Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

II. Contrôle, audit, administration des finances

Roger Aubert de Trégomain (1856-1932)

Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1Aubert de Trégomain fait figure d’héritier qui a su s’adapter à son temps. Sa famille s’enorgueillit de connaître sa filiation depuis la seconde moitié du xviisiècle et d’appartenir à la noblesse bretonne depuis 1690. On compte parmi ses ancêtres nombre d’officiers de la monarchie absolue et l’un de ses oncles s’est distingué pendant la Révolution en prenant une part active à la chouannerie avant de siéger, comme député ultra d’Ille-et-Vilaine, sous la Restauration. Quant à son père, vicomte de Trégomain, il est qualifié de propriétaire lorsque son fils passe avec succès le concours de l’École ­polytechnique en 1876.

2Son médiocre rang de sortie (il appartient au 6e décile) ne lui laisse cependant pas d’autre option que l’École d’application de l’artillerie et du génie : sous-lieutenant en octobre 1878, il démissionne en février 1879 lorsqu’une place de surnuméraire à la direction générale de la Comptabilité publique s’offre à lui. La fortune familiale lui permet de pallier l’absence de traitement jusqu’à son recrutement aux fonctions de commis de 2e classe (1er novembre 1880). Il est reçu l’année suivante, premier sur cinq reçus. Gravissant un à un les échelons du corps, il peut se prévaloir d’une belle carrière administrative qui le mène, en une vingtaine d’années, à la tête d’une direction générale du ministère des Finances. Nommé, le 1er janvier 1893, adjoint au directeur de l’Inspection, il est promu sous-directeur au Mouvement général des fonds, aux côtés d’Albert Alfred Delatour (1er mai 1894), auquel il succède le 16 février 1898, permettant par ailleurs à l’Inspection de remettre la main sur cet important bastion administratif que « l’intérim » Delatour avait distrait de ses « chasses gardées ». À ce poste, il occupe une des fonctions-clé du ministère des Finances, comme en témoigne la liste particulièrement longue des attributions de cette direction générale dans les éditions fin de siècle de l’Almanach national. Son rôle consiste en particulier à l’application des recettes aux dépenses sur toute l’étendue du territoire, et plus largement à assurer l’équilibre de la trésorerie publique. Le Mouvement général des fonds intervient également au nom de l’État dans les domaines de la monnaie, du crédit et de l’épargne, en assurant la ­coordination, la tutelle et le contrôle de ces activités. Sa fonction de directeur le conduit au Conseil d’État (en service extraordinaire) le 31 mai 1900.

3Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1895, il est promu officier le 15 juillet 1899. « Appelé à d’autres fonctions » le 8 mars 1901, il est nommé sous-gouverneur du Crédit foncier de France et demeure à son poste jusqu’en janvier 1910. Démissionnaire, il est nommé sous-gouverneur honoraire et entame, à près de 55 ans, une dernière et longue carrière de « pantoufleur ». On le retrouve en effet siégeant comme administrateur de quelques-uns des principaux établissements financiers (Crédit Lyonnais, Crédit foncier de France, Crédit national, Banque d’Indochine) et industriels (Ateliers et chantiers de la Loire, Société du gaz de Paris) français jusque dans l’entre-deux-guerres.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille III-Charles-de-Gaulle

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par