Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Claude Gruson (1910-2000)

Un expert du chiffre au service du Plan

Michel Margairaz

Texte intégral

1Issu d’une famille de la moyenne bourgeoisie protestante, ingénieur du corps des Mines (le seul à l’Inspection), entré à l’Inspection en 1936, Claude Gruson appartient à cette élite de l’élite administrative, au carrefour entre les métiers du financier et de l’ingénieur. Il ajoute assez tôt à ces doubles compétences celles d’un ­économiste reconnu.

2Exempté pour raison de santé, il amorce sa carrière dans la « drôle de guerre » au cabinet de Paul Reynaud aux Finances, puis à Matignon. Après la défaite, il est chargé de mission auprès de Jean Bichelonne, alors secrétaire général du nouveau ministère de la Production industrielle. La maladie l’écarte à deux reprises de l’Administration, pendant l’Occupation et après la Libération. Il réintègre la fonction publique en 1946, demeure quelques semaines au cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury, avant de diriger la mission de contrôle des activités financières du Trésor. Il rédige l’un des premiers ouvrages théoriques en français sur l’œuvre de John Maynard Keynes, disparu peu auparavant, l’Esquisse d’une théorie générale de l’équilibre économique, réflexions sur la théorie générale de lord Keynes (PUF, 1949), ce qui en fait, avec Jean de Largentaye, le meilleur connaisseur en France de l’économiste de Cambridge. À ce titre, François Bloch-Lainé, son camarade de promotion, nommé en mars 1947 directeur du Trésor, fait appel à lui pour y créer le service des Études économiques et financières (SEEF), que Gruson dirige pendant une dizaine d’années. Il y bâtit de manière pionnière les fondements de la comptabilité nationale, qui, peu à peu, s’intègre aux travaux statistiques macroéconomiques et financiers, que ce soit à la Commission des comptes et budgets économiques de la nation, où il siège dès ses débuts, ou encore à la Commission stratégique du Plan dite « (de l’économie générale et) du financement », pour l’élaboration des IIIe à Ve Plan. Il y défend les principes d’une planification à moyen terme fondée sur le choix de scénarios chiffrés à partir d’hypothèses explicites puisées dans des modèles de comptabilité nationale d’inspiration keynésienne. Une mission d’étude le conduit en URSS en mai 1958, dont le compte rendu, qu’il rédige avec Simon Nora, se montre élogieux pour la planification soviétique, à l’instar d’analyses alors fréquentes, chez de nombreux économistes, sur la convergence à terme des systèmes capitaliste et socialiste (cf., infra, la figure de Nora par Claire Andrieu).

3Il contribue à promouvoir la modernisation des métiers et des méthodes de la comptabilité, qu’il s’agisse du Plan comptable ou des comptes de la nation. Ses apports théoriques et méthodologiques à la statistique lui valent, en 1961, d’être nommé directeur général de l’Insee jusqu’en 1967. Il acquiert une autorité scientifique et morale qui dépasse ses fonctions et rend compte de son rôle d’influence auprès de l’exécutif en matière de politique économique et sociale. Il transmet une note au « groupe de l’équilibre » du Plan, reprise par Michel Debré et rendue publique en mars 1961, où il défend l’idée d’une politique contractuelle des revenus, sur le modèle suédois et néerlandais, prudemment suggérée dans le texte du IVe Plan. Il s’agit de compléter les prévisions macroéconomiques à moyen terme par des engagements contractuels entre patronat et syndicats ouvriers sur une perspective fixée de croissance des revenus – notamment des salaires – parallèle à celle de la productivité. Cela combine un souci de programmation avec un grand accord social étayé par le cercle vertueux croissance-augmentation des revenus. Plusieurs inspecteurs proches de la mouvance mendésienne autour de lui (Bloch-Lainé, Jean Saint-Geours, Nora…) partagent alors son engagement en faveur de ce qui leur apparaît comme l’un des instruments permettant de bâtir, à leurs yeux, une sorte de troisième voie entre capitalisme libéral et socialisme étatique. En 1963, le Comité des Sages, désigné pour dénouer la grève des mineurs de mars, propose de nouveau une telle politique. À la suite de l’échec de la conférence des revenus, en février 1964, un rapport de Pierre Massé, (non-inspecteur et commissaire général au Plan) recommande l’organisation d’un collège permanent d’étude des revenus. Georges Pompidou charge alors un groupe, composé notamment de Gruson, d’en définir les contours, mais, en accord avec son directeur de cabinet chargé du dossier, François-Xavier Ortoli, inspecteur des Finances, il enterre immédiatement ce rapport et met ainsi fin au projet. La rivalité entre les deux inspecteurs se poursuit en janvier 1966, lorsque Gruson se déclare candidat pour succéder à Pierre Massé au poste de commissaire général au Plan, mais se voit ­préférer Ortoli.

4Dix années plus tard, dans ses mémoires dialogués, Gruson, voit dans l’événement un infléchissement majeur, consistant à soumettre le dispositif de la planification « à des impératifs politiques » et à entrer ainsi dans « […] une ère administrative nouvelle, l’ère des fonctionnaires étroitement dépendants du pouvoir politique et, par conséquent, sans possibilité de ­création ». Il ajoute :

5« Les fonctionnaires de ma génération, celle de Bloch-Lainé, n’étaient pas des hommes politiques au sens précis du mot ; mais étant dans leur métier pour la vie – c’est la caractéristique de la fonction publique française – ils étaient portés à avoir des vues longues, du moins des vues sans horizon très limité » (Programmer ­l’espérance…, 1976, p. 118).

6Plus largement, c’est le contenu même du Plan qui s’infléchit aussi alors de manière nette dans un sens libéral, à l’intérieur et à l’extérieur, et perd désormais de son influence sur la politique économique effective.

7En 1967, Gruson quitte alors la fonction publique pour rejoindre la Compagnie bancaire, dirigée par son camarade Jacques de Fouchier, tout en participant à de nombreuses sociétés et groupements scientifiques et en présidant la Société de statistique de Paris et le BIPE (Bureau d’information et de prévisions économiques). Il préside en outre pendant dix ans la commission économique et sociale de la Fédération protestante et intervient périodiquement dans le débat public, en particulier dans ses chroniques régulières de la Revue politique et parlementaire. Dans la livraison d’avril 1994, il persiste à y défendre la « logique du Plan », nécessaire pour ce qu’il nomme les « structures lourdes », pour lesquelles les décisions qui les créent ou les affectent « ne sont pas éclairées par le marché ». Un ultime ouvrage posthume, au titre significatif, Propos d’un opposant obstiné au libéralisme mondial (1990-2000), rassemble les chroniques de la dernière décennie avant sa disparition, en guise de testament intellectuel.

Bibliographie

Terray Aude, Des francs-tireurs aux experts : l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances, 1948-1968, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 683 p.

Quennouëlle-Corre Laure, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p.

Desrosières Alain, Mairesse Jacques et Volle Michel, « Les temps forts de la statistique française depuis un siècle », dans Pour une histoire de la statistique, Paris, Insee-Économica, 1987, t. I, p. 509-517.

Fourquet François (entretiens recueillis et présentés par), Les comptes de la puissance. Histoire de la Comptabilité nationale et du Plan, Paris, Encres-Recherches, 1980, 462 p.

Sources

Entretiens de Claude Gruson avec Aude Terray, 1989, 24 h 30, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search