Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Les politiques économiques, financières et monétaires d’une guerre à l’autre : l’affirmation de l’hégémonie des inspecteurs des Finances

Michel Margairaz

Texte intégral

1Les inspecteurs des Finances impliqués dans l’élaboration, la définition et la mise en œuvre de la politique économique et financière de la France de 1919 à 1939 ne représentent, on le sait grâce à plusieurs ouvrages, dont ceux de Nathalie Carré de Malberg, qu’une minorité d’entre eux, sortis des cadres. Mais, de manière paradoxale en apparence, ce sont eux qui, symboliquement, représentent le plus souvent le corps, tout au moins aux yeux des principaux acteurs de l’espace politico-administratif. L’entre-deux-guerres voit l’affirmation de l’Inspection, malgré ses difficultés propres à surmonter les fluctuations monétaires, ­financières et économiques, et ses ajustements périlleux vis-à-vis des forces politiques.

Une place accrue des inspecteurs

2La place des inspecteurs des Finances tend à s’accroître après la Grande Guerre, et ce mouvement accompagne et prend appui sur une triple évolution plus large, favorable à l’affirmation de l’Inspection dans ce qu’on peut savoir du marché de l’emploi des décideurs financiers publics. D’abord, et c’est là l’essentiel, la guerre, en ébranlant la stabilité monétaire à moyen terme – trait majeur du long xixe siècle jusqu’en 1914 – ainsi que le (relatif) équilibre des finances publiques, fait entrer la France dans l’instabilité du xxe siècle. Elle place ainsi les questions financières et monétaires – et leur technicité accrue – au premier rang des politiques publiques, reléguant pour partie au second plan les préoccupations politiques stricto sensu relatives à la République, désormais mieux établie, à l’École ou à la laïcité. En outre, d’après les études quantitatives sur les dépenses publiques, on sait bien que la guerre entraîne, les années suivantes, un accroissement sensible et durable de leur poids, en valeur absolue (en francs constants) et relative (en fraction de la richesse produite), et que la charge de la dette occupe désormais une part durablement élevée du total des dépenses dans tout l’entre-deux-guerres. Deuxième élément : au sein même des équilibres gouvernementaux, le ministère des Finances confirme, au lendemain du conflit, sa prééminence sur les autres ministères, ne serait-ce que du fait de son rôle central, joué dans le financement de la guerre totale comme dans les difficiles ajustements en vue des traités de paix et de leur application. Enfin, la place éminente de la France parmi les vainqueurs lui assure paradoxalement, malgré la perte d’importants avoirs financiers extérieurs (tout particulièrement en Russie et dans l’Empire ottoman), une position renforcée dans la diplomatie financière internationale en Europe et dans les nouvelles organisations issues du traité de Versailles, telles que la Société des nations (SDN) et ses satellites.

3Des inspecteurs des Finances vont tirer parti, à leur mesure, de ces évolutions pour faire franchir un nouveau seuil dans la progression de la puissance administrative et politique, poursuivant la tendance de longue durée qui leur a fait occuper, déjà avant 1914, de manière croissante, au moins depuis les débuts de la IIIe République, une suite de fonctions ascendantes. D’abord, des places de choix dans les cabinets des ministres des Finances, mais rarement le poste de ministre lui-même, dominé, avant 1914, surtout par la figure majeure de Joseph Caillaux, puis, à un degré moindre, de Charles de Lasteyrie, ministre des Finances de Raymond Poincaré de 1922 à 1924, et de François Piétri, ministre du Budget en 1931-1932. Ensuite, des responsabilités à la tête des principales directions du ministère, qu’il s’agisse des différentes directions fiscales, de la Comptabilité publique et surtout du Mouvement général des fonds (ou MGF), presque continûment dirigé par un inspecteur des Finances depuis 1866 jusqu’à 1923, puis de nouveau de 1928 à 1982. Même si certains inspecteurs s’attachent à quelques-unes des réformes fiscales issues de la Grande Guerre (cf., infra, l’article de Frédéric Tristram), on ne constate pas les effets d’une mise en garde de leur part sur l’insuffisance de l’effort fiscal. En effet, le prélèvement s’avère environ deux fois moindre que celui consenti au même moment par la Grande-Bretagne, dont le système fisco-financier est pourtant, dans l’ensemble, bien connu et souvent apprécié des inspecteurs. Selon des estimations récentes, élaborées par Bertrand Blancheton, l’impôt représente à peine 15 % des ressources financières totales employées pendant la guerre, contre plus de 57 % pour la dette publique – principalement la dette à court terme, à travers les bons de la Défense nationale, inventés à cette fin – et 11 % pour les avances de la Banque de France, dont le plafond est élevé à six reprises pendant le conflit. Ce dernier chiffre apparaît faible en valeur relative, mais à l’heure de l’Armistice, les avances dépassent 18 milliards de francs pour une circulation monétaire de 46 milliards de francs, qui a triplé depuis 1914. Cette situation entraîne une évolution du centre de gravité vers un renforcement du pouvoir du ministère des Finances, et plus précisément du MGF, sur la Banque de France, entravée par le poids de ses créances sur l’État. Non sans tensions, les embarras du Trésor en cette période de cours forcé entraînent une suprématie de la politique financière sur la politique monétaire. Or, comme souvent, le tropisme des inspecteurs épouse ce glissement dans les équilibres du pouvoir administratif. La direction du MGF accroît son rôle, partant son pouvoir d’influence, sur les politiques publiques. Les deux inspecteurs des Finances directeurs du Mouvement général des fonds, successivement Alexandre Célier (1917-1921), puis Jean Parmentier (1921-1923), sont amenés à renforcer le rayonnement de leur direction. Pendant le conflit, le premier veille à l’équilibre de la trésorerie et à la gestion de la dette en croissance, ainsi qu’à l’approvisionnement en devises, réduisant d’autant le pouvoir monétaire de la Banque de France.

Le consensus en faveur du retour à l’étalon-or et de la revalorisation du franc

4Quoi qu’il en soit, avant même la fin de la guerre, il existe un consensus rue de Rivoli comme rue de La Vrillière pour mener, une fois la paix recouvrée, une politique résolument déflationniste, destinée à rétablir la convertibilité-or, à restaurer la parité-or du franc de 1914 et à rembourser progressivement à l’institut d’émission les avances consenties à l’État. Politique effectivement tentée à partir de 1920, et menée de fait jusqu’en juillet 1926. Le principal danger désigné est bel et bien l’inflation, perçue d’abord comme fiduciaire, pour des raisons qui puisent autant dans la morale politique – ne pas ruiner les épargnants, les pensionnés et les rentiers – que dans l’orthodoxie de ce qu’on appelait alors la « science financière ». Consensus très largement partagé par les hommes politiques et par une grande part de la société tout entière, s’appuyant de surcroît sur la conviction que « l’Allemagne paiera », dans le contexte de la victoire conservatrice du Bloc national et de la Chambre bleu horizon. L’horizon de pensée, lui, est le rétablissement des équilibres de la « Belle Époque », locution nostalgique forgée à cette fin en 1919. Si on trouve à cette date des inspecteurs des Finances à la tête du Mouvement général des fonds, un inspecteur seulement est présent comme sous-gouverneur de la Banque, les postes de gouverneur et d’un des deux sous-gouverneurs étant par usage réservés à une personnalité issue de l’établissement. Selon les voies de ce qui va devenir, quelques années plus tard, les étapes convenues du cursus honorum de l’élite de l’Inspection, deux inspecteurs des Finances occupent tour à tour, l’un à la suite de l’autre, la fonction de directeur du MGF (Charles Sergent en 1909-1911, suivi par André Luquet en 1911-1913 et 1917), puis de second sous-gouverneur de la Banque (C. Sergent en 1911-1917, auquel succède de nouveau Luquet en 1917-1918 en qualité de second, puis de premier ­sous-gouverneur en 1918-1920).

Les inspecteurs des Finances dans les nouveaux organismes

5Parallèlement, l’Inspection est fortement sollicitée dans ses rangs pour pourvoir en personnel dirigeant les innovations administratives issues de la Grande Guerre. Et ceci dans deux directions.

6D’abord, la loi du 20 octobre 1919 crée, on le sait, la direction du Budget, ultime étape d’une longue marche vers l’unification, puis la spécialisation et la rationalisation des fonctions de la Comptabilité publique. Le mouvement de réforme remonte aux efforts du marquis d’Audiffret au siècle précédent (cf., infra, l’article de Matthieu de Oliveira), ainsi qu’aux multiples épisodes de luttes entre ministères dépensiers, d’une part, et, d’autre part, les activités de contrôle des dépenses supervisées par le ministère des Finances, renforcées dans l’avant-guerre par des inspecteurs des Finances de l’entourage de Joseph Caillaux. Issue du bureau du budget de la direction générale de la Comptabilité publique, placée jusque-là sous l’autorité du puissant Georges Privat-Deschanel, secondé par Georges Denoix, tous deux inspecteurs, la nouvelle direction, baptisée in fine « du Budget et du Contrôle financier », résulte d’un compromis entre parlementaires et ministère, à un moment où les chiffres du budget ont quintuplé en francs courants par rapport à 1914. Le ministère des Finances, et de fait l’Inspection, dispose désormais du bras armé qui lui assure en droit la « prééminence » – expression contemporaine de Gaston Jèze – sur tous les autres ministères de la dépense, sous réserve sans doute de la Guerre, qui veille jalousement à conserver pour partie son opacité. La nouvelle direction sort encore renforcée par la loi Louis Marin du 10 août 1922 sur le Contrôle des dépenses engagées, parfois exercé par un inspecteur. Dès son origine, la direction du Budget apparaît comme une chasse gardée de l’Inspection. Georges Denoix, Pierre-Eugène Fournier, René Villard, Erik Haguenin, Yves Bouthillier s’y succèdent comme directeurs (avec une seule et brève interruption de Jean-Antoine Susane, non-inspecteur) jusqu’en 1936, où s’amorce une rupture de huit ans. Ce n’est d’ailleurs souvent que la première étape d’un parcours brillant. De nombreux autres inspecteurs, plus jeunes, s’y retrouvent pour les seconder, appelés eux aussi à de hautes fonctions ultérieures. Bien qu’elle soit transversale à l’activité de tous les ministères et qu’elle absorbe à peu près autant d’inspecteurs des Finances, entre les deux guerres, que le MGF, la nouvelle direction, tout en partageant avec celui-ci un pouvoir d’influence auprès des responsables gouvernementaux, ne pèse cependant pas autant que le MGF dans la définition de la politique économique et financière, essentiellement pour des raisons fonctionnelles. La direction du Budget peine à rétablir l’équilibre budgétaire en ces temps de reconstruction où l’illusion des réparations n’est pas totalement dissipée. Mais surtout, le MGF renforce sa position du fait que, à travers l’ampleur et le rôle désormais stratégique de l’endettement intérieur et extérieur, il est responsable de l’équilibre général entre les ressources et les charges de la trésorerie (incluant, mais pas exclusivement, les dépenses budgétaires), et même, à travers la politique des changes, de l’équilibre des paiements.

7D’autre part, la multiplication des fonctions internationales, à travers les postes d’attachés financiers mais aussi du fait du développement des missions dans les pays étrangers, lors des conférences internationales issues ou non des traités de paix ou encore au sein des organismes de la SDN, offre des possibilités de fonctions à des inspecteurs des Finances. Ils occupent de manière presque continue les deux postes majeurs d’attachés financiers – à Londres et à Washington –, ainsi que, très souvent, ceux de Rome ou de Bruxelles, puis de Berlin. La SDN, dominée, en général, dans son personnel permanent par les Français et les Britanniques, accueille nombre d’entre eux dans les divers comités, tels le comité de l’or ou le comité financier, dont le secrétariat est assuré par Marie Léon-Dufour jusqu’en 1926 (cf., infra, sa figure dans l’article de Béatrice Touchelay). Cela fournit parfois l’occasion de s’éloigner du débat national. Ainsi, Jean Parmentier, après sa démission de la direction du MGF en 1923, du fait du désaccord sur la politique financière, entame une carrière internationale comme délégué français au comité financier, puis comme expert de la France dans les conférences internationales, tout particulièrement à la Commission des réparations ou encore à la conférence de Londres de juin 1933. Le poste de secrétaire général du Conseil de la SdN est occupé par Joseph Avenol de 1925 à la guerre. Et plusieurs inspecteurs, tels Jacques Rueff ou Jean Watteau, à l’orée de leur carrière, sont détachés auprès du comité financier ou de la section du secrétariat de la SDN pour des missions destinées à faciliter la stabilisation des finances de pays en difficulté, comme la Grèce, la Bulgarie ou le Portugal. Ils sont, avec d’autres, les artisans de la diplomatie financière de la France des années vingt, notamment dans ses interventions pour contribuer à la stabilité financière et monétaire des États fragiles ou nouvellement créés et pour tenter d’assurer ainsi l’hégémonie française, en particulier en Europe centrale et orientale, où elle se trouve d’ailleurs en rivalité avec la puissance financière et monétaire britannique.

Quelques inspecteurs hérétiques

8Cependant, même si les inspecteurs présents dans l’administration des Finances sont, pour leur plus grande part, des partisans de la politique de revalorisation monétaire, certains s’en détachent. En 1922, Parmentier en vient, de manière discrète, à une position monétaire hétérodoxe, récusant ainsi la thèse du conformisme (cf., infra, les articles de Bertrand Blancheton et de Jean-Charles Asselain). La direction du MGF apparaît cependant isolée car la plupart des inspecteurs du secteur financier public (et privé) soutiennent, même ­tardivement (souvent jusqu’en 1926), l’orthodoxie monétaire en faveur de la revalorisation du franc à sa valeur de 1914. En 1922, devant l’illusion des réparations allemandes et la reprise consécutive de la dépréciation du franc sur le marché des changes, les autorités financières et monétaires sont prises dans la contradiction entre la volonté de restaurer la valeur de la monnaie et la nécessité de renouveler les bons à court terme pour faire face aux besoins croissants de la trésorerie, ce qui les empêche d’appliquer régulièrement et convenablement la convention dite « François-Marsal » de remboursement périodique des avances à la Banque. Parmentier suggère alors, en novembre 1922, au ministre des Finances Lasteyrie, lui-même inspecteur, de renoncer par réalisme à l’illusion de la politique de déflation et d’accepter l’inflation de fait qui, à terme, doit mener à une dévaluation, appelée pudiquement alors « stabilisation » du franc. Cela conduirait à alléger le poids des dettes, dont pourraient bénéficier, en premier lieu, certes le Trésor, mais aussi tous les débiteurs, et notamment les entrepreneurs endettés. En contrepartie, dans l’argumentaire présenté par Parmentier, même s’il n’emploie pas littéralement l’expression – utilisée par John M. Keynes en janvier 1926 –, cela équivaut bel et bien à l’« euthanasie des rentiers », qu’il qualifie néanmoins de manière péjorative d’« oisifs » ou de « demi-oisifs ». Mais la position du Mouvement général des fonds, même si elle converge avec celle de Charles Rist et de Keynes, est jugée hérétique par la plupart des hauts fonctionnaires et des hommes politiques, y compris chez de nombreux inspecteurs des Finances. Signe, s’il était encore besoin, de l’absence d’homogénéité du corps.

9C’est bien la logique fonctionnelle, celle d’assurer en priorité l’équilibre de la trésorerie, qui guide d’abord les responsables du MGF, qu’ils soient inspecteurs ou non, eux qui mesurent quotidiennement l’impossibilité d’y parvenir avec un franc revalorisé à sa parité d’avant 1914, tant est lourde la charge de la dette, avec la menace permanente du non-renouvellement des bons à court terme. D’ailleurs, les deux successeurs de Parmentier, Pierre de Moüy et, plus implicitement, Clément Moret, dont aucun n’est inspecteur des Finances, défendent la même position car ils doivent faire face aux mêmes contraintes. C’est également le cas ­d’Olivier Moreau-Néret, de Jacques Barnaud et de Charles Farnier, tous inspecteurs, en qualité de directeurs adjoints, dont la perspicacité est saluée a posteriori par Raymond Philippe dans son classique Drame financier de 1924-1928, ainsi que par Rueff et Jean Du Buit. Mais cette position demeure isolée et discrète et n’est pas entendue jusqu’en 1926, ce qui occasionne un retrait, entre 1923 et 1925, de Parmentier et de Moüy, qui, tous deux, pantouflent (rapidement pour le second, plus tardivement pour le premier).

Le « miracle Poincaré » ou l’influence discrète d’un inspecteur des Finances ?

10L’arrivée du Cartel des gauches ne change guère l’orientation générale de la politique économique et financière, grandement hypothéquée par la position du gouverneur de la Banque de France Robineau, non-inspecteur et particulièrement hostile à la dévaluation comme à la nouvelle majorité. Après avoir épuisé six ministres des Finances, la crise des changes qui affecte le franc incite Caillaux, une nouvelle fois brièvement ministre en juin 1926, à prendre la mesure décisive : placer à la tête de la Banque de France ­l’inspecteur des Finances Émile Moreau, capable tout à la fois de mener une politique conforme à celle du ministre, en faveur de la stabilisation, et de résister aux régents. Celui-ci, appuyé sur Charles Rist et Pierre Quesnay – qui ne sont pas inspecteurs – exerce pendant plusieurs semaines son pouvoir de conviction en faveur d’une dévaluation substantielle auprès du nouveau président du Conseil, appelé dans l’urgence, Raymond Poincaré, initialement favorable à la revalorisation et in fine converti par le gouverneur, mais « sans gaieté de cœur ». Par ailleurs, Moreau entame, avec l’appui de Rist et de Quesnay, des mesures de libéralisation et de modernisation de la Banque de France et du marché monétaire, dans le but de restituer à la place de Paris sa stature internationale, mais le mouvement s’interrompt avec leur départ et la crise en 1930. Désormais, cependant, le poste de gouverneur de l’institut d’émission entre bel et bien aussi dans le cursus honorum des inspecteurs. Mais le « miracle Poincaré », marqué par la stabilisation du franc de facto (1926-1928), puis de jure (après la dévaluation de juin 1928) à un niveau incluant une faible sous-évaluation – calculé deux années auparavant par Rueff – souligne, si l’on en doute encore, que le dernier mot à cette date revient encore aux hommes politiques pour assurer la crédibilité d’une politique financière. Phénomène que l’on retrouve partiellement en février 1934, avec Gaston Doumergue, et en novembre 1938, avec Paul Reynaud, et même par-delà la guerre. La montée en puissance des inspecteurs des Finances, incontestable dans l’entourage des ministres et aux postes majeurs de l’administration des Finances et des établissements financiers, les laisse toutefois dans l’antichambre de la décision ­politique, là où s’exerce seulement le pouvoir d’influence et de conviction.

Les inspecteurs, inspirateurs et praticiens de la déflation dans les années trente

11La sous-évaluation du franc contribue à la croissance en 1927-1930, vient amortir le premier choc de la dépression des années trente, mais obscurcit désormais la nécessité de procéder à une nouvelle dépréciation dans le contexte international déflationniste. Après le décrochage de l’étalon-or en catastrophe de la livre sterling en septembre 1931, puis celui du dollar en avril 1933 et même celui du franc belge en mars 1935, les inspecteurs des Finances au sein de l’appareil monétaire et financier, comme les autres hauts fonctionnaires et hommes politiques plus généralement (ceux du Néo-Cartel en 1932-1934 comme ceux de l’Union nationale en 1934-1936, à l’exception notoire de Paul Reynaud), rejettent la dévaluation et optent pour une politique de déflation budgétaire, bien malaisée à mettre en œuvre du fait des moins-values fiscales. Par rapport aux États qui dévaluent leur monnaie et profitent de la reprise, la France, qui, depuis l’échec de la conférence de Londres de juin 1933, tente de constituer un hypothétique Bloc de l’or, est l’un des rares pays à connaître une rechute de la production en 1935. À la Banque de France, l’équipe de Moreau s’est dispersée en 1930, au profit de Clément Moret, non-inspecteur, plus malléable aux vues déflationnistes des régents. Et c’est un inspecteur des Finances, Robert Lacour-Gayet, directeur des Études de 1930 à 1936, qui élabore des argumentaires pour la presse financière, destinés à discréditer la dévaluation.

12Au début de 1935, un mouvement administratif d’importance – naguère signalé et récemment rappelé par plusieurs auteurs – vient consolider la place des inspecteurs des Finances au sein de l’appareil financier public. Le chef du gouvernement Pierre-Étienne Flandin et son ministre des Finances Louis Germain-Martin souhaitent alors une pause dans la déflation, en faveur d’une politique de baisse des taux d’intérêt, qui implique notamment une plus grande libéralité de la Banque de France dans sa politique d’avances sur effets publics. Pour ce faire, le ministre souhaite homogénéiser le milieu des dirigeants des différents pôles du système financier, et en particulier la nomination d’un nouveau gouverneur de la Banque de France. Il fait appel à Jean Tannery (non-inspecteur), plus ancien, mais les contemporains sont surtout frappés par la promotion de quatre jeunes inspecteurs des Finances, qui intervient le même jour, le 5 janvier 1935, au point que Roger Priouret a pu parler, non sans exagération inopportune, de mouvement « qui n’a de précédent qu’en période révolutionnaire » (La Caisse des dépôts. Cent cinquante ans d’histoire financière,…, 1966, p. 347). Henri Deroy, 34 ans, est nommé directeur général de la Caisse des dépôts et consignations en lieu et place de Jean Tannery et Wilfrid Baumgartner, 32 ans, est promu directeur du MGF avec un adjoint, Rueff, 38 ans, et un sous-directeur, Jean Maxime-Robert, 31 ans. Dans les faits, cette politique n’atteint pas ses fins, du fait de la surévaluation du franc. La France, bien que dotée d’un des gouvernements les plus conservateurs de la République, subit désormais des crises monétaires spéculatives périodiques à la baisse : celle de mai 1935, qui emporte le gouvernement Pierre-Étienne Flandin, et celle de novembre 1935, sous Pierre Laval. Cependant, la promotion d’inspecteurs en début de carrière pour occuper les postes stratégiques de ­l’administration centrale laisse des traces durables dans les esprits et dans les pratiques ultérieures.

13Pierre Laval, appelé à Matignon, appuyé sur Yves Bouthillier (cf., infra, sa figure dans l’article suivant), directeur du Budget, accentue même, en juin-juillet, puis en octobre 1935, les mesures déflationnistes à travers « les décrets-lois de misère », ainsi dénoncés par le Rassemblement populaire en formation. Les inspecteurs des Finances ne perçoivent pas le caractère discordant d’une politique déflationniste alors que les grands pays ont dévalué leur monnaie, et les notions de politique de plein-emploi ou de relance par la consommation ou l’investissement n’ont guère de légitimité à leurs yeux. Ils ne se distinguent guère en cela de la plus grande part de la haute fonction publique et de la classe politique en général. Toutefois, Baumgartner, directeur du MGF et, à ce titre, confronté aux difficultés du moment pour équilibrer la trésorerie, amorce une évolution, mais pour des raisons étroitement électorales, à la fin de 1935. Il indique en janvier 1936, à propos de la déflation, de manière confidentielle pour le ministre Marcel Régnier, le fait que… « cet effort atteint non pas sa limite financière… mais sa limite politique ». Cependant, quelques voix d’inspecteurs, notamment de la part de ceux en poste à l’étranger et au contact avec d’autres politiques économiques, émettent des critiques : Maurice Couve de Murville, Rueff, Guillaume Guindey, Henri du Moulin, proche de Paul Reynaud, et surtout Emmanuel Mönick.

L’hostilité des inspecteurs des Finances à l’égard du Front populaire et leur rôle actif dans son reflux

14La plupart des inspecteurs des Finances sont, dans le meilleur des cas, étrangers ou plus généralement très réservés voire même franchement hostiles quant aux fondements de la politique économique et financière du Front populaire, fondée sur une relance – on disait alors la « reflation » – par l’accroissement du pouvoir d’achat, les grands travaux et la réduction de la durée du travail sans réduction de salaire. Seuls parmi eux, Ludovic Tron et Jean Saltes, tous deux polytechniciens et admis à l’Inspection en 1930, entrent au cabinet de Vincent Auriol, le ministre des Finances de Léon Blum. Pour faire fonctionner le nouvel et étique ministère de l’Économie nationale, le ministre (SFIO) Charles Spinasse ne compte guère non plus sur des inspecteurs des Finances, mais plutôt sur des ingénieurs ou des polytechniciens, tels Alfred Sauvy ou Jean Coutrot, qui fonde à ses côtés le Centre d’organisation scientifique du travail (ou COST). Outre Tannery et Lacour-Gayet à la Banque de France, trop ouvertement hostiles, Auriol est amené à remplacer plusieurs directeurs ou sous-directeurs inspecteurs des Finances (Maxime-Robert au MGF, Henri Decron au service de l’IGF, Jacques Georges-Picot au Contrôle des Régies, et surtout Bouthillier, directeur du Budget, et Joseph Ripert, sous-directeur, pour leur rôle actif auprès de Laval). Le premier est relégué, malgré ses protestations, aux finances de l’Hôtel de Ville de Paris, le second à la Caisse de crédit aux départements et aux communes, comme directeur adjoint. Jean Jardel, directeur adjoint non-inspecteur, ami d’enfance de Robert Lacoste, responsable syndical CGT au ministère des Finances, le remplace et amorce une séquence de huit années où, au cœur d’une véritable bataille administrative, la direction du Budget parvient à demeurer largement fermée à ­l’Inspection. En revanche, la réforme de la Banque de France du 25 juillet 1936, où les régents sont remplacés par des conseillers largement désignés parmi les hauts fonctionnaires et les dirigeants des établissements financiers publics, vient renforcer la présence des inspecteurs des Finances, même si le nouveau gouverneur nommé en juin, Émile Labeyrie, vient, lui, de la Cour des comptes et non de l’Inspection, qui d’ailleurs ne manque pas de le critiquer violemment pour ses sympathies à gauche comme pour ses penchants en faveur du contrôle des changes et obtient d’ailleurs son départ l’année suivante.

15En fait, les choix d’Auriol ne répondent pas toujours à une politique délibérée et unilatérale de la part du pouvoir socialiste et les promus sont en partie choisis parmi les adjoints des précédents, qu’ils soient d’ailleurs ou non inspecteurs. Ainsi, en novembre 1936, lorsqu’après la dévaluation, Baumgartner est poussé à quitter la direction du MGF sur la pression des syndicats du ministère, le choix se porte sur son adjoint Rueff, malgré son engagement libéral et son hostilité latente à la politique financière suivie en 1936, dans le contexte de tension internationale (à la suite de l’éclatement de la guerre d’Espagne), de réarmement et de crise financière et monétaire. Et il est même désigné, lors de la « pause » décrétée par Blum en mars 1937, pour composer le comité d’experts auprès du Fonds de stabilisation des changes, présidé par Paul Baudouin, ancien inspecteur, directeur général de la Banque de l’Indochine, et de Charles Rist. Sortant de sa réserve, Rueff va jusqu’à joindre sa signature à celle de ses deux collègues lorsque ceux-ci annoncent leur démission, le 14 juin 1937, en pleine crise ­financière et monétaire, précipitant d’ailleurs délibérément ainsi la chute du gouvernement Blum à la suite de sa demande de pleins pouvoirs financiers. Chute assurée in fine par l’hostilité déclarée de Caillaux, alors tout-puissant président de la Commission des finances du Sénat.

16Dans le gouvernement de Camille Chautemps, le remplacement d’Auriol, en juin 1937, par Georges Bonnet, écarté à dessein par Blum à l’ambassade de Washington, en juin 1936, pour son hostilité marquée, marque une rupture dans le sens d’une plus grande modération financière, y compris en matière d’armement. Et parallèlement, cela conforte les inspecteurs des Finances dans les postes financiers clés, en particulier à la Banque de France, où le gouverneur est remplacé par Fournier. Et Yves de Boisanger (cf., infra, sa figure dans l’article suivant), inspecteur des Finances lié depuis dix années à la carrière politique de Bonnet, est ­rapidement promu peu après en qualité de second, puis très rapidement de premier sous-gouverneur. Le retour de Reynaud aux Finances, en novembre 1938, et la reprise libérale, dans un contexte de réarmement, d’abandon des quarante heures et de rentrée des capitaux exilés, marquent également le retour de Bouthillier de son exil à l’Hôtel de Ville en qualité de secrétaire général du ministère des Finances et qui, dès lors, conforte sa position rue de Rivoli, particulièrement lors de la « drôle de guerre ». Au point que Reynaud, président du Conseil depuis mars 1940, croit bon de le choisir, en pleine débâcle militaire, comme ministre des Finances dans son remaniement du 5 juin 1940, alors que celui-ci, en compagnie de Baudoin, ministre des Affaires étrangères, trahit ouvertement sa confiance en préparant l’arrivée du maréchal Pétain à travers l’armistice.

17L’entre-deux-guerres fait donc franchir une étape supplémentaire et déterminante dans le pouvoir d’influence des inspecteurs des Finances sur la définition et la mise en œuvre de la politique économique et financière, au point même que certains en viennent à empiéter directement sur le terrain politique, particulièrement en fin de période, dans la République finissante et dans le contexte d’aiguisement des luttes politiques et de tension internationale des années 1938-1940. Et cela, malgré les errements des choix monétaires de nombre d’entre eux en faveur de la revalorisation des années 1920-1926, ou encore l’obstination du plus grand nombre à rejeter la dévaluation des années 1933-1936. Mais il s’est toujours trouvé, au sein de l’Inspection, quelques responsables, même isolés, pour manifester une lucidité précoce et parfois l’emporter. Tant il est vrai que l’histoire des inspecteurs ne s’écrit pas a posteriori nécessairement autour du plus grand nombre, mais peut être perçue symboliquement par les contemporains à travers les initiatives de quelques personnalités, qui, quoique, ou sans doute parce que peu représentatives, se font d’autant mieux remarquer. Quoi qu’il en soit, désormais, le réseau des inspecteurs des Finances apparaît suffisamment dense, leur expertise se trouve solidement reconnue face à des questions financières et monétaires plus complexes et leurs positions assises aux différents pôles du pouvoir monétaire et financier – qu’il s’agisse de l’administration des Finances ou des établissements financiers – pour qu’ils surmontent les fluctuations économiques et financières comme les retournements politiques.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances. 1918-1946. Les hommes, les métiers, les carrières, Paris, Comité pour ­l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Blancheton Bertrand, Le Pape et l’Empereur : la Banque de France, la direction du Trésor et la politique monétaire de la France, 1914-1928, Paris, Albin Michel-Mission historique de la Banque de France, 2001, 502 p.

Mouré Kenneth, La politique du franc Poincaré. Perception de l’économie et contraintes ­politiques dans la stratégie monétaire de la France, 1926-1936, Paris, Albin Michel–Mission ­historique de la Banque de France, 1998, 553 p.

Margairaz Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, préface de François Bloch-Lainé, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. 

Frankenstein Robert, Le prix du réarmement français, 1935-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, 355 p.

Jeanneney Jean-Noël, François de Wendel en République : l’argent et le pouvoir, 1914-1940, Paris, Seuil, « L’univers historique », 1976, 497 p.

Auteur

Professeur des universités en histoire économique contemporaine à l’université de Paris I-Panthéon Sorbonne, IDHE (CNRS)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par