Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

II. Contrôle, audit, administration des finances

Armand Béhic (1809-1891)

Matthieu De Oliveira

Texte intégral

1En bien des domaines, Armand Béhic apparaît comme un précurseur et sa carrière d’inspecteur des Finances, au terme de son existence, s’avère être un simple tremplin vers des ­activités sans cesse plus diversifiées.

2Fils d’un banquier parisien, licencié en droit, Béhic entre au ministère des Finances en 1827 comme surnuméraire à la Comptabilité générale, et participe, comme adjoint au payeur général en charge de la Trésorerie d’Afrique, à l’expédition d’Alger de 1830. À son retour en métropole, il devient adjoint à l’Inspection en 1831 et poursuit sans heurt sa carrière jusqu’au grade d’inspecteur de 1re classe, atteint en 1843. Son quotidien est celui de tous les inspecteurs du temps, rythmé par les tournées annuelles et les vérifications de caisses locales. Peut-être est-ce justement cette routine qui le pousse à accepter une mission à la Martinique, de janvier à juillet 1845. Nommé inspecteur général des Finances le 19 septembre 1845, il est bientôt placé hors cadres.

3Il quitte en effet les Finances pour exercer ses talents au ministère de la Marine à partir du 22 juillet 1846. À ce poste, il procède à une réorganisation en profondeur de l’ex-division de la Comptabilité des fonds. Il en obtient en premier lieu la transformation en direction de la Comptabilité et du Contrôle central au ministère de la Marine, sur le modèle de celles en vigueur aux Finances. Il crée ensuite la section du Contrôle central qui vient s’ajouter à celle, préexistante, de la Comptabilité. Il double enfin le nombre de bureaux placés sous son autorité. Au-delà de cette évolution de l’organigramme, c’est donc lui qui introduit à la Marine la notion de contrôle financier. Il est désormais possible de procéder à la vérification et au visa de la répartition des fonds entre les ports comme entre les créanciers de la Marine à Paris, de réviser et de contrôler tous les décomptes et rapports de liquidation soumis à l’approbation du ministre, d’examiner les cahiers des charges, adjudications et marchés passés tant à Paris qu’à l’étranger, enfin de suivre de près l’ensemble des affaires contentieuses qui relèvent du département ministériel. C’est également Béhic qui met en place la comptabilité des matières qui permet « la centralisation et la vérification des comptes-matières de tous les services de la Marine, la préparation des travaux d’ensemble de cette branche de la comptabilité publique destinés aux Chambres et à la Cour des comptes » (Almanach national pour 1847). On voit aisément ce que ces innovations doivent à l’Inspection des Finances et l’intérêt qu’elles présentent pour un département dont les engagements financiers sont aussi importants.

4Pour autant, s’il est à l’évidence celui qui a engagé cette mutation administrative, il est probable qu’il en laisse la gestion quotidienne à son chef de division, Blanchard. Celui-ci, faisant fonction de sous-directeur, se trouve également être son prédécesseur… et son successeur au lendemain de la Révolution de février 1848. Représentant de l’arrondissement d’Avesnes (Nord) depuis le 1er août 1846, Béhic appartient en effet à ce groupe particulier des députés fonctionnaires. Démissionnaire de ses fonctions d’élu le 24 février 1848, il quitte également l’administration et en devenant directeur des Forges de Vierzon, il est l’un des premiers inspecteurs des Finances à « pantoufler » dans l’industrie.

5Sans doute ne quitte-t-il pas longtemps la vie publique puisqu’il est élu à l’Assemblée législative avant d’être nommé conseiller d’État, rattaché à la section de Législation, le 29 juin 1849. Il exerce cette fonction jusqu’au coup d’État de décembre 1851, puis retourne dans le Cher. C’est là que le Second Empire vient le chercher, une nouvelle fois, pour lui confier la direction des Messageries impériales. Grand ordonnateur du transport des troupes françaises lors de la Guerre de Crimée (1854-1856), il fait des Messageries impériales un acteur industriel majeur de la côte méditerranéenne, en leur annexant les Forges et chantiers de la Méditerranée (1856).

6En juin 1863, Béhic accepte le portefeuille de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics que lui propose Napoléon III, en quête d’hommes efficaces, neufs et politiquement sûrs. Partisan des « dépenses productives » d’inspiration saint-simonienne, il est constamment en butte à l’orthodoxie financière incarnée par le ministre des Finances Fould. Refusant de succéder à ce dernier, il quitte le gouvernement le 20 janvier 1867, est nommé sénateur le jour même et siège jusqu’en 1870. En retrait au moment de la chute du Second Empire, il parvient à se faire élire sénateur de la Gironde en 1876 et siège avec les membres du groupe bonapartiste de l’Appel au peuple, mais n’obtient pas la reconduction de son mandat en 1879.

7Redevenu membre du conseil général des Bouches-du-Rhône, il retrouve le terrain de ses plus grands succès, ceux qui ont fait des Messageries, devenues maritimes, l’une des principales compagnies mondiales et de lui un grand capitaine d’industrie, dont le décès en 1891 est salué par la mise en berne de tous les pavillons des navires français ancrés à Marseille.

Bibliographie

Berneron-Couvenhes Marie-Françoise, Les Messageries maritimes : l’essor d’une grande compagnie de navigation française, 1851-1894, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2007, 839 p.

Caty Roland, Richard Éliane et Échinard Pierre, Les patrons du Second Empire, t. V : Marseille, Paris, Picard et Le Mans, Cénomane, 1999, 332 p.

Sources

Archives nationales, Marine GG1 64 : papiers concernant la comptabilité de la Marine 1845-1848 ; LH 165/5.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille III-Charles-de-Gaulle. PRADA Michel, inspecteur général des Finances honoraire, président du board of trustees de l’International Valuation Standards Council, du comité de droit financier de Paris Europlace et du Conseil de normalisation des comptes publics

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par