Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

François Bloch-Lainé (1912-2002)

Une figure emblématique de la génération de la Libération

Michel Margairaz

Texte intégral

1Fils d’un inspecteur des Finances directeur de la banque Lazard dans les années trente, ­François Bloch-Lainé apparaît comme une figure emblématique de la génération des inspecteurs des Finances promue à la Libération, qui assure des responsabilités publiques en prise sur les politiques économiques et financières jusqu’aux années soixante-dix. Entré à l’Inspection en 1936, il soutient pendant les grèves de mai-juin sa thèse de droit sur un sujet alors peu classique, « L’emploi des loisirs ouvriers et l’éducation populaire ». Mobilisé, fait prisonnier, puis libéré, il est, dès le 15 août 1940, chargé de mission au nouveau ministère de la Production industrielle, mais il préfère trouver un poste moins exposé à la Comptabilité publique, où Jacques Brunet l’accueille comme chargé de mission, ce dont il lui sait gré à la Libération. Exonéré personnellement du statut des juifs de Vichy, Bloch-Lainé se trouve toutefois fragilisé par le fait que son père, Jean-Frédéric, bien que converti de longue date au catholicisme, est menacé par les mesures de discrimination antisémites. À la fin de l’année 1943, il prend contact avec René Courtin et le Comité général d’études et au printemps 1944, il est rattaché à la Délégation générale d’Alexandre Parodi, où il s’occupe de la gestion des finances de la Résistance. À la Libération, il entre au cabinet d’Emmanuel Mönick, secrétaire général provisoire du ministère. Sous-directeur au Trésor, puis, en 1945-1946, attaché et conseiller financier en Chine et en Indochine, il dirige ensuite le cabinet de Robert Schuman (MRP) aux Finances, qui le nomme, en 1947, directeur du Crédit, vite rebaptisé Trésor, où il demeure jusqu’en 1952. Là, commence son rôle majeur dans la politique économique et financière de la Reconstruction.

2Il soutient la politique de modernisation et d’équipement du 1er Plan, dont le Trésor finance une grande partie des investissements, en particulier dans les secteurs de base du plan ­Monnet. Il reste néanmoins sensible à l’équilibre financier et participe à la Commission du bilan national en 1947, afin de freiner l’inflation et de rétablir les équilibres financiers, intérieur et extérieur. Il veille également, en 1948, à ce que le Trésor conserve rue de Rivoli la coordination du financement des investissements du Plan. Il invente à cette fin la Commission des investissements et le Fonds de modernisation et d’équipement (FME), confiés à de jeunes inspecteurs des Finances du Trésor (Dominique Boyer, Jean Guyot). Il greffe également, en 1950, à la direction du Trésor le service, nouvellement créé, dit « des études économiques et financières » (SEEF), qu’il confie pour dix ans à la direction de son ami Claude Gruson, entré à l’Inspection la même année. Il acclimate ainsi au cœur du ministère les travaux prospectifs relatifs à la comptabilité nationale, qui irriguent le Plan et la Commission des comptes de la nation, et, plus largement, les statistiques macroéconomiques et financières des deux décennies suivantes. Bien que traité de « fiscalo-dirigiste » en 1952 par l’entourage d’Antoine Pinay, qui l’écarte de la direction du Trésor, il se montre réservé quant aux nationalisations bancaires de 1945 et pense que l’État doit jouer un « rôle subsidiaire » en vue de l’expansion et du plein-emploi, mais davantage en s’attachant au « faire faire » qu’au « faire ». Rappelant dans ses mémoires la boutade : « Nous avons transformé les liquidités en barrages », il ajoute que c’est là davantage « le rappel d’une consolation, non l’énoncé d’une doctrine » (Profession : fonctionnaire…, 1976, p. 106).

3Nommé directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), il y demeure quatorze ans, de 1953 à 1967. Il réorganise les services, y fait entrer Georges Plescoff, major de l’Éna et inspecteur des Finances en 1947, qui y dirige l’agence financière après être passé par le SEEF. Il y retrouve, du fait de la « débudgétisation », les grands programmes d’équipement du Plan. Il dispose du temps nécessaire pour opérer une mue historique, qui voit la Caisse des dépôts de banque de l’État et grande acheteuse de rentes, « longtemps tournée vers les finances publiques […] désormais tournée vers l’extérieur », au profit de trois types d’emplois essentiels. D’abord, la construction de logements, en particulier « les Grands Ensembles » qui opère le rattrapage d’un long assoupissement depuis 1914. Ensuite, l’équipement des collectivités locales, les entreprises enfin, particulièrement les grandes entreprises nationales. Il parvient à transformer la CDC, selon ses termes de 1976, en « une banque d’affaires d’État, tournée vers le marché des consommations collectives » (ibid., p. 131). Bras séculier du Trésor, la CDC n’en est plus seulement le faux nez qui équilibre la trésorerie, mais se met désormais au service des investissements productifs du Plan. Par ailleurs, il crée des filiales mêlant capitaux publics et privés : la SCIC (Société centrale immobilière de la Caisse des dépôts) en 1954, artisan du grand essor des logements sociaux, et, l’année suivante, la SCET (Société centrale pour l’équipement du territoire), qui joue un rôle de conseil auprès des collectivités locales. En outre, la CDC soutient tout un réseau d’associations du tiers secteur. Sa direction remarquée à la tête de la CDC en fait l’un des acteurs majeurs de la politique d’expansion des années cinquante et le général de Gaulle lui propose à trois reprises, en vain, le poste de ministre de la rue de Rivoli. Mais en 1960, lorsque Wilfrid Baumgartner accepte, lui, de devenir ministre, il préfère proposer son camarade J. Brunet pour lui succéder à la tête de la Banque de France, plutôt que Bloch-Lainé. De 1967 à 1974, à la suite des réformes Debré-Haberer, il accède à la présidence du Crédit Lyonnais, où il tente d’appliquer les mesures de modernisation des banques de dépôts et fait venir à ses côtés Jean Saint-Geours, de la direction de la Prévision. C’est là sans doute sa moindre réussite, assombrie par une grande grève du personnel en 1974, par une dégradation des comptes et par une disgrâce brutale émanant de Valéry Giscard d’Estaing, à peine élu président de la République. Sa contribution à la politique économique relève ensuite davantage de l’analyse et du débat d’idées et il s’engage publiquement en faveur de la victoire de la gauche en 1980. L’une de ses dernières interventions publiques officielles se manifeste dans sa présidence de la Commission du bilan, au lendemain de l’alternance politique en 1981. Il déploie ensuite une expérience active dans de multiples associations ou fondations sociales et culturelles.

4Ses fonctions de dirigeant d’un grand établissement public, puis d’une grande banque nationalisée en font un acteur compétent et influent du débat public, que ce soit dans son rôle de conseil lors de l’expérience gouvernementale de Pierre Mendès France ou dans sa forte participation à la tentative avortée, en 1963-1964, de « politique des revenus », qui devait heureusement compléter la politique économique par ce qu’il nomme plus tard des « conventions bien délibérées ». Parmi ses contributions, même discrètes, au sein du club Jean-Moulin et ses interventions dans des ouvrages (individuels et collectifs), ont été remarquées celles sur la zone franc, sur l’économie concertée, sur la planification démocratique, sur la réforme de l’entreprise ou sur celle de l’État, non sans lien avec la mouvance mendésienne, avec toutefois des divergences sur la construction européenne.

5Bloch-Lainé se présente comme une figure emblématique de cette génération des inspecteurs des Finances de la Libération, qui substitue, sous l’influence de plus en plus explicite de la pensée de Keynes, la hantise de la stagnation, du chômage et de la déflation à la crainte de l’inflation et des déséquilibres financiers, qui leur a été enseignée par leurs aînés à l’École libre des sciences politiques et à la faculté de droit. Il est, avec d’autres, le produit d’un capitalisme français convalescent et fortement réformé et administré après 1944, qui, peu à peu, disparaît, dans les années 1980-1990, sous la poussée du modèle néolibéral anglo-saxon et de la ­mondialisation financière.

6Mais il s’en différencie aussi par trois traits distinctifs. D’abord, sous la pression de la persécution frappant son père en 1940 et de la dérobade de certains de ses amis de l’Inspection d’avant-guerre, il se dit personnellement sensibilisé depuis cette date à la défaillance morale d’une partie des élites administratives et financières. D’où son insistance particulière à vouloir sans cesse les réformer, les « récupérer », ajoute-t-il, sans brutalité. Ensuite, il s’impose dans son parcours une double abstention, rare chez les siens de l’Inspection : ni poste dirigeant dans des banques commerciales privées, ni poste ministériel. Enfin, il présente une combinaison singulière, qu’il résume ainsi en 1995, dans une auto-définition rétrospective : « un bourgeois, judéo-chrétien, qui penche à gauche ». Puisant à la fois dans le christianisme social de sa jeunesse et dans la seconde gauche de la maturité, sa conception de la politique consiste à tenter de concilier, à dosage variable selon les lieux et les moments, les dynamiques du secteur public avec celles du secteur privé, voire celles du monde associatif. Grâce à l’expérience et aux instruments du « fonctionnaire », il pense surmonter la tension entre les innovations des marchés et les réflexes anticapitalistes encore vifs dans la société française des Trente ­Glorieuses.

Bibliographie

Terray Aude, Des francs-tireurs aux experts : l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances, 1948-1968, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 683 p.

Quennouëlle-Corre Laure, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p.

Margairaz Michel (dir.), François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen. Regards d’historien(ne)s sur la vie et la carrière de François Bloch-Lainé, actes de la journée d’études du 25 février 2003, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, 262 p.

Margairaz Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, préface de François Bloch-Lainé, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. 

Bouvier Jean et Bloch-Lainé François, La France restaurée : 1944-1954 : dialogue sur les choix d’une modernisation, Paris, Fayard, 1986, 338 p.

Sources

Entretiens de François Bloch-Lainé avec Aude ­Terray, 1988, 16 heures, Comité pour l’histoire ­économique et financière de la France/IGPDE.

Intervention de François Bloch-Lainé du 24 janvier 1977 au Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale, « À propos du ministère des Finances des années 1930 aux années 1940 », 44 p. dactylogr. (original conservé aux Archives nationales, 72AJ 678 : procès-verbaux des commissions du Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale).

Bloch-Lainé François, Profession : fonctionnaire, Paris, Seuil, 1976, 254 p. et postface de Priouret Roger, La Caisse des dépôts et consignations 150 ans d’histoire financière, Paris, Presses universitaires de France, 1966, p. 421-439.

Auteur

Professeur des universités en histoire économique contemporaine à l’université de Paris I-Panthéon Sorbonne, IDHE (CNRS)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par