ou à la Banque de France.

Européanisation des structures nationales ou promotion d’une Europe « à la française » ?

18L’ouverture européenne de la France a été considérée par tous comme un moyen de modernisation des structures, tant à travers la pression des marchés qu’à travers un effort organisé sur des bases plus volontaristes. Si l’ouverture pose encore question en 1959, c’est plus pour des raisons d’opportunité que de fond. Les réformes conçues par Jacques Rueff au retour du général de Gaulle ne se comprennent que dans cette perspective. Elles sont relayées à Bruxelles par Ortoli, principal acteur de la mise en place du marché intérieur et de son accélération, dès le début des années soixante. Fallait-il accompagner cette ouverture d’une politique plus volontariste, notamment en matière de politique industrielle, de manière à relever le « défi américain », à quelle échelle et selon quelle méthode la conduire ? À Bruxelles, Alain Prate pose, dès le milieu des années soixante, les bases d’une politique industrielle communautaire, bientôt relayé par les Français de la nouvelle direction générale de l’Industrie, pilotée par Robert Toulemon, qui se fait le promoteur de cette politique jusqu’en 1972. Ils associent une telle politique à la mise en place complète du marché intérieur. Les Français de Paris partagent les mêmes objectifs, mais les conçoivent selon une logique associant effort national et coopération européenne. C’est la vision d’Ortoli au Plan, puis comme ministre de Georges Pompidou, ainsi que des conseillers de ce dernier.

19Il faut attendre la fin des années soixante-dix pour que s’opère la synthèse entre les options nationale et européenne. La mise en place du grand marché associée à une politique industrielle conçue de manière plus souple que dans les années soixante constitue à Bruxelles le cœur du projet mis en œuvre par Ortoli et le commissaire belge Étienne Davignon, depuis la fin des années soixante-dix. Elle débouche sur des actions sectorielles (sidérurgie), la ­promotion des technologies nouvelles sur une base coopérative (Esprit), puis l’Acte unique de 1986.

20L’Union économique et monétaire, élément essentiel du traité de Maastricht, constitue le second versant de ce dispositif. Ce projet est d’abord la conséquence de la crise du dollar et du système monétaire international. Dès le début des années soixante, Wilfrid Baumgartner, devenu ministre des Finances du général de Gaulle, mais aussi Pierre Calvet, sous gouverneur de la Banque de France, affirment la nécessaire cohésion des Européens dans une première tentative de rééquilibrage des rapports de force monétaires avec les États-Unis. Cette volonté de rééquilibrage devient projet d’union monétaire à part entière dès la fin des années soixante. Il est mis en œuvre de manière pragmatique par le ministre des Finances de Georges Pompidou, l’inspecteur des Finances Valéry Giscard d’Estaing, à travers le « serpent monétaire » européen à partir de 1972. Il est relancé en 1979 à travers le système monétaire européen (SME) porté, du côté français, par Giscard d’Estaing, devenu président de la République, appuyé par Clappier, devenu gouverneur de la Banque de France. Mais le projet d’union monétaire est aussi porté à Bruxelles par Ortoli, vice-président de la Commission jusqu’en 1984, puis par les équipes du président Delors. À Paris, les mutations essentielles se jouent au début des « années Mitterrand ». La décision est définitivement acquise en 1983 en faveur d’un ancrage monétaire européen qui implique la convergence de la politique économique avec le modèle allemand. L’option en faveur du passage d’une économie d’endettement, tolérante vis-à-vis d’une certaine inflation, à une économie non inflationniste financée par les marchés est défendue avec vigueur par la Banque de France et des gouverneurs issus de l’Inspection, comme Renaud de La Genière (1979-1984), Jacques de Larosière (1987-1993), puis Jean-Claude Trichet (1993-2003), dont plusieurs sont passés par le Trésor. De ce point de vue, il ne fait guère de doute que les relations entretenues par les gouverneurs avec leurs collègues au sein des instances internationales, au premier rang desquels le Comité des gouverneurs de banques centrales de la Communauté européenne, jouent alors un rôle important dans l’européanisation des points de vue et la capacité de la Banque de France à faire passer ses choix, comme le démontre le rôle joué par le gouverneur Larosière auprès de François Mitterrand à l’époque du comité Delors.

21Les années 1980-1990 constituent dès lors un temps de convergence active entre options nationales et européennes. Les inspecteurs des Finances constituent l’un des groupes de décideurs placés au cœur de cette convergence. Outre leurs fonctions dans l’État, ils ont pu aussi agir à travers leur rôle au sein du monde des grandes entreprises nationales et internationales. Dès sa création, en 1946, par Paul van Zeeland, la Ligue européenne de coopération économique défend un projet européen d’essence libérale appuyé sur une union monétaire. Elle est très vite qualifiée de « mouvement des banquiers », du fait des activités professionnelles de nombre de ses membres. Du côté français, les inspecteurs des Finances y sont nombreux jusqu’à nos jours. On citera Edmond Giscard d’Estaing dès sa création ; Bernard de Margerie, à Paribas dans les années soixante ; Philippe Jurgensen très récemment. Au cours des années quatre-vingt, le « grand marché » a été aussi porté par les industriels de l’European Round Table of Industrialists, constitué pour partie à l’initiative de la Commission avec la participation d’Ortoli, qui a appuyé son action auprès des milieux industriels français. L’Association pour l’Union monétaire de l’Europe (AUME), constituée en 1987 avec, parmi ses fondateurs, Ortoli, devenu président de Total, et, parmi ses principaux soutiens, les patrons des principales banques françaises, parfois eux-mêmes issus de l’Inspection, a agi avec continuité en faveur de l’UEM et accompagné sa mise en place au cours des années quatre-vingt-dix.

22L’option européenne, qui devient peu à peu celle de nombre d’inspecteurs des Finances, apparaît ainsi dans toute sa dynamique. Cette option relève d’une synthèse offerte par l’échelle européenne entre culture du marché et de l’ouverture internationale et promotion des intérêts essentiels de la nation dans un cadre qu’il fallait élargir. Relevant des choix de quelques individualités après la Première Guerre mondiale, l’option européenne s’est affirmée, au cours des années quatre-vingt, comme celle de la majorité des membres du corps de l’Inspection. Le démontre aujourd’hui son soutien réaffirmé à l’union monétaire, choix que la crise que l’Europe connaît depuis 2007 n’a pas remis en cause.

Bibliographie

Badel Laurence et Bussière Éric, François-Xavier Ortoli. L’Europe, quel numéro de téléphone ?, Paris, Descartes et Cie, 2011, 254 p.

Bussière Éric, Dumoulin Michel et Schirmann Sylvain, Milieux économiques et intégration européenne au xxe siècle. La relance des années 1980, Paris, Comité pour l’histoire économique de la France, 2007, 431 p.

Feiertag Olivier, Wilfrid Baumgartner, un grand commis des Finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p.

Badel Laurence, Jeannesson Stanislas et Ludlow N. Piers (dir.), Les administrations nationales et la construction européenne, une approche historique (1919-1975), Bruxelles, PIE Peter Lang, 2005, 409 p.

Berstein Serge, Milza Pierre et Bianco Jean-Louis (dir.), François Mitterrand. Les années du changement, 1981-1984, Paris, Perrin, 2001, 973 p.

Mangenot Michel, « Une Europe improbable. Les hauts fonctionnaires français dans la construction européenne, 1948-1992 », thèse pour le doctorat de droit public (sous la dir. de Brigitte Gaïti), université Robert-Schuman-Strasbourg III, 2000, 638 p.

Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 2 vol. 

Andrieu Claire, La Banque sous l’Occupation. Paradoxes de l’histoire d’une profession, 1936-1946, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991, 331 p.

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’université de Paris IV-Sorbonne

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par