Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Pierre-Paul Schweitzer (1912-1994)

Un financier international

Gérard Bossuat

Texte intégral

1Pierre-Paul Schweitzer, petit-fils de pasteur alsacien, neveu du docteur Albert Schweitzer et du compositeur Charles Münch, poursuit des études de droit à Strasbourg, puis à l’École libre de sciences politiques avant de réussir, en 1936, le concours de l’Inspection à 23 ans. Fait prisonnier en mai 1940, il s’évade en juillet et entre comme chargé de mission à la direction des Finances extérieures (Finex) en zone libre. Il entre en résistance à l’automne 1942, d’abord au sein du super Nap (Noyautage de la haute administration publique), puis dirige le Nap-Normandie avant de prendre la responsabilité de tout le Nap en avril 1944. Arrêté à son tour le 21 juin 1944, torturé, il est déporté le 17 août 1944 pour Buchenwald, dont il revient très affaibli le 1er mai 1945. Il retrouve les Finex comme directeur adjoint de Guillaume Guindey (cf., infra, sa figure par Gérard Bossuat), puis est nommé secrétaire général du SGCI (secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique intereuropéennes). Cette petite structure administrative, stratégiquement placée entre le Plan, les ministères, le gouvernement et les Américains de l’European Cooperation Administration (ECA), est chargée de réguler l’application du plan Marshall pour la France.

2Schweitzer est un orthodoxe éclairé pour les questions monétaires. Il tient à l’équilibre budgétaire des États et à l’équilibre des paiements extérieurs. Mais il est réaliste et nuancé. Il ­n’adhère pas au tout libéral qui consisterait à laisser les États en difficulté redresser seuls le déséquilibre de leur position financière extérieure. « Je suis, dit-il, un médecin de médecine générale ». En 1945, il est partisan, comme Guindey ou Roger Goetze, de la proposition de Pierre Mendès France, rejetée par de Gaulle, de l’échange de billets pour assainir le marché. En 1948, il travaille à la stabilisation des finances et aux objectifs de l’industrie dans le cadre du Plan, ainsi qu’à la transformation du système ­capitaliste français, « une pièce de musée », ­dit-il.

3Une des activités significatives de Schweitzer est liée au plan Marshall et aux États-Unis. Avant d’être nommé par René Mayer secrétaire général du SGCI, il prépare à Washington le dossier concernant la France pour les administrations américaines du plan Marshall, tout en exerçant une fonction d’administrateur suppléant au FMI. Au SGCI, il négocie l’utilisation de la contre-valeur en francs de l’aide américaine, une négociation permanente et délicate qui apporte au budget des fonds abondants pendant trois ans, en particulier pour financer les investissements du Plan. Schweitzer doit négocier les détails les plus insolites des importations du programme d’aide, mais aussi fournir quantité d’informations. Cependant, il s’entend parfaitement avec la mission de l’ECA, dirigée par David Bruce. Fort de cette expérience au confluent entre affaires intérieures et extérieures, il est pressenti, en octobre 1949, pour occuper le poste de secrétaire général de l’OECE, en remplacement de Robert Marjolin, qu’il refuse au profit de celui d’attaché financier à Washington. Il y retrouve le plan Marshall car il négocie avec des banques américaines de New York le financement des marchandises expédiées vers la France, ­remboursées ensuite par les crédits ­gouvernementaux américains.

4Nommé directeur du Trésor en remplacement de François Bloch-Lainé en 1953, il dit être entré à la direction sans idées particulières, admirant le travail de son prédécesseur. Son principal souci est de boucler les comptes du Trésor à la Banque de France tous les soirs et de négocier avec son gouverneur Wilfrid Baumgartner des avances, si nécessaire. Il regrette l’archaïsme du financement du déficit du Trésor, qui consiste à mendier humblement des avances à la Banque de France. Il arbitre les demandes de financement des divers ministères investisseurs, des grandes industries nationalisées ou privées en utilisant le Fonds de développement économique et social (FDES), ex-FME, créé à l’origine pour abriter la contrevaleur de l’aide Marshall. Membre de diverses commissions, il contribue à l’élaboration du financement des IIe, IIIe et IVe Plans français. Il a notamment inventé les certificats pétroliers, qui permettent aux petits investisseurs d’acheter une action d’une société sans le droit de vote. En 1958, il participe au plan de redressement de Gaulle-Pinay-Rueff du 27 décembre, qui supprime les indexations de prix, réaffirme la libération des échanges et envisage une dévaluation de 16,66 % qui permet le retour à la convertibilité du franc français et la création du nouveau franc. Déjà, il envisage la possibilité de réaliser une expansion ­raisonnable et contractuelle des liquidités internationales.

5Lorsque Baumgartner remplace Antoine Pinay comme ministre des Finances en 1960, il préfère éloigner Schweitzer et nommer, comme directeur du Trésor, un proche, également inspecteur, Maurice Pérouse. S’attendant à être nommé au Crédit national – « Forcément, à l’époque on faisait quelque chose pour les directeurs du Trésor qu’on vidait » – Schweitzer se voit « consolé » par une nomination de deuxième sous-gouverneur de la Banque de France, chargé de l’administration générale, ses camarades Jacques Brunet et Pierre Calvet étant nommés respectivement gouverneur et premier sous-gouverneur : « Je ne peux pas dire que c’était extrêmement glorieux, vu mon ancienneté et tout », dit-il, en ajoutant : « C’est un très agréable et paisible métier d’être sous-gouverneur de la Banque de France ». En effet, rien de notable à son actif n’est à signaler durant ces trois années.

6En 1963, Schweitzer est appelé, à la demande des Anglo-Saxons, à la tête du Fonds monétaire international (FMI), sans l’avoir désiré ni être le candidat du gouvernement français, à un moment où la politique monétaire des États-Unis suscite des critiques en Europe. Les ­Américains le croient en effet capable ­d’obtenir des Européens une aide du Fonds pour surmonter une crise du dollar, mais sa nomination traduit aussi l’émergence de la CEE sur la scène internationale. Il est présenté par Le Journal des Finances (23 juin 1963) comme « un homme d’action formé au contact des réalités, conscient des limites du possible ». Le problème du financement du commerce international se pose rapidement et une crise de liquidités aiguë se produit en 1968. Le FMI décide donc, sur proposition de sa direction, de créer les droits de tirage spéciaux, une quasi-monnaie or-papier, des « facilités d’un caractère spécial », dit-il, permettant de satisfaire les besoins du commerce international. Une autre solution était d’augmenter le prix de l’or et de créer ainsi des liquidités, mais qui auraient été mal réparties, chaque pays possédant des stocks d’or inégaux. Le FMI, à l’instigation de Schweitzer, établit le double marché de l’or en découplant le marché officiel, où les banques centrales maintiennent le cours à 35 dollars l’once, du marché libre, où elles n’interviennent plus. Il s’oppose à une surtaxe sur les importations américaines, destinée à alléger le déficit de la balance des paiements américaine. Nixon l’impose en août 1971. La France étant opposée à la création de nouvelles liquidités, autres que celles fondées sur l’or, un accord est finalement trouvé sur les droits de tirage spéciaux (DTS) en 1968, contre l’avis de la France. Il contribue à la stabilisation du franc en août 1969, grâce à une dévaluation de 12 % suivie d’une réévaluation du mark en novembre. Si, au départ de son premier mandat, Schweitzer est appuyé par les Américains, il est décrié par eux à la fin, quand éclate la crise du dollar d’août 1971. Schweitzer prend en effet position pour une dévaluation du dollar par rapport à l’or et travaille à l’élaboration d’un taux de change américain satisfaisant, de façon à contribuer au rééquilibre de la balance des paiements des États-Unis. Le dollar n’étant plus convertible en or après l’accord de la Smithsonian Institution de décembre 1971, la monnaie américaine passe de 35 dollars l’once à 38 dollars, puis à 42 dollars en février 1973. Il ne peut rien faire pour convaincre les Américains de réduire leur déficit extérieur et s’attire les critiques virulentes de Washington en raison des conseils publics donnés par le FMI au gouvernement ­américain. Les États-Unis ne lui ­pardonneront pas et bloquent sa ­réélection au FMI. En 1973, les dirigeants américains se montrent, de surcroît, hostiles au poids que prend la CEE dans les instances du Fonds monétaire, où le comité des dix pays les plus influents est composé à 60 % par des pays de la Communauté. Les États-Unis se sentent isolés au sein des instances dirigeantes puisqu’avec 20 % des voix dans l’organisation, ils ne retrouvent pas cette influence dans le Comité des Dix. Le rôle du FMI a beaucoup évolué au cours des dix ans de la présidence de Schweitzer. Celui-ci a renforcé l’image du Fonds. Paradoxalement, il l’a « mondialisé », en raison de la chute du dollar. Parmi ses activités, on peut distinguer les programmes d’assistance technique spécifique pour les pays en développement, dont il est à l’initiative. Enfin, accessoirement, il ouvre le Fonds à des directeurs ­français, dont son ­camarade Jacques de Larosière.

7Après 1973, Schweitzer aurait préféré exercer une fonction de conseiller du gouvernement français dans son domaine de compétence, mais, finalement, il accepte de présider ou de participer au conseil d’administration de plusieurs banques et sociétés internationales de financement, qui utilisent ses compétences internationales et son réseau d’affaires aux États-Unis. Citons Ameribas, Bank of America International, Unilever N.V. and Robeco N.V. et Pétrofigaz, dont il devient directeur. Il assume aussi des fonctions dans certains fonds de placement de capitaux pétroliers. Déjà titulaire de la croix de guerre et de la médaille de la Résistance avec rosette, Schweitzer est nommé grand-croix de la Légion d’honneur sous la présidence de François Mitterrand. Passionné par ses fonctions au Trésor et au Fonds monétaire, Schweitzer a traversé son temps avec humour et réserve, sans ambition excessive pour le pouvoir, heureux d’agir pour le service public. « J’en ai tiré toutes les satisfactions qu’on peut ­espérer », dit-il.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Douzou Laurent, « Noyautage des administrations publiques (Nap) », dans Marcot François (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2006, p. 197-199.

Quenouëlle-Corre Laure, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p.

Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 2 vol. 

Margairaz Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, préface de François Bloch-Lainé, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. 

Sources

Entretiens de Pierre-Paul Schweitzer avec Agathe Georges-Picot, 1989-1990, 19 h 30, transcrits, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE.

Bourdet Claude, L’aventure incertaine : de la Résistance à la restauration, Paris, Stock, 1975, 479 p. (rééd. Paris, Éd. du Félin, 1998, 478 p.).

Gosset Pierre et Renée, « PPS conscience monétaire du monde », Nice-Matin, 30 avril 1969.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search