Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

La politique économique et financière des inspecteurs des Finances à l’heure des chocs internationaux et de l’alternance, 1973-1986

Michel Margairaz

Texte intégral

1La décennie qui suit la crise de 1973-1974 marque, on le sait, une double rupture durable : la fin d’une croissance forte et régulière et la montée d’un chômage de masse, sans guère de répit, jusqu’aux 2 millions de chômeurs atteints en 1983. Cela dans un contexte d’incertitude dû à l’instabilité monétaire internationale, avec la rupture du système bâti à Bretton Woods en 1971-1973 et les fluctuations de grande ampleur du dollar, ainsi qu’à l’augmentation du prix des matières premières et au double choc pétrolier dans une économie en voie de mondialisation. Cela restreint fortement l’horizon, voire, aux yeux de certains, la pertinence même de la politique économique, réduite souvent à la politique conjoncturelle. Mais l’apparition de la stagflation vient entamer l’hégémonie des convictions keynésiennes sur l’efficacité des politiques de relance, après l’échec de celle de Jacques Chirac en 1974-1976 et les résultats contestés de celle de 1981.

La rupture de la croissance et l’amorce d’une anti-conversion

2Sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, les inspecteurs aux commandes à l’Élysée (Claude Pierre-Brossolette, Jean-Claude Trichet…), à Matignon, sous Raymond Barre (non-inspecteur), et aux Finances, dirigées par Jean-Pierre Fourcade, ministre et inspecteur des Finances, entreprennent la mise en veilleuse de la politique industrielle et de la planification, en tablant sur les « créneaux » où l’industrie française occupe de bonnes positions sur les marchés mondiaux. Ils adoptent, après 1976, une politique restrictive d’austérité visant à rétablir les équilibres financiers, à réduire l’inflation, à freiner les salaires et à relever dans la valeur ajoutée la part des profits, entamés par le ralentissement économique, dont, suivant en cela le théorème d’Helmut Schmidt, ils attendent une reprise des investissements, qui, au contraire, décroissent et en arrivent à passer sous les 20 % du PIB en 1983. Suivant les voies d’une anti-conversion, inverse de celle de la Libération, les impératifs du plein-emploi et de la croissance passent désormais au second plan par rapport aux préalables que sont les impératifs d’équilibre financier, de réduction de l’inflation, de freinage des salaires et de rétablissement des comptes des entreprises. Quelques autres inspecteurs, en plus petit nombre, restent attachés, autour du polytechnicien André Giraud, à la tête du ministère de l’Industrie, à une politique industrielle volontariste à dimension nationale. Par ailleurs, une nouvelle structure, créée en 1974, le Comité interministériel d’aménagement des structures industrielles (Ciasi), dirigé quasi continûment par des membres de l’Inspection, vise à pallier les débuts de désindustrialisation de régions en difficulté.

3Malgré les proclamations libérales et la suppression du contrôle des prix en 1978, l’État doit venir au coup par coup en aide aux branches en déclin (sidérurgie, textiles…), notamment par le versement de préretraites, et le poids des dépenses publiques s’alourdit d’autant. De surcroît, la désegmentation du système financier et l’unification du marché monétaire, amorcées pourtant en 1971 avec l’application du rapport Marjolin-Sadrin-Wormser de 1969 (dont aucun n’est inspecteur), sont mises en sommeil. À l’inverse, face à l’instabilité monétaire internationale, ouverte par la décision américaine du 15 août 1971 de rendre le dollar inconvertible, le contrôle des changes est rétabli et la politique d’encadrement du crédit maintient un système financier fortement administré. Les velléités de libéralisation des inspecteurs des Finances à la tête du système monétaire et financier (Bernard Clappier, puis Renaud de La Genière à la Banque de France ; Claude Pierre-Brossolette, Jacques de Larosière et Jean-Yves Haberer à la direction du Trésor, puis de nouveau Larosière au FMI) se trouvent de fait reportées à des jours meilleurs, suspendues notamment au préalable d’une éradication de l’inflation. Par ailleurs, cette nouvelle génération d’inspecteurs participe au renforcement de la construction européenne, particulièrement avec l’institution du serpent, puis du système monétaire européen, qui désormais implique, en particulier pour le franc, l’impératif – non tenu de fait – de maintenir la parité avec le Deutschmark (cf., infra, l’article d’Éric Bussière).

D’une alternance l’autre

4L’alternance de mai-juin 1981 surprend nombre d’inspecteurs des Finances, davantage liés à la majorité sortante. Ils conservent provisoirement la direction des deux principaux pôles du système financier (Renaud de La Genière rue de La Vrillière, Jean-Yves Haberer au Trésor…) et certains, peu nombreux et engagés à gauche avant 1981, occupent des postes clés auprès de l’exécutif, qui se renforce encore en matière de politique économique, à Matignon (Robert Lion et Henri Guillaume auprès de Pierre Mauroy, puis Louis Schweitzer auprès de Laurent Fabius) ou aux Finances (Philippe Lagayette, Pascal Lamy au cabinet de Jacques Delors, et Jean-Charles Naouri en 1984 à celui de Pierre Bérégovoy). Plusieurs d’entre eux se montrent précocement sceptiques à l’égard des mesures de relance de 1981. Fortement alertés par les déséquilibres, intérieur et extérieur, qu’elles entraînent dans un contexte de récession mondiale et de politiques néolibérales désormais dominantes à Londres et à Washington, ils ne se montrent guère surpris (quand ils ne l’ont pas vivement préconisé dès 1981) du changement majeur de politique économique adopté publiquement en mars 1983 et justifié symboliquement par l’affirmation de l’impératif d’un ancrage durable dans le SME. Par ailleurs, l’extension du secteur public industriel et surtout bancaire par les nationalisations de 1982 offre des occasions nouvelles de pantouflage à quelques-uns (Haberer au Crédit Lyonnais, Jean-Michel Bloch-Lainé à la banque Worms, La Genière à la Compagnie financière de Suez…). Ceux-là peuvent profiter d’une autonomie relative à la tête des nouveaux établissements – en attendant leur privatisation – à la suite de la promotion du modèle de l’entreprise et de l’apologie du profit, y compris pour les entreprises nationalisées, depuis l’été 1982 et, en particulier, le discours de Figeac de François Mitterrand en septembre.

5À partir de 1983, la politique économique et financière désormais dominante affirme un double objectif : rétablir les équilibres financiers, éradiquer l’inflation – et notamment le différentiel avec le Deutschmark – en découplant la hausse des salaires de celle de la productivité. De facto, le plein-emploi n’apparaît plus, au mieux, que comme un objectif dérivé. Autant d’inversions des priorités par rapport aux 110 propositions ayant permis l’élection de Mitterrand, qui brouillent ainsi pour partie les clivages politiques convenus entre droite et gauche. L’anti-conversion en faveur du néolibéralisme atteint également, à l’image des gouvernants, des inspecteurs des Finances proches de la majorité socialiste. Mais il demeure chez eux encore la vision, même atténuée, d’une économie mixte, partagée entre un secteur public revivifié et un secteur privé en ascension. De surcroît, dans la perspective d’un développement sans précédent de la circulation des capitaux et d’un essor de la place financière parisienne, les inspecteurs présents aux Finances participent, auprès de Jacques Delors, puis surtout de Pierre Bérégovoy après 1984, à la première – mais décisive – étape du cheminement qui conduit, dans les années quatre-vingt-dix, à la libéralisation des marchés de ­l’argent, à travers la désegmentation du marché financier, l’unification du marché monétaire, la banalisation des établissements bancaires devenus banques universelles, le ­développement de nouveaux produits financiers et l’ouverture progressive aux capitaux étrangers.

6À partir de 1986 et de la première cohabitation, le paysage économique et financier change profondément. Cela est dû à la poursuite des décisions en matière de libéralisation financière et monétaire, à l’engagement confirmé en matière européenne, mais aussi du fait des mesures de privatisation, opérées à Rivoli par Édouard Balladur – largement conseillé par Charles de Croisset, son directeur de cabinet, et Jacques Friedmann, son conseiller, tous deux inspecteurs – qui touchent des entreprises et des banques nationalisées en 1982, mais aussi certaines des nationalisations de 1945, transformant ainsi totalement les frontières des grandes firmes françaises, ainsi que, plus largement, la dynamique, désormais ascendante, du marché financier. À partir de 1986, le retour à une économie mixte semble – définitivement à l’époque, aux yeux des contemporains – se fermer, ouvrant la voie à une économie d’abord vue comme dynamisée par la mondialisation financière et la libéralisation des marchés.

7Après ce survol rapide de cette douzaine d’années d’instabilité, au-delà de la grande diversité des parcours, des solidarités et des fonctions occupées, on peut constater combien les inspecteurs des Finances, une fois encore ont su s’adapter et, malgré ou sans doute à cause des grands changements en matière de politique économique et financière, assurer et conforter leur présence aux principaux postes de commandes, aux côtés des gouvernants (quitte à occuper parfois leur place), avec une concentration croissante de la décision à Matignon et à l’Élysée. De surcroît, la formation commune entre élites publiques et privées issues de l’Inspection rend aussi compte d’une certaine communauté de vues. Par-delà des désaccords récurrents et des étapes diverses selon les personnalités, les équipes et les réseaux, on constate néanmoins le passage commun de la vision dominante d’une politique économique administrée dans une économie mixte coïncidant avec le plein-emploi vers une politique privilégiant la stabilité monétaire, la construction européenne, la libéralisation des marchés de l’argent et l’ouverture internationale.

Bibliographie

Feiertag Olivier, L’Économie française de 1914 à nos jours. Le temps de la mondialisation, n° 8081 de La Documentation photographique, Paris, La Documentation française, mai-juin 2011, 64 p.

Asselain Jean-Charles, « La politique économique française après 1945 », La politique ­économique et ses instruments, Paris, La Documentation française, 2010, p. 17-31.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540