Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Wilfrid Baumgartner (1902-1978)

Un grand commis en République

Olivier Feiertag

Texte intégral

1Wilfrid Baumgartner incarne une page d’histoire de l’Inspection des Finances et aussi toute une page de l’histoire de la France. Né en 1902, il garde sa vie durant la mémoire, embellie par les souvenirs de l’enfance, de l’étalon-or de l’avant-1914, « quand le journal et le croissant coûtait cinq centimes ». Au lendemain de la Grande Guerre, il poursuit des études de droit jusqu’au doctorat (sur le Rentenmark) et prépare le concours de l’Inspection. Sa devise sur sa copie proclame Custodian – ce qui signifie à la fois le gardien et le dépositaire –, alors que le système financier français fait le double apprentissage de l’inflation et de la crise de change. Reçu major en 1925, il est assez vite appelé à quitter les trains de nuit et les auberges rurales de la tournée pour se rapprocher du soleil du ministère des Finances. Il amorce le cursus honorum de la « jeune école du Trésor » en 1927, juste à temps pour prêter la dernière main au calcul du taux de stabilisation du franc par Poincaré aux quatre cinquièmes de sa valeur or d’avant-guerre.

2Ces années de formation, comme pour toute sa génération née avec le siècle, sont cruciales. Elles placent la carrière de Baumgartner sous le signe ambigu de la crise et de la conservation d’un système financier et politique, deux versants d’une même réalité, inséparable du modèle républicain français. Nommé en 1935, à 32 ans, directeur du Mouvement général des fonds (MGF), il endosse tour à tour la déflation sous Pierre Laval et la dévaluation décidée par Léon Blum. Cette continuité du grand commis, dénoncée par Gringoire comme par Carrefour, est aussi celle de l’État et du crédit attaché à sa signature sur les marchés de l’argent, en France comme à l’étranger.

3Baumgartner n’est pas un homme d’État, mais il est assurément un homme de l’État. À la présidence du Crédit national de 1936 à 1949, sous trois régimes politiques différents, Vichy compris, il illustre la mixité du système financier français au xxe siècle, entre l’État et le marché. Gouverneur de la Banque de France de 1949 à 1960, il lui revient, au lendemain de la nationalisation de l’institut d’émission, le 2 décembre 1945, de fixer progressivement la pratique d’un central banking à la française. Il parvient à concilier le pouvoir de « ces deux moitiés de Dieu », le Pape et l’Empereur, formule qu’il emprunte à Victor Hugo qu’il admire, pour exposer à la première séance du conseil général qu’il préside le 20 janvier 1949 comment la politique monétaire doit, selon lui, tenir compte « du possible et du souhaitable ».

4La nomination comme gouverneur de la Banque de France de l’ancien directeur du Trésor et de l’ancien président du Crédit national inaugure une trajectoire administrative destinée à perdurer. L’épisode de la lettre de remontrance écrite à Edgar Faure le 29 février 1952, par lequel Baumgartner entre dans la chronique de la France contemporaine, ne se comprend pas autrement : « C’est le sentiment profond du conseil général que l’État, comme les particuliers, vivent au-dessus de leurs moyens ». Rendue publique, lue jusqu’au Congrès américain, suspicieux du bien-fondé de l’aide des États-Unis à la France impécunieuse, la lettre du gouverneur prend place dans la dramaturgie de la crise de trésorerie de l’État, qui marque toute la vie ­politique de la IVe République. La ­dépendance de la Banque de France — le gouverneur l’explique à son conseil, pas toujours aussi conciliant qu’on le dit — met aussi la Banque en position d’infléchir la politique financière de l’intérieur de l’État : la dépendance entre la banque d’émission et le Trésor est, historiquement, rarement à sens unique. Cet arrangement institutionnel, que Baumgartner – premier gouverneur nommé à la tête de la Banque de France une fois nationalisée – expérimente, garantit, au bout du compte, le financement de la reconstruction et de la croissance sans précédent des Trente Glorieuses. Il aboutit à placer l’économie (et la société) française « sous la tente à oxygène » d’une inflation contrôlée, mais le malade – grâce, ou en dépit de l’inflation – a survécu.

5Banquier conciliant du Trésor, le gouverneur est tout autant le banquier en premier ressort des banques. C’est le sens du mécanisme du crédit à moyen terme mobilisable, dont Baumgartner est sans conteste, dans les années quarante, l’un des pères putatifs, avec ces deux autres mages de l’Inspection, Henri Deroy et Jacques Brunet. Les banques françaises sont depuis longtemps réticentes à financer l’investissement productif des entreprises par des crédits longs qui leur font courir le risque d’immobiliser les ressources courtes des dépôts à vue qu’elles concentrent. Baumgartner, dès 1940, leur offre l’assurance de toujours trouver, auprès du Crédit national et même, à partir de 1944, de la Banque de France, la faculté de « mobiliser » leurs effets de crédit à moyen terme, c’est-à-dire de les échanger, moyennant un taux d’escompte préférentiel, contre des liquidités. La formule, qui ne coûte pas cher aux banques, fait florès : elle contribue de manière décisive au financement de la reconstruction, notamment au profit des grandes entreprises nationalisées. Elle assure largement, à partir de 1950, le financement de l’effort de construction de logements sans précédent, qui permet à la société française de sortir enfin de la crise du logement chronique qu’elle connaît depuis au moins la fin du xixe siècle. Elle fonde, enfin, le financement des exportations françaises, dont la croissance continue depuis 1955 accompagne l’ouverture inexorable de l’économie française sur le reste de l’Europe et du monde. Le bilan des crédits à moyen terme mobilisables n’est pas mince. Il figure à l’actif de Baumgartner, mais aussi à son passif : il a assurément sa part dans l’inflation française chronique de l’après-guerre, comme l’a très tôt diagnostiqué Per Jacobson, le directeur du Fonds monétaire international, en consultation à Paris à l’automne 1957, au moment d’une des plus graves crises de la balance des paiements de la France.

6La position éminente de Baumgartner, à la croisée de l’État et du marché, mais aussi à l’intersection du système financier national et des bailleurs de fonds étrangers, explique que le général de Gaulle, engagé à partir de 1958 dans la fondation de la Ve République, ait décidé de nommer, en 1960, le prestigieux gouverneur de la Banque de France – fait unique dans les annales de l’institut d’émission – ministre de l’Économie et des Finances, malgré les réticences marquées de l’intéressé, qui préférait conserver le réel pouvoir d’influence acquis rue de La Vrillière et se savait peu fait pour la charge de travail quotidienne qui est celle du titulaire de la rue de Rivoli. « Mais vous n’êtes plus gouverneur de la Banque de France », lui aurait rétorqué, impavide, le Général.

7De fait, l’expérience ministérielle de Baumgartner n’est pas un complet succès. Sur le front des finances extérieures, favorisé par le retour des capitaux à compter de 1958 et bénéficiant encore de l’aura et du réseau d’influence du banquier central, il mène avec brio les négociations qui aboutissent, le 10 janvier 1962 à Paris, à la signature des accords généraux d’emprunts par les dix pays les plus avancés du monde. C’est la naissance du G10. C’est aussi la première manifestation d’une identité monétaire de la CEE dans le contexte nouveau de la première remise en cause de l’hégémonie du dollar au sein du système monétaire international de Bretton Woods. Sur le front intérieur, en revanche, contre la reprise de l’inflation ou pour la réforme de la fiscalité, son action est beaucoup plus réduite, contrariée par le poids des réseaux multiples qu’il a tissés depuis les années trente dans les milieux de la banque et de l’industrie et qui amoindrissent sa marge de manœuvre : c’est-à-dire son pouvoir de dire : « non ». Surtout, le style du grand commis de l’État, forgé de la IIIe à la IVe République, semble moins bien adapté à la politisation rapide du pouvoir administratif sous la Ve République. Son remplacement par Valéry Giscard d’Estaing, autre inspecteur ministre, en janvier 1962, en est la plus claire indication.

8Ce bilan en demi-teinte indique qu’au début des années soixante, déjà, la page commençait à se tourner. La nomination de Baumgartner comme P.-D.G. de Rhône-Poulenc en 1963 et son rôle controversé à la tête du premier groupe industriel privé de France jusqu’en 1973 le confirment. Son pantouflage – tardif – s’inscrit bien entendu dans cet apogée de la politique industrielle à la française que constitue le moment Pompidou, à la charnière des années soixante et soixante-dix. L’absorption de Progil et la fusion avec Pechiney-Saint-Gobain en 1969, marquant la naissance d’un incontestable champion national de la chimie, l’illustrent. Pourtant, les archives disponibles ne livrent pas la preuve que l’initiative directe de ce mécano industriel revient effectivement à l’État. Pas plus qu’elles ne montrent qu’en cette occasion, Baum­gartner aurait été la courroie de transmission d’une politique de concentration décidée en haut lieu. Le dirigisme de l’État en France s’est plus sûrement exercé par la médiation du système financier. Le rôle de Baumgart­ner à la tête de Rhône-Poulenc SA le montre. Sous sa présidence, le groupe industriel connaît une indéniable financiarisation qui se traduit d’abord par sa restructuration profonde sous la forme d’un holding doté, pour la première fois, d’un bilan consolidé à l’échelle de tout le groupe. Mais cette évolution se traduit surtout par la transformation de la politique de financement de Rhône-Poulenc, marquée par l’alourdissement croissant de ses ratios d’endettement et le recours majoritaire au crédit bancaire. Ces logiques d’économie d’endettement fragilisent le groupe alors que la conjoncture se retourne, en 1973, au moment aussi où Baumgartner, atteint par la limite d’âge, doit passer la main.

9La position de Baumgartner au sein de l’Inspection des Finances est très tôt et longtemps apparue exemplaire. Car sa trajectoire, des années vingt aux années soixante-dix, est inséparable d’un certain modèle de gouvernement politique et économique. Entre archaïsme et modernité, État et marché, ouverture et fermeture sur le reste du monde, le cas Baumgartner ne renvoie-t-il pas, en dernière analyse, à la réalité historique du modèle républicain français au xxe siècle, de son apogée comme de son épuisement ?

Bibliographie

Feiertag Olivier, Wilfrid Baumgartner, un grand commis des Finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p.

Sources

Centre d’histoire de Sciences Po, archives Wilfrid Baumgartner.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540