Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

L’épuration visible et invisible à l’Inspection des Finances, 1944-1946

Nathalie Carré de Malberg

Texte intégral

1Si la période de l’Occupation a profondément modifié les parcours professionnels et personnels des inspecteurs des Finances, la période de l’épuration officielle ou officieuse, visible ou invisible, entre 1944-1946, a été, pour leur carrière, un vrai tsunami, ample, brutal, provoquant un malaise durable au sein du corps, divisé entre ceux qui ont subi ces « mouvements » en les jugeant logiques et justes, ceux qui les ont mal vécus ou les ont trouvés excessifs et ceux qui en ont bénéficié. En moins de deux ans, en effet, la très grande majorité des inspecteurs encore fonctionnaires change d’emploi

L’épuration officielle

2L’épuration judiciaire devant la Haute Cour, créée par l’ordonnance du 18 novembre 1944 pour juger les responsables politiques, militaires, administratifs, ne concerne que cinq inspecteurs, dont quatre démissionnaires (Jacques Barnaud, Paul Baudouin, François Piétri, Jacques Guérard) et Yves Bouthillier.

3L’épuration administrative présente une double spécificité au ministère des Finances : sa précocité et sa dualité. Cette spécificité est conforme à la perception et à l’affirmation répétée par ses dirigeants, à commencer par le ministre lui-même, d’une attitude différente de ce ministère par rapport aux autres départements ministériels, jugés plus politisés et plus compromis. Le texte de base est l’ordonnance du 27 juin 1944 du GPRF (modifiée par l’ordonnance du 25 octobre 1944), dont l’article 1 définit la période couverte – depuis le 16 juin 1940 – et les faits incriminés susceptibles de sanctions disciplinaires. Celle-ci est complétée, pour les Finances, par l’arrêté du 7 septembre 1944 créant une commission d’épuration de huit membres, mais dont l’article 7 prévoit qu’elle « n’est pas compétente pour connaître des faits reprochés aux secrétaires généraux, directeurs généraux, directeurs, chefs de service, sous-directeurs, administrateurs et autres fonctionnaires ou magistrats de même rang ». Pour ces hauts fonctionnaires, « il sera statué directement par le ministre sous le rapport du directeur du Personnel après avis d’un jury d’honneur ». Michel Margairaz, en 2003, a bien montré, à partir des archives d’Henri Deroy, que l’initiative est venue, dès le 28 août 1944, d’Emmanuel Mönick, alors secrétaire général provisoire du ministère des Finances, devant les menaces de sanction contre tous les hauts fonctionnaires maintenus ou nommés par Vichy (dont Deroy), émises par André Le Troquer, adjoint d’Alexandre Parodi, représentant du général de Gaulle, et par le comité de libération du ministère. Le 12 septembre, une note du ministre Aimé Lepercq définit la composition de ce jury : le président est André Andrieux, président de section au Conseil d’État, les deux autres membres sont Pierre Brin, président de chambre à la Cour des comptes, et Philippe Texier, conseiller à la Cour de cassation. Au ministère de l’Économie nationale, Pierre Mendès France crée aussi, deux jours plus tard, par l’arrêté du 9 septembre 1944, une commission d’épuration, mais son article 7 ne prévoit un jury d’honneur qu’au cas par cas.

4Dès lors, la question est : qui comparaîtra devant le jury d’honneur et à l’initiative de qui ?

5Dans un premier temps, le Service tente de prendre la main en établissant des listes et en proposant des sanctions au ministre dès le 20 septembre. Il s’agit d’aller vite pour éviter la réintégration dans le corps, qui gêne aussi l’avancement des autres, comme l’écrit ce jour-là, le chef du Service André Fayol, sanction que l’opinion peut juger insuffisante et surtout « désobligeante à double titre : d’abord parce qu’elle est prise sans l’accord du Service ; ensuite parce qu’elle risque de faire considérer votre corps de contrôle comme un refuge pour les fonctionnaires qui ont démérité » On est frappé, à la lecture de cette liste du 20 septembre, à la fois de l’absence de presque tous les dirigeants de l’administration centrale des Finances et de sa sévérité envers ceux qui ont servi, hors Finances, à des postes de direction « qui ne constituaient pas la suite normale de leur activité technique ». La lettre au ministre de Fayol se termine par ce bel exemple de l’esprit de corps :

« L’inspection des Finances forme incontestablement un tout, un ensemble dont la cohésion traditionnelle est d’ailleurs bien connue de ses amis comme de ses ennemis. Aussi de même que tous ceux qui ont servi la cause de la Libération ont servi en même temps l’honneur du Corps tout entier […] de même peut-on souhaiter que l’Inspection prenne, en tant que telle l’initiative des mesures nécessaires contre ceux de ses membres qui ont démérité. »

Mais le ministre Lepercq lui répond dans la marge :

« Le fait d’avoir occupé un poste de direction sous Vichy n’entraîne pas de lui seul des sanctions ; les comités de Londres et d’Alger n’ont jamais invité les fonctionnaires à quitter leur poste, ceux-ci étaient donc en droit de penser que le Général préférait voir de bons Français faire de la résistance [sic] dans leurs postes plutôt que d’abandonner ceux-ci à des mains indignes. »

6Finalement et sans qu’on puisse savoir avec certitude qui en a décidé ainsi, ce n’est pas à l’Inspection de prendre l’initiative mais au jury d’honneur d’être saisi, via la direction du Personnel, et d’étudier le cas de tous les inspecteurs hors des cadres ! À la volonté de séparer rapidement le bon grain de l’ivraie pour défendre l’image du corps, a succédé celle du passage de tous sous la même toise. Désagréable à vivre pour ces hauts fonctionnaires, y compris ceux passés dans la Résistance, cette procédure a l’avantage de ne jeter sur personne en particulier l’opprobre de devoir rédiger un mémoire justificatif, voire de comparaître devant le jury d’honneur.

7Au total, le bilan chiffré de l’épuration administrative officielle au sein de l’Inspection se présente ainsi : 15 inspecteurs sur 226 actifs (de moins de 66 ans), démissionnaires compris, soit 6,8 %, ou 11 inspecteurs sur 168 encore fonctionnaires en 1940 (de moins de 66 ans), soit 5,8 %, sont sanctionnés. En effet, aux huit inspecteurs des Finances révoqués, (Yves de Boisanger, Robert Lacour-Gayet, Henri du Moulin de Labarthète, Bouthillier, Joseph Ripert, Louis Coquelin, Maurice Renand, Henry Dhavernas) s’ajoutent une mise à la retraite d’office (René Villard), deux mises en disponibilité de six mois (Louis Formery et Pierre de Calan) et des sanctions officielles contre quatre anciens inspecteurs rayés des listes (Piétri, inspecteur général honoraire, Baudouin, Barnaud, Jacques Guérard, démissionnaires). Notons que trois inspecteurs au moins n’ont pas été sanctionnés par le ministre alors que des sanctions avaient été demandées par le ou d’autres jurys d’honneur : Jean Cousin, Jean de Sailly et Henri Culmann.

8Ce pourcentage de sanctionnés est bien inférieur à celui de la commission d’épuration des deux ministères Finances et Économie nationale, estimé en 1993 par François Rouquet à 16,4 % des effectifs au 1er janvier 1941. La comparaison avec les autres grands corps administratifs place l’Inspection à mi-chemin entre, d’une part, le Conseil d’État, très compromis sous Vichy, aussi bien par son rôle institutionnel que par l’engagement de ses membres hors du Conseil, et, d’autre part, la Cour des comptes, peu engagée dans l’appareil politico-administratif avant la guerre. À coup sûr, l’Inspection sort de cette période fragilisée par la visibilité des sanctions officielles, à la mesure des postes d’autorité occupés par ses membres, mais relativement épargnée en apparence. Les huit décisions de révocation prises par Pleven seront ultérieurement annulées par le Conseil d’État ou le tribunal administratif (sept seront annulées pour vice de procédure et une pour inexactitude des faits). La dernière annulation de révocation est celle de Bouthillier, en 1959, qui est réintégré dans l’annuaire en 1967, Guérard l’ayant été deux ans plus tôt. L’impatience et la pression de l’opinion publique, le souci du Service de préserver la réputation du corps en évitant à tout prix et rapidement le retour des compromis dans les cadres, l’ont emporté sur le respect du droit que, pourtant, ni le nouveau ministre René Pleven ni son cabinet n’ignoraient.

L’épuration officieuse

9Si elle est impossible à quantifier avec précision, cette épuration douce se prête néanmoins à une estimation et à une typologie selon le type de mesures prises alors : réintégrations éphémères ou durables dans les cadres, mises à la retraite, emplois secondaires, refus de détachement, démissions précoces et non souhaitées, nominations hors de métropole. Deux départs à la retraite précoces sont à noter : Cousin, directeur des Finances de l’Indochine, réintégré en juin 1947 et mis à la retraite en 1949, à 59 ans ; Roger Guérin, gouverneur du Crédit foncier depuis 1936, mis à la retraite en janvier 1945 alors qu’il est né en avril 1885. Ce dernier libère ainsi le poste, moins intéressant certes, pour Deroy, secrétaire général pour les Finances publiques du 16 juillet 1940 au 12 février 1943, qui, pourtant blanchi par le jury d’honneur, ne peut rester à son poste de directeur général de la Caisse des dépôts.

10Le secteur public n’est pas dépourvu de placards, comme celui qui est offert à Pierre-Eugène Fournier, ancien gouverneur de la Banque de France, président de la SNCF depuis le 11 septembre 1940 et directeur du SCAP de décembre 1940 à février 1941. Maintenu en fonctions, il doit quitter tout de même la SNCF le 26 août 1946 et se contenter d’abord d’être détaché à la présidence, bien modeste, de l’Association nationale des porteurs de valeurs mobilières, puis, en 1949, de la Société nationale d’investissement. Comment considérer le non-renouvellement du détachement de Charles Roger-Machart, préfet des Deux-Sèvres de décembre 1941 à janvier 1943, pour le Crédit foncier égyptien, le 15 mars 1945, alors qu’il avait pourtant été blanchi par le jury d’honneur ? Ou celui de Jean Barbier, délégué général de l’Union syndicale des banquiers de Paris et de la province, dont le détachement n’était déjà plus valable depuis 1943 ? Le purgatoire que représente la réintégration dans les cadres n’a pas forcément lieu tout de suite et est généralement éphémère. Ainsi, la plupart des ­inspecteurs détachés à la Production industrielle sont suspendus par le nouveau ministre Robert Lacoste et réintégrés dans les cadres dès l’été 1944. Certains d’entre eux ne se voient plus offrir l’équivalent des responsabilités exercées sous Vichy et ne parviennent pas à repartir, comme René Fredet ou Georges Libersart, par exemple. D’autres, faute d’opportunité dans le public, trouvent refuge dans le privé, les banques surtout, dirigées par des camarades. Le retour ou la nomination dans les cadres des contrôleurs financiers sont à peine mieux ­considérés que la réintégration. Certains s’en contenteront, d’autres pas.

11« Au ministère des Finances, […] ça a été un changement d’équipe, autrement dit, ceux qui avaient été dehors sont rentrés et ceux qui étaient dedans ont pris l’air », nous disait en 1981 René Sergent, directeur adjoint du Commerce extérieur depuis septembre 1942, promu directeur en août 1944, puis nommé au poste convoité d’attaché financier à Londres. Mais les nominations à l’étranger peuvent être aussi des pis-aller, en Allemagne ou en Autriche notamment. Exil provisoire pour les uns avant un retour au pouvoir, comme Jean Filippi, ancien directeur de cabinet de Yves Bouthillier et secrétaire général pour les Affaires économiques jusqu’en avril 1942, suspendu par le ministre René Mayer de ses fonctions de secrétaire général de la SNCF, envoyé le 20 août 1945 comme directeur général de l’Économie et des Finances du gouvernement militaire de la zone française d’occupation à Baden-Baden et rappelé trois ans plus tard, en mai 1948, par le même René Mayer, devenu ministre des Finances, pour diriger la direction des Relations économiques extérieures (DREE). Pour le jeune Philippe de Monplanet, reçu en 1939, le retour s’avère plus difficile. Ancien chef adjoint du cabinet de Jean Bichelonne, promu sous-­directeur au ministère de la Production industrielle (MPI), il a raconté qu’à la Libération, il est considéré « comme un pestiféré ». Réintégré le 5 septembre 1944, il attend avril 1946 pour partir au cabinet du général Béthouart, commandant en chef français en Autriche, mais désirant, en avril 1947, quitter l’Autriche, il constate alors « l’absence de perspective de carrière en raison de ses antécédents » et ajoute : « Je pensais que j’allais être voué pendant un grand nombre d’années à la tournée ce qui n’est pas inintéressant mais enfin qui n’est pas très gratifiant ». Il accepte alors le poste de directeur financier de l’entreprise Segard, du groupe Prouvost, que lui propose un camarade. Jacques Oudiette, brièvement membre du cabinet de Bouthillier, sous-directeur, puis directeur adjoint de la direction des Finances extérieures, reste en fonctions jusqu’en 1945. Mais que faire d’un directeur adjoint qui a fait honorablement une belle carrière sous Vichy ? Il est envoyé comme attaché financier en Argentine de mai 1945 à 1950.

12Les nouvelles organisations internationales permettent aussi de se faire oublier en attendant, parfois vainement, de nouvelles opportunités. Ainsi Bernard d’Été (IF 1920) est obligé, en février 1945, de quitter son poste de secrétaire général du Crédit foncier, qu’il occupait depuis le 21 septembre 1940. Mais pour éviter que cela n’apparaisse comme une sanction, le ministre le détache à nouveau très vite comme directeur des services administratifs du Conseil français d’approvisionnement aux États-Unis. Il n’y reste guère et réintègre, un an plus tard, les cadres qu’il ne quittera plus, posant en vain sa candidature aux emplois issus du traité de Rome. L’outre-mer aussi sert de refuge pour certains inspecteurs ayant exercé de hautes responsabilités, comme l’illustre l’exemple d’Henri Culmann, secrétaire général du MPI. Pleven ne suit pas les recommandations du jury d’honneur de mise en disponibilité d’un an sans traitement et se contente d’abord de le réintégrer dans les cadres de l’Inspection, puis l’envoie le 23 août 1945 en Tunisie diriger les finances du Protectorat, débouché nouveau pour un inspecteur.

13Quels qu’aient été la méthode et le nouvel emploi, nous estimons à une petite trentaine ces sanctions de carrière, visibles en interne seulement. Ainsi notre analyse conforte-t-elle les conclusions de Marc Olivier Baruch sur l’épuration économique :

« Des domaines d’activité professionnelle connurent de ces épurations qui ne dirent pas leur nom comme ce fut largement le cas au sein des fonctions publiques civiles et militaires par un usage fin de mesures de gestion (avancements retardés, mobilités géographiques ou fonctionnelles imposées, mises à la retraite anticipée sans compter les « placardisations » dont il est aujourd’hui complexe de percevoir exactement l’impact sur les intéressés et sur leur milieu professionnel) – toutes décisions juridiquement inattaquables car ne présentant formellement pas le caractère de sanctions mais néanmoins génératrices de puissants non-dits et de ressentiment durables ».

14En y ajoutant les onze sanctionnés officiels, l’épuration à l’Inspection, visible et invisible, d’une quarantaine d’inspecteurs encore fonctionnaires se révèle donc importante en nombre (un cinquième d’inspecteurs fonctionnaires), à défaut d’être aussi rigoureuse que certains l’auraient souhaité. Mais les formes qu’elle a prises ont eu pour résultats de donner à l’extérieur une impression de mansuétude dont des historiens ont parfois été dupes, tout en nourrissant en interne une certaine amertume et des blessures durables d’amour-propre.

Le renouvellement des équipes

15Entre 1944 et 1946, la moitié des membres a donc vu sa carrière bifurquer. Sur les onze inspecteurs directeurs en fonctions en juin 1944, neuf ont quitté leur emploi aux 31 décembre 1946. Un cinquième d’entre eux (une quarantaine), souvent plus âgés, ont été écartés, près d’un quart (une cinquantaine), plus jeunes, ont pu être récompensés et répondre ainsi aux offres de gouvernements interventionnistes. Bien sûr ce renouvellement recouvre aussi la noria habituelle, mais la lecture des noms des « résistants » ne peut que frapper tous ceux qui s’intéressent à l’histoire financière et économique de la France après 1945. On y trouve tous les inspecteurs qui vont diriger les finances et l’économie des Trente Glorieuses, l’Inspection ayant pu, par leur engagement, assurer la relève exigée par l’opinion. Car si l’Inspection au sens strict sort affaiblie de la guerre, peinant à conserver ses effectifs pour faire son métier, les inspecteurs, eux, sont plus conquérants que jamais, la jeune ­génération de « patriotes » prenant la relève des anciens dirigeants de Vichy.

16Dès la fin des années quarante, il y a bien renouvellement des hommes et relève des équipes, car si ce sont toujours des inspecteurs qui sont aux commandes des finances publiques ou semi-publiques, ce ne sont plus les mêmes, exception faite de quelques anciens, comme Wilfrid Baumgartner, puis Jacques Brunet à la Banque de France, ou Olivier Moreau-Néret au Crédit Lyonnais, Jean Watteau à la Caisse des Dépôts ou Deroy chez Paribas. C’est une génération plus jeune (moins de dix ans dans le corps), échaudée par les méfaits de la déflation, convaincue de la nécessaire intervention de l’État pour relever le pays. C’est aussi une génération engagée qui, pour la plupart, a pris des risques et a su rompre avec l’État français, bien tardivement parfois mais majoritairement à partir de l’hiver 1942-1943. Ainsi, non seulement l’Inspection réussit à ne pas perdre ses anciens débouchés, mais elle est en mesure de répondre aussi aux besoins des nouvelles institutions (Plan, SGCI, nationalisations) et l’épuration invisible lui offre indirectement de nouvelles opportunités hors métropole et dans le privé, qui embauche à nouveau avec la croissance retrouvée. Le tableau impressionnant que présente le chef du Service à son ministre, en mars 1946, pour les seuls inspecteurs fonctionnaires en témoigne : 28 inspecteurs au ministère des Finances, dont 15 directeurs, sous-directeurs et chefs de service ; 17 à l’Économie nationale, dont 8 directeurs, sous-directeurs et chefs de service ; 12 dans les autres départements ministériels ; 19 dans des entreprises à la nomination du gouvernement, dont 16 dans les établissements publics financiers, sans compter les 34 chargés de mission théoriquement dans les cadres.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Potton Jean-François, La Cour des comptes pendant les années noires, 1939-1945, Paris, La Documentation française, 2011, 169 p.

Baruch Marc Olivier (dir.), Une poignée de misérables, L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003, 612 p.

Margairaz Michel, « Les élites financières publiques de Vichy au retour à la République : une épuration précoce et endogène », communication présentée à Rome en janvier 2003 à la table ronde « De la dictature à la République. Les modalités de la transition », organisée à l’École française de Rome, restée inédite à ce jour et aimablement communiquée à l’auteur.

Rouquet François, L’épuration dans l’administration française. Agents de l’État et collaboration ordinaire, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1993, 300 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540