Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

II. Contrôle, audit, administration des finances

Louis Courtin (1858-1924), Maurice Bloch (1861-1933), Georges Privat-Deschanel (1868-1942)

Un trio réformateur au début du xxe siècle

Florence Descamps

Texte intégral

1Parmi les inspecteurs réformateurs de l’administration et des finances publiques, on peut distinguer les politiques (Joseph Caillaux, Yves Bouthillier, Valéry Giscard d’Estaing, Michel Rocard, Alain Juppé, etc.), les prophètes ou les visionnaires (Gabriel Ardant, Renaud de La Genière), les techniciens (Jacques ­Brunet, Gilbert Devaux), les concepteurs (Maurice Lauré, Claude Gruson), les organisateurs (Lauré, Dominique de La Martinière, Philippe Huet)… Certains agissent seuls, d’autre en chefs de bande, au travers de dispositifs hiérarchisés et fluides tout à la fois, d’autres, enfin, mettent sur pied des coalitions réformatrices au service d’objectifs communs : par exemple, pour la RCB, le trio Jean Saint-Geours, La Genière, Huet ; pour la modernisation du rôle économique de l’État pendant les années cinquante, le trio François Bloch-Lainé, Claude Gruson, Roger Goetze.

2Un peu plus tôt dans le siècle, un autre trio réformateur s’impose au sortir de la Première Guerre mondiale : Louis Courtin, Maurice Bloch et Georges Privat-Deschanel. Sans être de la même génération, – dix ans séparent Courtin de Privat-Deschanel (Bloch étant né dans l’entre-deux, en 1861), mais les deux premiers sont polytechniciens –, ces trois inspecteurs des Finances entrent dans la carrière au même moment, au tournant des années 1890, en même temps qu’un autre inspecteur des Finances appelé à un grand avenir politique, Caillaux. Tous trois sont en réalité des « hommes » de Caillaux, du Caillaux d’avant 1914, celui de la réforme de la fiscalité, mais aussi du contrôle financier et du budget, qui ont fait carrière lors de ses passages successifs au ministère des Finances entre 1899 et 1914, soit comme membre de sa garde rapprochée (Privat-Deschanel est son chef de cabinet), soit comme directeur d’administration centrale (Courtin, Bloch, Privat-Deschanel), soit comme magistrat à la Cour des comptes (Courtin, Bloch). Par ailleurs, ces trois hauts fonctionnaires n’ont pas fait le choix du Mouvement général des fonds, déjà fort prestigieux à l’époque, mais celui des grandes directions comptables, budgétaires et fiscales du ­ministère des Finances, dont ils occupent tour à tour les postes de directeurs entre 1898 et 1914. Courtin est ainsi successivement directeur de la direction du Personnel et du Matériel, de la Dette inscrite, du Contrôle des administrations financières, puis des Contributions indirectes, tandis que Bloch passe de la direction générale des Contributions directes à la direction générale de la Comptabilité publique. Quant à Privat-Deschanel, il dirige successivement la direction du Personnel et du Matériel, la Dette inscrite, le Contrôle des administrations financières, la direction des Manufactures de l’État, la direction générale de la Comptabilité publique et se voit chargé, en 1913, du poste de secrétaire général du ministère des Finances. Complétées par des expériences d’organisation ou de comptabilité dans les ministères « dépensiers » (Instruction publique, Colonies, Exposition universelle, Commerce et Industrie, Protectorat marocain), ces responsabilités directoriales leur confèrent progressivement une véritable expertise en matière de finances publiques, qu’ils parachèvent à la Cour des comptes en y monopolisant les postes dirigeants : Courtin est nommé président de chambre, Privat-Deschanel procureur général, Bloch procureur général, puis premier président.

3Leur expérience à la tête des principales administrations centrales des Finances, leur point de vue transversal sur le fonctionnement du système de gestion des finances publiques (dépenses, recettes, budget, comptabilité, contrôles, jugement des comptes) les désignent tout naturellement comme experts et comme « sages », lorsque le choc financier et budgétaire, ainsi que les désordres administratifs engendrés par le premier conflit mondial commandent aux pouvoirs publics de réfléchir à une réorganisation du système de gestion des finances publiques. C’est eux que l’on trouve en première ligne, en 1918, sur la réforme du contrôle financier et sur la réforme de la Cour des comptes (commission Selves), sur la réforme du ministère des Finances et de son administration centrale (commission Selves et commission Courtin) et sur la réorganisation de la direction de la Comptabilité publique et du Budget (commission Courtin). C’est en effet à Courtin, professeur de finances publiques à l’ELSP, conseiller d’État en service extraordinaire à la section des Finances et remarquable pédagogue du « système financier », que l’on doit les propositions les plus développées et les plus argumentées sur le renforcement des contrôles budgétaires du ministère des Finances sur les ministères dépensiers et sur la création d’une direction du Budget indépendante. C’est à Courtin et à Bloch, dans la droite ligne du projet de loi Caillaux de 1914, que l’on doit les préconisations les plus avancées sur le rôle que devrait jouer la Cour des comptes dans le « contrôle judiciaire » des administrations et dans le contrôle des ordonnateurs. C’est enfin à Privat-Deschanel que l’on doit le très sévère diagnostic posé sur les désordres comptables et sur la crise de l’administration centrale des Finances après la guerre, et les propositions de réorganisation de l’administration centrale et de la Comptabilité publique. À cette réflexion sur les structures et les procédures de gestion des finances publiques, qui trouvera une résolution législative dans la loi Klotz du 20 octobre 1919 sur la direction du Budget et dans la loi Marin du 10 août 1922 sur le Contrôle des dépenses engagées, vient s’ajouter la contribution de Bloch, procureur général près la Cour des comptes, placé en 1920 à la tête du Comité supérieur d’enquête sur les économies administratives. À travers ce comité d’économies budgétaires, premier né d’une longue série, le ministère des Finances, appuyé sur ses deux bras armés que sont la Cour des comptes et l’Inspection générale des Finances, temporairement réunies ici sous une même tête, inaugure en 1920 les premiers linéaments d’un modèle de politique de réforme administrative proprement Finances, constitué du triptyque inusable du rationnement budgétaire, de la réduction des effectifs de fonctionnaires et de la rationalisation des structures administratives.

Bibliographie

Descamps Florence, « Administration consultative et administration active : le cas des comités d’économies et de réforme administrative de l’entre-deux-guerres », Revue administrative, n° 373, janvier-février 2010, p. 75-83 et « De la réforme du contrôle de la dépense à la réforme du système de gestion des finances publiques. Les ambitions de la commission Selves 1917-1918, une ­commission-matrice », Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, actes du séminaire Histoire de la gestion des finances publiques, ­xixe-xxe siècles (vol. II, à paraître en 2012).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search