Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

III. Politiques publiques

Georges Privat-Deschanel (1868-1942)

Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1Petit-fils d’un négociant ardéchois, fils et frère de normaliens agrégés, Georges Privat-­Deschanel poursuit et confirme le processus d’ascension sociale entamé deux générations plus tôt en accédant au sommet de la hiérarchie administrative financière. Orphelin de père à 15 ans, poussé par son oncle à préparer le concours de l’École polytechnique, il y est admis dans un rang médiocre en 1888 ; sorti à une place à peine meilleure, il opte pour le génie et ­entreprend bientôt de changer de carrière.

2Suivant l’exemple d’une partie de ses camarades d’école, il passe avec succès le concours de l’Inspection en 1891, la même année que Georges Bertrand et Charles Georges-Picot. Après quelques années de tournée qui lui permettent d’atteindre le grade d’inspecteur de 3e classe (1er juillet 1896), il quitte un temps le ministère des Finances pour être mis à la disposition du ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes : en prévision de l’Exposition universelle qui doit se tenir à Paris en 1900, il est chargé d’en organiser les services administratifs, puis d’en assurer le contrôle financier.

3À partir de 1898, Privat-Deschanel assure également les grandes écuries de la préparation au concours de l’Inspection à l’École libre des sciences politiques, ce qui lui donne une vision globale des candidats.

4Il réintègre son administration d’origine à la mi-1900 pour devenir le chef du cabinet du premier inspecteur à accéder au portefeuille des Finances, Joseph Caillaux, alors âgé de 36 ans et recruté trois ans avant lui. Celui qui devient alors son mentor n’hésite pas à favoriser sa carrière à chacun de ses passages rue de Rivoli. En retour, il trouve en Privat-Deschanel un bras droit plus qu’un véritable alter ego, en tout cas un proche collaborateur devenu un ami avec le temps. Les deux hommes se connaissent depuis plusieurs années déjà et ont cosigné (en collaboration avec Albert Touchard) un épais Traité technique consacré aux Impôts en France, dont le premier tome paraît en 1896.

5Aux côtés du ministre, Privat-Deschanel œuvre en faveur d’une plus grande orthodoxie financière tout en soutenant une réforme du système fiscal qui passe par le vote de la loi du 31 décembre 1900 sur le régime des boissons, unifiant la taxe de circulation sur les alcools. Il voit bientôt s’ouvrir à lui une ­carrière de directeur d’administration centrale.

6En une quinzaine d’années à peine, Privat-­Descanel prend ainsi la tête d’une demi-douzaine de directions générales, toutes plus importantes les unes que les autres. La comparaison avec les trois premiers passages de Caillaux au ministère (1899-1902 ; 1906-1909 ; 1911) confirme le rôle de ce dernier dans l’accélération de la carrière de son protégé.

7Après un rapide apprentissage des exigences du métier comme sous-directeur (9 février-16 décembre 1900), il prend successivement la tête de la direction du Personnel et du Matériel (1900-1902), de la Dette inscrite (1902-1905), du Contrôle des administrations financières et de l’Ordonnancement (janvier-octobre 1905), des Manufactures de l’État (1905-1907) et de la Comptabilité publique (1907-1912).

8Dans chacune de ces fonctions ou presque, il se pose en défenseur d’un libéralisme rigoureux, s’opposant, par exemple, à tout aggiornamento de la politique de retraites des fonctionnaires en 1904 ou à la mise en place d’un congé maternité rémunéré en 1909 (cf., supra, sa figure dans l’article de Florence ­Descamps).

9C’est également à la demande de celui qui occupe alors la présidence du Conseil que ­Privat-Deschanel remplit en 1912 une mission d’importance au Maroc, au centre des tensions diplomatiques. À son retour, il est récompensé de son action par sa nomination au poste de procureur général près la Cour des comptes (30 octobre 1912), en remplacement de Payelle, promu premier président. Il y demeure cependant à peine plus d’un an, Caillaux réclamant son retour pour le seconder lors de son quatrième ministère, celui qui voit – enfin – le vote de l’impôt sur le revenu, à la veille de la déclaration de guerre. Il cumule alors les fonctions – techniques – de directeur de la Comptabilité publique et – politiques – de secrétaire général du ministère à dater du 15 décembre 1913 et jusqu’en octobre 1914.

10Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Privat-Deschanel est nommé inspecteur général (1er août 1918) et voit son parcours couronné par la croix de grand officier de la Légion d’honneur (29 mars 1919) et un titre de secrétaire général honoraire (4 août suivant), alors qu’il quitte une direction de la Comptabilité publique appelée à devenir celle du Budget. Il peut alors se consacrer à la présidence du Crédit français (1920-1933).

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille III-Charles-de-Gaulle

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par