Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Emmanuel Mönick (1893-1983)

L’influence d’un attaché financier dans les années trente

Nathalie Carré de Malberg

Texte intégral

1Indiscutablement, la carrière d’Emmanuel Mönick est un bel exemple de ces carrières triomphantes que connaissent certains inspecteurs des Finances au xxe siècle. Mais elle illustre aussi, et c’est plus rare, le rôle personnel et décisif, dans les années trente, d’un homme exerçant des fonctions, somme toute secondaires, d’attaché financier. Ce sont bien ses capacités d’analyse, d’une rare lucidité, hors du conformisme de ses camarades, et les moyens qu’il a su mobiliser pour « faire prévaloir la solution de raison », pour reprendre les mots de Wilfrid Baumgartner, son successeur à la Banque de France en 1949, qui rendent compte de son parcours. À trois reprises, en 1932 et en 1935-1936, comme attaché financier, puis en 1940-1941 au Maroc, et avant même de prendre provisoirement la tête du ministère, à la Libération, puis de la Banque de France et enfin de Paribas, Mönick a influencé le cours de l’histoire.

2Pourtant, contrairement à d’autres, il n’a pas suivi les voix royales de la prestigieuse direction du Mouvement général des fonds (Trésor) ni de la direction du cabinet du ministre. Bien au contraire. Et rien ne prédispose le jeune licencié ès lettres et en droit, diplômé de Sciences Po, fils d’un rentier de province, débarqué à Paris dans une pension de famille, reçu au concours de 1920 17e sur 17 à sa deuxième tentative, à exercer un rôle majeur. Pas d’atout hérité en effet chez lui, mais en revanche, l’expérience douloureuse de quatre années de guerre sur le front, qu’il a commencée comme engagé volontaire et qu’il termine comme capitaine, décoré de la Légion d’honneur, de la croix de guerre, avec cinq palmes et deux étoiles. De cette expérience, dit-il en 1970 dans un chapitre très émouvant de son Pour mémoire, il a alors appris à ne pas « fléchir » devant le devoir et ses responsabilités. Contrairement à bien d’autres, il ne parvient pas, pendant huit ans, à sortir de la tournée et ce n’est qu’en 1930 qu’il profite de son poste d’observation de chef-adjoint du Service pour saisir l’occasion de succéder à son camarade Robert Lacour-Gayet, attaché financier aux États-Unis.

3À New York, Mönick mène une politique particulièrement heureuse. Il est rapidement – le terrain a été bien préparé par Lacour-Gayet – en excellents termes avec les banquiers et l’administration d’Herbert Hoover, puis de Franklin Roosevelt. Il encourage avec succès le gouvernement d’Édouard Herriot, lors du moratoire Hoover, à régler l’annuité de la dette française qui vient à échéance en 1932, car il est convaincu de la nécessité d’entretenir des liens privilégiés entre la France et les États-Unis. Lorsque Roosevelt reçoit Édouard Herriot en 1933, ce dernier est accueilli par Mönick, et leurs relations, dès lors, ne se relâcheront plus. En outre, il réussit à traverser la crise bancaire en gérant au mieux les fonds de trésorerie importants détenus par le gouvernement français aux États-Unis.

4En 1934, Mönick succède à Jacques Rueff comme attaché financier à Londres, fonction qui a, nous écrivait-il en 1982, « ce grand avantage qu’il permettait grâce à la proximité de Paris d’avoir un contact personnel fréquent avec le ministre des Finances, rue de Rivoli, et de pouvoir jouer un certain rôle dans la politique financière du gouvernement ». Les attachés financiers (dans l’une des quatre agences financières de New York, Londres, Berlin et Rome) ne dépendent pas, en effet, du Quai d’Orsay, mais de la rue de Rivoli. De Londres et dès mars 1935, par des notes successives, il s’efforce de convaincre le ministère que la politique de déflation de Pierre Laval et la défense du bloc-or sont vouées à l’échec. Il n’a de cesse de transmettre le point de vue anglais, comme le veut sa fonction, que « la crise économique est au moins autant que des dépenses excessives à la base de nos difficultés budgétaires et que la crise monétaire internationale est à la base de la crise économique » et donc qu’une adaptation monétaire est inévitable, adaptation qui serait acceptée par les États-Unis. Dès le 17 mai 1935, Mönick, en effet, lève l’obstacle d’une éventuelle mesure de rétorsion américaine en cas de dévaluation et écrit au ministre, via le MGF :

5« Si la dévaluation générale des monnaies du Bloc-or reste modérée et si elle est effectuée d’une façon ordonnée, non seulement on ne considérerait pas une telle mesure dirigée contre la politique monétaire américaine, mais elle serait acceptée par les États-Unis comme un acte utile au rétablissement général des affaires des pays intéressés. »

6Très logiquement, c’est donc lui, recommandé en outre par Herriot, que Léon Blum, arrivé au pouvoir en juin 1936 et finalement convaincu, envoie à Washington négocier secrètement les accords tripartites à partir de l’été 1936, conclus le 25 septembre, accompagnant la dévaluation du franc. Mais en juin 1940, de Londres toujours et pas plus que Jean Monnet, il ne réussit à convaincre les leaders de la IIIe République de se replier en Afrique du Nord puisque de son point de vue, « Churchill regnante », l’Angleterre, « forte de sa marine, de son aviation de chasse et de sa foi », résisterait et entraînerait, à terme, l’intervention américaine.

7Sans vouloir trop prolonger au-delà de ses fonctions d’attaché financier, rappelons tout de même le rôle, personnel encore, joué par Mönick dans ses nouvelles fonctions de secrétaire général auprès du général Noguès, résident général de la France au Maroc du 21 août 1940 au 26 août 1941. Dès l’automne 1940 et toujours convaincu, contrairement à d’autres de ses camarades, de la résistance anglaise et de l’engagement américain à terme, il informe secrètement l’administration américaine, via le consul de Tanger. Puis il plaide avec succès auprès de Robert Murphy, représentant permanent de Roosevelt à Alger auprès du général Weygand, en faveur de la signature d’accords d’assistance entre l’Afrique du Nord et les États-Unis, qui impliquent la levée du blocus anglais, mais aussi l’implantation de nombreux consuls, « cheval de Troie », comme dit Mönick, du futur débarquement. Ces accords ­Murphy-Weygand, jamais signés mais appliqués, au grand dam des Allemands, qui obtiennent de Vichy son rappel en France le 15 août 1941, illustrent une fois encore ce que peut obtenir « le prix de la confiance lentement acquise dans les échanges quotidiens fondés sur la sincérité » (Pour Mémoire, p. 55). Mönick ne réintègre pas les cadres de l’Inspection et, évitant autant Paris que Vichy, se « terre » alors dans la région lyonnaise, sans engagement actif dans la Résistance, jusqu’au printemps de 1944, où Alexandre Parodi (membre du Conseil d’État), représentant du général de Gaulle en France, le sollicite pour assurer la charge du ministère des Finances comme secrétaire général provisoire lors de la période transitoire de la Libération. Le 7 octobre 1944, il est nommé gouverneur de la Banque de France.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances. 1918-1946. Les hommes, les métiers, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Frank Robert, La hantise du déclin. La France 1920-1960. Finances, défense et identité nationale, Paris, Belin, 1994, 316 p. et « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique, 1919-1945 », Relations internationales, n° 32, hiver 1982, p. 489-503.

Girault René, « Léon Blum, la dévaluation de 1936 et la conduite de la politique extérieure de la France », Relations internationales, n° 13, ­printemps 1978, p. 91-109.

Sources

SAEF, B 39680 : agences financières diverses ; B 21816 ; B 21830 : agences financières à New York ; B 32323, fonds Trésor ; 1C 34843, dossier de ­carrière d’E. Mönick.

Archives de la Banque de France, dossier d’E. Mönick.

Réponse écrite à l’auteur en 1982, sur le rôle des attachés financiers, et entretien non enregistré.

« Interview d’Emmanuel Mönick, ancien gouverneur de la Banque de France » (1979), Bulletin d’histoire de la France contemporaine, n° 2, université Paris X-Nanterre, 1981, p. 33-67.

Mönick Emmanuel, Pour mémoire, Paris, édité à compte d’auteur, 1970, 237 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540