Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Jacques Brunet (1901-1990)

Michel Margairaz

Texte intégral

1Jacques Brunet, issu d’une famille parisienne de juristes, entré à l’Inspection en 1924, amorce sa carrière hors des cadres, d’abord au cabinet de Raymond Poincaré, ministre des Finances lors de la dévaluation du franc, puis de son successeur, Henry Chéron. Celui-ci le nomme, en 1929, à la Comptabilité publique, qu’il finit par diriger de 1935 à la défaite de 1940. Nommé responsable de la (nouvelle) direction du Trésor par son camarade et ministre Bouthillier sous le gouvernement Laval en septembre 1940, il y demeure pendant toute l’Occupation. Après février 1943, il assure en outre les fonctions de secrétaire général du ministère au départ d’Henri Deroy. Il a notamment pour tâche de faire fonctionner le « circuit » et d’alimenter, avec la coopération des banques et les avances de la Banque de France, la trésorerie par des emprunts à court terme pour faire face aux charges tributaires, notamment, des « frais d’occupation » payés à l’Allemagne. Lors des arrestations collectives d’août 1943, il est brièvement détenu par les Allemands, puis libéré sur intervention du ministre Pierre Cathala. En août 1944, Guillaume Guindey, venant d’Alger, François Bloch-Lainé et Pierre Calvet, au cabinet d’Emmanuel Mönick, se portent garants pour lui. Ils lui avaient d’ailleurs fait passer, à partir de la fin de 1943, des textes reçus d’Alger.

2De ce fait, il conserve son poste de directeur du Trésor, où il contribue à mettre en œuvre, avec la collaboration de la Banque de France, de la Caisse des dépôts et du Crédit national, les crédits à moyen terme mobilisables (cf., supra, notre article précédent). Il y demeure jusqu’en 1946, où, à l’heure du tripartisme (PC, SFIO, MRP), il est éloigné et placé à la direction générale de la Banque d’Algérie et de la Tunisie jusqu’en 1949. Alors que le gouvernement glisse vers les franges modérées de la Troisième Force, il succède à Wilfrid Baumgartner en qualité de président directeur général du Crédit national. Il y reste dix ans et y poursuit la tâche d’équipement en vue de la Reconstruction. En 1960, Baumgartner, devenu ministre, le choisit de préférence à Bloch-Lainé, voire à Pierre-Paul Schweitzer, pour lui succéder en qualité de gouverneur de la Banque de France, poste qu’il conserve de 1960 à 1969.

3Il montre peu d’empressement à moderniser l’institut d’émission en banque centrale moderne, à soutenir la libéralisation du système bancaire, comme l’y poussent les mesures Michel Debré-Jean-Yves Haberer de 1966-1967, et à unifier le marché monétaire. Il demeure notamment fidèle à la pratique traditionnelle de l’escompte et échoue, devant la résistance du personnel de la Banque en mai-juin 1968, à réduire le nombre de succursales, comme le projet en a été lancé par lui, en 1967, et par son camarade André de Lattre, second sous-gouverneur. Ébranlé comme d’autres dirigeants par la grève de 1968 et les turbulences monétaires qui s’ensuivent, il est quelque peu mis en marge par son camarade Maurice Couve de Murville, alors Premier ministre, qui confie à l’un de ses proches, diplomate et non-inspecteur, Olivier Wormser, un important rapport sur le système de crédit. Le rapport sur le marché monétaire et les conditions du crédit est appelé souvent rapport Marjolin-Sadrin-Wormser (ou rapport MSW), du nom des deux autres rédacteurs, également non-inspecteurs, qui lui ont été adjoints. Il y est envisagé une libéralisation et une unification du marché monétaire, notamment par la généralisation de la pratique de l’open market (adoptée brièvement sur le papier en France en 1938), mettant ainsi fin à plusieurs décennies de politique d’escompte de la Banque. La livraison du rapport en avril 1969, moment où le général de Gaulle démissionne, fournit l’occasion et le prétexte pour remplacer Brunet par Wormser comme gouverneur, afin qu’il mette ce rapport en musique. Mais la crise du système international, en 1971, en retarde l’application. Brunet prend sa retraite et pantoufle alors à la tête de plusieurs sociétés d’industrie chimique.

4Brunet fournit un exemple souvent cité de haut fonctionnaire qui mène une carrière brillante tout en restant à son poste pendant toute l’Occupation. Il fait partie de « ceux qui ont vécu », traversant quasiment sans encombre les années de l’Occupation et de la Libération, si ce n’est un court exil à la Banque d’Algérie. « Personnalité irréprochable, prouvant qu’on pouvait assurer la continuité du service public… », tel est le portrait dressé un demi-siècle plus tard par Claude Gruson et Bloch-Lainé dans leurs souvenirs croisés (Hauts fonctionnaires sous l’Occupation…, p. 97). De sensibilité conservatrice et financièrement orthodoxe, il s’accommode ensuite d’une politique dirigiste et planificatrice après la guerre, que ce soit à la tête du Crédit national, de la Banque de France et à la Commission de financement du Plan. Mais il ne se rallie pas à la dynamique de modernisation financière et monétaire tentée à la fin des années soixante, moment d’ailleurs où la plupart de ceux en responsabilité de la politique économique et financière qui ont traversé la tourmente des années noires cèdent la place.

Bibliographie

Feiertag Olivier, Wilfrid Baumgartner, un grand commis des Finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p.

Sources

Entretien biographique de Jacques Brunet avec A. de Castelnau, 1988, 13 h 30, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE.

Archives de la Banque de France, dossier J. Brunet.

Lattre André (de), Servir aux Finances, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999, 423 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540