Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

II. Contrôle, audit, administration des finances

Gabriel Ardant (1906-1977)

Florence Descamps

Texte intégral

1Né en 1906, Gabriel Ardant, reçu au concours de 1929, est le premier inspecteur des Finances du xxe siècle à avoir fait de la réforme administrative sa préoccupation principale (1929-1959). Son initiation commence dans les années trente, lors de sa participation au Comité supérieur des économies de 1932, puis au Comité de réforme administrative de 1938 (CRA). Même si, dans ses écrits, il a minimisé ces deux expériences, c’est à cette occasion qu’il développe ses premières enquêtes au sein des administrations centrales et des collectivités locales et qu’il mûrit sa pensée en matière de réforme administrative et financière. Il rejoint, en 1943, Pierre Mendès France à Alger et devient son conseiller économique et financier dans le cadre du CFLN, puis du Gouvernement provisoire. Le départ de Mendès France du gouvernement en avril 1945 porte un coup d’arrêt à sa carrière qui oblique alors vers la présidence du Conseil. Auprès de Félix Gouin, il travaille à la création d’un organe permanent de réforme administrative sur le modèle du Commissariat général au Plan. Grâce au soutien de François Bloch-Lainé, directeur de cabinet de Robert Schuman, ministre des Finances, il obtient, en juin 1946, la création du Comité central d’enquête sur les coûts et les rendements des services publics (CCECRSP), dont il nommé secrétaire général.

2Le CCECRSP est une réédition, en plus ambitieux, du CRA de Paul Reynaud. Organe permanent rattaché à la présidence du Conseil, présidé par le premier président de la Cour des comptes, constitué d’équipes interministérielles intervenant hors de leur ministère d’origine, il emprunte à la fois au Comité supérieur de contrôle financier, créé en 1936, à l’IGF et à la Cour des comptes. Dans un premier temps, Ardant focalise le travail du Comité sur la remise en ordre de l’appareil administratif français et sur la résorption des services issus de la guerre et de l’Occupation. Il appuie l’effort de réduction des effectifs et apporte son concours au programme d’économies budgétaires de 1948 et de 1950. Dans le même temps, il développe son intuition principale en matière de réforme administrative, à savoir la nécessité de procéder à des études de coûts et de rendements et à des calculs de prix de revient dans les services publics ; il espère, par cette méthode, mesurer la performance et la productivité des services, comparer leurs résultats et leurs coûts, justifier leur réorganisation ou leur suppression et déterminer rationnellement les moyens des services. Au-delà de la rénovation de la gestion administrative, c’est bien la réforme budgétaire qu’il poursuit ; à cet effet, il participe à la commission Jacomet, chargée de doter la IVe République des textes budgétaires dont elle a besoin ; suscite, par l’entremise de Mendès France, en 1948, une proposition de résolution invitant le gouvernement à déposer un projet de loi organique réglant le mode de présentation du budget, inspiré des suggestions du CCECRSP et soutient les efforts de la direction du Budget dans sa réflexion sur le budget fonctionnel et sa refonte de la nomenclature budgétaire. Il engage par ailleurs un travail de fond à la tête de la Commission nationale de codification, qui produira, dans les années cinquante, une quarantaine de codes. En 1950, il propose aux pouvoirs publics un vaste plan de réorganisation des structures ministérielles qui fait long feu. Un frémissement se produit en avril 1953 avec les décrets d’Édouard Bonnefous, ministre d’État de la réforme administrative : un Comité exécutif de la réforme administrative, composé de quatre personnes parmi lesquelles Ardant, est mis en place ; les services se voient obligés de fournir, dans le cadre du Budget, des informations sur le coût et les prix de revient relatifs à leurs activités… Ardant aurait-il convaincu ? Quoi qu’il en soit, la publication, la même année, de son ouvrage Technique de l’État atteste de son effort pour définir les cadres et les méthodes d’une gestion publique, distincte de celle des entreprises nationales et de celle des entreprises ­privées.

3Sa nomination à la tête du Commissariat général à la productivité, à l’automne 1953, lui offre un champ d’action élargi. À côté de la modernisation des entreprises françaises, qui mobilise l’essentiel des forces du Commissariat, notamment par l’envoi des missions de productivité aux États-Unis, Ardant insiste pour créer un département consacré à la productivité des services publics. À la réforme administrative par le haut, il préfère désormais la réforme administrative par le bas, par la technique et par l’acclimatation de l’Organisation scientifique du travail (OST) dans les administrations. Le secteur Organisation des services publics du Commissariat à la productivité relance les études de coûts et rendements, investit dans la mécanisation des tâches, promeut les bureaux Organisation et Méthodes et contribue à la formation d’organisateurs publics. Il collabore étroitement avec le nouveau bureau Coûts et rendements de la direction du Budget et avec les services du Premier ministre en charge de la réforme administrative. Avec la crise des finances publiques en 1957-1958, Gabriel Ardant revient à ses premières préoccupations, la réforme budgétaire, les économies et la réforme administrative par le haut ; il préconise la création d’un grand service central d’organisation et de méthode, et d’ingénieurs-conseils publics. La crise de mai 1958, sa fidélité à Mendès France, son hostilité affichée au retour du général de Gaulle fragilisent sa position, alors qu’accède au pouvoir Michel Debré, autre réformateur invétéré de ­l’administration.

4Le Commissariat à la productivité subit les foudres de la Commission de réforme administrative, installée par le Premier ministre en 1959. Sa fusion avec le Commissariat général au Plan sonne le départ d’Ardant et son retour dans les cadres de l’Inspection à l’IGF pour une fin de carrière en demi-teinte, que la construction d’une seconde spécialité, l’histoire de l’impôt, ne suffira guère à combler. L’œuvre de Gabriel Ardant atteste des efforts de la IVe République pour moderniser la gestion de l’État, mais trahit le relatif insuccès de cette tentative et dévoile le caractère secondaire que persiste à revêtir la réforme administrative pour les responsables politiques et administratifs.

Bibliographie

Descamps Florence, « La création du Comité central d’enquête sur les coûts et rendements des ­services publics 1946-1947. Continuités, innovations, ­principes et méthodes », dans Le Comité d’enquête sur le coût et le rendement des services publics : soixante ans de dialogue au service de la réforme de l’État, n° spécial de la Revue française d’administration publique, septembre 2007, p. 27-44 et « Gabriel Ardant et le Commissariat général à la productivité 1954-1959 ou lorsque l’État se préoccupait d’organisation scientifique du travail dans les services publics », Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, actes du séminaire ­Histoire de la gestion des finances publiques, ­xixe-xxe siècles (vol. II, à paraître en 2012).

Sources

Archives nationales, archives du Comité central d’enquête pour les coûts et rendements des ­services publics ; SAEF, papiers G. Ardant.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search