Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Yves Bréart de Boisanger (1896-1976)

Les deux formes de collaboration financière et monétaire d’État

Michel Margairaz

Texte intégral

1Engagé volontaire en 1916, Yves de Boisanger, issu d’une famille d’officiers et propriétaires fonciers, se trouve affecté au ministère des Finances en 1919 avant d’entrer à l’Inspection l’année suivante. Chargé de mission au cabinet de Georges Bonnet dès 1925, il apparaît comme son protégé, au point d’être nommé chef de son cabinet dans les différents ministères successivement occupés par le dirigeant radical conservateur (au Commerce et à l’Industrie, puis aux PTT en 1930-1931, aux Travaux publics en 1932, et aux Finances en 1933-1934). Nommé par son patron à la tête de la puissante direction du Mouvement général des fonds en 1934, il en est vite écarté par Louis Germain-Martin pour la plus modeste direction générale des Contributions indirectes le 2 janvier 1935. En juin 1937, Bonnet tire immédiatement profit de la chute de Léon Blum pour revenir de son exil (relatif) à l’ambassade de Washington, se fait nommer ministre des Finances du gouvernement Camille Chautemps et fait de Boisanger son chef de cabinet. Et peu après, le 20 juillet 1937, après avoir écarté le gouverneur de la Banque de France Émile Labeyrie (issu de la Cour des comptes et proche des socialistes) et l’avoir remplacé par Pierre-Eugène Fournier, Bonnet nomme Boisanger deuxième sous-gouverneur et, trois mois plus tard, premier sous-gouverneur. Lors de la « drôle de guerre », il contribue à faire fonctionner le contrôle des changes et au moment de la débâcle militaire, doit veiller à éviter une crise bancaire et monétaire. Il poursuit son ascension le 31 août 1940 en remplaçant, à la tête de la Banque, Fournier, que ­Bouthillier conduit à démissionner.

2On a pu établir ailleurs que Boisanger incarne, de 1940 à 1944, avec d’autres inspecteurs des Finances, deux formes distinctes mais complémentaires de collaboration avec l’occupant. D’abord, il est l’un des principaux artisans de la collaboration monétaire et financière d’État, ­composante essentielle de la collaboration d’État, décidée au plus haut niveau du gouvernement, et ceci à travers les deux fonctions qu’il exerce simultanément pendant les quatre années. En premier lieu, en qualité de gouverneur de la Banque de France, Boisanger est conduit à faire voter les demandes successives d’avances « provisoires » de la Banque au Trésor au sein du conseil général de la Banque, où, à la suite de la réforme de sa composition, le 24 novembre 1940, les hauts fonctionnaires, et, parmi eux, les inspecteurs des Finances, occupent la plupart des sièges : Henri Deroy, Jacques Brunet, Wilfrid Baumgartner, Roger Guérin. Il consent, non sans inquiétude pour la solidité du franc, à faire approuver à plusieurs reprises le vote des avances – nécessaires au paiement des « dépenses d’occupation » –, face à l’insistance du gouvernement de Pierre Laval, puis de celui de l’amiral Darlan. Dans sa seconde fonction, Boisanger est bien davantage qu’un exécutant technique car à partir du 12 septembre 1940, il préside la délégation française pour les questions économiques auprès de la délégation allemande d’armistice à Wiesbaden – ou Commission d’armistice, présidée par Richard-Hans Hemmen –, avec rang de ministre, à des fins de protection. Il procède, à l’automne 1940, à la cession en faveur de l’occupant de l’or belge et des actions des mines de Bor, appliquant en l’espèce une décision unilatérale de la collaboration d’État élaborée par Pierre Laval, qui n’obtient rien en retour. Il parvient ensuite, pour dix-huit mois – de mai 1941 à novembre 1942 –, à négocier un abaissement du montant des « frais d’occupation » de 400 à 300 millions de francs journaliers, contre la cession de valeurs et de participations françaises, opération mal acceptée par Maurice Couve de Murville et les ­inspecteurs de la direction des Finances extérieures, qui se résignent mieux à l’affaiblissement du franc qu’à la dilapidation de ­capitaux français.

3Mais après avril et, a fortiori, après novembre 1942, la perspective d’une « négociation d’ensemble » s’éloigne définitivement et la commission de Wiesbaden perd toute autorité car Pierre Laval veut concentrer sous sa seule responsabilité toutes les décisions relatives aux relations avec l’occupant, qui alourdit le tribut à 500 millions de francs journaliers en décembre 1942. Sans illusion désormais sur les possibilités d’obtenir un allégement du fardeau financier, Boisanger souligne, le 21 janvier 1943, lors de la session du conseil général de la Banque de France, la situation, qu’on pourrait, à l’instar des psychanalystes, qualifier d’injonction paradoxale, devant laquelle se trouve placé le conseil général, invité « à se décider non plus pour des raisons techniques, mais pour des motifs politiques [qu’il n’a] ni les moyens ni le droit de juger ». Cela n’empêche pas, toutefois, les conseillers dans leur majorité – il est indiqué dans le procès-verbal qu’on a, pour la première fois depuis 134 ans, procédé à un scrutin secret ! – de voter, contre l’avis de Boisanger, toutes les avances demandées par le gouvernement, et ceci à cinq reprises jusqu’à la Libération.

4Boisanger met également en pratique une seconde forme de collaboration, la collaboration monétaire technique au jour le jour, où les autorités monétaires françaises essaient de ­définir un modus vivendi avec les représentants des autorités allemandes en France, tels que Hemmen à Wiesbaden, puis à Paris, ou encore Carl Schaefer, commissaire allemand auprès de la Banque de France. Leur intérêt bien compris consiste à tirer le maximum de ressources financières de la France occupée pour l’effort de guerre allemand – celles-ci représentent effectivement, au total, environ 40 % de tous les prélèvements opérés sur les pays occupés –, sans toutefois détruire totalement la monnaie française, d’où des accommodements réciproques et même l’une des rares vraies concessions de Berlin avec la baisse, certes très provisoire, des frais d’occupation. Signe que cette collaboration, naturellement partielle et dissymétrique, elle, n’était pas – de manière éphémère – totalement illusoire. Cela rend aussi compte, sans doute, du fait que le gouverneur a conscience d’avoir fait son devoir. Boisanger poursuit par ailleurs, au sein de la Banque, le mouvement de réformes amorcé par Jean Tannery (non-inspecteur) en 1935, tout particulièrement avec la nouvelle organisation bancaire issue de la loi du 13 juin 1941, qui conforte le rôle de contrôle de la Banque sur le système bancaire et financier, et aussi le cheminement des études internes à la Banque sur les réformes du financement, qui débouchent sur une importante séance du conseil général le 27 avril 1944, date où est entérinée la mise en place des crédits à moyen terme mobilisables, défendus par Baumgartner au Crédit national, avant son arrestation en août 1943, et impliquant également Deroy et la Caisse des dépôts, qui joueront un rôle majeur dans l’amorce et l’accompagnement de la Reconstruction.

5Cependant, dans le contexte politique tendu de la Libération, Emmanuel Mönick, en qualité de secrétaire général provisoire aux Finances, décide la suspension de Boisanger dès le 22 août 1944, confirmée par un arrêté du 6 novembre 1944, puis par un décret du 9 décembre 1944 signé de René Pleven, qui y définit la sanction définitive : une révocation sans pension à la fois de son mandat de gouverneur et de son appartenance à l’Inspection des Finances, parallèlement à l’ouverture d’une information auprès du tribunal de la Seine, près la Cour de justice de la Seine, pour « atteinte à la sécurité extérieure de l’État ». Boisanger s’engage alors le 27 mars 1945 comme officier d’état-major auprès d’un groupement d’artillerie lourde jusqu’au 11 avril 1946, actions qui lui valent la croix de guerre. En novembre 1945, il entame un recours et une assignation devant le Conseil d’État pour vice de procédure, qui sont rejetés, la procédure, dans son cas, ayant été respectée. L’ex-gouverneur entre alors en qualité d’administrateur dans plusieurs grandes sociétés industrielles, telles que Simca, la Société de constructions des Batignolles, la Société générale foncière, ainsi que comme P.-D.G. de la Compagnie équatoriale des Mines. En 1955, il s’attelle alors à réunir un dossier composé de quarante-trois pièces, qui nourrit son pourvoi pour excès de pouvoir, sur le fond cette fois. Le 12 juillet 1956, le Conseil d’État, sous la présidence de René Cassin, annule le décret de révocation ainsi que la décision de refuser le traitement, car « les faits sur lesquels reposait le décret ont été reconnus matériellement inexacts ». Un décret du 19 avril 1957 réintègre Boisanger dans les cadres de l’Inspection générale des Finances à compter… du 22 août 1944 et le met d’office à la retraite, sans lui accorder l’honorariat ! Ce qu’il refuse. Et c’est encore Georges Bonnet qui intervient pour obtenir du ministre la satisfaction du recours gracieux, dont Boisanger l’a saisi. Enfin, le 3 avril 1958, un décret le nomme gouverneur honoraire de la Banque de France et inspecteur général des Finances honoraire.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Margairaz Michel, « Les gouverneurs dans la tourmente 1935-1944. Une mutation de la Banque de France peut en cacher une autre », dans Feiertag ­Olivier et Lespinet-Moret Isabelle (éd.), L’économie faite homme. Hommage à Alain Plessis, Genève, Droz, 2010, p. 113-134.

Margairaz Michel (dir.), Banques, Banque de France et Seconde Guerre mondiale, Paris, Albin Michel-Mission historique de la Banque de France, 2002, 202 p.

Andrieu Claire, La Banque sous l’Occupation. Paradoxes de l’histoire d’une profession, 1936-1946, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991, 331 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search