Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

II. Contrôle, audit, administration des finances

Charles François Laurent, dit « Charles-Laurent » (1856-1939)

Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1Artilleur dévoyé devenu inspecteur des Finances, Charles-Laurent est sans doute l’un de ceux qui peuvent se prévaloir des états de service les mieux remplis et de la carrière la plus aboutie, d’un bout à l’autre de la IIIeRépublique.

2Fils d’un employé des lits militaires, il entre, après des études secondaires au lycée Louis-le-Grand, à l’École polytechnique en 1875, mais doit se contenter de médiocres résultats de sortie (il relève du 5e décile). Démissionnaire à peine son affectation connue, il devient, le 1er février 1878, surnuméraire au ministère des Finances jusqu’à ce qu’une place de commis à l’administration des Télégraphes ne se libère, le 1er avril suivant. Sa réussite, 2e sur 6, au concours de 1879 lui ouvre les portes de l’Inspection et il accède au grade d’inspecteur de 4e classe le 1er mars 1882. La perspective d’une accélération de carrière s’ouvre à lui lorsque le ministère des Colonies se met en quête de son futur directeur du Contrôle des services financiers du Tonkin ; il n’hésite pas à demander une mise en disponibilité et séjourne à Hanoï plus de deux ans, du 15 février 1886 au 12 avril 1888.

3À son retour et désormais inspecteur de 3e classe, il est choisi par le ministre des Finances Paul Peytral pour diriger son cabinet, à deux reprises (avril 1888-février 1889, puis avril-décembre 1893). À ses côtés et, selon Eugène Trolard, à sa place, il œuvre à la réorganisation du contrôle de garantie, prépare le transfert de l’administration des Postes et Télégraphes (où il a débuté) au ministère du Commerce et obtient le vote de la loi du 25 janvier 1889, qui fait coïncider année civile et année budgétaire (1er ministère), puis travaille à l’adoption de la loi du 20 juin 1893 sur le régime douanier des hydrocarbures et, surtout, travaille au décret du 20 mai de la même année relatif à la fiscalité des opérations de bourse (2e ministère). Entre les deux passages de son « patron » aux Finances, il rejoint l’Inspection comme adjoint d’Émile Vuarnier, chef du service.

4Par la suite, Charles-Laurent présente la particularité d’être, pendant une quinzaine d’années, entre 1893 et 1907, l’un des rouages indispensables à la bonne marche du ministère des Finances, en étant successivement nommé à la tête de quelques-unes des plus importantes directions générales de l’administration centrale, parfois à plusieurs reprises. Il est ainsi successivement directeur du Personnel (l893-1894), caissier payeur central du Trésor public (1894-1895), directeur général de la Comptabilité publique (1895-1898, puis de nouveau en 1899-1905) et enfin secrétaire général du ministère des Finances (1898-1899 et de nouveau en 1905-1907). À l’occasion, ses compétences lui valent de diriger une mission envoyée en 1901 auprès des délégations financières et du conseil général de l’Algérie.

5C’est donc assez logiquement qu’il est finalement nommé, en récompense de ses services éminents, premier président de la Cour des comptes le 9 mars 1907. Il lui revient, à ce titre, de présider aux cérémonies du premier centenaire de la Cour, en novembre suivant. Président de la délégation française à la conférence de Berne en 1908, il est de nouveau sollicité par les autorités françaises pour servir de conseiller financier du gouvernement ottoman en septembre de la même année et demeure à Istambul jusqu’en 1910, tout en ayant obtenu l’honorariat de la Cour en juin 1909.

6Charles-Laurent débute alors une carrière d’administrateur de quelques-unes des plus prestigieuses compagnies françaises, à commencer par Thomson-Houston, dont il est le président du conseil d’administration de 1915 à 1938, mais il exerce également à la Compagnie des chemins de fer de Paris-Orléans comme vice-président (1922-1939), comme administrateur de la Banque des pays du Nord (1923-1939) et président de diverses autres sociétés dans les années trente. La seule entorse qu’il concède à ses nouvelles activités s’explique par l’importance de la mission qui lui est confiée : il est en effet choisi par le gouvernement français pour être le premier ambassadeur français en poste à Berlin au lendemain de la Première Guerre mondiale, du 1er janvier 1920 au 31 décembre 1922, et étrenne dans ses nouvelles fonctions la grand-croix de la Légion d’honneur dont il vient d’être décoré (16 janvier 1920).

Bibliographie

Sources

Trolard Eugène, Mémoires d’un inspecteur des Finances, Paris, Librairie A. Charles, 1892, 363 p. (rééd. avec la graphie Trollard et avec une préface de Ph. Huet, texte introduit et annoté par Chadeau Emmanuel, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, 158 p.)

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille III-Charles-de-Gaulle

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par