Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

L’esprit de corps à l’Inspection des Finances

Nathalie Carré de Malberg

Texte intégral

1L’esprit de corps à l’Inspection ? Une évidence, si l’on se fie aux commentateurs extérieurs et concurrents malheureux qui, depuis le début du xxe siècle, lui associent, bien rapidement, les mots de « camarilla », de « franc-maçonnerie », de « mafia », de « caste » pour dénoncer son succès. Pourtant, nos travaux sur le premier xxe siècle attestent que cette perception polémique est à la fois réductrice et trop générale, et que les inspecteurs eux-mêmes, interrogés dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, divergent et sur sa réalité et sur son contenu.

2Cette notion est en effet « des plus difficiles à saisir », comme le reconnaissent Gilles Guglielmi et Claudine Haroche, qui ont dirigé le colloque, en 2003, sur Esprit de corps, démocratie et espace public. L’expression, apparue pour la première fois dans la deuxième moitié du xviiie siècle chez Turgot et chez Voltaire, selon les dictionnaires savants, enrichie au xixe par Tocqueville et Max Weber, est au cœur de la réflexion de Pierre Bourdieu qui, en 1989, le fait figurer dans le titre de son ouvrage La Noblesse d’État, grandes écoles et esprit de corps. Ce dernier le définit comme un « sentiment de solidarité avec le groupe qui repose sur la communauté des schèmes de perception, d’appréciation, de pensée et d’action qui fonde la connivence réflexe des inconscients bien orchestrés ». Depuis lors, Marie-Christine Kessler a précisé que, de même que les grands corps de l’État ont chacun leur spécificité, au-delà d’un socle commun – qui n’implique pas d’opinion politique commune, souligne-t-elle –, chacun a aussi son esprit de corps, dû à une socialisation et une professionnalisation propre. Plutôt que d’esprit de corps, il faudrait donc parler d’« esprit Inspection ».

3Encore faut-il, pour l’historien, partir des sources et donc des manifestations de cet esprit de corps qui, par nature, cultive la discrétion. Gilbert Devaux (IF 1932), répondant à notre questionnaire en 1982, nous écrivait : « La loi du silence est toujours en vigueur dans le corps de l’Inspection. Elle a comme corollaire une crainte pathologique de quiconque de près ou de loin ressemble à un journaliste et peut-être aussi une certaine méfiance des historiens ». Pourtant, à travers la sociabilité, le langage et la solidarité professionnelle, on peut analyser les composantes, les causes, les effets, les limites, au cours du siècle, de cet esprit de corps et son évolution. En effet, Olivier Dard l’a bien montré pour les technocrates, au cours du même colloque, aucun esprit de corps n’est indépendant de l’évolution du corps, de son recrutement, des trajectoires de ses membres, de leur insertion dans des groupes plus larges, des clivages internes entre générations, équipes, types de carrière.

L’évolution de la sociabilité

4Entretenues consciencieusement par certains inspecteurs, le Service, l’Amicale ou l’Association, les pratiques ont évolué et ont rencontré un succès inégal. Précisons tout de suite que cette sociabilité s’étend, bien entendu, aux démissionnaires.

5Parmi les pratiques durables sur le siècle, citons en vrac : l’appellation de « camarade » ; l’usage toujours respecté d’accorder un rendez-vous à un camarade qui le sollicite ; ­l’organisation par le Service de déjeuners en petits groupes d’une quinzaine chez un plus ancien disposant de salle à manger, mêlant générations et types de carrière ; le cocktail annuel de l’Amicale ou Association des inspecteurs, qui s’adresse à l’ensemble du corps, dans la deuxième quinzaine de juin ; la messe annuelle à Saint-Germain-l’Auxerrois ; la présence d’un membre du Service ou du corps aux obsèques ; l’accès facilité par le Service aux abonnements de l’Opéra ; la commémoration des grandes dates de l’histoire de l’Inspection, qui l’enracine dans un passé lointain et renforce ainsi sa légitimité, en 1908, 1931, 1967. Encore que depuis l’annulation, après les élections de 1981, des préparatifs du tri-cinquantenaire des ordonnances du baron Louis de 1831, les anniversaires ne soient plus guère à l’ordre du jour.

6D’autres pratiques, désuètes, ont été abandonnées peu à peu dans la seconde moitié du xxe siècle. Les inspecteurs ne se donnent plus leur titre. Ont disparu : les oraisons funèbres ou les notices nécrologiques, les bals (celui de 1948 réunit encore 250 personnes) ou revues ; le bar de l’Inspection à l’hôtel du Louvre, le premier vendredi de chaque mois, fréquenté par ceux qui œuvrent rue de Rivoli ; les dîners amicaux, avec épouses, d’une centaine de personnes dans les salons du cercle Jean-Maridor. En revanche, des pratiques proprement corporatistes sont apparues avec la Seconde Guerre. D’abord, apparaît un bulletin interne, La Gazette de l’Inspection, de janvier 1940 à décembre 1944, puis Le Crayon vert, de juillet 1947 à novembre 1950, tous deux destinés à « resserrer les liens qui unissent entre elles les générations de l’Inspection », adressés « tout particulièrement aux camarades qui se sont éloignés depuis longtemps de l’Inspection active » et à ceux « qui hésitent à se déranger pour se rendre à une réunion ». Abandonné faute d’auteurs et d’abonnement, il est remplacé par le Bulletin de l’association, dactylographié, d’informations factuelles, qui existe encore aujourd’hui. Ensuite, une Association des membres et anciens membres, apparue brièvement en 1925, est créée en 1945, à une période où l’Inspection est discréditée, voire menacée ; elle aussi est toujours bien vivante. Représentant « les intérêts de l’ensemble du corps », elle cohabite depuis 1947 avec deux syndicats, l’un affilié à la CFTC/CFDT, l’autre autonome. Enfin, un annuaire de l’Inspection, réservé aux inspecteurs, élaboré en 1947 d’abord avec les seules adresses, s’étoffe rapidement et reste depuis lors à portée de main de tout inspecteur, sans oublier le site intranet.

7À y regarder de plus près, on voit que tous n’adhèrent pas également à ces manifestations sociales ; l’entretien du réseau semble mieux assuré dans des cercles plus restreints, internes ou non. D’une part, indifférente plus que réfractaire, la classe d’âge des actifs, surtout hors du ministère, brille par son absence. D’autre part, certaines manifestations ne sont pas ouvertes à tous les inspecteurs, comme la Feuille de la quinzaine, déjeuner de 30 à 50 membres, dont Thomas, entré à l’IGF en 1914, nous expliquait en 1981 qu’il suffisait d’un refus à bulletin secret (une boule noire) pour que l’inspecteur proposé soit refusé, témoignage confirmé par Jean Watteau la même année, et récemment par Louis Schweitzer, qui l’a quittée rapidement. Par ailleurs, le clivage entre promotions résiste. Comme le remarquait déjà en janvier 1949 un inspecteur dans Le Crayon vert : « Comme toujours disloquées l’espace d’un instant par les présentations, les promotions se reforment en rangs serrés. La liberté ne peut séparer ceux que les concours ont unis. Faudra-t-il donc en arriver à un dirigisme des mondanités ? ». Enfin, l’intégration de hauts fonctionnaires d’outre-mer dans les années cinquante, le tour extérieur imposé en 1973, l’augmentation du recrutement latéral (parfois provisoire) d’inspecteurs en service extraordinaire ou, depuis 2006, d’inspecteurs « faisant fonction » et l’accroissement des effectifs contribuent à affaiblir cette sociabilité à géométrie variable.

8La relative indifférence envers une sociabilité organisée par le Service vient aussi de ce que les inspecteurs qui ont des trajectoires proches ont bien d’autres occasions de se retrouver avec d’autres élites. D’une part dans des réceptions privées, comme les goûters du samedi d’André de Chalendar ou les buffets à la campagne d’Henri du Moulin de Labarthète, pour ne citer que celles d’entre les deux guerres. D’autre part dans des cercles de réflexion plus larges autour de revue, d’association ou de club, comme X-Crise, le Redressement français ou Les Nouveaux Cahiers avant 1940, le club Jean-Moulin de 1958 à 1970, ou la Fondation Saint-Simon de 1982 à 1999 (voir infra, l’article de Claire Andrieu), sans oublier les dîners du Siècle. Mais si la sociabilité a évolué au cours du siècle, « l’esprit Inspection », au sens de langage, méthodes et conscience de supériorité, a, lui, jusqu’ici bien résisté.

« L’esprit Inspection » : un langage, une méthode de travail,
un sentiment de supériorité

9En 1981, dans un entretien enregistré, Jacques de Fouchier (IF 1934) nous donnait sa conception de l’esprit de corps :

« Je dirais que l’esprit de corps, cela repose d’abord sur un langage commun […] parce que les gens avaient été recrutés par des jurys formés de membres du corps […] et que, d’autre part, l’épreuve capitale qu’était le « premier jour » supposait vraiment qu’on parle un langage qui était le langage commun du corps […] La même forme de raisonnement, pas la même pensée mais la même forme de raisonnement, la même manière d’exposer, le même vocabulaire. Vous savez, ce qui fait l’unité d’un groupe, c’est le langage […]. L’esprit de corps, on le formait ensuite à travers la tournée. »

10Et il ajoutait : « Quand il faut faire comprendre quelque chose à un autre ministère, on cherche quel est le camarade qui peut bien y être. » En 1939, au cours d’une conférence sur les carrières, Henry de Peyster précisait : « Ce qui est vrai, c’est qu’il y a un esprit de l’Inspection, une méthode de travail propre à l’Inspection. »

11En effet, lors des années de tournée de vérification des comptables, l’inspecteur est soumis au rapport contradictoire, en trois ou cinq colonnes, qui laisse toujours à l’agent vérifié, plus âgé et plus expérimenté, la possibilité de contester les remarques de l’inspecteur. La peur du « claquage », de l’observation sans fondement les conduit à une extrême prudence qui devient un peu leur marque de fabrique. Nous avons montré, à partir des copies du concours avant 1940 comme des rapports et notes diverses, les éléments du style Inspection : concision de l’analyse, mise en évidence de l’essentiel, clarté en évitant l’abondance de chiffres, de dates et de noms, précision dans l’expression et prudence dans la présentation de la ou des solutions. À cet égard, les épreuves reines de l’Éna, copiées sur celles des anciens concours, comme le maintien des années de tournée obligatoires à l’entrée dans le corps expliquent que cet « esprit Inspection » ait perduré jusqu’à nos jours.

12Ce langage commun et cette méthode qui engendre la prudence peuvent glisser vers le conformisme, même si peu le reconnaissent comme François Bloch-Lainé lorsqu’il dénonce, en 1976, le pouvoir du haut fonctionnaire des Finances : « Il est meilleur dans le « contre » que dans le « pour », et sa capacité technique n’inclut pas toujours l’imagination et la vue longue. Elle exclut généralement la hardiesse et l’innovation ». Nous avons montré qu’à deux reprises, en 1935 et en 1938, cet « esprit Inspection » a rendu les hauts responsables issus du corps sourds aux arguments des inspecteurs dissidents ou des « autres ». Rappelons cette réponse de Wilfrid Baumgartner à son camarade Paul Leroy-Beaulieu qui, en 1935, plaidait contre la déflation de Laval, inefficace à ses yeux et surtout impopulaire à la veille des élections : « Je me rappelle que Baumgartner m’a dit : « P.L.B. […] vous raisonnez plus en maire de village qu’en inspecteur des Finances. » Si les travaux manquent encore pour en analyser les effets dans le second xxe siècle, on peut citer, en 1996, la position iconoclaste de Walter Butler, entré à l’Inspection en 1983, contre le franc fort, dans Le Figaro, et la réaction gênée de beaucoup de ses camarades, racontée par la journaliste Ghislaine Ottenheimer.

13Enfin, « l’esprit Inspection », c’est aussi un sentiment partagé de supériorité, et pas seulement de technique financière. Cette conscience d’être les meilleurs, nourrie par leur réussite à un concours difficile, puis l’exercice de responsabilité proches du soleil, leur donne, pensent-ils, un droit implicite non seulement à la direction des plus grandes administrations financières, mais à toutes les fonctions d’autorité. Ce sentiment, qui débouche sur ce que Guillaume Guindey appelait, en 1982, « une considération mutuelle », peut là aussi freiner la critique ou la prise de distance : les jeunes camarades, notamment, se rangeant aux avis des « parrains », respectés pour leur réussite et leur position de pouvoir, susceptibles de favoriser une carrière.

14Même si Jacques Brunet affirme, en 1981, que : « Quel que soit le mode de recrutement, la proportion d’imbéciles est toujours la même », c’est bien aux propos de Lucien Petit, en février 1944, au sujet des « sorties » que la grande majorité se rallie : « Un rôle de violette n’est pas le fait des élites ; dans l’intérêt général, elles doivent savoir s’imposer. » Mais leur certitude qu’ils font et feront mieux que d’autres a pu en aveugler certains, notamment sous Vichy, d’autant plus qu’aucun « grand inspecteur », « d’autorité », aucun « pape » de l’Inspection, rappelons-le, n’est entré en dissidence ou n’a refusé une fonction de direction avant 1943.

Une solidarité professionnelle… réduite aux acquêts

15Cette expression détournée du code civil veut mettre l’accent sur les limites de cette solidarité pourtant réelle. On serait tenté d’adhérer à ce propos de Guillaume Guindey en 1981 « Je pense que l’Inspection est beaucoup moins un corps qu’on le pense en général et il n’y a pas du tout de solidarité systématique. Il n’y a pas une mafia des inspecteurs des Finances ». Mais il ajoute aussitôt :

« On ne peut pas dire cependant qu’il n’y ait pas dans une certaine mesure un esprit de corps qui consiste plutôt à mon avis dans une espèce de code de conduite, en ce sens que d’une façon générale, à l’intérieur de l’Inspection des Finances, il y a un certain fair-play. Il y a des coups bas qu’on ne se fait pas entre inspecteurs des Finances ».

16Mais si règle de bonne conduite il y a en effet en général, l’historien sait bien que les rivalités, voire les rancunes, peuvent être tenaces entre inspecteurs. Sans revenir sur le faux en écriture rédigé par Yves Bouthillier et Joseph Ripert, en 1940, pour éjecter Jacques Rueff de la Banque de France, ni même sur la rivalité exacerbée entre Rueff et Baumgartner, bien étudiée par Olivier Feiertag, beaucoup d’exemples apportent un sérieux bémol à la vision optimiste de Guindey. À commencer par les rivalités entre inspecteurs pour les postes de direction dans les années trente, notamment quand le secteur privé recrute moins, dont a témoigné, par exemple, Jacques Georges-Picot, à qui la direction du Budget, en 1934, puis celle des Finances du Maroc, en 1936, échappe au profit chaque fois d’un autre camarade. Moins connues, les relations peu cordiales à la fin des années cinquante dont a témoigné Pierre-Paul Schweitzer, directeur du Trésor, avec Baumgartner, gouverneur de la Banque de France. Elles se soldent par la mise au placard du premier (sous-gouverneur de la Banque de France, tout de même) par le second, devenu ministre, qui lui refuse le Crédit national. Remarquons, toutefois, que ce jeu de taquet profite généralement à un inspecteur. Avec les fusions et les OPA de la fin du siècle, les affrontements entre entreprises opposent rudement leurs dirigeants inspecteurs entre eux et on peut citer le conflit, dans les années 2000, opposant Michel Pébereau, président de la BNP, et Daniel Bouton, président de la Société générale, pour le contrôle de Paribas.

17La métaphore de la famille semble donc bien leur convenir. Dans une conférence sur ­l’Inspection, publiée en 1942, l’adjoint au chef du Service, André Fayol, évoque en effet : « Une bonne famille française où l’on se dispute parfois entre soi mais où l’on fait front d’une seule pièce à l’égard des étrangers ». La défense du corps s’est manifestée discrètement, en 1936, lors des « mouvements » au ministère des Finances et surtout contre le projet d’École nationale d’administration de Jean Zay, qui visait les grands corps. Guy de Carmoy, alors adjoint au chef du Service, a raconté en 1982 la réunion des inspecteurs généraux, les alliances nouées et le contre-projet d’élargissement du concours unique qui torpillait la réforme. Mais c’est en 1945 et 1946 que la mobilisation du corps, tout entier cette fois, a été exceptionnelle. Il leur a fallu d’abord éviter l’amalgame avec les « compromis » issus de l’Inspection. Il a fallu surtout, en 1946, défendre l’existence même du corps, alors que le ministre des Finances lui-même, André Philip, avait déposé à l’Assemblée un projet de loi supprimant l’Inspection en fusionnant ses effectifs et ses missions avec le corps des contrôleurs des dépenses engagées. On trouvera dans notre ouvrage le récit de cette bataille et des alliances nouées. Qu’il suffise de dire ici que, le contexte électoral aidant, le corps a réussi à faire échec à son ministre. Mais en 1981, lorsque la menace surgit à nouveau, on ne décèle pas de réaction collective et seuls des inspecteurs dans les cadres se sont émus, en 1985, lorsque le ministre a imposé au corps la nomination au tour extérieur d’un inspecteur général.

18En vérité, les dangers perçus et réels viennent plutôt des autres grands corps techniques (plus que du Conseil ou de la Cour) et des rédacteurs, puis administrateurs civils des Finances. Comme l’écrit Jean-Claude Thoënig en 1973, à partir du cas des Ponts et Chaussées : « L’individu n’est rien ou presque rien sans un corps. Son statut, ses chances de promotion, sa capacité de remplir des tâches, tout dépend du fait qu’il appartienne ou non à un corps. » Feutrées jusque-là, les rivalités sont apparues au grand jour en 1936 lorsque les inspecteurs ont été durablement évincés par les rédacteurs de la direction du Budget, qu’ils dominaient depuis sa naissance en 1919. Mais depuis 1945, les X-Mines ou X-Ponts, menacés sur leur territoire traditionnel, et les énarques, surtout ceux sortis aux Finances, sont devenus des rivaux autrement plus sérieux.

19Depuis la Première Guerre mondiale surtout, leur solidarité s’est exercée avec succès dans le système bancaire : les institutions financières (Crédit foncier, Crédit national, banques d’émission à commencer par la Banque de France), les banques de dépôt (CIC, Société générale, CNEP, BNP), puis d’affaires (Suez, Lazard, Paribas, Rothschild) et, plus récemment, les banques anglo-saxonnes (voir infra, l’article d’Hubert Bonin). Le chef du Service, Jean-Marcel Drouineau, le constatait déjà en 1941 :

« Ce fut le moment [après la Première Guerre] où l’appel des inspecteurs par les banques et par les grandes sociétés devint de plus en plus fréquent Et comme toute bonne chose peut avoir des inconvénients, la camaraderie contribua à accentuer la désertion de l’Inspection. Tout camarade sorti se trouve bientôt entouré d’une pléiade de camarades plus jeunes. »

20Mais dans d’autres secteurs, il leur a fallu s’adapter : déplacer leurs positions dans les transports ; les consolider dans les assurances ; en conquérir de nouvelles dans l’industrie et l’énergie (voir supra, l’article d’Hervé Joly) et, enfin, investir des secteurs tout à fait neufs comme les médias et la culture. Les exemples ne manquent pas de terrains conquis, puis perdus et reconquis. Assurément, les petits effectifs, l’utilisation des « références croisées », pour reprendre l’expression de Louis Schweitzer, qui permet en trois contacts d’acquérir les informations nécessaires, et la considération mutuelle sont pour eux, comme tous les autres grands corps, un atout précieux.

21Pourtant, faire de l’esprit de corps la condition nécessaire et suffisante pour accéder à ces chasses gardées ou conquises serait allé un peu vite en besogne et l’étude des carrières montre abondamment qu’être inspecteur des Finances ne suffit pas. D’abord, comme dit Guindey, « Il y a des gens qui ne sont pas passés par l’Inspection des Finances qui ont les mêmes aptitudes ». Ensuite, le recrutement latéral apparaît comme un facteur discriminant entre inspecteur et « tour ex ». Enfin, il faut aussi avoir été repéré pour ses compétences, avoir suivi un parcours privilégié et bien souvent avoir un parrain, inspecteur ou politique. Aris, en 1982, résume bien, et sans langue de bois, la situation : « Dans l’Inspection, il n’y avait aucune solidarité mais il y avait des équipes, des groupes. Mais du fait d’être inspecteur des Finances, un autre inspecteur ne vous aidait pas. Il fallait faire partie d’un petit groupe. »

22Derrière l’apparente contradiction des propos, se profile en fait une solidarité réduite aux acquêts, autrement dit en fonction des filières suivies, des types de carrière (triomphante, militante ou souffrante) ou des équipes, car dans cette église où coexistent plusieurs chapelles, encore faut-il, pour bénéficier de cette solidarité de corps, fréquenter les bonnes.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Feiertag Olivier, Wilfrid Baumgartner, un grand commis des Finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p.

Guglielmi Gilles J. et Haroche Claude (dir.), Esprit de corps, démocratie et espace public, Paris, Presses universitaires de France, 2005, 324 p.

Kessler Marie-Christine, Les grands corps de l’État, Paris, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 1994, 128 p.

Bourdieu Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de minuit, 1989, 569 p.

Thoënig Jean-Claude, L’ère des technocrates : le cas des Ponts et Chaussées, Paris, Éditions ­d’organisation, 1973, 279 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search