Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Jean de Largentaye (1902-1970)

Jean-Charles Asselain

Texte intégral

1Jean Rioust de Largentaye a connu un parcours atypique. Polytechnicien à 17 ans, il prend un poste d’ingénieur à l’Air liquide et s’en trouve déçu ; il entre à l’Inspection des Finances en 1931, et au Mouvement général des fonds en 1936. Il sera successivement attaché financier à Madrid, collaborateur de Pierre Mendès France à Alger en 1943, son suppléant, puis son successeur en qualité d’administrateur français au FMI, de 1946 à 1964 ; à son retour en France, il siège au Conseil économique et social. Maîtrisant bien l’anglais depuis ses études dans un collège de Jersey, féru de science économique (Rist l’a convaincu de la nocivité des politiques de déflation salariale), esprit non conformiste (il n’hésite pas à prendre les États-Unis comme exemple d’économie sous-développée, au motif que le produit par hectare y est faible et le revenu national largement inférieur à son potentiel), Jean de Largentaye a ressenti comme une véritable illumination dès 1936, à la lecture de la Théorie générale, publiée par John Maynard Keynes. Il devient aussitôt le propagateur de la vision keynésienne, notamment au sein de l’équipe de Gaston Cusin, qui prépare, en 1938, le plan de relance du second gouvernement Blum (mort-né). Quant à la traduction française de la Théorie générale par Largentaye (qui demeure son apport le plus notoire), achevée dès 1939, il ne parviendra finalement à la faire publier qu’en 1942. Largentaye reste lui-même fidèle à ses convictions keynésiennes, depuis les années de guerre où il suit de près la genèse du plan Beveridge jusqu’à la nouvelle préface rédigée à la fin de sa vie, en 1968, pour l’une des rééditions de sa traduction française de la Théorie générale. Une autre référence, pourtant, aura exercé sur lui une influence non moins durable : le bref article publié par Friedrich Hayek (« A Commodity Reserve Currency », Economic Journal, 1943) en faveur d’un système monétaire d’étalon marchandise.

2Les prises de position de Largentaye dans le domaine monétaire découlent d’abord de ses convictions keynésiennes. La Théorie générale, « construction homogène, simple et rigoureuse » (préface de 1939), montre que le plein-emploi ne saurait être considéré comme la situation normale des économies monétaires où l’épargne et l’investissement sont dissociés. Elle identifie clairement l’origine du sous-emploi : « La cause du chômage, c’est l’épargne ». L’impératif crucial qui s’impose à tous les gouvernants est de remédier à l’insuffisance de la demande effective, pour assurer le maintien du plein-emploi. L’analyse keynésienne justifie, selon Largentaye, les mesures protectionnistes prises pour défendre l’emploi dans le cadre national. Et c’est selon ce même critère qu’il entend juger les accords de Bretton Woods, dans les rapports qu’il adresse à la suite de la conférence. Le principe d’une régulation internationale visant à interdire les dévaluations compétitives, par lesquelles chaque pays s’efforçait d’« exporter son chômage », ne soulève pas d’objection. Mais Largentaye se fait l’écho des réserves de la délégation française dont il faisait partie. La France n’a pas grand-chose à attendre, selon lui, de la création du FMI (son quota est bien trop faible et, du reste, ses réserves d’or lui permettent de « tenir » dans l’immédiat…). Un retour précipité à la convertibilité comporterait, en revanche, des risques sérieux de déstabilisation. Largentaye formule aussi une objection plus générale. Il reproche à l’accord de Bretton Woods de ne pas mettre suffisamment l’accent sur le risque essentiel, « l’insuffisance de la demande effective [qui] est du point de vue international un mal plus grave que l’inflation », et il insiste sur la responsabilité des pays structurellement excédentaires – les premiers visés étant, bien entendu, les États-Unis, dont le comportement fait peser une menace potentielle de ­dépression sur tous leurs partenaires.

3Mais les vues de Largentaye connaîtront, au fil du temps, une évolution significative. L’inflation lui apparaît encore, vers 1945, comme un danger secondaire, relativement facile à éliminer – selon l’approche keynésienne – par une politique monétaire restrictive, tendant à résorber l’excès de la demande globale. Mais l’expérience d’après-guerre montre que les politiques nationales sont confrontées en permanence à un difficile arbitrage entre inflation et chômage. Largentaye, dans ses réflexions des années cinquante, toujours ancrées sur l’analyse keynésienne, estime que « l’amélioration de l’emploi a pour rançon inévitable la baisse du salaire horaire réel ; [c’est] l’alternative plein-emploi ou plein salaire ». Mais au cours des années soixante, sa vision du problème se modifie, au point de prendre pour la première fois ses distances avec Keynes sur la question de la formation des salaires (préface de 1968). Il récuse désormais toute relation mécanique entre niveau d’emploi, salaires et prix (et critique du même coup les « politiques des revenus » que l’on tente de mettre en place). Dans un contexte nouveau où les déficits extérieurs de la France ont fait place, depuis 1959, à des excédents chroniques, la menace inflationniste lui paraît résider avant tout dans l’inflation importée (liée notamment à l’afflux de capitaux extérieurs). Les États-Unis sont de nouveau directement mis en cause, non plus en tant que pays excédentaire, comme quinze ans plus tôt, mais au contraire en raison de leurs déficits systématiques, rendus possibles par leur statut de pays à monnaie de réserve, qui leur permet de réaliser une véritable « expropriation » des pays excédentaires (comme sous l’occupation allemande !). Largentaye approuve donc pleinement la politique française de conversion en or des réserves en dollars, visant à mettre fin aux privilèges indus de l’émetteur de monnaie internationale, les États-Unis. Mais il s’oppose à la position préconisée par Rueff, le retour à l’étalon-or pur et simple, en raison de ses effets potentiellement déflationnistes. Et il défend, pour sa part, une solution bien plus radicale (qu’il a déjà préconisée à maintes reprises depuis 1944 et dont la France devrait prendre l’initiative au plan international) : le remplacement de la monnaie de crédit par une monnaie fondée sur l’étalon-marchandise, seule capable d’assurer automatiquement, selon lui, à la fois la stabilité des prix et le plein-emploi permanent. Jean de Largentaye dépose un projet dans ce sens devant le Conseil économique et social : ce projet, en juin 1966, est repoussé par plus de cent voix contre trois. Deux ans plus tard, la tourmente de 1968 provoque un rebond de l’inflation française et le retour des déficits extérieurs : la dévaluation du franc revient à l’ordre du jour ; la France n’est plus en état de peser sur le destin du système monétaire international ; la brève parenthèse où l’on s’inquiétait du tort causé aux pays excédentaires est close.

Bibliographie

Sources

Rioust de Largentaye Jean, rapport sur la conférence de Bretton-Woods (août 1945), passages cités dans Études et documents V, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, 640 p.

Rioust de Largentaye Jean, « L’écueil de l’économie monétaire », Revue d’Alger, 1944, repris dans Le fléau de la finance saine, Économies et sociétés, série Monnaie et production, n° 9, 1988.

Rioust de Largentaye Jean, préfaces (notes du traducteur, août 1939 et avril 1968) et traduction de Keynes John Maynard, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot, 1942 (407 p.) et 1969.

Chalandon Albin, Roche Émile, Rioust de Largentaye Jean, Rueff Jacques, La réforme du système monétaire international, Paris, Éditions France-Empire, s. d. [1967], 191 p.

Rioust de Largentaye Jean, « L’étalon-marchandises », Économie appliquée, n° 3, 1967.

Rioust de Largentaye Jean, « De la liquidité internationale », Tiers-Monde, n° 27, 1966.

Rioust de Largentaye Jean, « Réponse à un questionnaire » (octobre 1954), dans Perroux François, Destanne de Bernis Gérard, Rioust de Largentaye Jean, Niveaux de développement et politiques de croissance. I. Introduction à leur étude, Paris, ISEA, 1955, 53 p. (coll. Science économique appliquée, Cahiers, série F).

Rioust de Largentaye Jean, « L’accord de Bretton-Woods et l’organisation financière internationale », dans Aglion Raoul, Armengaud André, Boissieu M. (de), Murat A., Labouret V., Rioust de Largentaye Jean, L’organisation économique internationale, Paris, ­Librairie sociale et économique, 1948.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search