Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Yves Bouthillier (1901-1977)

Le ministre de Vichy

Michel Margairaz

Texte intégral

1Fils d’un armateur de Saint-Martin-de-Ré, Yves Bouthillier doit les débuts de sa carrière, commencée en 1927 à l’Inspection, à la protection de François Piétri et surtout de Louis ­Germain-Martin, économiste et homme politique conservateur, dont il est à plusieurs reprises, entre 1930 et 1935, le chef (ou l’adjoint) de cabinet au Budget et aux Finances. À 31 ans, il occupe le poste convoité de directeur du Contrôle des administrations financières et des dépenses engagées, puis de directeur du Budget en 1935. Véritable maître d’œuvre des décrets-lois déflationnistes de Pierre Laval en juin-octobre 1935, il exerce une influence croissante rue de Rivoli, bien qu’il n’appartienne pas au Mouvement général des fonds. Écarté de son poste par Vincent Auriol dès le 4 juin 1936, du fait de son hostilité manifeste au Front populaire – il aurait, selon Gaston Cusin, supplié alors le ministre socialiste de le laisser en place –, il est relégué à l’« obscur service » (Paul Reynaud) de la direction des finances de la Seine et de la Ville de Paris jusqu’en 1938. Avec l’introduction de ministres de droite dans le gouvernement d’Édouard Daladier et l’arrivée de Paul Reynaud rue de Rivoli, en novembre 1938, il est rappelé comme secrétaire général du ministère. Alors que s’annonce la débâcle, lors du remaniement du 5 juin 1940, Paul Reynaud, devenu président du Conseil depuis mars, le promeut au rang de ministre des Finances, sans savoir qu’il introduit là le loup dans la bergerie. Bouthillier trahit en effet la confiance qu’il lui a témoignée en se ralliant ouvertement au maréchal Pétain et aux partisans de l’armistice, contre la politique de fermeté. « Pouvais-je m’attendre à le voir se prononcer pour l’armistice, devenir ministre des Finances de Vichy et, en cette qualité, demander que je sois poursuivi comme chef des bellicistes ? », s’étonne encore Paul Reynaud dans ses Mémoires (t. II, Envers et contre tous…, p. 387). Cela lui vaut sans doute d’être l’inamovible ministre des Finances dans les ­gouvernements de Pétain, Laval, Pierre-Étienne Flandin, puis de l’amiral Darlan, de juin 1940 à avril 1942.

2Il met en œuvre la « politique du circuit » afin de faire refluer vers le Trésor par l’emprunt les francs émis pour les charges de l’Occupation. Il fait adopter la « loi » des 13 et 14 juin 1941, qui réglemente fortement l’organisation bancaire. Il profite de l’absence de débouchés de l’épargne pour réduire les taux d’intérêt à un niveau dérisoire et pour opérer la conversion d’emprunts antérieurs, qui apparaît abusive du fait que la dépréciation du franc est quasi inévitable. Plus largement, il est l’un des principaux concepteurs et des promoteurs de la collaboration financière et monétaire d’État, dans la perspective « […] d’une négociation d’ensemble qui nous eût permis […] d’obtenir d’utiles concessions allemandes » (Mémoires, II, p. 111). En janvier 1942, il écrit cependant encore au ministre des Finances du Reich qu’il n’envisage pas les frais d’occupation sous leur seul angle financier, parce qu’il est « partisan convaincu d’une réconciliation entre [nos] deux pays… ». En vain. Et lors de l’invasion de la zone sud, le tribut, abaissé à 300 millions de francs en mai 1941, s’élève de nouveau à 500 millions de francs journaliers.

3Dans ses Mémoires, publiés en 1950-1951, ­Bouthillier persiste et signe, non sans sophismes : « L’argumentation était d’enserrer le Reich dans une contradiction : il ne pouvait à la fois ruiner l’économie française et prétendre à l’employer dans son effort financier et militaire […] le dépassement de l’armistice est la grande revanche de la France du désastre de 1940 » (ibid., p. 90 et 131).

4Mais alors que la principale justification de ­l’armistice est de sortir la France du conflit, celle-ci subit les ponctions multiples de ­l’Allemagne dans la perspective de son effort de guerre, sans obtenir de véritables concessions durables. Adepte des principes de la Révolution nationale, Bouthillier apparaît également comme l’un des proches du Maréchal. Il apporte son concours actif à Pétain lorsque celui-ci démet brutalement Pierre Laval de ses fonctions de vice-président du gouvernement et le fait arrêter le 13 décembre 1940. Il fait preuve d’un réel sectarisme et écarte ceux qui s’opposent à son autorité. Il élimine Jacques Rueff du gouvernement de la Banque de France en faisant falsifier le décret du Maréchal qui lui permet, en dépit de l’adoption du « statut » des juifs, de demeurer sous-gouverneur et de rester à l’Inspection. Il écarte aussi Pierre-Eugène Fournier de son poste de gouverneur de la Banque, en août 1940, au profit de Boisanger (tous deux inspecteurs). François Bloch-Lainé et Claude Gruson s’accordent, cinquante ans après l’événement, à déplorer « le côté cafard et réactionnaire » du personnage et à rappeler l’antipathie qu’il suscitait chez d’autres inspecteurs du ministère, notamment autour de Jacques Brunet. En outre, Bouthillier reprend en main le ministère et élargit ses compétences. Il démembre le Mouvement général des fonds entre la direction du Trésor et celle des Finances extérieures, confiées à deux inspecteurs, J. ­Brunet et Maurice Couve de Murville. Il importe respectivement du ministère du Travail et du Quai d’Orsay la direction des Assurances et celle du Commerce extérieur. Il adjoint aux directions financières un secrétariat général aux questions économiques, qui coiffe de nouvelles directions économiques chargées en particulier du contrôle des prix et des quantités. Il amorce la fusion entre l’Inspection et la Cour des comptes en regroupant les deux concours et en nommant premier président de la Cour le chef du Service, Jean-Marcel Drouineau, auquel il confie la présidence du comité budgétaire, sans parvenir à atteindre ses objectifs. En avril 1942, Pierre Laval, revenu à la tête du gouvernement avec le soutien allemand, prend sa revanche et l’écarte du pouvoir. Bouthillier est nommé peu après procureur général à la Cour des comptes, où il adopte des positions contraires à celles qu’il a prises comme ministre, notamment sur le rapport public, qu’il a supprimé en 1940 (Jean-François Potton). Il est arrêté en janvier 1944 par les Allemands et rejoint le groupe des otages de Vichy détenus à Planzee jusqu’à la fin du conflit.

5Il est libéré en mai 1945, mais, suspendu de ses fonctions et remis à la disposition de l’Inspection dès octobre 1944, il est révoqué sans pension par René Pleven. Parallèlement, il est condamné par la Haute Cour de justice à trois ans de prison et à la dégradation nationale à vie en 1947. Il bénéficie de l’amnistie du 15 avril 1954. Ayant engagé une procédure de recours dès décembre 1944, puis en 1957, contre son arrêté de révocation pour vice de procédure, il obtient satisfaction le 27 mai 1959, pour être mis aussitôt à la retraite au titre de la Cour des comptes. Il ne réintègre l’annuaire des inspecteurs des Finances qu’en 1967. À sa sortie de prison, il préside différentes sociétés privées, en particulier dans le groupe Dassault. À partir de 1959, il est continûment réélu maire de ­Saint-Martin-de-Ré jusqu’en 1972.

6Sans être passé par le Mouvement général des fonds, Bouthillier incarne bien l’une des facettes de l’Inspection des années 1930-1940, où une brillante carrière est souvent suspendue au soutien des hommes politiques servis à ses débuts. Mais il franchit un cran supplémentaire dans le cursus honorum en couronnant sa carrière administrative par la satisfaction, dans une conjoncture critique, de l’ambition de hautes responsabilités politiques. Evincé en avril 1942, il ne participe pas à l’aggravation du tour discriminatoire, répressif et criminel des deux dernières années du gouvernement Laval. Mais son ambition d’accéder au poste de ministre, ainsi que sa rancœur à l’égard de la gauche pour l’avoir écarté en 1936 se paient toutefois du (double) prix de la trahison à l’égard de celui qui l’a promu et, plus largement, du sacrifice de la République et de l’acceptation des traits les plus noirs d’un régime d’exception sous la domination de l’occupant.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Potton Jean-François, La Cour des comptes pendant les années noires, 1939-1945, Paris, La ­Documentation française, 2011, 169 p.

Margairaz Michel (dir.), Banques, Banque de France et Seconde Guerre mondiale, Paris, Albin Michel-Mission historique de la Banque de France, 2002, 202 p.

Baruch Marc Olivier, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

Margairaz Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, préface de François Bloch-Lainé, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. 

Andrieu Claire, La Banque sous l’Occupation. Paradoxes de l’histoire d’une profession, 1936-1946, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991, 331 p.

Sources

Bouthillier Yves, Le drame de Vichy, t. I : Face à l’ennemi, face à l’allié, t. II : Finances sous la contrainte, Paris, Plon, 1950-1951, 2 vol. 

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540