Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Les parcours dans la tourmente, 1939-1944

Nathalie Carré De Malberg

Texte intégral

1L’Inspection des Finances et les inspecteurs eux-mêmes, comme les autres grands corps, ont entretenu longtemps une certaine opacité sur les années noires, alimentant une légende plus souvent noire que rose sur l’Inspection des années 1939-1946. Double légende illustrée l’une comme l’autre par quelques noms : Yves Bouthillier et Henri du Moulin de Labarthète d’un côté, François Bloch-Lainé et Jacques Chaban-Delmas de l’autre, tandis que Maurice Couve de Murville incarnait à lui seul la rupture de novembre 1942 et l’évolution des esprits. Peut-on réduire l’histoire de ce corps de près de 200 hauts fonctionnaires à quelques figures, toujours les mêmes ? Peut-on parler de permanence entre la IIIe, Vichy et la IVe République pour la seule raison que les membres de l’état-major financier public ou privé n’ont pas cessé d’être puisés à l’Inspection des Finances ?

2En 1999, grâce au chef du Service, Thierry Bert, l’Inspection, en nous ouvrant ses archives, est devenu le premier grand corps à faciliter la recherche, non pas sur les actions conduites, qui ne figurent pas dans ses archives, mais sur les trajectoires. En croisant avec les dossiers de personnel, quelques fonds divers, des travaux d’autres historiens et de nombreux témoignages, cette recherche de bénédictin vient d’être publiée dans notre ouvrage, Le grand état-major financier, en 2011. Les limites imposées par ce dictionnaire ne peuvent qu’en donner un résumé, de nature quantitative surtout, soucieux d’une chronologie, mais dépourvu, hélas, de l’analyse des parcours individuels et des motivations, affichées ou réelles. Les accélérations comme les ruptures des carrières et le renouvellement des équipes, aussi bien en 1940 qu’en 1945, que cette étude met en lumière nuance, voire contredit à la fois les affirmations d’un Paxton sur la continuité de l’Inspection (nourries de la lecture des annuaires ou organigrammes du seul ministère des Finances), celles de l’Inspection elle-même, défendant jadis son honneur en jouant sur les dates et les promotions, ou encore celles, plus récentes, de François Bloch-Lainé et Claude Gruson au cours de leur « examen de conscience », cherchant à établir une palette des attitudes plus ou moins convenables à l’appui de leur seule mémoire et donc des connaissances limitées qu’ils pouvaient avoir des uns ou des autres à l’époque.

3Si le critère chronologique est évident pour cette période, nous avons préféré l’intégrer dans l’étude successive : des comportements patriotiques d’abord, au combat en 1939-1940, dans la France libre, à Londres, à Alger ou sur le front et dans la Résistance intérieure ; ensuite dans leur réponse au formidable appel d’air de l’appareil d’État de Vichy. Mais ce sujet, comme toute étude sur cette période, présente de vraies difficultés que nous n’avons pas su toujours résoudre en raison des sources parfois contradictoires ou lacunaires : pour établir une chronologie fiable, critère pourtant essentiel dans ces cinq années ; pour définir des engagements, notamment résistants ; pour dénombrer les parcours, que nous avons limités aux inspecteurs encore fonctionnaires (ni retraités ni démissionnaires). C’est dire que nos résultats comportent encore certaines inconnues et n’évitent pas toujours le conditionnel.

Les parcours militaires et patriotiques, 1939-1944

4Un état de la situation des inspecteurs restés dans les cadres indique, en 1940, 62 mobilisés (quelle que soit leur affectation) sur 98 inspecteurs théoriquement dans les cadres, soit 65 %. Une autre source, du 1er mars 1945, dans le contexte de défense du corps devant les attaques et menaces, fait état de 57 inspecteurs « mobilisés dans des unités combattantes », en 1939-1940, sur 173 inspecteurs fonctionnaires, soit 33 %. Il donne 19 cités, 7 blessés (Hervé Le Roy, Max Amaudric du Chaffaut, Pierre Herrenschmidt, Christian Cardin, Jean Vacher-Desvernais, Pierre-Paul Schweitzer, Philippe Guillemin de Monplanet), 2 tués (Sacha Donon et Jean Meaudre) et 21 prisonniers, soit 37 %, dont 10 plus de dix mois, 4 évadés, 14 rapatriés et 3 encore prisonniers en 1945. Parmi eux, Philippe de Montrémy a organisé une écurie de préparation au concours de l’Inspection dans l’oflag IV D, en Haute-Silésie, où il a eu comme poulains Maurice Lauré, André Guillot-Tantay, Robert Véron, Charles-Armand Vincent de Vaugelas et Yves Marcille, qui seront reçus en 1945 et 1946.

5Après l’armistice, l’engagement pour la libération du territoire prend différentes formes selon qu’il se déroule hors de la métropole ou non, selon la chronologie et selon sa nature, militaire ou civile (cf. tableau 1).

6Un tableau des inspecteurs fonctionnaires déclarés « absents » de métropole par le Service, daté d’avril 1943, complété à la main en août 1943, donne les noms de 28 inspecteurs. Si on ajoute les deux jeunes inspecteurs reçus au concours de 1943 qui ne figurent pas sur le tableau, Pierre Ledoux et Yves Le Portz, on compte 30 « absents » à l’été 1943, soit 16 % des 179 inspecteurs encore fonctionnaires des promotions, 1904-1943. Il n’y a plus de dissidence ni d’évasion de France après cette date, alors que le flux se poursuit pour l’ensemble des Français, les engagements ultérieurs au sein de la Résistance intérieure prenant sans doute le relais. Sur ces 30 « absents », un quart seulement, 8 sur 30, a rompu avec le régime avant novembre 1942 et l’invasion de la zone sud, soit 4,8 % des 179 inspecteurs. Pour les 22 autres, les ruptures ou les évasions s’échelonnent entre novembre 1942 (neuf dissidents, trois évadés de France en 1942) et l’été 1943 (un dissident, dix évadés de France en 1943). Plus de la moitié, 16 sur 30, soit 11 % des promotions 1904-1943, déclarés dissidents, ne sont pas en métropole lorsqu’ils rompent avec le régime de Vichy. Cette circonstance géographique, favorable à la dissidence précoce, n’entraîne pas de conséquence automatique chez tous avant novembre 1942. Par exemple, en Syrie, André Ehrhardt rompt avec le régime dès septembre 1940 ; son remplaçant Edmond Dobler, lui, choisit de revenir en métropole lorsque la Syrie bascule du côté des Alliés avec l’arrivée du nouveau haut-commissaire, le général Georges Catroux, le 1er juillet 1941.

7Précisons que la dissidence, comme l’évasion, n’équivaut pas au ralliement immédiat au général de Gaulle. Si Hervé Alphand, attaché financier aux États-Unis, offre d’emblée ses services au général de Gaulle, d’autres servent d’abord Giraud, comme Ludovic Tron, Jean de Largentaye ou Maurice Couve de Murville ; d’autres encore préfèrent servir auprès des Alliés à Londres (Dominique Leca, Gilbert Devaux, Jean Vacher-Desvernais). En Afrique du Nord, au cours de l’année 1943, les huit inspecteurs présents, dissidents involontaires, en quelque sorte, ont des engagements successifs et n’ont fait que suivre le cours des événements, quelle qu’ait pu être leur préférence. Ainsi, le jeune inspecteur Roger Goetze a raconté sa participation, en Algérie, aux complots en faveur de Maxime Weygand, puis Henri Giraud, avant de rallier de Gaulle. Parmi, les quatorze évadés de France, certains relèvent de ces « vichysto-résistants », selon l’expression de Jean-Pierre Azéma et Denis Peschanski. Ce dernier souligne en 1995, dans le Dictionnaire de la Résistance, qu’en servant le gouvernement de l’armistice, avant de rompre avec le régime, ils « agissent sans réserve contre l’Occupant mais font confiance au Maréchal et approuvent même souvent sa politique ». Il en va ainsi des plus connus : Couve de Murville ou Paul Leroy-Beaulieu. Mais on peut aussi citer, au début de la période du moins, Jacques de Fouchier et Thierry de Clermont-Tonnerre.

8La prise de risque est aussi de nature différente. Il n’y a pas de commune mesure entre André Diethelm, Couve de Murville et Leroy-Beaulieu, qui bénéficient de mission ou de vrais faux passeports (sans pour autant voyager en wagons-lits), et ceux qui sont partis clandestinement au risque de se faire arrêter avant l’Espagne, déportés en Allemagne, comme Le Portz, ou dans les prisons espagnoles, comme Le Roy, brillant combattant déjà de 1914-18, (qui deviendra président de l’Association des inspecteurs des Finances à la Libération), Jacques de Bresson, Ledoux et Clermont-Tonnerre. Enfin, la nature civile ou militaire de leur engagement les distingue encore : huit inspecteurs, soit un tiers des dissidents et évadés, et 4,5 % des inspecteurs fonctionnaires, combattent dans les armées de la France libre avant août 1944 : Le Roy, Ardant, Ludovic Tron, Fouchier, Clermont-Tonnerre, Henry Dhavernas, Jean Ricquebourg et Ledoux.

9Quelle que soit la nature de ces engagements, civils ou militaires, dissidences ou évasion de France, 19 inspecteurs ont été sanctionnés par Vichy, dont douze révoqués ou rayés des cadres, parfois déchus de la nationalité française et leurs biens mis sous séquestre. Les autres sont soit considérés comme démissionnaires, soit mis en disponibilité, soit suspendus, soit non rémunérés, le tout sans logique apparente ! On ne peut parler de sanction sans évoquer les deux inspecteurs encore fonctionnaires, victimes, eux, des deux statuts des juifs, Jacques Rueff en décembre 1940 et François-Didier Gregh en novembre 1941. L’un et l’autre, bénéficiant des dérogations prévues, doivent renoncer à leur fonction hors des cadres, mais non à leur appartenance à leurs corps d’origine. Est-il besoin de dire que les mises à l’écart politiques, déjà en vigueur sous la IIIe République, ont rejoué en 1940, comme en 1936, période d’alternance politique forte, au détriment, par exemple, de Pierre-Eugène Fournier, évincé de la Banque de France ; Hervé Alphand, de la direction des Accords commerciaux ; Jean Saltes, de la ­direction du Mouvement des fonds ; Pierre Calvet, de celle des Finances extérieures.

10Nous avons retenu comme résistants de l’intérieur ceux reconnus officiellement après la guerre, quelle qu’aient été les fonctions occupées dans l’administration de Vichy ou dans la Résistance (cf. tableau 2). Par exemple, Henri Yrissou, directeur de cabinet d’Yves Bouthillier à Vichy, puis intendant des Affaires économiques dans le Limousin en mai 1942, est inscrit après la guerre comme agent P1, réseau Action R5 (SAP) du 1er janvier 1943 au 30 septembre 1944. La date d’engagement retenue peut aussi être discutée. Ainsi, celle de F. Bloch-Lainé au Comité général d’études peut être datée de sa rencontre avec René Courtin, dans le deuxième semestre 1943, mais son engagement officiel dans le Comité de financement de la Délégation générale, le COFI, est du 1er mars 1944. Sont cités en italique, dans les tableaux, mais non comptabilisés, ceux, plus discrets, rencontrés dans des sources diverses. Enfin, nous n’avons pas retenu, faute de sources suffisantes pour tous, les engagements des démissionnaires, comme Jean Laurent, directeur à la Banque de l’Indochine, entré en résistance dès décembre 1940, membre notamment du réseau Alliance, de même que nous n’avons pas retenu, plus haut, les dissidents ou évadés de France démissionnaires comme Émile Minost, directeur général du Crédit foncier égyptien, membre du Comité national français d’Égypte, ou Bernard Brezet, parti pour la Société générale en 1931, évadé de France en 1943, tué à l’ennemi sur le front italien en 1944.

11Nous ne retenons pas non plus ceux qui, dans leurs fonctions, ont cherché à s’opposer, en négociant durement, aux exigences allemandes, qui relèvent, selon la distinction de Martin Broszat en 1977, de la Resistenz et non de la Widerstand. Et nous adhérons à cette réflexion de Marc Olivier Baruch : « Faire son métier, pour des centaines de hauts fonctionnaires, c’était en permanence négocier les signes du maintien de la souveraineté, fut-elle formelle, du pays […] Ce n’était pas, du moins à nos yeux, faire acte de résistance. » Sans revenir sur l’action de Couve de Murville à la commission Wiesbaden depuis le 29 juin 1940, de Jacques Brunet, directeur du Trésor, et de Jacques Fourmon, directeur des Prix au Majestic, on peut rappeler deux structures écrans dépendantes du Secrétariat général pour les Affaires économiques, mises en place et dirigées par des inspecteurs des Finances dès l’été 1940 : le BAVE, Bureau des achats et des ventes à l’étranger, dirigé par René Sergent, auquel a également collaboré Fouchier, rattaché à la direction du Commerce extérieur ; le Bureau des intérêts étrangers en France, ou bureau B, au sein de la direction de l’Économie générale, dirigé d’abord par Jacques Berthoud (Cour des comptes), puis, en octobre 1942, par Calvet. Michel Margairaz, sans nier leur efficacité, a démontré dans sa thèse, publiée en 1991, que si : « Le capital français a été relativement préservé par les dirigeants du premier Vichy », sous la réserve des entreprises aryanisées, encore faut-il que l’occupant manifeste un réel intérêt. Or ajoute-t-il : « Les visées allemandes sur le capital, situé en France même, apparaissent relativement limitées, malgré les déclarations prononcées après la guerre par certains dirigeants sur l’ampleur de l’appétit allemand », appétit qui diminue fortement à partir d’avril 1942. Quant aux six otages issus de l’Inspection envoyés avec d’autres hauts fonctionnaires, en août 1943, en Autriche, à Planzee, dans une résidence surveillée dépendant de Dachau, en dépit des risques encourus, notamment, lors de la libération du camp, même le service de l’Inspection n’a jamais songé à les classer dans ses listes de résistants.

12L’historien, qui doit tenir compte des sources fiables, préfère donc retenir le chiffre minimum de 28 inspecteurs dans la résistance intérieure attestés officiellement, sur 188 inspecteurs fonctionnaires des promotions 1905-1944, soit 14 %, plutôt que celui de 33, non homologué. On remarquera la surreprésentation des plus jeunes : près de la moitié (13) est issue des concours 1941-1944. On remarquera également que la moitié ne s’engage qu’en 1944, un petit quart entre 1940 et 1942, un quart en 1943. Derrière ces chiffres, les itinéraires sont bien différents, mais trop nombreux pour être traités ici. Mentionnons tout de même ceux qui ont payé leur engagement de leur vie : Antoine Treuille, tué le 9 août 1944 après avoir rejoint le maquis du Vercors comme lieutenant de chasseur en juin 1944 ; Robert Boulloche (IF 1938), mort à Dora dans le kommando d’Ellrich en janvier 1945, après avoir été arrêté par la Gestapo en août 1944 avec ses parents et avant son frère, André Boulloche (non inspecteur), du mouvement OCM, délégué militaire régional à Paris. Deux autres ont été arrêtés et torturés : Pierre-Paul Schweitzer, déporté à Buchenwald le 17 août 1944 alors qu’il dirigeait le NAP ; André Postel-Vinay, le premier inspecteur ­résistant ­chronologiquement parlant, engagé en octobre 1940 dans le réseau « SR guerre » du 5e bureau, arrêté dès décembre 1941, évadé de l’hôpital Sainte-Anne le 3 septembre 1942, puis exfiltré vers Londres le 20 septembre 1942. Deux autres ont été choisis, lors de la libération de Paris, pour être secrétaires généraux provisoires de ministère, Emmanuel Mönick aux Finances et Pierre Miné au Ravitaillement. Ce rappel trop sommaire serait incomplet sans les noms de Delmas, Chaban dans la Résistance, délégué militaire national en 1944 et Lorrain Cruse, Le Lorrain dans la Résistance, délégué militaire régional en 1944.

13Au total, à la Libération, sur 188 inspecteurs des Finances toujours fonctionnaires et ayant moins de 41 ans de carrière en 1944, 50 inspecteurs, soit 26 % des membres du corps, peuvent légitimement considérer avoir « résisté » et combattu, les armes à la main ou non, le régime (et) ou l’Occupant, dans ou hors métropole, avant le 25 août 1944, et avoir ainsi contribué à la libération du territoire, plus ou moins tardivement, et en ayant pris plus ou moins de risques. Sur ces 50 (13 évadés, 9 dissidents actifs, 28 résistants de l’intérieur), 19 inspecteurs ont combattu les armes à la main, soit 10 % des inspecteurs fonctionnaires : huit dans les Forces françaises libres avant août 1944 (Le Roy, Tron, Fouchier, Ricquebourg, Bresson, Ledoux, G. Ardant, Dhavernas) ; onze dans les FFI (Cardin, Treuille, Delouvrier, Larre, P. Célier, J. Vincenot, Cruse, Forgeot, (Chaban) Delmas, Wirth, J. de Chalendar). La comptabilité du Service, qui prend en compte les deux promotions de 1945 et les engagés tardifs, aboutit, en mars 1946, à 56 sur un total non explicité de 180, soit 31 %. Entre 50 (26 %) pour l’historien rigoureux et 56 (31 %), le chiffre officiel repris par les historiographes de l’Inspection, à chacun de choisir, mais quel que soit le chiffre, la comparaison avec d’autres grands corps, notamment avec la Cour des comptes, étudiée par Jean-François Potton en 2010, est à ­l’avantage des inspecteurs.

14Mais de même qu’ils ont été plus nombreux à avoir rompu avec le régime et à avoir combattu, de même ils ont été plus nombreux à servir l’administration ou le gouvernement de Vichy.

L’appel d’air de Vichy, 1940-1944

15Au 1er août 1939, 55 inspecteurs sortis des cadres servent dans l’administration ou dans les cabinets ; ils sont 82 au 1er janvier 1942 (dissidents non compris), soit 27 de plus. À partir du 11 novembre 1942, les ralliements à la France libre à Alger, Londres ou sur le front, et les comportements prudents ou lucides réduisent ces effectifs : au 1er janvier 1943, ils ne sont plus que 71 ; au 1er janvier 1944, on en compte 62. Si on ne raisonne plus par date mais par période, les chiffres sont encore plus explicites. Entre 1935 et 1939, sur les 87 inspecteurs fonctionnaires hors des cadres, 68 sont passés dans les administrations ou les cabinets en métropole et 39 dans les entreprises publiques ou semi-publiques, contrôle financier compris. Entre 1940 et 1944, sur les 115 inspecteurs fonctionnaires hors des cadres, 99 travaillent dans une administration ou un cabinet et 32 dans les entreprises, contrôle financier compris. La période de l’Occupation a donc offert à 31 inspecteurs de plus l’opportunité de servir dans les administrations ou les cabinets. En outre, à ces 99 inspecteurs fonctionnaires qui ont travaillé dans l’administration ou cabinets de Vichy, il faut ajouter les neuf démissionnaires revenus spontanément servir l’État français soit 108.

16Tandis que les autres ministères recrutent 17 inspecteurs supplémentaires, le nouveau ministère des Finances élargi emploie, à un moment ou à un autre, quinze inspecteurs de plus qu’avant la guerre. Le ministre Bouthillier, le 8 avril 1942, s’en explique ainsi dans sa lettre aux inspecteurs généraux :

« L’État a dû assumer depuis l’Armistice des devoirs et des responsabilités que ses cadres traditionnels ne l’avaient pas préparé à remplir […] L’extension de son rôle a exigé l’affectation d’un personnel d’élite, capable à la fois de faire face à des tâches plus nombreuses et de venir à bout de travaux plus difficiles. J’ai donc été conduit à confier de plus en plus souvent un rôle de direction aux hauts fonctionnaires autrefois investis d’une mission de contrôle et à prélever sur les effectifs de l’Inspection des Finances les collaborateurs éminents que l’œuvre du gouvernement venait à requérir. »

17On ne peut s’étonner que les cabinets des deux ministres des Finances successifs soient dirigés, comme avant la guerre, par des inspecteurs des Finances. Au total, ils sont 13 à y avoir exercé des fonctions entre le 16 juin 1940 et le 25 août 1944. Ce nombre important ­s’explique aussi par le dédoublement du cabinet à Vichy et à Paris. Le nouveau secrétariat d’État à l’Économie nationale et aux Finances créé par Bouthillier, le 30 août 1940, présente, pour reprendre les termes de Margairaz, une structure dualiste, rassemblement « insolite » des directions traditionnelles de la rue de Rivoli et de celles, plus récentes, issues des réformes de 1936 et de 1940. Dans cette nouvelle organisation du ministère, mariage de la carpe libérale et du lapin dirigiste, nous avons calculé que sur les onze inspecteurs (sur seize emplois de direction) directeurs ou secrétaires généraux en janvier 1941 repérés par Margairaz, trois seulement étaient déjà dans ces fonctions avant 1940 : Adéodat Boissard à l’Enregistrement, Jean Appert aux Contributions directes et Jean Watteau aux Contributions indirectes. Le 16 juillet 1940, deux inspecteurs des Finances sont nommés secrétaire général : Henri Deroy, directeur général de la Caisse de dépôts depuis 1935, aux Finances jusqu’au 12 février 1943 ; Olivier Moreau-Néret, démissionnaire, secrétaire général du Crédit Lyonnais depuis 1926 aux Affaires économiques, jusqu’à fin juin 1941, puis Jean Filippi jusqu’en avril 1942.

18Parmi ces nominations aux Finances postérieures à juin 1940, citons : Jacques Brunet, passé de la direction de la Comptabilité publique à la direction du Trésor ; Couve de Murville, de la direction adjointe du Mouvement des fonds à la direction (nouvelle) des Finances extérieures ; Leroy-Beaulieu, de l’agence financière de New York à la direction du Commerce extérieur, issue du ministère du Commerce, jusqu’en mars 1943 (auquel succède Louis Coquelin jusqu’en août 1944). Citons aussi Joseph Ripert, directeur de la nouvelle direction des Impôts, puis, en 1942, de la direction des Assurances, importée du ministère du Travail par la loi du 28 février 1941. La direction la plus gourmande en inspecteurs est la nouvelle direction de l’Économie générale, d’abord dirigée par René Zaffreya (non-inspecteur) jusqu’en avril 1942, puis par Olivier Mourre jusqu’en octobre 1943 et, enfin, par Jacques Tournier jusqu’en mars 1946. On compte dans cette seule direction neuf inspecteurs : Gilles Warnier de Wailly, Pierre Douffiagues, Saltes, Jean-Michel Boreux, Jean de Sailly, Fourmon et Claude Tixier. Lorsque la sous-direction des prix est érigée, le 8 octobre 1941, en direction, Fourmon en prend la tête avec Tixier.

19À trop se focaliser sur les directeurs, les historiens ont un peu négligé le formidable appel d’air des emplois de chargés de mission, sous-directeurs et chefs de Service, et donc les accélérations de carrière dans cette période. Derrière les apparences de quelques noms, qui ont pu abuser, ce n’est donc pas vraiment la stabilité qui caractérise les parcours des inspecteurs au nouveau ministère des Finances sous Vichy, mais plutôt la mobilité et l’ascension professionnelle très rapide, toujours favorable à des inspecteurs certes, mais à des inspecteurs de promotions plus récentes et surtout au parcours antérieur souvent plus modeste.

20L’entrisme dans les ministères dépensiers, qui existait déjà au cas par cas au xixe siècle, avait pris davantage d’importance dans les années trente, notamment faute d’embauche dans les entreprises à partir de 1932-1933. Mais son ampleur et la variété des ministères concernés sont, elles, très nouvelles : 49 inspecteurs en fonctions hors Finances entre 1940 et 1944 (cabinet compris), d’après les dossiers de carrière, contre 32 inspecteurs au cours des années 1935-1939 soit 17 de plus. La progression est impressionnante. Sur ces 49 inspecteurs, 37 occupent pour la première fois un emploi hors de leur ministère d’origine et c’est, bien souvent, leur première occasion de sortir des fonctions de contrôle occupées à contrecœur. Warnier de Wailly, dans une note sur l’Inspection adressée aux autorités d’occupation le 25 mars 1944, en donne une explication :

« La formation des services publics capables de servir l’État dans ses tâches nouvelles n’a pas été aussi rapide que l’extension de celles-ci. Pour des missions nouvelles il a fallu constituer des Administrations neuves. La formation de cadres de haute valeur est longue. […] Les Services du Ministère des Finances se trouvaient avoir, professionnellement pour ainsi dire, des ouvertures plus larges sur les affaires publiques, au moment précis où les interventions de l’État tendaient de plus en plus à revêtir un aspect financier ».

21On compte 18 inspecteurs dans les cabinets hors Finances (y compris ceux des chefs du gouvernement ou du Maréchal), dont ils assurent en général la direction. L’adjoint au chef du Service, Fayol, le justifie ainsi en 1942 dans une conférence sur les carrières : « Les cabinets des ministres notamment ont besoin d’esprits distingués, clairs et subtils et sont ravis d’avoir du même coup des agents de liaison avec le très puissant et très redouté Ministre des Finances. » Si leur nombre impressionne, compte tenu de la conjoncture politique particulière, il faut se souvenir que cette filière s’était développée dans les années trente et que la rotation des ministres dépensiers sous Vichy en a facilité l’accès. Ces nominations autant politiques que techniques, auxquelles ils n’ont pas su ou voulu résister alors que rien ne les obligeait à quitter leur ministère de tutelle, constitueront un des quatorze critères répréhensibles dont ils auront à répondre à la Libération, à commencer par Jacques Guérard, mais aussi Coquelin et Maurice Renand auprès de Laval, H. du Moulin auprès du maréchal Pétain, ou Pierre de Calan auprès de Jean Bichelonne ministre de la Production industrielle.

22Les administrations les plus gourmandes sont les ministères ou secrétariats d’État techniques : Production industrielle (8) et Ravitaillement (5) surtout, mais aussi Communications et Travaux publics ou encore les nouvelles fonctions d’intendant économique. Cinq intendants sur seize (six régions économiques en zone sud, dix en zone occupée) sont issus de l’Inspection. Les administrations plus politiques, comme l’Information, l’Intérieur (via les Réfugiés), la Direction générale des territoires occupés (DGTO), les commissaires du Pouvoir, le Service de contrôle des administrateurs provisoires (SCAP), le Secrétariat général du Gouvernement, la Jeunesse, la Famille, moins attractifs ou moins demandeurs, ont moins recruté, mais n’ont pas été écartés. Au total, hors inspecteurs démissionnaires – comme Charles Donati, préfet, ou Jacques Guérard, secrétaire général du gouvernement de Laval –, ils sont tout de même une vingtaine à avoir occupé des emplois, en apparence technique, dans des cabinets ou administrations à caractère plus politique, en mission ou en situation de direction, généralement avant 1942. Enfin, pour ce qui est des deux délégations des affaires économiques indépendantes du ministère des Finances, l’une, la Délégation française auprès de la délégation allemande d’armistice pour les affaires économiques, à Wiesbaden, puis, après février 1941, à Paris, est dirigée par Yves de Boisanger, gouverneur de la Banque de France, et la sous-commission des finances est présidée par Couve de Murville ; l’autre, la Délégation générale pour les relations économiques franco-allemandes, créée en février 1941, est dirigée jusqu’en janvier 1943 par Jacques Barnaud, démissionnaire de l’Inspection.

23Ces prises d’emploi à l’extérieur du ministère des Finances se sont faites surtout dans les premières années 1940-1942 ; 14, seulement, sur les 77 de la liste élaborée par le Service pour le jury d’honneur ont exercé de nouvelles responsabilités ou de nouveaux emplois hors Finances après novembre 1942. La chronologie montre en effet, comme aux Finances, la prise de distance avec le retour de Laval, en avril 1942, et, plus encore, avec l’occupation de la zone sud à la fin de l’année 1942. Ce mouvement de repli peut prendre différentes formes : retour dans les cadres, comme ce fut le cas de Guy-Henri Hermite ou de Bernard Clappier, ou dans le corps des contrôleurs financiers où ils étaient détachés avant-guerre, comme Guy de Carmoy ; nominations dans un poste plus abrité de l’administration des Finances ou d’une entreprise publique, comme Jacques Boivin-Champeaux à la SNCF ; voire disparition dans la nature, comme Mönick dès 1942 ou Yves de Chomereau en 1943. Leur démarche illustre, mais parfois un peu tard, les propos de F. Bloch-Lainé sur les hauts fonctionnaires sous l’Occupation :

« Ils ont pu choisir à tout moment entre la complicité et l’abstention. Aucun n’était contraint par son statut à faire n’importe quoi de contraire à sa conscience… Il n’y avait pas de captif du devoir. Il suffisait le plus souvent d’être prêt à se faire mal voir, à être éloigné des tâches importantes, à ne plus « avancer ». »

Ce que certains ont choisi de faire… au fil du temps.

24Alors oui, au risque de choquer le lecteur, la période de l’Occupation apparaît bien comme une Belle Époque pour les carrières de ces inspecteurs. Assurément, ceux-là ont continué à servir l’État, fût-il l’État français et non plus la République, sans état d’âme particulier avant 1943, avec une aspiration plus impatiente que jamais à accéder aux emplois de responsabilité, un refus accru d’exercer leur métier d’origine, fut-ce au prix de fonctions singulièrement plus politiques qu’auparavant.

25Au total, l’ensemble du corps s’est révélé suffisamment hétérogène pour satisfaire les besoins successifs les plus contradictoires et figurer ainsi, à la Libération, aussi bien parmi les corps de hauts fonctionnaires les plus compromis que parmi les plus résistants.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Potton Jean-François, La Cour des comptes pendant les années noires, 1939-1945, Paris, La Documentation française, 2011, 169 p.

Marcot François (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2006, 1 187 p.

Baruch Marc Olivier, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

Margairaz Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, préface de François Bloch-Lainé, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. 

Sources

Bloch-Lainé François et Gruson Claude, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Odile Jacob, 1996, 284 p.

Annexes

Tableau 1. Nom des 30 inspecteurs des Finances fonctionnaires, dissidents ou évadés de France, par ordre chronologique de dissidence ou d’évasion
et selon la situation géographique avant/après.

N’ont pas été comptabilisés les dissidences de Lacour-Gayet aux USA et de du Moulin de Labarthète en Suisse.

En 1940 : 4
Angleterre/Angleterre : Vacher-Desvernais, 1/07. Portugal/Angleterre : Leca, 21/07 ; Devaux, 21/7. AEF/AEF : Soubirou-Pouey, 27/12.

En 1941 : 3
USA/Angleterre/Alger : Alphand, 13/06. France/Portugal/Angleterre/Alger : Diethelm, 01/08. Beyrouth/Angleterre/Alger : Ehrhardt, 13/08.

En 1942 : 12
Argentine/Argentine : Aris, 19/11. Alger/Alger : Gonon, Essig, Tocqueville, Goetze, Willecot de Rincquesen, Dhavernas, novembre. Maroc/Maroc : Tron (/FFL) et Robert, novembre. France/Tunisie/Alger : Guindey, décembre/avril 1943. France/Angleterre/Alger : Postel-Vinay, 13/12. France/Alger : Gregh, décembre.

En 1943 : 11
France/Alger : G. Ardant, février ; Couve de Murville, 24/03 ; Leroy-Beaulieu, 24/03 ; Ricquebourg (FFL), avril ; J. de Fouchier (FFL), avril ; Le Roy (FFL), 13/04 ; Ledoux, (FFL) 14/08 ; Bresson, 08/02 ; Clermont-Tonnerre, printemps. Espagne/Alger : Largentaye (Rioust de) 02/05. France/Buchenwald : Le Portz, été.

Tableau 2. Inspecteurs fonctionnaires entrés dans la résistance intérieure
par ordre chronologique

Année

Engagés dans la Résistance intérieure (civile ou militaire), y compris FFI
lors de la Libération

1940 = 2

Postel-Vinay, Chaban-Delmas

1941 = 1

Miné

1942 = 4 + 1

Faivre d’Arcier, Gaillard, Schweitzer, Cruse, Gibert

1943 = 6 + 3

Boissard (H.), Calvet, Louvencourt, Gruson, Bloch-Lainé (F.), Forgeot, Fayol, Rueff, Moeneclaey

1944 = 15 + 1

Le Bec, Mönick, Cardin, Yrissou, Mourre (E), Lavaissière de Lavergne, + Boulloche,
+ Treuille, Delouvrier, Célier, Bizard, Larre, Vincenot, Cottier, Wirth, Chalendar

Total :
certain/probable

28 /33

En italique, les noms dont, l’appartenance à la résistance est possible mais non confirmée.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Paris-Ouest–Nanterre–La Défense, IDHE (CNRS)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par